Navigation – Plan du site
Rhétorique et Controverse

L’image visible des grâces invisibles : Rhétorique de l’éloge et stratégies de l’écart dans les sermons funèbres protestants, c. 1600-1640

The Visible Image of Invisible Graces: the Rhetoric of Praise and Evasion Strategies in Protestant Funeral Sermons, c. 1600-1640
Paula Barros
p. 51-66

Résumé

Relying on both rhetorical patterns and theological doctrines, preachers in early-modern England redefine the classical theory of funeral eulogy as they rewrite the lives of the deceased to make them conform to the Protestant ideal of godliness. In some cases, however, they manipulate the patterns of praise, inviting their audiences to read between the lines. Thus, they are able to fulfil the obligations imposed on them by the quest for patronage while still providing a fundamentally truthful account of the life of the deceased.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « [T]he truth is he was so drunk with the applause and vanity of his library that he made no consc (...)
  • 2  Barbara Kiefer Lewalski, Donne’s Anniversaries and the Poetry of Praise. The Creation of a Symboli (...)
  • 3  Voir, par exemple, les travaux suivants : Eric Josef Carlson, « English Funeral Sermons as Sources (...)
  • 4  Pour une bibliographie complète des sermons imprimés séparément à l’occasion d’un décès, voir Paul (...)

1Le 23 juin 1613, John Chamberlain se plaint des élégies et des oraisons funèbres extravagantes par lesquelles les universités commémorent le décès de Thomas Bodley. Chamberlain se console toutefois en notant que ces feuillets sans valeur seront bientôt utilisés pour fermer des pots de moutarde1. Au XVIIe siècle, l’éloge funèbre est un genre potentiellement suspect. Pour les observateurs les plus critiques, les qualités et les mérites que les orateurs attribuent aux défunts dans ces discours de circonstance ne sont que des propos flatteurs, le reflet d’une démarche mercenaire qu’il convient d’envisager avec ironie et scepticisme, pour montrer que l’on n’est pas dupe d’une société où le culte des apparences tend à faire oublier les valeurs religieuses et morales. S’interrogeant sur l’envers du décor, les détracteurs du discours d’éloge considèrent que ce genre n’est guère compatible avec l’engagement éthique de l’orateur ; ils l’acceptent tout au plus comme un compliment dicté par les règles de la bienséance, légitimé par la nécessité sans cesse réaffirmée d’honorer les morts. Cette suspicion se ressent encore de nos jours. On constate, en effet, que peu de chercheurs ont fait du genre encomiastique un objet d’étude à part entière. Ce manque d’intérêt s’explique notamment par le poids des contraintes rhétoriques, qui donnent trop souvent l’impression que l’on est en présence de discours convenus, dont l’analyse détaillée est peu susceptible de livrer des conclusions fécondes. Dans le domaine des études anglaises, il faut remonter aux années 1970 pour trouver des travaux sur les valeurs inhérentes à la rhétorique encomiastique à l’œuvre dans les discours funèbres du premier XVIIe siècle. Barbara Kiefer Lewalski et Patrick Collinson ont alors attiré l’attention sur l’orientation didactique des éloges en prose composés par les pasteurs protestants2. Depuis la publication de ces travaux fondateurs, l’utilité du sermon funèbre dans l’expression de la pastorale est communément admise, mais la question de l’ethos du discours d’éloge s’est trouvée quelque peu délaissée. Une nouvelle tendance s’est imposée, les historiens utilisant essentiellement les sermons funèbres comme des sources susceptibles de contribuer à l’étude de la vie quotidienne, des modes de piété et des attitudes devant la mort3. Cet article se propose de renouer avec l’analyse rhétorique du discours encomiastique. On se concentrera sur les éloges en prose prononcés par les pasteurs anglais dans le cadre de leurs prédications funèbres et diffusés sous forme d’imprimé à l’occasion d’un décès lors des premières décennies du XVIIe siècle4. On appellera ces textes « éloges homilétiques » pour bien les distinguer des autres types de discours d’éloge, notamment l’encomion poétique, qui est un point de passage obligé de l’élégie funèbre. On verra que la dialectique du visible et de l’invisible est un élément central de la théorie de l’éloge funèbre protestant, puisque le prédicateur a pour mission de peindre le portrait intérieur de la personne défunte en proposant aux auditeurs un compte-rendu structuré de ses actions et de ses qualités. La visée didactique et commémorative de ces discours ne l’autorise cependant pas à répandre des contrevérités. C’est ce que l’on essaiera de montrer ici, en concentrant plus particulièrement le propos sur quelques textes où les conventions du discours d’éloge sont soit contournées, soit prises à rebours.


  

  • 5  Jonathan D. Moore, « Preston, John (1587–1628) », inOxford Dictionary of National Biography,Oxford (...)
  • 6  Voir John Preston, A Sermon Preached at the Funerall of Mr. Josiah Reynel Esquire, the 13. of Augu (...)
  • 7  Il est généralement estimé que la centaine de discours imprimés recensés pour la période ne consti (...)
  • 8  Preston, A Sermon, op. cit., A3r-v.

2On se penchera en premier lieu sur deux sermons prêchés à quelques années d’intervalle par John Preston, à l’occasion des funérailles de deux frères, Josiah Reynell, décédé en 1614, et Thomas Reynell, disparu en 1618. La comparaison de ces deux discours nous livre un premier exemple des stratégies de contournement déployées par les prédicateurs quand ils sont confrontés à un matériau biographique qui ne leur permet pas de procéder au traditionnel éloge de la sainteté protestante. J. Preston est un pasteur et un théologien bien connu au début du XVIIe siècle. Jonathan D. Moore, l’auteur de sa notice biographique pour l’Oxford Dictionary of National Biography, le décrit comme un puritain modéré5. Th. Reynell est l’un des protecteurs de J. Preston6. C’est donc tout naturellement qu’il est le principal dédicataire du sermon que J. Preston prononce en 1614 à l’occasion de la mort de son frère, Josiah. La décision de faire imprimer le texte de ce discours est liée à la volonté de J. Preston de se montrer reconnaissant envers son bienfaiteur. Il faut savoir que la diffusion des écrits de circonstance sous forme d’imprimé s’inscrit avant tout dans une logique commémorative, où les notions de devoir et d’obligation sociale sont primordiales7. Faire imprimer un sermon funèbre est une façon d’honorer un ami ou un protecteur décédé, ou de lui rendre hommage en perpétuant le souvenir de l’un de ses proches disparus. Le discours que J. Preston prononce lors des funérailles de J. Reynell ne fait pas exception. Dans l’épître dédicatoire, l’auteur évoque en effet la dette qu’il a contractée à l’égard de la famille du défunt, et plus particulièrement à l’égard de son frère, Thomas, qui, dit-il, a contribué à son avancement8. Il est fort probable qu’en signifiant ainsi sa gratitude, J. Preston pense aussi à son avenir : en rendant hommage à J. Reynell, il soumet son protecteur à l’obligation symbolique de poursuivre ses largesses.

