Navigation – Plan du site
Les relations économiques extérieures des Etats-Unis
9

La politique commerciale de George W. Bush : rupture ou continuité ?

American Trade Policy under George W. Bush: Continuity or Change?
Jean-Baptiste Velut
p. 154-167

Résumés

Cet article se propose de dresser un bilan critique de la politique commerciale du Président George W. Bush. Dans un premier temps, il compare les perspectives idéologiques et les ambitions politiques du leader républicain à celles de son prédécesseur démocrate, Bill Clinton, avant de mettre l’accent sur les nouvelles données du contexte politique et économique des années 2000. Ces éléments introductifs serviront de fondations, d’une part, pour l’étude de la gestion des relations commerciales entre les États-Unis et leurs principaux partenaires économiques, et d’autre part pour l’analyse de la stratégie de « libéralisation compétitive » adoptée par George W. Bush aux niveaux multilatéral, régional et bilatéral. L’objectif est double : déterminer les lignes de rupture et de continuité entre le président républicain et son prédécesseur ; et établir un bilan des principales initiatives commerciales lancées par l’administration Bush dans le but de mieux comprendre les nouveaux défis intérieurs et internationaux auxquels son successeur sera confronté.

Haut de page

Texte intégral

1« Axe du Mal », « guerre préemptive », « armes de destruction massives » : la politique étrangère de George W. Bush restera celle des grands défis de sécurité nationale. Pourtant, en dehors de la guerre contre le terrorisme, le nouveau président des États-Unis a hérité d’un certain nombre de chantiers en matière de politique économique extérieure qui font partie intégrante de l’héritage international – et socio-économique – de George W. Bush. Cet article se propose de dresser un bilan de la politique commerciale du quarante-troisième président des États-Unis. Dans un premier temps, ce travail compare les perspectives idéologiques et les ambitions politiques du leader républicain à celles de son prédécesseur démocrate, avant de mettre l’accent sur les nouvelles données du contexte politique et économique des années 2000. Ces éléments introductifs serviront de fondations, d’une part, pour l’étude de la gestion des relations commerciales entre les États-Unis et leurs principaux partenaires économiques et, d’autre part, pour l’analyse de la stratégie de « libéralisation compétitive » adoptée par George W. Bush aux niveaux multilatéral, régional et bilatéral. L’objectif est double : déterminer les lignes de rupture et de continuité entre le président républicain et son prédécesseur ; et établir un bilan des principales initiatives commerciales lancées par l’administration Bush dans le but de mieux comprendre les nouveaux défis intérieurs et internationaux auxquels son successeur sera confronté.

Idéologie et pragmatisme

  • 1  Christian Deblock, « Le libre-échange et les accords de commerce dans la politique commerciale des (...)
  • 2  Voir Office of the US Trade Representative, “2001 Trade Policy Agenda and 2000 Annual Report”, <ht (...)
  • 3  Le Président Clinton ne parvint pas à renouveler ses pouvoirs de négociation auprès du Congrès. Se (...)

2Les perspectives idéologiques de George W. Bush en matière de politique commerciale s’inscrivent dans une tradition libérale, et rejoignent en de nombreux points celles de son prédécesseur démocrate. Le président républicain affiche une grande confiance en les vertus à la fois économiques et politiques de la libéralisation commerciale. Malgré ses fondements idéologiques, la politique commerciale de George W. Bush reste avant tout pragmatique. Ce dernier n’hésite pas à accorder des concessions aux intérêts protectionnistes pour accomplir ses objectifs politiques. Ainsi, dans la lignée de ses prédécesseurs, le président est conscient qu’il doit souvent « faire un pas en arrière pour pouvoir faire deux pas en avant »1, comme en témoignent sa décision de relever les tarifs douaniers sur les importations d’acier quelques mois après son investiture, ou encore celle de protéger les industries textiles et agricoles. Dès les premiers mois de son mandat, George W. Bush s’engage à promouvoir l’ouverture des marchés « sur tous les fronts », c’est-à-dire par les voies bilatérale, régionale et multilatérale2. En somme, s’il promet de redynamiser la politique commerciale américaine, faisant parfois référence aux échecs de l’administration Clinton3, le Président Bush affiche des ambitions très semblables à celles de son homologue démocrate.

Un nouveau contexte politique

  • 4  Cet aphorisme faisait référence au thème de campagne que Bill Clinton avait utilisé contre George (...)

