Navigation – Plan du site

Cultures de la mémoire / Mémoires de la culture

Nephie Christodoulides & Antonis Balasopoulos (dir.)
« Cultures of Memory / Memories of Culture »

Français

Comme le suggère Pierre Nora, la mémoire ne devient objet de questionnement théorique conscient qu’au moment où elle cesse d’être un élément inhérent à l’expérience sociale. Le déclin des cultures reposant sur la hiérarchie et le respect de la tradition, le développement de la culture de masse à l’échelle de l’humanité, le nivellement concomitant des différentiations sociales et culturelles et le démantèlement des groupes sociaux longtemps garants de la « transmission et de la conservation des valeurs collectivement remémorées » ont marqué la fin irréversible de ce que Nora appelle « mémoire réelle » et le début de la conscience théorique et historiographique.

L’idée d’un colloque sur « mémoire et culture » naît ainsi d’un sentiment à la fois de crise et de transformation, dont les symptômes culturels sont déjà visibles dans la submersion de la mémoire individuelle et collective par le spectacle des mass media, l’émergence d’une véritable industrie de la « nostalgie » et la prolifération de débats sur la politique de la commémoration, entre autres.

Chypre, où la conférence s’est tenue, s’est avéré être un lieu idéal pour réfléchir sur l’état de la mémoire et le rapport qu’entretient la mémoire avec l’histoire et l’État. Car il apparaît clairement que dans une société divisée par une frontière, ce rapport est rendu beaucoup plus difficile par les relations mutuellement conflictuelles entre non seulement la mémoire et l’histoire, mais aussi entre les mémoires souvent antagonistes des différentes ethnies et les communautés religieuses.

Ce numéro de LISA rassemble un certain nombre d’articles présentés à Nicosie pendant la conférence « Cultures de la mémoire/Mémoires de la culture » organisée par la section chypriote d’ESSE (Société européenne pour l’étude de la langue anglaise). Le but de ce numéro est de présenter au lecteur diverses approches interdisciplinaires des intersections entre mémoire, représentations culturelles et pratiques spatiales. Les articles examinent les liens entre mémoire et (dé)spatialisation, mémoire et droit, les interactions entre traumatisme et deuil individuels et collectifs, mnémotechnique visuelle et (dés)incarnations de la mémoire.

English

Memory, as Pierre Nora has suggested, becomes an object of conscious theoretical interrogation only when it has ceased to be an organically integrated aspect of social experience. The decline of hierarchical and tradition-bound cultures, the spread of mass culture on a global scale, the concurrent leveling of social and cultural differentiations and the collapse of social groups long entrusted with the “transmission and conservation of collectively remembered values” has spelled the irrevocable end of what Nora calls “real memory” and the beginning of theoretical and historiographical consciousness.

The idea of a conference on memory and culture therefore derives from a sense of both crisis and transformation, the cultural symptoms of which are readily apparent in the inundation of private and collective memory by mass media spectacle, the rise of a veritable “nostalgia” industry, and the proliferation of debates around the politics of memorialization, to name but a few.

Cyprus, where the conference was held, has been a particularly suitable site from which to think about the state of memory and the relationship of memory to history and the state. For it is apparent that a partitioned society is one where this relationship is seriously complicated by the mutually conflicting relation not only between memory and history but also between the often antagonistic memories of different ethnic and religious communities.

This LISA issue brings together a number of the papers presented in Nicosia during the conference “Cultures of Memory/Memories of Culture”, organized by the Cyprus local chapter of ESSE (European Society for the Study of English). Its aim is to present the reader with a variety of interdisciplinary approaches to the intersections between memory, cultural representations and spatial practices. The papers included focus on the connection between memory and (dis)location, law and memory, the negotiation of personal and historical trauma and mourning, visual mnemotechnics and the (dis)embodiments of memory.

  • Revues.org