  • 9  Ibid., D2v-D3r.
  • 10  « In his sicknes he was patient, & willing to leave this miserable world. And as his life was quie (...)

3Ce n’est cependant pas à n’importe quel prix que J. Preston s’acquitte de son devoir. En effet, le discours d’éloge qu’il joint au texte de son sermon surprend non seulement par sa brièveté exceptionnelle, mais il se distingue aussi par son contenu. Il s’agit pour l’essentiel d’un éloge civil, où l’on ne retrouve aucune des caractéristiques usuelles de l’idiome encomiastique protestant. Le prédicateur aborde tour à tour la naissance, l’éducation, l’érudition, les actions et les vertus du défunt. J. Reynell émerge de ce portrait comme un grand érudit : latiniste et helléniste, il allie des connaissances en philosophie, en histoire, en physique et en chimie. Bon connaisseur de la Bible et de ses exégètes, son projet était de rassembler dans un livre des commentaires en latin sur les fondements de la religion chrétienne. J. Preston le dépeint aussi comme un homme sobre, affable et humble, soucieux de rétablir la paix parmi ses voisins, un ami des pauvres et des ministres de la Parole9. Le récit de mort se réduit à sa plus simple expression : « Dans sa maladie il était patient, et désireux de quitter ce monde de malheur. Et ayant vécu une vie paisible, il est mort paisiblement »10. Mis à part une brève formule décrivant les actions du défunt comme l’œuvre de l’Esprit Saint, la dimension religieuse est absente. J. Preston brosse le portrait d’un homme respectable et vertueux, mais qui n’était, semble-t-il, ni pieux, ni dévot.

  • 11  Patrick Collinson,  “A Magazine of Religious Patterns”, op. cit., 243 et 247.
  • 12  Voir Rhétorique à Herennius, III.10-15, texte établi et traduit par Guy Achard, Paris : Les Belles (...)
  • 13  Voir Laurent Pernot, La Rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, 2 vol., Paris : Institut (...)
  • 14  Le propos de Collinson vise pour l’essentiel à relativiser l’universalité présumée du schéma de la (...)

4Pour bien comprendre l’ampleur du non-dit à l’œuvre dans ce texte, il faut savoir que les auteurs protestants du XVIIe siècle se sont livrés à une véritable entreprise de recodification des formulaires encomiastiques antiques et humanistes. Dans l’article qu’il a consacré, il y a environ trente ans, à l’éloge homilétique, P. Collinson a souligné à juste titre l’influence très marquée que les modèles rhétoriques exercent sur les prédicateurs anglais engagés dans une démarche encomiastique11. Comme on le sait, ces modèles reposent pour l’essentiel sur une classification tripartite des sources de l’éloge, l’orateur devant aborder tour à tour les biens extérieurs (ancêtres, naissance, éducation), les biens du corps (beauté, force) et les biens de l’esprit ou de l’âme (qualités)12. Ces biens sont le plus souvent disposés en fonction d’un plan correspondant globalement au schéma biographique, mais qui accorde une place primordiale aux actions et aux vertus13. Le discours encomiastique s’adapte ainsi aux exigences de l’engagement éthique et moral de l’orateur dans la cité. L’éloge de J. Reynell correspond en tous points à ces différents principes. Ce qui le distingue des autres textes du corpus, c’est l’absence de stratégies de recodification, le refus d’adapter à l’ethos protestant les conventions encomiastiques usuelles. Il faut en effet souligner que dans la majorité des sermons imprimés, l’orientation éthique de l’éloge prend, contrairement à ce qu’affirme P. Collinson, une tournure plus spécifiquement théologique. P. Collinson considère que la théologie réformée n’est pas un élément central de l’éloge homilétique, que les prédicateurs, parce qu’ils font l’éloge des vertus à la manière des auteurs antiques, font passer au second plan les doctrines de la grâce et de l’assurance du salut14. Ce n’est pas tout à fait exact. Le sermon que J. Preston prêche en 1618 à l’occasion des funérailles de Th. Reynell illustre les principales stratégies de recodification à l’œuvre dans l’éloge protestant. L’analyse de ce texte permet de mettre en évidence les silences perceptibles dans le discours précédent.

  • 15  « [T]he most certain tokens of a true Christian », John Preston, The Patriarchs Portion or, the Sa (...)
  • 16  Voir William Perkins, A Case of Conscience, the Greatest That Ever Was : How a Man May Know Whethe (...)
  • 17  John Preston, The Patriarchs Portion, op. cit., 59.
  • 18 Ibid., 59-66.
  • 19  « [A] Candle, wasting himselfe, to give light to others », (Ibid., 66). Voir les occurrences de ce (...)
  • 20  La « bonne mort » protestante correspond à un ensemble de comportements codifiés par les préparati (...)
  • 21  John Preston, The Patriarchs Portion, op. cit., 67-68.
  • 22  Pour plus de détails sur les stratégies de recodification à l’œuvre dans les sermons funèbres prot (...)

5Dans l’exorde de l’éloge de Th. Reynell, J. Preston commence par renvoyer ses auditeurs à la conception protestante de la sainteté visible en soulignant qu’une bonne vie et une bonne mort sont « les marques les plus certaines du chrétien véritable »15. Cette insistance sur les manifestations extérieures du salut est une caractéristique essentielle de la doctrine de l’assurance de William Perkins16. De ce point de vue, la centralité des vertus et des œuvres dans les éloges funèbres n’est pas incompatible avec les dogmes calvinistes et ne doit en aucun cas être comprise comme un retrait du cadre théologique. La référence initiale à la doctrine de la sainteté permet à J. Preston de préciser le sens de sa démarche encomiastique : en relatant la vie et la mort de Th. Reynell, il rendra manifeste les signes de son élection. Dans la suite du discours, différentes stratégies de réécriture viennent soutenir la mise en scène des éléments visant à prouver la sainteté du défunt. La plus importante consiste en l’adoption d’un schéma de composition permettant d’obtenir une hiérarchisation des parties du discours conforme à l’ethos protestant. J. Preston se concentre sur les qualités du défunt, qu’il subdivise en six rubriques : sagesse, humilité, crainte de Dieu, haine de Mammon, amour de la vérité, amour du prochain. Ces qualités, précise-t-il, sont celles du bon magistrat ; il dit en avoir trouvé la liste chez les « docteurs hébreux » et il ajoute qu’on les trouve énumérées dans deux versets des Écritures, Exode 18.21 et Deutéronome 1.1317. J. Preston substitue ainsi au modèle rhétorique usuel un modèle scripturaire. Au sein des différentes rubriques, on retrouve les topoi habituels de l’éloge de la sainteté protestante, avec l’insistance usuelle sur le principe de la double obéissance aux Tables de la Loi. On apprend ainsi que le défunt s’est acquitté de ses devoirs envers Dieu : prière, fréquentation assidue des prêches, lecture d’ouvrages dévotionnels ; il s’est aussi acquitté de ses obligations envers son prochain : protection des faibles et des ignorants, traitement équitable de ses métayers, hospitalité, compassion envers les pauvres18. On comprend aussi que Th. Reynell s’est distingué par l’accomplissement de sa vocation, alliant sa fonction de magistrat à l’exercice du ministère laïc : J. Preston le compare notamment à « une chandelle qui se consume pour donner de la lumière aux autres », une métaphore récurrente dans les éloges de ministres19. Enfin, le récit des derniers instants rassemble tous les éléments caractéristiques de la « bonne mort » protestante20. J. Preston signale en particulier que le défunt expire en témoignant de sa confiance en la rémission de ses péchés et en exprimant son assurance du salut21. Dans la mesure où les différents procédés que l’on vient de mettre en avant sont récurrents dans les textes du corpus, on peut légitimement considérer que les prédicateurs anglais élaborent un idiome encomiastique spécifiquement protestant22. C’est cet idiome qui constitue la norme dans l’éloge homilétique. Le fait qu’un seul et même prédicateur décide, dans un cas, de suivre cette norme, mais préfère la contourner dans un autre cas, comme on vient de le voir avec John Preston, est significatif. On peut y voir le désir de défendre le statut éthique du discours d’éloge et d’en préserver ainsi l’utilité comme outil d’évangélisation.