3Malgré ces similitudes, Bill Clinton et son successeur évoluent dans des contextes politiques très différents, autant sur le plan international que sur le plan intérieur. La présidence de George W. Bush est bien sûr marquée par les attentats du 11 septembre, dont les conséquences politiques vont bien au-delà des enjeux de sécurité nationale. Si la politique économique extérieure était au centre des préoccupations de Washington après la chute du mur de Berlin – « it’s the international economy, stupid » ironisait Adam M. Garfinkle4 – les enjeux de sécurité nationale reprennent vite le pas sur les débats sur la mondialisation. Cette nouvelle donnée du contexte international a deux conséquences pour la politique commerciale de George W. Bush. D’une part, le président s’impliquera beaucoup moins que son prédécesseur dans la gestion des relations économiques extérieures, se concentrant sur son rôle de commandant en chef en Afghanistan, puis en Irak. D’autre part, George W. Bush bénéficiera, au moins à court terme, d’un effet de ralliement patriotique (rally-around-the-flag effect) au sein de la majorité républicaine, ce qui permettra à la Maison-Blanche d’atteindre un certain nombre de ses objectifs politiques en dépit des profondes divisions au Congrès.

  • 5  Au cours de sa campagne en 1999, George W. Bush avait déclaré “I’m a uniter, not a divider”. Georg (...)
  • 6  Son président, Bill Thomas, contribue grandement à l’érosion du consensus bipartite en faveur du l (...)

4La fracture partisane est le second élément clé du contexte politique des années 2000. Les méthodes politiques agressives de l’administration Bush sont en partie responsables de ces conflits, déjà récurrents sous la présidence de Clinton. S’il avait promis de combler le fossé partisan au cours de sa campagne électorale5, le président républicain se montre très vite plus apte à diviser qu’à unifier le Congrès. Les apparatchiks de la majorité républicaine se font le relais de cette politique sans compromis, notamment au sein de la Commission des Voies et Moyens de la Chambre des représentants (House Ways and Means Committee), organe essentiel à l’élaboration de la politique commerciale6.

  • 7  90 % des Démocrates s’opposent au renouvellement de la procédure de négociation accélérée. À ce su (...)

5Ces conflits partisans viennent se greffer sur les polémiques qui ont divisé les deux chambres du Congrès quant aux coûts et bénéfices de la libéralisation des échanges. En effet, depuis les débats sur l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), le modèle de la politique commerciale américaine est l’objet de débats houleux entre partisans de « l’équité des échanges », pour la plupart, des Démocrates poussés par les syndicats et les groupes écologistes, et les plaidoyers du libre-échange, Républicains et Démocrates centristes soutenus par une grande partie des milieux d’affaires. Refusant de transiger sur l’inclusion de clauses sociales et environnementales aux projets de lois commerciales, les stratèges républicains ignorent délibérément les revendications de l’opposition, réduisant ainsi la marge de soutien des Démocrates pour la libéralisation des échanges, comme le démontrent les votes sur la procédure de négociation accélérée (rebaptisée trade promotion authority) en 2001-20027. C’est donc dans cette atmosphère tendue que l’administration Bush s’efforcera de promouvoir sa politique économique extérieure, du moins jusqu’à la fin de l’année 2006. Après la victoire des Démocrates au Congrès, la Maison-Blanche sera forcée de rétablir tant bien que mal un consensus bipartisan en matière de politique commerciale.

Le garant des grands partenariats économiques

6En dehors du contexte politique, le président républicain évolue aussi dans un contexte économique en pleine mutation. Si le déficit commercial américain s’est creusé dans les années 1990, cette tendance s’accélère à la fin de la présidence de Bill Clinton pour prendre une tout autre envergure sous George W. Bush. Alors qu’il gravitait autour de 100 milliards de dollars jusqu’en 1997, le fossé entre importations et exportations s’est élargi en moyenne de près de 60 milliards de dollars par an entre 1998 et 2007. Sous la présidence de George W. Bush, le déficit de la balance commerciale est passé de 365 milliards en 2001 à 508 milliards en 2004 et 753 milliards en 2006, avant de redescendre à 700 milliards en 20078.

  • 9  US Census Bureau, “Trade in Goods (Imports, Exports and Trade Balance) with China”, 2008, <http:// (...)
  • 10  Voir Gary C. Hufbauer & Yee Wong, “China-Bashing 2004”, International Economics Policy Brief, Vol. (...)
  • 11 Bruce Stokes, “Try Self-Help on China”, National Journal, vol. 39, n° 20, 19 mai 2007, 58.
  • 12  Pour plus de détails sur les relations économiques sino-américaines, voir la contribution de Julie (...)

