Navigation – Plan du site

Art contemporain et minorités américaines: Une iconographie identitaire ?

Gérard Selbach
Contemporary Art and American Minorities : an Iconography of Identity?

Français

L’art contemporain et son marché sont d’excellents miroirs de l’évolution de la société américaine. Si une faible présence des artistes issus des minorités latino, afro-américaine, amérindienne et asiatique sur les cimaises des galeries et des musées fut, pendant longtemps, la preuve d’une marginalisation de ces groupes, l’intérêt grandissant pour leurs créations, ces dernières années, signale à la fois un changement de mentalité du milieu euraméricain de l’art et l’émergence de communautés qui veulent affirmer leur existence avec plus de force. Ces mouvements artistiques dénotent une influence sociale et culturelle prégnante, d’où l’intérêt de procéder à une sociologie de l’art des minorités américaines.

Deux axes de réflexion peuvent être pris en considération :

  1. Le rôle de l’art pour les minorités

    Par-delà le particularisme et l’unicité de chaque création artistique, il s’agira de définir la finalité des œuvres, d’explorer leur signification pour les artistes et les groupes représentés, de prendre en compte le contexte social et politique afin de déchiffrer la symbolique induite et repérer la démarche dans l’acte créatif. On s’interrogera donc sur les desseins suivis par les artistes et la fonction sociale de leur art.

    On pourra ainsi se demander si l’art contribue au renforcement social des groupes minoritaires par un rappel de leurs racines et par la création d’une mémoire identitaire : l’art favorise-t-il un lien social ? Concourt-il à faire partager un système de valeurs ? L’art est, dans certains cas, l’expression engagée d’un besoin de reconnaissance culturelle et de légitimité quasi politique, un espace revendicatif ou de résistance. Stimule-t-il l’imaginaire des minorités au point de les fédérer autour d’une culture à tendance communautariste ? Dans d’autres cas, l’art est le reflet d’une dualisation culturelle ou même de l’intégration de ces groupes dans la société dominante en participant au “ labyrinthe des cultures ” et des identités qui tissent la société américaine.

  2. les thèmes et inspirations de leurs œuvres

    Un deuxième axe de recherche pourra porter sur les recherches formelles employées par les artistes des diverses minorités : chacune d’entre elles possède-t-elle un code d’expressions plastiques, des harmonies chromatiques et des matériaux qui lui soient propres ? L’examen de leurs esthétiques révèle-t-il des traits formels spécifiques qui soient les témoins de leur histoire, de leurs origines et de leur migration ? Se réinventent-elles un patrimoine iconographique imaginaire ? Comment s’auto-représentent-elles ?

    Les jeux de signes sont complexes : certains artistes poursuivent les traditions stylistiques pour mieux pérenniser leurs croyances, ou d’autres, au contraire, vont jusqu’à la provocation et à l’iconoclasme en brisant les référentiels et les tabous. On pourra également étudier l’hybridation par des emprunts au monde qui les environne ou le métissage des thèmes iconographiques révélant un groupe en transition, l’art devenant une zone de contact et une preuve de mutation de l’imaginaire vers un concept plus mondial et une identité mondialisée.

English

Contemporary art and the market for it are excellent mirrors of the evolution of American society. If the limited presence of works by artists born of Latino, African American, Native American or Asian minorities on the walls of galleries and museums was for a long time the proof of the marginalization of these groups, the growing interest in their creations over the last few years is a clear signal both of a change in attitude on the part of the Euro-American art milieu and of the emergence of ethnic groups intent on asserting their existence. These artistic trends reveal a cultural and social renewal, hence the relevance of carrying out sociological research into the art of American minorities.

Two axes of reflection may be considered:

  1. The function of art for the minorities

    Beyond the particularism and uniqueness of each artistic creation, there is the question of defining the finality of the art works, of exploring their meaning for the artists and the groups represented. The social and political context in which the work was created has to be taken into account in order to explore the symbolism involved and to examine the background that led to the creative act. The artists’ goals and the social function of their art therefore require careful consideration.

    We may also wonder whether art contributes to the social re-enforcement of minority groups by reminding them of their roots and by creating the memory of an identity. In other words, does art foster social links? Does it contribute to the sharing of a value system? Art is, in some cases, the committed expression of a need for cultural recognition and political legitimacy, a space devoted to protest and resistance, stimulating the imagination of minorities to the extent of federating them around a culture with collective tendencies. In others, art reflects cultural duality and the integration of these groups into the dominant society by helping them participate in the “maze of cultures” and identities which make up the fabric of American society.
     

  2. The second axis concerns the formal research used by artists from the various minority groups: does each minority possess its own code of plastic expression and/or its individual series of chromatic harmonies and materials? Does a close scrutiny of these aesthetics reveal specific formal traits which might be evidence of their history, their origins and their migration? Do they re-invent a local iconographic imagery? How do they represent themselves?

    The functions of signs are complex: some artists pursue stylistic traditions in order to preserve their beliefs, while others go as far as provocation and iconoclasm by breaking referentials or taboos. One can also study hybridisation through borrowing from the world around them or the cross fertilisation of iconographic themes which reveals a group in transition, their art becoming a contact zone and proof of the mutation of the imagery.

  • Revues.org