  • 23  Timothy Oldmayne, Lifes Brevitie and Deaths Debility. Evidently Declared in a Sermon Preached at t (...)
  • 24  « This that hath beene spoken already of the vertuous life of this young Gentleman, is something, (...)
  • 25  Sur l’influence des Lewkenor et des Oldmayne dans le Suffolk, voir Patrick Collinson, « Magistracy (...)
  • 26  Robert Pricke, A Verie Godlie and Learned Sermon, Treating of Mans Mortalitie, and of the Estate B (...)

6Dans l’éloge de J. Reynell, la stratégie de contournement de J. Preston consiste à ne pas choisir le modèle encomiastique protestant. C’est pour cette raison qu’on a qualifié ce texte d’éloge civil : le prédicateur honore l’homme terrestre, et s’acquitte, ce faisant, de sa dette à l’égard de son protecteur, mais se refuse à inscrire le destin du défunt dans une perspective eschatologique. Tout porte à croire que le matériau biographique initial ne se prêtait pas à ce type de réécriture. Le silence est aussi la stratégie préconisée par un autre prédicateur, Timothy Oldmayne, confronté dans les années 1630 à un cas similaire. Il doit alors faire l’éloge du jeune Edward Lewkenor, décédé prématurément à l’âge de vingt ans. Contrairement à J. Preston, T. Oldmayne ne fait toutefois pas l’impasse sur le modèle encomiastique protestant. Il choisit plutôt de faire un éloge minimal, énumérant brièvement les sept qualités principales du défunt : participation assidue aux prières publiques, dévotions privées, fréquentation des prêches, dévotions à l’église, amour et charité, estime pour les ministres de la Parole, détermination à éviter la compagnie des impies23. Avant de procéder à la description rapide de cinq vertus supplémentaires – courtoisie, humilité, modestie, tempérance, générosité – il s’adresse au public dans une digression accusatrice, s’en prenant directement à ceux qui voudraient qu’on leur présente « des choses plus remarquables », qui exigeraient que « des fruits plus florissants » viennent prouver la foi du défunt24. Cette digression est l’élément le plus marquant d’une stratégie défensive qui affleure à plusieurs reprises dans le texte. Elle signale l’embarras du prédicateur devant la tâche qui lui incombe : faire l’éloge d’un défunt qui n’était vraisemblablement pas animé d’une ferveur religieuse exceptionnelle. Avec la mort d’E. Lewkenor, T. Oldmayne se trouve, en effet, confronté à un cas de conscience. En tant que protégé de la famille, il peut difficilement s’abstenir de faire l’éloge du défunt. Il est possible que des considérations politiques compliquent davantage encore la situation. Le jeune défunt fut le dernier héritier mâle d’une famille puritaine établie depuis plus d’un demi-siècle à Denham, dans le Suffolk. Son grand-père contribua de façon décisive à l’évangélisation du comté ; dans le cadre de sa politique de soutien aux ministres puritains, il encouragea l’établissement à Denham de Robert Oldmayne, le père de Timothy, mieux connu sous le nom de Robert Pricke. Le père du jeune défunt fut lui aussi un protestant exemplaire25. Le père et le grand-père ont d’ailleurs vu leur mémoire honorée dans des discours funèbres imprimés, d’où ils émergent l’un et l’autre sous les traits du saint protestant26. Dans le cas du jeune E. Lewkenor, l’absence de publication pourrait donc être interprétée comme un désaveu implicite, ce qui ne manquerait pas de desservir la cause puritaine.

  • 27  « [I]t cannot be denyed by the most malicious detractour, but that the things before mentioned (if (...)
  • 28  Sur la manière dont les prédicateurs anglais traitent la relation entre la foi et les œuvres dans (...)
  • 29  Laurent Pernot explique comme suit la relation entre les détails et la topique dans la rhétorique (...)
  • 30  Pour plus de précisions sur ce point, voir Paula Barros, « Les Vivants à l’épreuve du deuil », op. (...)

7T. Oldmayne contourne le problème en rappelant à tous ceux qui seraient tentés de critiquer le défunt que les qualités qu’il vient d’énumérer sont en elles-mêmes des preuves suffisantes de la foi sincère et honnête du jeune homme27. D’un point de vue théologique, l’argument est recevable, car la relation entre la foi et les œuvres est loin d’être univoque. On peut fort bien obéir aux commandements divins sans être prédestiné au salut ; à l’inverse, la vraie foi des élus ne se manifeste pas nécessairement par des actes éclatants28. Reste que d’un point de vue rhétorique, la position de T. Oldmayne conduit à une impasse. L’un des grands principes de la rhétorique de l’éloge consiste à étoffer la topique par des anecdotes, des faits marquants de la vie du défunt, pour éviter que le portrait ressemble à un compliment dénué de consistance29. Dans l’éloge homilétique, l’accumulation de détails a plus spécifiquement pour fonction de convaincre l’auditeur ou le lecteur de la sainteté véritable du défunt, de montrer que ses actes de dévotion et de charité ne sont pas que les signes d’une conformité de façade avec le modèle de sainteté30. En dépit des protestations de T. Oldmayne, le caractère hiératique de l’éloge d’E. Lewkenor conduit donc le lecteur méfiant à s’interroger sur l’engagement spirituel et moral du défunt. La présence de remarques réflexives traduisant la gêne du prédicateur semble indiquer que T. Oldmayne se sait incapable de combler cette faille du discours, sauf à distordre la réalité pour en accentuer la conformité avec le modèle de sainteté. Or, cette solution paraît bien plus risquée que le choix de faire un éloge minimal, car elle conduirait très certainement à entacher la réputation du prédicateur, ainsi que celle de ses collègues.