7Dès lors, deux questions s’imposent : quels sont les principaux bénéficiaires du creusement des déséquilibres de la balance commerciale américaine et quelle politique George W. Bush adopte-t-il pour relever ce nouveau défi ? La Chine est le premier bénéficiaire du creusement de déficit commercial américain. Sous la présidence de George W. Bush, le déficit bilatéral entre les États-Unis et la Chine poursuit l’ascension vertigineuse qu’il avait entamée dans les années 1990, passant de 83 milliards en 2001 à 256 milliards en 2007. Entre 1992 et 2007, il a ainsi augmenté de près de 1 300 %9. Face à l’ampleur de ce phénomène, la gestion des relations économiques sino-américaines figure souvent au centre des débats sur la politique commerciale de George W. Bush. Ainsi, le Congrès et les médias américains changent-ils de bête noire, le « Japan bashing » des décennies précédentes laissant place au « China bashing »10. Mais malgré de fortes tensions concernant la manipulation du cours de la devise chinoise (le renminbi) ou l’application des accords commerciaux (droits de propriété intellectuelle, accès aux marchés), les enjeux économiques de cette relation bilatérale – notamment pour les milieux d’affaires américains – semblent prévaloir11. D’une manière générale, la Maison-Blanche et le département du Trésor se font les garants du partenariat économique sino-américain et ce, malgré les nombreuses tentatives protectionnistes à l’initiative du Congrès12.

  • 13  Si l’on considère l’Union européenne comme un seul et même acteur commercial, elle constitue le pr (...)
  • 14  William H. Cooper, “EU-US Economic Ties: Framework, Scope and Magnitude”, CRS Report for Congress, (...)
  • 15  Les sanctions adoptées par l’Union européenne et les États-Unis n’affectent en général que 1 à 2 % (...)
  • 16  Pour plus de détails sur les relations économiques transatlantiques, lire W. H. Cooper, op. cit.; (...)

8L’Union européenne (UE)13 est le second partenaire économique à bénéficier aussi du creusement du déficit commercial américain. Jusqu’en 1993, les États-Unis jouissaient encore d’un excédent commercial avec l’Europe. Les relations commerciales transatlantiques tournent ensuite à l’avantage du Vieux Continent : le modeste excédent commercial de l’UE de 10 milliards en 1998 s’accroît rapidement pour atteindre 106 milliards en 200614. Comment l’administration Bush réagit-elle à ce nouveau défi ? Là encore, la tendance est plutôt à la continuité qu’à la rupture. Certes, une série de litiges à l’Organisation mondiale du commerce (concernant les organismes génétiquement modifiés, le bœuf traité aux hormones, ou les subventions à Boeing et Airbus) continue à envenimer les relations transatlantiques. Par ailleurs, Washington et Bruxelles ne parviennent pas à régler leurs éternels différends sur l’ouverture des marchés agricoles dans le cadre du cycle de Doha. Néanmoins, ces tensions n’affectent que de manière très marginale les échanges extérieurs entre l’UE et les États-Unis15, qui continuent à entretenir la relation économique bilatérale la plus dense au monde16.

  • 17  L’excédent commercial du Mexique avec les États-Unis est passé de 25 à 75 milliards de dollars ent (...)

9Enfin, les partenaires nord-américains de Washington voient leur excédent commercial avec les États-Unis augmenter de manière non négligeable : du simple au triple pour le Mexique (troisième partenaire commercial des États-Unis) entre 2000 et 2007 ; et de manière plus modérée pour le Canada (premier partenaire commercial)17. Toutefois, la politique commerciale de George W. Bush en Amérique du Nord est là aussi celle du statu quo. La Maison-Blanche se contente de défendre les bienfaits de l’ALENA contre les critiques du libre-échange (syndicats, écologistes, représentants démocrates, etc.) tout en continuant à appliquer les termes de l’accord.

10En somme, le creusement du déficit commercial américain n’a pas suscité de revirement politique majeur chez l’administration Bush. Au-delà des débats politiciens sur les conséquences de l’ALENA, des quelques différends à l’OMC entre Washington et Bruxelles, et des controverses au Congrès sur la nouvelle menace chinoise, la politique commerciale de George W. Bush avec les grands ensembles économiques – y compris le Japon, qui n’a pas réellement profité du creusement du déficit commercial américain – est placée sous le signe de la continuité. Washington n’a pas pour autant opté pour l’attentisme. La promotion du libre-échange sur tous les fronts – bilatéral, régional et multilatéral – a été le principe directeur de la politique de George W. Bush.

Les défis du multilatéralisme

  • 18  Lancé en novembre 2001 lors du sommet de Doha (Qatar), le cycle de Doha ou « cycle du développemen (...)

11En dehors des déséquilibres croissants de la balance commerciale américaine, les mutations de l’économie mondiale se caractérisent aussi par l’émergence de nouvelles puissances économiques – notamment la Chine, l’Inde et le Brésil. C’est en tenant compte des exigences de ces nouveaux acteurs que les États-Unis et, de manière plus générale, les pays industrialisés, devront composer leur politique à l’Organisation mondiale du commerce. La tension constante qui caractérise les négociations du cycle de Doha18 illustre ces nouveaux rapports de force. Au sommet de Cancun en 2003, l’agriculture est une nouvelle fois au centre des controverses. En l’absence de concessions significatives de la part de la triade États-Unis/Union européenne/Japon, une alliance de pays en voie de développement, le « Groupe des 21 », décide de suspendre les négociations. Cancun devient ainsi le symbole de la nouvelle puissance des pays émergents.

