Navigation – Plan du site

« Ré-écritures »

Isabelle Roblin
« Rewritings »

Français

Le phénomène de ré-écriture de textes divers (romans, bien sûr, mais aussi pièces de théâtre, poèmes, contes de fées, etc…), qui semble s’amplifier depuis la fin du XXème siècle, transcende en fait les genres, les époques et les nationalités. Il conviendra dans un premier temps de définir ce que l’on entend par ré-écriture. Entre référence intertextuelle et plagiat pur et simple, quelle est la place de cette stratégie littéraire ? Pourquoi certains auteurs (et non des moindres parfois) sont-ils à ce point fascinés par leur patrimoine culturel qu’ils n’hésitent pas à le réinvestir de différentes manières : suites variées, points de vue autres sur la même histoire, comblement des blancs de la narration laissés par le récit d’origine… ? La ré-écriture de l’histoire littéraire, et au-delà peut-être de l’Histoire, traduit-elle un repli sur eux-mêmes d’auteurs insatisfaits de ce que leur propose leur propre époque ou décidés à exploiter sans vergogne l’héritage des grands ancêtres ? Implique-t-elle au contraire l’ouverture de textes canoniques à une lecture nécessairement plus moderne ? Fabriquer du nouveau avec de l’ancien, exercice périlleux s’il en est, est peut-être au cœur même de la création littéraire.

English

The rewriting of texts (novels, of course, but also plays, poems, fairy tales….), is a phenomenon which seems to have been gaining ground since the end of the XXth century, but in fact it goes beyond the notions of genres, periods and nationalities. First a definition of rewriting will be necessary: between intertextual allusions and mere plagiarism, where is this literary strategy to be found? Why are some writers (and sometimes among the very best) so fascinated by their cultural inheritance that they do not hesitate in reinvesting it in different ways: sequels, diverging points of views on the same story, filling up the narrative blanks left by the original text… Is the rewriting of literary history, and even perhaps of History itself, a way for writers who are dissatisfied with their own times to withdraw into themselves or is it nothing but the shameless exploitation of the heritage left by their famous ancestors? Or on the contrary does it entail the opening up of the literary canon to a necessarily more modern interpretation? Making new stories out of old tales, a difficult exercise if there is one, is perhaps at the very heart of literary creation.

  • Revues.org