  • 31  Richard Eaton, A Sermon Preached at the Funeralls of That Worthie and Worshipfull Gentleman, Maste (...)

8Dans certains cas, le choix d’une stratégie adaptée est d’autant plus délicat que le détournement des conventions encomiastiques peut se révéler une arme à double tranchant. C’est ce que fait apparaître l’examen d’un dernier texte, le sermon que Richard Eaton fait imprimer en 1616 en hommage à Thomas Dutton. R. Eaton semble très soucieux de s’insinuer dans les bonnes grâces de l’héritier du défunt, à qui il s’adresse dans l’épître dédicatoire. Il explique que les sommes que lui allouait Th. Dutton constituaient une part importante de son revenu et souhaite exprimer sa gratitude31. On peut penser que sa décision d’honorer la mémoire du défunt est liée à l’inquiétude que suscite le tarissement de cette manne financière, à la nécessité, autrement dit, de trouver un nouveau protecteur. La lecture de l’éloge donne l’impression que le prédicateur s’est engagé dans sa démarche encomiastique à contrecœur. Le lecteur méfiant décèle une série de marqueurs qui l’invitent à procéder au réexamen critique de la biographie de Th. Dutton. Tout se passe comme si le prédicateur cherchait à se distancier du sujet loué en déployant une rhétorique du blâme implicite.

  • 32  Richard Eaton, op. cit., 19-25.
  • 33  « I will say little of his natural parts, of wit, memorie, volubility of speech ; all which were e (...)
  • 34 Ibid., 23.
  • 35 Ibid., 23-24.
  • 36  Voir Stephen Denison, The Monument or Tombe-Stone : or, a Sermon Preached at Laurence Pountnies Ch (...)
  • 37  « [H]e was able to lift up his hands and his eies at every Petition, and to say Amen to every conc (...)

9Le plan retenu est conforme au modèle rhétorique traditionnel : R. Eaton se consacre d’abord aux biens extérieurs, pour passer ensuite aux actions et aux vertus du défunt32. Plusieurs indices signalent cependant que cet éloge doit être lu à rebours. D’abord, on remarque le refus réitéré de passer du général au particulier. Un seul exemple suffira : dans la section consacrée aux biens extérieurs, R. Eaton souligne que les capacités naturelles du défunt – son esprit, sa mémoire, son élocution – sont, chez tout un chacun, des qualités d’autant plus louables que « la grâce les ordonne et les sanctifie » ; mais il se garde bien d’affirmer qu’en ce qui concerne Th. Dutton, cette présence de la grâce était effective33. Le discours se fait plus spécifique quand le prédicateur évoque le respect du sabbat dans la demeure du défunt. On apprend que peu de temps avant de tomber malade, Th. Dutton s’est tourné vers Dieu pour le remercier de ses grâces abondantes34. R. Eaton ne parle cependant pas de conversion, et la suite du récit semble indiquer que la prise de conscience est restée superficielle. La seule conséquence dont R. Eaton se fasse l’écho concerne les dispositions prises par Th. Dutton pour que désormais le jour du Seigneur soit dûment célébré en sa demeure. C’est dans ce passage qu’apparaît le détournement de l’un des topoi les plus récurrents de l’éloge des saints. On apprend en effet que Th. Dutton se décida à installer chez lui un prédicateur – qui n’était nul autre que R. Eaton lui-même – car sa corpulence était telle qu’il ne pouvait se déplacer à l’église35. Sous couvert de mettre en évidence l’institution de sermons hebdomadaires, le prédicateur donne ici du défunt une image inversée de celle des saints qui, dans de nombreux autres sermons, se rendent à l’église alors que, minés par la maladie, ils sont à bout de forces36. La « conversion » de Th. Dutton, si tant est que l’on puisse utiliser ce mot, n’est qu’un ralliement de façade, le signe d’une régénération imparfaite. C’est ce que viennent confirmer certains détails du récit de mort : « il était capable de lever ses yeux et ses mains à chaque prière, et de dire Amen à chaque conclusion »37. Bien que Th. Dutton expire en demandant que ses péchés lui soient pardonnés et que son âme soit reçue en Christ, l’impression dominante est celle d’une grande passivité.

  • 38  Voir Emmanuel Utie, Mathew the Publican. A Funerall Sermon, Preached in St. Stephens Walbrooke the (...)

10La stratégie adoptée par R. Eaton, très différente de celle de J. Preston et T. Oldmayne, signale les limites de l’éloge à rebours. J. Preston et T. Oldmayne adoptent la tactique de l’esquive : ils disent tout le bien qu’ils peuvent dire, mais pas davantage. R. Eaton dit du mal en faisant semblant de dire du bien. La rhétorique du blâme, bien qu’implicite, n’est pas loin d’être insultante, ce qui est totalement contraire à l’usage de ne pas dire du mal des morts. Il faut savoir que la charité envers les défunts est une valeur sans cesse réaffirmée par les auteurs de l’époque moderne. Elle est centrale dans les deux sermons du corpus qui abordent de façon explicite les biographies de personnes peu vertueuses, où la rhétorique du blâme s’inscrit non seulement dans une perspective didactique – l’objectif étant d’encourager les auditeurs à réformer leurs mœurs – mais s’accompagne en outre d’une invitation à ne pas préjuger du destin eschatologique du défunt, qu’il ne s’agit en aucun cas d’accabler38. Par son persiflage dédaigneux, R. Eaton viole les règles du decorum. L’image du prédicateur n’en sort pas grandie, et sa stratégie risque d’aller à l’encontre du but recherché.


  

  • 39  Diarmaid MacCulloch définit comme suit l’hérésie antinomiste : « A logical conclusion of the doctr (...)
  • 40  « Though the orator’s appeal to didactic intention to explain an admixture of fiction and hyperbol (...)

