Navigation – Plan du site
Images et média

Delphine Letort, Du film noir au néo-noir : mythes et stéréotypes de l’Amérique, 1941-2008

Paris : L’Harmattan, coll. « Sang maudit », 2010, ISBN 978-2296110557
Georges Fournier
Référence(s) :

Delphine Letort, Du film noir au néo-noir : mythes et stéréotypes de l’Amérique, 1941-2008, Paris : L’Harmattan, coll. « Sang maudit », 2010, 330 pages, ISBN 978-2296110557

Entrées d’index

Index géographique :

États-Unis

Index chronologique :

XXe-XXIe siècles
Haut de page

Texte intégral

1Face à la diversité des productions cinématographiques venues d’outre-Atlantique, cet ouvrage se propose de faire le point sur le film noir et les diverses sous-catégories qu’il a suscitées comme le polar ou bien le néo-noir. Revenant sur les nombreuses appellations, leurs usages et leurs contextes d’emploi, Delphine Letort s’attache à mettre en évidence la très grande porosité qui caractérise les innombrables sous-genres. Elle en dresse la généalogie en prenant soin de revenir sur les conditions d’apparition de même que sur les spécificités de chacun. L’esthétique du film noir, la thématique de la menace ainsi que la mise en scène de la terreur doivent ainsi beaucoup à l’expressionnisme allemand de l’entre-deux-guerres dont s’inspirent des réalisateurs comme John Huston et Orson Welles. L’auteur procède à une analyse stylistique très approfondie de l’emploi des jeux d’ombres et de lumières, mais aussi des cadrages et des effets de caméra, qui concourent à la naissance des sentiments de peur, d’angoisse et de mystère qui émaillent l’ensemble de ces réalisations.

2La première partie revient sur les origines du film noir, héritier de la tradition littéraire du roman noir auquel Raymond Chandler recourt pour autopsier une Amérique individualiste que gouverne le pouvoir de l’argent. Philip Marlowe, détective cynique fournit l’occasion d’observer une société corrompue. Cinématographiquement, le film noir puise également ses racines dans le film de gangsters et lui emprunte une certaine fascination pour la marginalité et la figure du hors-la-loi évoluant dans un environnement urbain. Il draine avec lui l’archétype de la femme fatale qui fait fi de toute règle pour parvenir à ses ambitions de réussites sociale et matérielle. Véritable héros d’une mythologie moderne, le détective est un homme qui, bien qu’ordinaire, se situe en marge d’une police officielle ; il met en évidence l’incurie et l’immoralité d’une société déliquescente qui prône la gratification de l’immédiat. Des éclairages en contre-jour, que ponctuent des accords musicaux graves, donnent le ton d’un genre qui scrute la profondeur de l’âme, l’instabilité de l’être sur fond de malaise social et de tensions psychologiques. Indissociable du contexte social et politique, le film noir connaît les faveurs du public alors que le pays est aux prises avec les transformations socio-économiques de l’après Deuxième Guerre mondiale. Il met en scène les bouleversements et les incertitudes d’un monde en mutation à travers des personnages de marginaux, l’évocation de situations d’échecs et d’extrême violence qui sont autant de menaces à l’ordre social et remettent en question les mythes sur lesquels s’est fondé le pays.

3La deuxième partie est consacrée aux avatars du film noir et en particulier au polar qui se réapproprie les codes esthétiques de son aîné ainsi que des thématiques en prise sur les évolutions sociétales. Le personnage du loser s’impose, alors que l’Amérique s’enlise dans le conflit vietnamien. La décennie quatre-vingt va prendre le contre-pied de cette posture et l’ère reaganienne voit l’apparition du pastiche qui permet d’évincer le loser, figure trop sombre pour une industrie cinématographique mercantile. Le schéma hollywoodien qui avait fait les grandes heures du cinéma américain est repris avec, entre autres, un message d’optimisme destiné à distraire en pleine période d’embellie économique sur le marché intérieur et de soutien des États-Unis aux partisans de la liberté dans le tiers-monde. Genre pastiche, le thriller érotique reprend l’intrigue du film noir et les codes esthétiques du thriller psychologique : les jeux d’ombres et de lumières ne servent plus à sonder la profondeur du mystère de l’âme humaine mais concourent à un ensemble d’effets spéciaux destinés à codifier l’idéologie de satisfaction du désir dicté par la publicité. La femme fatale du film noir se mue en nymphe érotique, figure d’un désordre moral qui menace l’ensemble de l’édifice social.

4Emblématique d’une société post-moderne, le néo-noir occupe l’ensemble de la troisième partie de cet ouvrage. Cet avatar du film noir construit son esthétique sur la fragmentation, la rupture et l’hybridation de modèles existants dont il parodie les règles. La construction filmique est mise en scène : elle brise l’illusion réaliste, questionne le statut de l’image et rappelle au téléspectateur qu’il assiste avant tout à un spectacle. Le détournement des emprunts qu’opère le néo-noir s’observe au niveau des personnages : l’image de la femme détective, ainsi que du Noir des blaxploitations, fonctionne contre un contrepoint à celle, plus conventionnelle, du détective-héros du film noir. Sous l’influence du road-movie, la topographie du néo-noir se déplace des confins de la ville et de l’âme humaine vers l’examen des comportements déviants des tueurs psychopathes de l’Amérique profonde. Obéissant à un comportement compulsif, le tueur en série du néo-noir renvoie à une logique de consommation, d’insatiabilité morbide qui place le spectateur au centre de l’un des derniers avatars du film noir.

5Admirablement documenté et fourni, l’ouvrage de Delphine Letort abonde en analyses stylistiques qui donnent toute leur profondeur à chacune des très nombreuses œuvres étudiées. Son recours fréquent à la sociologie ainsi qu’aux théories psychanalytiques permet de mettre en perspective la scénarisation filmique des interrogations d’un pays en proie aux mutations qui ont jalonné le XXe siècle.

6Recension rédigée par Dr. Georges Fournier, Université Jean Moulin, Lyon 3, France

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Fournier, « Delphine Letort, Du film noir au néo-noir : mythes et stéréotypes de l’Amérique, 1941-2008 », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Media, culture, histoire, Images et média, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lisa.revues.org/3929

Haut de page

Auteur

Georges Fournier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org