Navigation – Plan du site

Literature and knowledge

Véronique Alexandre
Littérature et connaissance

Français

La barque contenant la dame de Shallot à la fin du poème de Tennyson nous est manifestement destinée. Car les bourgeois de Camelot debout sur le quai, bien que sachant lire, ne comprennent pas ce que veut dire le texte qui vient se glisser sous leurs yeux. Lancelot, si brillamment décrit dans la troisième partie, prononce une ou deux phrases convenues, très en deçà des possibilités d’interprétation ouvertes par la mystérieuse barque et son mystérieux contenu. Mais la dame plus haut dans le texte manque aussi de connaissances et son intuition s’en trouve limitée. Elle ne sait pas, par exemple (mais comment le saurait-elle ?), que la description de Lancelot est sous-tendue d’illusion romanesque et qu’elle se termine par un « flash » qui augure mal pour la suite, sa suite. La dame est, en fait, le jouet de Tennyson qui tout au long du poème lui reprend ce qu’il lui a donné jusqu’à lui reprendre la vie -- pour nous laisser un texte. Mais Tennyson, dont l’écriture vague a toutes les allures d’un rêve à interpréter, d’une parole inconsciente, savait-il ce qu’il faisait ?

Cet exemple parmi tant d’autres pour essayer de problématiser la question de la littérature et de la connaissance, de la relation qu’elles entretiennent et qu’il est difficile, voire impossible de systématiser mais toujours intéressant d’explorer.

Qui sait quoi sur qui ? Qui comprend quoi ? Qui devine ? A qui manque-t-il des éléments pour comprendre ? Pourquoi ? Quelle preuve peut-on avoir que ce qu’on comprend d’un un texte est vrai ? Et plus largement comment peut-on en tant que « littéraire » accéder à la connaissance philosophique sans être philosophe, à la connaissance historique sans être historien, à la politique sans être spécialiste de sciences politiques, à la connaissance de l’art sans être historien d’art – en fréquentant et en comprenant les textes littéraires. Fréquentation soutenue quantitativement (la culture littéraire construite au fil du temps) et qualitativement (le temps passé sur un texte, un paragraphe, une phrase), assorties d’un retour constant sur la réalité qui nous entoure. Est-ce un leurre ou le langage sous sa forme littéraire permet-il d’accéder à la connaissance et d’élaborer par la réflexion une intelligence tout à fait complète du monde ?

Ce numéro de la Revue LISA sera consacré aux liens qu’entretiennent littérature et connaissance. Toutes les approches sont les bienvenues et peuvent être sous-tendues d'éléments biographiques ou personnels dans la mesure où ces éléments nous aident à comprendre si quelque chose change ou a changé dans la nature de la connaissance à laquelle les études littéraires nous permettent d’accéder. Si, par exemple, la théorie oriente obligatoirement notre lecture et donc notre connaissance des textes aujourd'hui ou si l'interprétation personnelle, libérée d’un certain nombre de contraintes liées au passé mais soucieuse, au contraire, des liens de la littérature avec le présent, tend à gagner du terrain, ou bien si les deux réussissent à co-exister dynamiquement, faisant de notre époque un moment riche, libre et heureux pour les études littéraires qu'il s'agisse des chercheurs, des enseignants ou des étudiants...

Merci d’envoyer vos propositions (une page A4 maximum), en anglais ou en français, avant le 1 octobre 2007, à Véronique Alexandre (veronique.alexandre@unicaen.fr).

Date limite pour la rédaction finale 1er mai 2008. Les auteurs sont priés de respecter les normes de présentation indiquées sur le site de La revue LISA et de joindre une courte biographie.

Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire.

Contact: Véronique Alexandre

English

The boat carrying the lady of Shallot at the end of Tennyson’s poem is obviously meant for us. Although the burghers of Camelot standing on the wharf can read, they do not seem to be able to decipher the meaning of the text that comes sliding past before their eyes. Lancelot utters one or two conventional phrases but he too misses the interpretative opportunities afforded by the mysterious boat and its mysterious contents. But the lady too -- earlier in the text -- lacks knowledge and her intuition is impaired. She is not aware (but how could she, for she is a character!) that the description of Lancelot is informed with romantic illusion and that the final flash bodes ill for the future, her future. The lady, in fact, is Tennyson’s plaything and he takes away from her what he has given her, even her life – to leave us a text. But did Tennyson know what he was doing or did The Lady of Shallot with its dream-like quality originate somewhere in his brain where images and sounds speak their own autonomous language?

This example may serve as a starting point for a reflection on the relationship between literature and knowledge. Though it is hard to define anything strictly in this area, exploration of the subject always fascinates. Who knows what about whom? Who understands what? Who guesses right? Who is lacking the necessary information to achieve full understanding? And then what evidence is there that our reading is true? More generally, to what extent can our acquaintance with literature provide access to philosophical knowledge, history, politics or the history of art? What kind of knowledge does literary analysis help to produce? Is it an illusion or does the study of literature allow us to reach a very complete understanding of the world?

We call for contributions on questions of “Literature and knowledge” and we welcome all approaches. Contributions can include personal or biographical details in so far as they help us understand whether something has changed or is changing in the type of knowledge generated by the study of literature today. For instance, does theory play a prominent role in our reading and understanding of texts or is personal interpretation, liberated from a number of past constraints, but preoccupied with the present, gaining ground? Or can both co-exist dynamically, thus making students, teachers and producers of ideas on literature freer, happier and richer than before?

Proposals, in English or in French (maximum one A4 page), should be sent, before 1st October 2007, to Véronique Alexandre (veronique.alexandre@unicaen.fr).

Completed articles will be expected for 1st May 2008. Please follow the norms for presentation indicated on the LISA e-journal website and include a short biography

Contact: Véronique Alexandre

  • Revues.org