11Si l’éloge funèbre homilétique devient un outil efficace de la pastorale, c’est avant tout parce que les prédicateurs ont su élaborer un idiome encomiastique spécifiquement protestant. La réappropriation des formulaires rhétoriques est d’autant plus importante que, dans le contexte de la lutte contre l’antinomisme, elle permet au clergé de diffuser des modèles d’exemplarité en tous points conformes avec l’ethos protestant39. De ce point de vue, les stratégies de l’écart ne traduisent pas de velléité séditieuse, mais visent au contraire à conforter la norme : c’est parce qu’ils refusent, dans certaines situations, d’exploiter pleinement les conventions du genre, que les prédicateurs mettent l’éloge homilétique à l’abri des lecteurs trop critiques, toujours enclins à s’interroger sur l’envers du décor. Il faut dès lors nuancer l’analyse de Barbara Kiefer Lewalski, pour qui les éloges funèbres représentent avant tout des « types idéaux », ce qui autoriserait les prédicateurs à proposer un « mélange de fiction et d’hyperbole »40. Il semblerait au contraire que dans l’éloge homilétique, la part du fictionnel soit relativement réduite. Si le prédicateur s’arroge, à la manière des orateurs antiques, le droit de dire « ce qui devrait être » plutôt que « ce qui est », il n’en est pas moins obligé d’exercer cette liberté dans les limites du decorum, en évitant, autrement dit, de colporter des mensonges et des contrevérités. Les stratégies de réécriture visant à mettre en scène la vie des défunts, à souligner la conformité de ces destins individuels avec le modèle de sainteté, sont certes des instruments de réorganisation discursive du matériau biographique de départ. Il n’en demeure pas moins qu’elles doivent être utilisées avec jugement et mesure. Ce n’est qu’à ce prix que le prédicateur reste crédible quand il prétend lever le voile de l’âme du défunt en présentant l’image visible de ses grâces invisibles.

Haut de page

Bibliographie

Abbot Robert, The Young-Mans Warning-Peece: or, a Sermon Preached at the Buriall of William Rogers Apothecary. With an History of His Sinfull Life, and Wofull Death. Together with a Post-Script of the Use of Examples. Dedicated to the Young-Men of the Parish, Especially to His Companions. By Robert Abbot, Vicar of Cranebrooke in Kent, London: R.B. for P. Stephens & C. Meredith, 1639 [1636], STC 60.7.

Barros Paula, « Les Vivants à l’épreuve du deuil. Discours normatifs et écrits de circonstance en Angleterre, c. 1550-1640 », Thèse de doctorat, sous la direction de Luc Borot, Université Montpellier III, 2007.

Beier Lucinda McCray, « The Good Death in Seventeenth-Century England », in Ralph Houlbrooke (Ed.), Death, Ritual and Bereavement, London et New York: Routledge, 1989, 43-61.

Carlson Eric Josef, « English Funeral Sermons as Sources: The Example of Female Piety in Pre-1640 Sermons », Albion, vol. 32, n° 4, Winter 2000, 567-97.

CHAMBERLAIN John, The Chamberlain Letters. A Selection of the Letters of John Chamberlain concerning Life in England from 1597 to 1626, in Elizabeth McClure Thomson (Ed.), London: John Murray, 1966.

Collinson Patrick, « “A Magazine of Religious Patterns” : An Erasmian Topic Transposed in English Protestantism », in Derek Baker (Ed.), Renaissance and Renewal in Christian History, Papers Read at the Fifteenth Summer Meeting and the Sixteenth Winter Meeting of the Ecclesiastical History Society, Oxford : Basil Blackwell, coll. « Studies in Church History », 1977.

Collinson Patrick, « Magistracy and Ministry: a Suffolk Miniature », in idem, Godly People: Essays on English Protestantism and Puritanism, London: Hambledon Press, coll. « History Series », 1983, 445-466.

Cressy David, Birth, Marriage, and Death. Ritual, Religion, and the Life-Cycle in Tudor and Stuart England, Oxford: Oxford UP, 1997.

Denison Stephen, The Monument or Tombe-Stone : or, a Sermon Preached at Laurence Pountnies Church in London, Novemb. 21. 1619. at the Funerall of Mrs. Elizabeth Juxon, the Late Wife of Mr. John Juxon. By Stephen Denison Minister of Gods Word, at Kree-Church in the Honourable Citie of London, London: Richard Field, 1622 [1620], STC 6605.

Dugan Eileen T., « The Funeral Sermon as a Key to Familial Values in Early Modern Nördlingen », Sixteenth Century Journal, vol. 20, n° 4, 1989, 631-44.

Eaton Richard, A Sermon Preached at the Funeralls of That Worthie and Worshipfull Gentleman, Master Thomas Dutton of Dutton, Esquire, Who Yeelded to Nature the 28. of December. By Richard Eaton Bachelour of Divinitie, and Pastor of Great Budworth in Cheshire, London: John Legatt for Samuel Man, 1616, STC 7468.

English Short Title Catalogue, London: The British Library, <http://www.estc.bl.uk>

Gataker Thomas, Abrahams Decease. A Meditation on Genesis 25.8. Delivered at the Funerall of That Worthy Servant of Christ, Mr. Richard Stock, Late Pastor of All-Hallowes Bread-Street: Together with the Testimonie Then Given unto Him. By Thomas Gataker B. of D. and Pastor of Rotherhith, London : John Haviland for Fulke Clifton,  1627, STC 11647.

Houlbrooke Ralph, Death, Religion and the Family in England, 1480-1750, Oxford: Clarendon Press, coll. « Oxford Studies in Social History », 1998.

Jackson Thomas, Sinnelesse Sorrow for the Dead. A Comfortable Sermon : Preached at the Funerall of Mr Moyle, of Buck-Well, in the Countie of Kent Esquire, the Sixt of Januarie. 1614. By Thomas Jackson, Batchelor in Divinitie, and Preacher of Gods Word, at Wye in Kent, London: T.S[nodham] for Roger Jackson, 1614, STC 14305a.

Langhorne Lancelot, Mary Sitting at Christs Feet. A Sermon Preached at the Funerall of Mris Mary Swaine, the Wife of Mr William Swaine, at Saint Buttolphs without Aldersgate. Declaring Her Christian Life, and Comfortable Death, for the Encouraging of All Christian Gentlewomen, and Others, to Walke in the Steps of This Religious Gentlewoman Already Departed. By Lancelot Langhorne, Preacher of the Word of God, London: [N. Okes] for Arthur Johnson, 1611, STC 15197.

Lewalski Barbara Kiefer, Donne’s Anniversaries and the Poetry of Praise. The Creation of a Symbolic Mode, Princeton: Princeton UP, 1973.

MacCulloch Diarmaid, The Reformation. A History, London: Penguin, 2005 [2003].

Oldmayne Timothy, Gods Rebuke in Taking from Us That Worthy and Honourable Gentleman Sir Edward Lewkenor Knight, the First Day of May This Present Yeere 1618. He Being at That Time High Sheriffe of Suffolke: Whose Christian Life and Comfortable End Are Here Faithfully Recorded. Together with Divers Profitable and Necessarie Instructions ; Delivered First in a Discourse at His Funerall, and Now Inlarged, and Published, for the Benefit of Others Not Then Present. By T. O. Alias P. Minister of the Word of God at Denham in Suffolke, London: Edward Griffin for John Parker, 1619, STC 18805.