12En dehors de ces nouveaux rapports de force, c’est aussi la complexité du cycle de Doha qui rend la tâche des négociateurs difficile. La liste des domaines de négociations est longue (agriculture, services, produits non-agricoles, investissement, concurrence, etc.) et les conflits qui émaillent les négociations multilatérales vont bien au-delà de la fracture Nord-Sud. Ils opposent parfois les pays émergents aux pays les moins avancés (mesures antidumping, barrières douanières dans le secteur agricole), ou même les pays industrialisés entre eux (réduction des subventions aux exportations agricoles). Si l’on considère que la conclusion d’un accord multilatéral requiert le consentement de l’ensemble des membres de l’OMC – plus de 140 à ce jour – les chances de concrétiser le cycle de Doha semblent compromises dès le début des négociations.

  • 19  I.M. Destler, op. cit., 302-303.

13Les défis du multilatéralisme ne découragent pourtant pas l’administration Bush. Sous l’impulsion de son représentant au Commerce Bob Zoellick, la Maison-Blanche multiplie les initiatives pour forger un consensus international : d’une part, en acceptant de négocier sur la politique antidumping ; d’autre part, en poussant l’Union européenne à faire davantage de concessions dans le domaine agricole. Après l’échec de Cancun, l’administration Bush réussit en 2004 à remettre les négociations sur les rails grâce à la conclusion de « l’accord de juillet » (July package), qui rassemble les membres de l’OMC sur des questions diverses comme l’agriculture (notamment le commerce du coton), l’accès au marché non-agricole ou le commerce des services19.

  • 20  Pour plus de détails sur les négociations de Doha, lire Gary C. Hufbauer & Jeffrey J. Schott, “The (...)

14Ce consensus se révèle toutefois fragile, comme l’illustre le bilan limité des négociations au sommet de Hong Kong à la fin de l’année 2005, au terme duquel la plupart des questions indispensables à la conclusion du cycle de Doha (libéralisation des services, des produits non-agricoles, etc.) reste sans réponse. Les efforts obstinés du directeur général de l’OMC, Pascal Lamy, ne permettront pas de ramener l’accord multilatéral à la vie. En juillet 2008, une série de négociations réunissant 40 pays membres à Genève échoue une nouvelle fois en raison des désaccords sur l’ouverture des marchés agricoles, non pas seulement en Europe ou aux États-Unis mais également en Inde et en Chine20.

Les temps forts de la libéralisation compétitive

15Face aux difficultés des négociations multilatérales, l’administration Bush décide de se focaliser sur les solutions bilatérales et plurilatérales/régionales. Ces efforts s’inscrivent dans une stratégie de « libéralisation compétitive » que le représentant au Commerce Bob Zoellick, dès les premiers mois de son mandat, définit ainsi :

  • 21  “The fact that the United States can move on multiple fronts increases our leverage in the global (...)

Le fait que les États-Unis puissent agir sur de multiples fronts accroît notre influence dans le cycle des négociations multilatérales, tout comme l’a démontré l’administration Clinton en utilisant l’Accord de libre-échange nord-américain et le forum de Coopération économique des pays d'Asie-Pacifique (APEC) pour forcer l’Union européenne à conclure le cycle de l’Uruguay au GATT. J’aimerais que les États-Unis agissent sur de multiples fronts parce le message que je veux envoyer au monde est le suivant : les États-Unis sont prêts à négocier ; nous sommes prêts à ouvrir nos marchés si les autres pays ouvrent le leur. Mais si certains tardent à le faire, nous agirons sans eux21.

  • 22  L’article de Martine Azuelos dans le présent numéro analyse de manière plus approfondie la stratég (...)

16Le recours de Washington aux accords bilatéraux ou régionaux s’explique donc d’une part, par son désenchantement vis-à-vis des lenteurs du système multilatéral, et d’autre part, par sa volonté d’exercer des pressions sur des pays qui entraveraient la conclusion d’accords plurilatéraux. À titre d’exemple, la multiplication des initiatives bilatérales au sein du continent américain vise indirectement à isoler certaines puissances s’opposant aux termes des négociations sur la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), notamment le Brésil et l’Argentine22.

  • 23  C. Deblock, op.cit., 23.

