Navigation – Plan du site

Les États-Unis à travers le prisme des musiques populaires américaines et britanniques

Eric Gonzalez (dir.)
The United States through the prism of American and British popular music

Français

“I’m so bored with the USA...
But what can I do?”

The Clash, “I’m so Bored with the USA,” The Clash, 1977

Que ce soit sur un mode hagiographique ou contestataire, la musique populaire constitue, depuis plus d’un siècle, un théâtre d’observations et de représentations privilégié des États-Unis, sur disque, en concert et plus généralement dans les arts du spectacle. L’étude du champ des musiques populaires, avec ses émetteurs - les artistes et leurs productions - et ses récepteurs - les intermédiaires de l’offre culturelle et le public - pourrait éclairer sous un jour intéressant les États-Unis, à la fois source d’inspiration, repoussoir et aimant pour les musiciens des deux côtés de l’Atlantique, et permettre de décomposer certaines visions de ce pays, ou tout au moins d’étudier quelques unes des facettes qui les (dé)forment.
Autour de trois grands axes - esthétique, socio-politique et économique - il s’agira d’étudier tout d’abord les regards que portent les musiciens nord-américains sur les USA. À titre d’exemple, une référence à l’État de l’Alabama revêt des connotations bien différentes selon qu’on la trouve dans un titre de John Coltrane, du Canadien Neil Young ou du groupe de rock sudiste Lynyrd Skynyrd. Que nous apprennent les artistes sur les États-Unis ? Leur statut dans l’industrie culturelle ainsi que leurs productions comportent-ils une dimension métonymique, métaphorique, voire prophétique ?
Nous savons aussi que, loin de fonctionner en vase clos, le champ musical nord-américain entretient une relation que l’on pourrait qualifier de spéciale avec celui du Royaume-Uni. Ainsi des ballades du folklore anglais et écossais sont-elles adaptées dans le folklore afro-américain au XIXe siècle pour donner naissance à des chansons sur d’héroïques mauvais garçons comme Railroad Bill ou Staggerlee. Toutefois, si l’on se souvient aussi de l’extrême popularité du blues dans le Royaume-Uni des années 1960, on considère souvent des courants/mouvements musicaux tels que le punk et la techno comme spécifiquement anglais en " oubliant " l’oeuvre des pionniers américains à New York et Detroit. Comment accueille-t-on en Grande-Bretagne et aux États-Unis les musiciens et les formes musicales d’outre-Atlantique ? Peut-on dégager, à l’écoute des productions musicales britanniques, des points de vue ou des perspectives spécifiques sur les USA ?

Contact : Eric Gonzalez (e-mail : eric.gonzalez1@wanadoo.fr)

English

“I’m so bored with the USA...
But what can I do?”

The Clash, “I’m so Bored with the USA,”The Clash, 1977

For over a century and in modes ranging from hagiography to protest, popular music has been a prime theatre of observation and representations of the United States on record, in concert and more generally in the performing arts. Studying this field, with its senders-artists and their productions-and its receivers-gatekeepers and audiences-could enable us to cast a different light on the USA as a source of inspiration, rejection and attraction for musicians on both sides of the Atlantic in order to explore certain visions of that country, or at least to examine some of the forces that shape and/or distort it.
This survey will revolve around three axes: aesthetic, economic and socio-political. We shall first analyse North American musicians’ viewpoints on the United States. For instance, a reference to the State of Alabama has very different connotations depending on whether one finds it in a piece by John Coltrane, Canadian musician Neil Young or the Southern rock band Lynyrd Skynyrd. What do we learn about the USA from artists? To what extent can we claim that their productions and status in the entertainment industry have metonymic, metaphoric or even prophetic dimensions?
Far from operating in isolation, the North-American musical field has a relationship with its British counterpart which may well be described as special. In the 19th century for example, English and Scottish ballads were adapted into African-American folklore to depict the feats of "bad guys" such as Staggerlee or Railroad Bill. However, even though we remember the strong popularity of blues in 1960s Britain, we tend to regard musical trends and subcultural movements such as punk and techno as specifically English and forget the works of American pioneers in New York and Detroit. What sorts of response do American and British music and musicians draw across the Atlantic? Is it possible to delineate particular perspectives on the United States from the music produced in the United Kingdom?

All contributions, preferably in English, should reach us by May 1st 2003.
Contact : Eric Gonzalez (e-mail : eric.gonzalez1@wanadoo.fr)

  • Revues.org