Oldmayne Timothy, Lifes Brevitie and Deaths Debility. Evidently Declared in a Sermon Preached at the Funerall of That Hopeful and Vertuous Yong Gentleman Edward Lewkenor Esquire, &c. In Whose Death Is Ended the Name of That Renowned Family of the Lewkenors in Suffolke. By Tymothy Oldmayne Minister of the Word of God at Denham in Suffolke. Our Dayes on Earth Are As a Shaddow, and There Is None Abiding. Also an Elegy and an Epitaph on the Death of That Worthy Gentleman, by I. G. Dr. of D., London: N. and I. Okes, 1636, STC 18806.

Oxford Dictionary of National Biography, Oxford: Oxford UP, 2004, <http://www.oxforddnb.com>.

perkins William, The Workes of That Famous and Worthie Minister of Christ in the Universitie of Cambridge, M. W. Perkins, 3 vol., Cambridge: John Legate, 1608-09, STC 19649.

Pernot Laurent, La Rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, 2 vol., Paris : Institut d’Études Augustiniennes, coll. « Études Augustiniennes, Antiquité », 1993.

Preston John, A Sermon Preached at the Funerall of Mr. Josiah Reynel Esquire, the 13th of August 1614. in East-Ogwell in Devon. By John Preston Minister of Gods Word in East-Ogwell, London: Nicholas Okes for Richard Boulton, 1615, STC 20282.5.

Preston John, The Patriarchs Portion or, the Saints Best Day. Delivered in a Sermon at the Funerall of Sir Thomas Reynell of Ogwell in Devon. Knight, Aprill. 16. 1618. Wherein May Be Seene, 1 The Shortnesse of Mans Life. 2 A Christians Combat against 1 Sathan. 2 The World. 3 The Flesh. 4 Sinne. 3 A Preparation to Die Well. 4 The Reward of Glory after Warfare. By John Preston, Preacher of Gods Word at East-Ogwell, in Devon, London: A. M[athewes] for Roger Jackeson, 1619, STC 20248.

Pricke Robert, A Verie Godlie and Learned Sermon, Treating of Mans Mortalitie, and of the Estate Both of His Bodie and Soule after Death. Preached at Denham in Suffolke. At the Celebration of the Solemne and Mournfull Funerals of the Right Worshipfull Sir Edward Lewkenor Knight, and of the Vertuous Ladie Susan, His Wife, Both at Once. By M. Robert Pricke Their Beloved and Faithfull Minister: Now Also Since That Time (to the Encrease of Our Sorow for the Losse of So Excellent a Light) Departed This Life, London: Thomas Creede, 1608, STC 20338.

Rhétorique à Herennius, texte établi et traduit par Guy Achard, Paris : Les Belles Lettres, coll. « Collection des universités de France », 1989.

Quintilien, L’Institution oratoire, texte établi et traduit par Jean Cousin, 7 vol., Paris : Les Belles Lettres, coll. « Collection des universités de France », 1975-80.

Threnoikos. The House of Mourning; Furnished with Directions for[,] Preparations to[,] Meditations of[,] Consolations at the Houre of Death. Delivered in XLVII. Sermons, Preached at the Funeralls of Divers Faithfull Servants of Christ. By Daniel Featly[,] Martin Day[,] Richard Sibbs[,] Thomas Taylor[,] Doctors in Divinitie. And Other Reverend Divines, London: John Dawson for R[alph] M[abbe and Nicholas Bourne], 1640, STC 24048.

Utie Emmanuel, Mathew the Publican. A Funerall Sermon, Preached in St. Stephens Walbrooke the 11th of March 1615. By E. U. Sometimes Fellow of St. Johns Colledge in Cambridge, London: Edward Griffin for Nathaniel Butter, 1616, STC 24560.

Haut de page

Notes

1  « [T]he truth is he was so drunk with the applause and vanity of his library that he made no conscience to rob Peter (as they say) to pay Paul, for the which he hath his reward in verses and orations which the University heaps upon him for the present, though I make no question but they will quickly vanish and in short time come to stop mustard pots », John Chamberlain, The Chamberlain Letters. A Selection of the Letters of John Chamberlain concerning Life in England from 1597 to 1626, Elizabeth McClure Thomson (Ed.), London: John Murray, 1966, 98.

2  Barbara Kiefer Lewalski, Donne’s Anniversaries and the Poetry of Praise. The Creation of a Symbolic Mode, Princeton: Princeton UP, 1973, 192 ; Patrick Collinson, « “A Magazine of Religious Patterns” : An Erasmian Topic Transposed in English Protestantism », in Derek Baker (Ed.), Renaissance and Renewal in Christian History, Papers Read at the Fifteenth Summer Meeting and the Sixteenth Winter Meeting of the Ecclesiastical History Society, Oxford : Basil Blackwell, coll. « Studies in Church History », 1977, 234 et passim.

3  Voir, par exemple, les travaux suivants : Eric Josef Carlson, « English Funeral Sermons as Sources : The Example of Female Piety in Pre-1640 Sermons », Albion, vol. 32, n° 4, Winter 2000, 567-597 ; Eileen T. Dugan, « The Funeral Sermon as a Key to Familial Values in Early Modern Nördlingen », Sixteenth Century Journal, vol. 20, n° 4, 1989, 631-644.

4  Pour une bibliographie complète des sermons imprimés séparément à l’occasion d’un décès, voir Paula Barros, « Les Vivants à l’épreuve du deuil. Discours normatifs et écrits de circonstance en Angleterre, c. 1550-1640 », Thèse de doctorat, sous la direction de Luc Borot, Université Montpellier III, 2007, 505-521.

5  Jonathan D. Moore, « Preston, John (1587–1628) », inOxford Dictionary of National Biography,Oxford :Oxford UP, 2004, <http://www.oxforddnb.com/view/article/22727>, consulté le 5 mai 2007.

6  Voir John Preston, A Sermon Preached at the Funerall of Mr. Josiah Reynel Esquire, the 13. of August 1614. in East-Ogwell in Devon. By John Preston Minister of Gods Word in East-Ogwell, London: Nicholas Okes for Richard Boulton, 1615, STC 20282.5, A2v, in English Short Title Catalogue, London: The British Library, <http://www.estc.bl.uk>. Dans la suite de cette étude, le titre sera indiqué sous la référence communément acceptée : STC.

7  Il est généralement estimé que la centaine de discours imprimés recensés pour la période ne constitue qu’une infime partie du nombre de sermons effectivement prononcés par les pasteurs protestants au cours du premier XVIIe siècle (Carlson, « English Funeral Sermons as Sources », op. cit., 575-577 ; David Cressy, Birth, Marriage, and Death. Ritual, Religion, and the Life-Cycle in Tudor and Stuart England, Oxford : Oxford UP, 1997, 408 ; Ralph Houlbrooke, Death, Religion and the Family in England, 1480-1750, Oxford : Clarendon Press, coll. « Oxford Studies in Social History », 1998, 298-229).