17Par ailleurs, les négociations bilatérales confèrent aux États-Unis beaucoup plus de poids dans les négociations. En faisant miroiter l’accès à son marché friand d’importations, Washington est en mesure d’exiger des concessions importantes en matière de protection des investissements, d’accès aux marchés publics ou de respect des droits de propriété intellectuelle. La libéralisation compétitive s’apparente donc à une véritable stratégie du « divide and conquer » (diviser pour conquérir), par laquelle les négociateurs américains réformeraient le système commercial « du bas vers le haut »23 en fonction de leurs priorités commerciales.

  • 24  I.M. Destler, op.cit., 300.

18En dehors de ces objectifs économiques, Bob Zoellick utilise aussi les accords bilatéraux de libre-échange pour faire valoir les intérêts stratégiques de Washington. Cette instrumentalisation de la politique commerciale à des fins géopolitiques séduit immédiatement l’administration Bush, qui n’hésitera pas à utiliser les accords bilatéraux tantôt comme carotte, tantôt comme bâton. D’un côté, Washington s’efforce de rassurer ses alliés arabes en signant des accords de libre-échange bilatéraux : avec le Maroc en 2004, le Bahreïn en 2005 et le sultanat d’Oman en 2006. De l’autre, la Maison-Blanche n’hésite pas à punir les nations qui viennent contrarier ses ambitions stratégiques. Par exemple, la signature de l’accord avec le Chili est temporairement repoussée en raison du manque de soutien de ce dernier pour la résolution de Londres et de Washington autorisant la guerre en Irak24.

19Comme c’est le cas dans de nombreux domaines politiques, le premier mandat de George W. Bush est beaucoup plus fructueux que la fin de sa présidence. Entre 2001 et 2004, l’administration républicaine parvient à faire ratifier un pacte conclu par Bill Clinton avec la Jordanie (2001), à signer et obtenir l’assentiment du Congrès pour des accords bilatéraux avec Singapour et le Chili (2003), le Maroc et l’Australie (2004), à conclure un accord de libre-échange avec l’Amérique centrale et enfin, à lancer des négociations commerciales avec une longue liste de pays qui inclut le Bahreïn, les cinq nations de l’Union douanière d’Afrique australe (Botswana, Lesotho, Namibie, Afrique du Sud et Swaziland), la Thaïlande, le Panama, et trois pays andins (Colombie, Pérou, Équateur)25.

Retour de flamme

  • 26  Les États-Unis auraient réussi à rallier deux des « trois Amériques » qui, selon Christian Girault (...)

20D’un point de vue économique, la plus importante de ces initiatives est l’Accord de libre-échange avec l’Amérique centrale (ALEAC) – négocié avec le Nicaragua, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Salvador et la République dominicaine – accord dont il convient de bien saisir les enjeux intérieurs et internationaux. Au niveau international, la conclusion de l’ALEAC résulte de l’impasse des négociations sur la Zone de libre-échange des Amériques. Les sommets de Québec (2001), Miami (2003) et Mar del Plata (2005) n’ont pas permis de résoudre les sérieux désaccords entre Washington et certains de ses partenaires commerciaux comme le Brésil ou l’Argentine. La vague populiste qui a submergé l’Amérique latine au cours de la dernière décennie n’a pas non plus profité aux politiques libérales de Washington. La conclusion de l’ALEAC s’inscrit donc dans une logique de libéralisation compétitive, selon laquelle les États-Unis continueraient leurs efforts de libéralisation « par la porte de derrière »26.

  • 27  John C. Fortier & Norman J. Ornstein (Dir.), Second-Term Blues. How George W. Bush Has Governed, W (...)

21Au niveau intérieur, les tenants et les aboutissants de l’ALEAC sont plus importants que tout autre accord de libre-échange négocié sous la présidence de George W. Bush. Les débats sur cette initiative plurilatérale illustrent la logique partisane de l’administration républicaine et ses conséquences désastreuses sur le soutien du Congrès pour la libéralisation des échanges. En refusant encore une fois de transiger avec l’opposition, la Maison-Blanche s’est mise à dos la grande majorité (93 %) des représentants démocrates. Si George W. Bush est parvenu à faire ratifier quelques accords bilatéraux au cours de son second mandat (Bahreïn en 2005, Oman en 2006, et Pérou en 2007), il n’a pas échappé au syndrome du « canard boiteux » (lame-duck president). Contrairement à son prédécesseur, qui avait conclu son mandat avec la ratification d’un accord sino-américain très juteux pour les intérêts privés américains, la politique commerciale de George W. Bush s’est progressivement endormie, bercée par le « blues du second mandat »27.

  • 28  Lire Simon J. Evenett & Michael Meier, The U.S. Congressional Elections in 2006: What Implications (...)
  • 29  Selon un sondage de l’Université du Maryland, 90 % des Américains estiment que des normes sociales (...)

