Navigation – Plan du site

Vol. IX - n°2 | 2011
Livrets d'opéra et patrimoine anglophone

Opera Libretti and the English-speaking Heritage
Sous la direction de Gilles Couderc
Opera Libretti and the English-speaking Heritage
Informations sur cette image
Crédits : Copyright RPD
178 pages

Les articles inclus dans ce recueil procèdent d’une réflexion sur les enjeux esthétiques, sociaux, politiques et identitaires de l’opéra qui s’inscrit dans le prolongement des études publiées dans divers numéros de la RevueLISA/LISA e-journal. Le thème retenu dans cet ouvrage est celui de la réécriture du patrimoine anglophone à l’opéra dans la sphère anglophone et européenne. Ce patrimoine anglophone, principalement littéraire, comprend récits historiques, romans, poèmes, pièces de théâtre originales et adaptations de romans célèbres. Si la peinture a inspiré la musique symphonique, comme La Bataille des Huns (1857) de Franz Liszt d’après la fresque de Wilhelm von Kaulbach au Nouveau Musée de Berlin, ou L’Ile des mots de Serge Rachmaninov d’après le tableau éponyme d’Arnold Böcklin, rares sont les opéras qui, comme The Rake’s Progress (1953) de Stravinsky sur un livret de W. H. Auden et Chester Kalman, s’inspirent du patrimoine pictural britannique ou américain. Mais la série de tableaux de Hogarth sur laquelle se fonde le livret propose la trame narrative d’un roman picaresque propice à la construction d’un scénario et obéit aux objectifs d’édification qui caractérise les premiers opéras, comme l’Orfeo (1607) de Monteverdi, ainsi que le précise son titre de favola, la fable, qui répond aux souhaits des lettrés florentins de la Camerata Bardi de rendre sa musique à la tragédie grecque.

  • Revues.org