8  Preston, A Sermon, op. cit., A3r-v.

9  Ibid., D2v-D3r.

10  « In his sicknes he was patient, & willing to leave this miserable world. And as his life was quiet, so he died quietly » (Ibid., D3r).

11  Patrick Collinson,  “A Magazine of Religious Patterns”, op. cit., 243 et 247.

12  Voir Rhétorique à Herennius, III.10-15, texte établi et traduit par Guy Achard, Paris : Les Belles Lettres, coll. « Collection des universités de France », 1989, 95-101 ; Quintilien, L’Institution oratoire, III.7.10-18, texte établi et traduit par Jean Cousin, 7 vol., Paris : Les Belles Lettres, « Collection des universités de France », 1975-80, vol. 2, 191-193.

13  Voir Laurent Pernot, La Rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, 2 vol., Paris : Institut d’Études Augustiniennes, « Études Augustiniennes, Antiquité », 1993, vol. 1, 148.

14  Le propos de Collinson vise pour l’essentiel à relativiser l’universalité présumée du schéma de la biographie spirituelle décrit par William Haller. Comme l’observe Collinson, ce n’est que de façon exceptionnelle que les éloges homilétiques retracent les différentes étapes de l’ordo salutis (vocation, conversion, justification, sanctification), Collinson, « “A Magazine of Religious Patterns” », op. cit., 226-227.

15  « [T]he most certain tokens of a true Christian », John Preston, The Patriarchs Portion or, the Saints Best Day. Delivered in a Sermon at the Funerall of Sir Thomas Reynell of Ogwell in Devon. Knight, Aprill. 16. 1618. Wherein May Be Seene, 1 The Shortnesse of Mans Life. 2 A Christians Combat against 1 Sathan. 2 The World. 3 The Flesh. 4 Sinne. 3 A Preparation to Die Well. 4 The Reward of Glory after Warfare. By John Preston, Preacher of Gods Word at East-Ogwell, in Devon, London: A.M[athewes] for Roger Jackeson, 1619, STC 20248, 58.

16  Voir William Perkins, A Case of Conscience, the Greatest That Ever Was : How a Man May Know Whether He Be the Childe of God, or No, in William Perkins, The Workes of That Famous and Worthie Minister of Christ in the Universitie of Cambridge, M. W. Perkins, 3 vol., Cambridge : John Legate, 1608-09, STC 19649, vol. 1, 437.

17  John Preston, The Patriarchs Portion, op. cit., 59.

18 Ibid., 59-66.

19  « [A] Candle, wasting himselfe, to give light to others », (Ibid., 66). Voir les occurrences de cette même métaphore dans les éloges de ministres suivants : Thomas Gataker, Abrahams Decease. A Meditation on Genesis 25.8. Delivered at the Funerall of That Worthy Servant of Christ, Mr. Richard Stock, Late Pastor of All-Hallowes Bread-Street : Together with the Testimonie Then Given unto Him. By Thomas Gataker B. of D. and Pastor of Rotherhith, London: John Haviland for Fulke Clifton, 1627, STC 11647, 13 ; The Worlds Losse and the Righteous Mans Gaine, inThrenoikos. The House of Mourning ; Furnished with Directions for[,] Preparations to[,] Meditations of[,] Consolations at the Houre of Death. Delivered in XLVII. Sermons, Preached at the Funeralls of Divers Faithfull Servants of Christ. By Daniel Featly[,] Martin Day[,] Richard Sibbs[,] Thomas Taylor[,] Doctors in Divinitie. And Other Reverend Divines, London: John Dawson for R[alph] M[abbe and Nicholas Bourne], 1640, STC 24048, 17.

20  La « bonne mort » protestante correspond à un ensemble de comportements codifiés par les préparations à la mort et centrés, pour l’essentiel, sur la profession de foi, l’acceptation patiente du trépas et l’abandon de l’âme à Dieu. La bibliographie sur ce sujet est relativement abondante. Voir en particulier les travaux suivants : Lucinda McCray Beier, “The Good Death in Seventeenth-Century England”, in Ralph Houlbrooke (Ed.), Death, Ritual and Bereavement, London et New York : Routledge, 1989, 43-61 ; Houlbrooke, Death, Religion and the Family, op. cit., 183-219.

21  John Preston, The Patriarchs Portion, op. cit., 67-68.

22  Pour plus de détails sur les stratégies de recodification à l’œuvre dans les sermons funèbres protestants, voir Paula Barros, « Les Vivants à l’épreuve du deuil », op. cit., 401-430.

23  Timothy Oldmayne, Lifes Brevitie and Deaths Debility. Evidently Declared in a Sermon Preached at the Funerall of That Hopeful and Vertuous Yong Gentleman Edward Lewkenor Esquire, &c. In Whose Death Is Ended the Name of That Renowned Family of the Lewkenors in Suffolke. By Tymothy Oldmayne Minister of the Word of God at Denham in Suffolke. Our Dayes on Earth Are As a Shaddow, and There Is None Abiding. Also an Elegy and an Epitaph on the Death of That Worthy Gentleman, by I. G. Dr. of D., London: N. and I. Okes, 1636, STC 18806, 20-21.

24  « This that hath beene spoken already of the vertuous life of this young Gentleman, is something, but no great matter : for we looked for farre greater things then those, and more flourishing fruites of his Faith » (Ibid., 21 et 23-26 ; la citation est extraite de la page 21).

25  Sur l’influence des Lewkenor et des Oldmayne dans le Suffolk, voir Patrick Collinson, « Magistracy and Ministry: a Suffolk Miniature », inGodly People: Essays on English Protestantism and Puritanism, London : Hambledon Press, « History Series », 1983, 445-466.

26  Robert Pricke, A Verie Godlie and Learned Sermon, Treating of Mans Mortalitie, and of the Estate Both of His Bodie and Soule after Death. Preached at Denham in Suffolke. At the Celebration of the Solemne and Mournfull Funerals of the Right Worshipfull Sir Edward Lewkenor Knight, and of the Vertuous Ladie Susan, His Wife, Both at Once. By M. Robert Pricke Their Beloved and Faithfull Minister : Now Also Since That Time (to the Encrease of Our Sorow for the Losse of So Excellent a Light) Departed This Life, London: Thomas Creede, 1608, STC 20338, E1v-F2v ; Timothy Oldmayne, Gods Rebuke in Taking from Us That Worthy and Honourable Gentleman Sir Edward Lewkenor Knight, the First Day of May This Present Yeere 1618. He Being at That Time High Sheriffe of Suffolke : Whose Christian Life and Comfortable End Are Here Faithfully Recorded. Together with Divers Profitable and Necessarie Instructions ; Delivered First in a Discourse at His Funerall, and Now Inlarged, and Published, for the Benefit of Others Not Then Present. By T. O. Alias P. Minister of the Word of God at Denham in Suffolke, London: Edward Griffin for John Parker, 1619, STC 18805, 1-54.