22La victoire des Démocrates aux élections législatives de 2006 est en partie un retour de flamme de la politique commerciale sans compromis de George W. Bush. En forçant les représentants républicains à voter contre les intérêts économiques de leur district, le Grand Old Party les a rendus particulièrement vulnérables aux attaques de leurs rivaux démocrates, insurgés contre les chocs d’ajustement de la mondialisation et l’affaiblissement de la classe moyenne américaine28. La nouvelle majorité démocrate a appelé à une refonte de la politique commerciale selon les principes de l’équité des échanges (fair trade), et en particulier à l’application de critères sociaux et environnementaux plus stricts – critères reflétant la volonté de l’opinion publique américaine29.

  • 30  L’Accord du 10 mai exige que les pays contractant à un accord de libre-échange adopte et applique (...)

23« L’Accord du 10 mai » 2007 entre le Président Bush et le cent-dixième Congrès peut être interprété comme un véritable mea culpa de l’administration, qui, privée de majorité au Congrès, a été contrainte de transiger sur des questions qu’elle avait jusqu’ici exclues de son programme politique. Le US Bipartisan Compact on Free Trade Agreements promet une série de changements importants pour les accords négociés avec le Pérou et le Panama30. Il a notamment facilité la ratification de l’accord bilatéral avec le Pérou (2007). Toutefois, de fortes dissensions subsistent vis-à-vis des accords avec la Colombie ou la Corée du Sud (septième partenaire commercial américain), accords dont la ratification ne semble plus d’actualité.

Conclusion

24La politique commerciale de George W. Bush s’est généralement inscrite dans la continuité de la présidence de Bill Clinton. Comme son prédécesseur, le président républicain a été partisan de la libéralisation des échanges, sans toutefois renoncer à des mesures protectionnistes lorsqu’il s’agissait de défendre les intérêts économiques des États-Unis et d’apaiser les législateurs réticents à la libéralisation des échanges. La continuité a aussi été un élément clé de la gestion des relations commerciales de Washington avec les grands ensembles économiques que sont l’ALENA, l’Union européenne et la Chine. Ainsi, George W. Bush a généralement privilégié le statu quo en dépit du creusement spectaculaire du déficit commercial américain sous sa présidence.

25Si le président Bush restera dans les mémoires pour sa politique de sécurité sans compromis, il avait pourtant, avant le 11-Septembre, affiché un programme politique ambitieux en matière commerciale. Les efforts de négociation à l’OMC entrepris par Bob Zoellick et ses successeurs ont achoppé sur la montée en puissance des pays émergents et sur l’extrême complexité du cycle de Doha. Aux niveaux bilatéral et régional, la stratégie de « libéralisation compétitive » de l’administration Bush s’est en revanche révélée relativement efficace, en particulier au cours de son premier mandat. Toutefois, le programme des Républicains a subi le contrecoup de leurs tactiques partisanes, qui ont progressivement conduit la Maison-Blanche à l’impasse politique.

  • 31  Lors d’une conférence sur l’avenir de la politique commerciale américaine au début de l’année 2008 (...)

26Au terme de la présidence de Bush, l’avenir de la politique commerciale américaine est plus que jamais incertain. Le nouveau président Barack Obama devra tirer les leçons de ces huit années de conflit partisan. Il s’agira en un premier temps de consolider le dialogue engagé par les dirigeants du Parti démocrate en matière de politique commerciale. Il faudra aussi vraisemblablement renoncer à une poursuite inconditionnelle de la libéralisation des échanges qui ignorent les inquiétudes des Américains vis-à-vis de la mondialisation. Enfin, le futur président devra apporter une réponse stratégique à la « menace chinoise » qui, de l’avis des experts de la politique commerciale américaine, reste un défi central pour Washington31.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

AHEARN Raymond J., “US European Union Trade Relations: Issues and Policy Challenges”, CRS Report for Congress, 1er mai, 2006, <http://www.usembassy.it/pdf/other/IB10087.pdf>, consulté le 8 octobre 2008.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BALDWIN Robert E., “Failure of the WTO Ministerial Conference at Cancun; Reasons and Remedies”, The World Economy, Vol. 29, no. 6, 2006, 677-696.
DOI : 10.1111/j.1467-9701.2006.00815.x

BUSH George W., “Interview with David Horowitz”, Salon, 6 mai 1999, <http://www.salon.com/news/feature/1999/05/06/bush>, consulté le 2 octobre 2008.

COHEN Richard, “Bill Thomas’s Legacy”, National Journal, vol. 38, 11 mars 2006, 46.

COOPER William H., “EU-US Economic Ties: Framework, Scope and Magnitude”, CRS Report for Congress, 12 juin 2008, <http://fas.org/sgp/crs/row/RL30608.pdf>, consulté le 8 octobre 2008.

COSBEY Aaron, “Brave New Deal? Assessing the May 10th U.S. Bipartisan Compact on Free Trade Agreements”,International Institute for Sustainable Development Commentary, août 2007, <http://www.iisd.org/pdf/2007/com_brave_new_deal.pdf>, consulté le 12 octobre 2008.

DEBLOCK Christian, « Le libre-échange et les accords de commerce dans la politique commerciale des États-Unis », Continentalisation, Cahier de Recherche 04-03, mars 2004.

DESTLER I.M., American Trade Politics, Washington, DC: Institute for International Economics, 2005.

DESTLER I.M., “American Trade Politics in 2007: Building Bipartisan Compromise”, International Economics Policy Brief, vol. PB07-5, mai 2007, <http://www.iie.com/publications/pb/pb07-5.pdf>, consulté le 12 octobre 2008.

EVENETT Simon J. & Michael MEIER, “The US Congressional Elections in 2006 What Implications for U.S. Trade Policy?”, Swiss Institute for International Economics and Applied Economic Research, 2006, <http://www.evenett.com/research/workingpapers/US_Congr_Elections.pdf>, consulté le 10 octobre 2008.

FORTIER John C. & Norman J. ORNSTEIN (Dir.), Second-Term Blues. How George W. Bush Has Governed, Washington, DC: American Enterprise Institute / Brookings Institution Press, 2007.

GARFINKLE Adam M., “NSC-68 Redux?, SAIS Review, Vol. 19, no. 1, Winter-Spring 1999, 41-54.

GIRAULT Christian, « De l’ALENA à la Zone de libre-échange des Amériques : perspectives géopolitiques de l’intégration », in Martine AZUELOS, María Eugenia COSIO-ZAVALA & Jean-Michel LACROIX (Dir.), Intégration dans les Amériques. Dix Ans d'ALENA, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, 19-39.

HUFBAUER Gary C. & Jeffrey J. SCHOTT, “The Doha Round after Hong Kong”, Policy Briefs in International Economics, vol. PB06-2, février 2006, <http://www.iie.com/publications/pb/pb06-2.pdf>, consulté le 10 octobre 2008.

HUFBAUER Gary C. & Yee WONG, “China-Bashing 2004”, International Economics Policy Brief, Vol. PB04-5, septembre 2004, <http://www.petersoninstitute.org/publications/pb/pb04-5.pdf>, consulté le 4 octobre 2008.

KULL Steven, “Americans on CAFTA and US Trade Policy”, Program on International Policy Attitudes / Knowledge Networks, 11 juillet 2005.

Office of the US Trade Representative, “2001 Trade Policy Agenda and 2000 Annual Report”, <http://ustr.gov/assets/Document_Library/Reports_
Publications/2001/2001_Trade_Policy_Agenda/asset_upload_file802_6487.pdf
>, consulté le 2 octobre 2008.

Office of the US Trade Representative, “Overview of the 2005 Agenda”, <http://www.ustr.gov/assets/Document_Library/Reports_
Publications/2005/2005_Trade_Policy_Agenda/asset_upload_file820_7314.pdf
>, consulté le 10 octobre 2008. 

STOKES Bruce, “Try Self-Help on China”, National Journal, vol. 39, n° 20, 19 mai 2007, 58.

US Census Bureau, “Top Trading Partners,” <http://www.census.gov/foreign-trade/statistics/highlights/top/index.html>, consulté le 6 octobre 2008.

US Census Bureau, “Trade in Goods (Imports, Exports and Trade Balance) with China”, <http://www.census.gov/foreign-trade/balance/c5700.html#1992>,consulté le 2 octobre 2008.

US Census Bureau, “Trade in Goods (Imports, Exports and Trade Balance) with Mexico”, <http://www.census.gov/foreign-trade/balance/c2010.html>, consulté le 10 octobre 2008.

US Census Bureau, “US Total Trade Balance in Goods and Services”, <http://www.census.gov/foreign-trade/statistics/historical/gandsbal.pdf>, consulté le 2 octobre 2008.

Haut de page

Notes

1  Christian Deblock, « Le libre-échange et les accords de commerce dans la politique commerciale des États-Unis », Continentalisation, Cahier de Recherche 04-03, mars 2004, 10.

2  Voir Office of the US Trade Representative, “2001 Trade Policy Agenda and 2000 Annual Report”, <http://ustr.gov/assets/Document_Library/Reports_Publications/2001/2001_Trade_
Policy_Agenda/asset_upload_file802_6487.pdf
>, consulté le 12 octobre 2008.

3  Le Président Clinton ne parvint pas à renouveler ses pouvoirs de négociation auprès du Congrès. Selon la procédure de négociation accélérée (fast track authority), le Congrès délègue son autorité en matière commerciale à l’exécutif et s’engage à voter sur les projets de loi dans une période de 90 jours et sans amendement.