27  « [I]t cannot be denyed by the most malicious detractour, but that the things before mentioned (if there were no more) doe sufficientlie manifest, that this Gentlemans faith was not vaine, nor his religion verball », Timothy Oldmayne, Lifes Brevitie, op. cit., 22.

28  Sur la manière dont les prédicateurs anglais traitent la relation entre la foi et les œuvres dans leurs sermons funèbres, voir Paula Barros, « Les Vivants à l’épreuve du deuil », op. cit., 406-410.

29  Laurent Pernot explique comme suit la relation entre les détails et la topique dans la rhétorique de l’éloge : « les détails précis ne se substituent pas à la topique, ils se coulent en elle pour lui donner vie et couleur. [L’]insertion de faits concrets dans un cadre stéréotypé est caractéristique de la composition épidictique, qui marie le général et le particulier, les topoi et les idiotês tou prosopou », Pernot, La Rhétorique de l’éloge, vol. 1, 256-257.

30  Pour plus de précisions sur ce point, voir Paula Barros, « Les Vivants à l’épreuve du deuil », op. cit., 416-419.

31  Richard Eaton, A Sermon Preached at the Funeralls of That Worthie and Worshipfull Gentleman, Master Thomas Dutton of Dutton, Esquire, Who Yeelded to Nature the 28. of December. By Richard Eaton Bachelour of Divinitie, and Pastor of Great Budworth in Cheshire, London: John Legatt for Samuel Man, 1616, STC 7468, A3r-v.

32  Richard Eaton, op. cit., 19-25.

33  « I will say little of his natural parts, of wit, memorie, volubility of speech ; all which were excellent in him, and commendable in any, especially when, as Bernard saith […] Grace doth order and sanctifie that which creation has given and bestowed », Ibid., 20-21.

34 Ibid., 23.

35 Ibid., 23-24.

36  Voir Stephen Denison, The Monument or Tombe-Stone : or, a Sermon Preached at Laurence Pountnies Church in London, Novemb. 21. 1619. at the Funerall of Mrs. Elizabeth Juxon, the Late Wife of Mr. John Juxon. By Stephen Denison Minister of Gods Word, at Kree-Church in the Honourable Citie of London, London : Richard Field, 1622 [1620], STC 6605, 46 et 50 ; Gataker, Abrahams Decease, op. cit., 13-4 ; Thomas Jackson, Sinnelesse Sorrow for the Dead. A Comfortable Sermon : Preached at the Funerall of Mr Moyle, of Buck-Well, in the Countie of Kent Esquire, the Sixt of Januarie. 1614. By Thomas Jackson, Batchelor in Divinitie, and Preacher of Gods Word, at Wye in Kent, London: T.S[nodham] for Roger Jackson, 1614, STC 14305a, 4-5 ; Lancelot Langhorne, Mary Sitting at Christs Feet. A Sermon Preached at the Funerall of Mris Mary Swaine, the Wife of Mr William Swaine, at Saint Buttolphs without Aldersgate. Declaring Her Christian Life, and Comfortable Death, for the Encouraging of All Christian Gentlewomen, and Others, to Walke in the Steps of This Religious Gentlewoman Already Departed. By Lancelot Langhorne, Preacher of the Word of God, London: [N. Okes] for Arthur Johnson, 1611, STC 15197, 18.

37  « [H]e was able to lift up his hands and his eies at every Petition, and to say Amen to every conclusion », Richard Eaton, A Sermon, 25.

38  Voir Emmanuel Utie, Mathew the Publican. A Funerall Sermon, Preached in St. Stephens Walbrooke the 11. of March 1615. By E. U. Sometimes Fellow of St. Johns Colledge in Cambridge, London: Edward Griffin for Nathaniel Butter, 1616, STC 24560, 37-40 ; Robert Abbot, The Young-Mans Warning-Peece : or, a Sermon Preached at the Buriall of William Rogers Apothecary. With an History of His Sinfull Life, and Wofull Death. Together with a Post-Script of the Use of Examples. Dedicated to the Young-Men of the Parish, Especially to His Companions. By Robert Abbot, Vicar of Cranebrooke in Kent, London: R.B. for P. Stephens et C. Meredith, 1639 [1636], STC 60.7, 22-24 et passim.

39  Diarmaid MacCulloch définit comme suit l’hérésie antinomiste : « A logical conclusion of the doctrine [of justification by faith] might be antinomianism, the idea that all restrictions on human conduct by laws and regulations have become irrelevant to those saved by the gift of faith. An antinomian might therefore feel entitled to ignore all the agreed rules and restraints of everyday society, confident in ultimate salvation », Diarmaid MacCulloch, The Reformation. A History, London: Penguin, 2005 [2003], 350.

40  « Though the orator’s appeal to didactic intention to explain an admixture of fiction and hyperbole in his praises was sometimes a cynical effect to defend the crassest flattery, on its positive side it justified the “ideal type” as more suitable for didactic purposes than the particulars of an individual life could be. On these grounds, the demonstrative orator claimed the right to present what ought to be instead of what is », Barbara K. Lewalski, Donne’s Anniversaries, op. cit., 176-177.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paula Barros, « L’image visible des grâces invisibles : Rhétorique de l’éloge et stratégies de l’écart dans les sermons funèbres protestants, c. 1600-1640 », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n° 3 | 2008, 51-66.

Référence électronique

Paula Barros, « L’image visible des grâces invisibles : Rhétorique de l’éloge et stratégies de l’écart dans les sermons funèbres protestants, c. 1600-1640 », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n° 3 | 2008, mis en ligne le 03 juin 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lisa.revues.org/373 ; DOI : 10.4000/lisa.373

Haut de page

Auteur

Paula Barros

Dr, (Montpellier, France)
Paula Barros est PRAG à l’Université Paul Valéry, Montpellier III. Elle est membre de l’Institut de Recherches sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières (IRCL, UMR 5186 du CNRS). Elle a soutenu en décembre 2007 une thèse de doctorat consacré aux discours du deuil dans l’Angleterre de la première modernité (c. 1550-1640). Elle est l’auteur de deux articles : « L’Écriture hagiographique dans les sermons funèbres protestants anglais », in Patricia Eichel-Lojkine et Claudie Martin-Ulrich (Dir.), De bonne vie s’ensuit bonne mort. Récits de mort, récits de vie en Europe (XVe-XVIIe siècle), Paris : Honoré Champion, 2006 ; « Les Sources classiques dans la littérature protestante du deuil et de la consolation en Angleterre (c. 1590-1640) », Bulletin de la Société d’Études Anglo-Américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, n° 60, juin 2005.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org