4  Cet aphorisme faisait référence au thème de campagne que Bill Clinton avait utilisé contre George H. W. Bush lors de la campagne présidentielle de 1992 : “It’s the economy, stupid”. Adam M. Garfinkle, “NSC-68 Redux?”, SAIS Review, Vol. 19, no. 1, Winter-Spring 1999, 41-54.

5  Au cours de sa campagne en 1999, George W. Bush avait déclaré “I’m a uniter, not a divider”. George W. Bush, “Interview with David Horowitz”, Salon, 6 mai 1999  <http://www.salon.com/news/feature/1999/05/06/bush>, consulté le 2 octobre 2008.

6  Son président, Bill Thomas, contribue grandement à l’érosion du consensus bipartite en faveur du libre-échange. Voir Richard Cohen, “Bill Thomas’s Legacy”, National Journal, vol. 38, 11 mars 2006, 46.

7  90 % des Démocrates s’opposent au renouvellement de la procédure de négociation accélérée. À ce sujet, voir I.M. Destler, American Trade Politics, Washington, DC: Institute for International Economics, 2005, 280 ; 290-291 et 331-342.

8  US Census Bureau, “US Total Trade Balance in Goods and Services,” <http://www.census.gov/foreign-trade/statistics/historical/gandsbal.pdf>, consulté le 2 octobre 2008.

9  US Census Bureau, “Trade in Goods (Imports, Exports and Trade Balance) with China”, 2008, <http://www.census.gov/foreign-trade/balance/c5700.html#1992>,consulté le 2 octobre 2008.

10  Voir Gary C. Hufbauer & Yee Wong, “China-Bashing 2004”, International Economics Policy Brief, Vol. PB04-5, <http://www.petersoninstitute.org/publications/pb/pb04-5.pdf>, septembre 2004, consulté le 4 octobre 2008.

11 Bruce Stokes, “Try Self-Help on China”, National Journal, vol. 39, n° 20, 19 mai 2007, 58.

12  Pour plus de détails sur les relations économiques sino-américaines, voir la contribution de Juliette Bourdin à ce numéro.

13  Si l’on considère l’Union européenne comme un seul et même acteur commercial, elle constitue le premier partenaire des États-Unis. Individuellement, cinq pays européens figurent parmi les 15 principaux partenaires commerciaux de Washington : l’Allemagne (5e), le Royaume-Uni (6e), la France (11e), les Pays-Bas (12e) et l’Italie (14e). US Census Bureau,“Top Trading Partners”, <http://www.census.gov/foreign-trade/statistics/highlights/top/index.html>, consulté le 6 octobre 2008.

14  William H. Cooper, “EU-US Economic Ties: Framework, Scope and Magnitude”, CRS Report for Congress, 12 juin 2008, <http://fas.org/sgp/crs/row/RL30608.pdf>, consulté le 8 octobre 2008.

15  Les sanctions adoptées par l’Union européenne et les États-Unis n’affectent en général que 1 à 2 % des échanges extérieurs. Raymond J. Ahearn, “U.S. European Union Trade Relations: Issues and Policy Challenges”, CRS Report for Congress, 1er mai, 2006, <http://www.usembassy.it/pdf/other/IB10087.pdf>, 2, consulté le 8 octobre 2008.

16  Pour plus de détails sur les relations économiques transatlantiques, lire W. H. Cooper, op. cit.; et R. J. Ahearn, op. cit.

17  L’excédent commercial du Mexique avec les États-Unis est passé de 25 à 75 milliards de dollars entre 2000 et 2007 ; celui du Canada de 52 à 68 milliards de dollars sur la même période. US Census Bureau, “Trade in Goods (Imports, Exports and Trade Balance) with Mexico”, <http://www.census.gov/foreign-trade/balance/c2010.html>, consulté le 10 octobre 2008.

18  Lancé en novembre 2001 lors du sommet de Doha (Qatar), le cycle de Doha ou « cycle du développement » vise officiellement à faciliter l’accès aux marchés des pays riches pour les produits agricoles des pays en voie de développement.

19  I.M. Destler, op. cit., 302-303.

20  Pour plus de détails sur les négociations de Doha, lire Gary C. Hufbauer & Jeffrey J. Schott, “The Doha Round after Hong Kong”, Policy Briefs in International Economics, vol. PB06-2, février 2006, <http://www.iie.com/publications/pb/pb06-2.pdf>, consulté le 10 octobre 2008; et Robert E. Baldwin, “Failure of the WTO Ministerial Conference at Cancun; Reasons and Remedies”, The World Economy, vol. 29, n° 6, 2006, 677-696.

21  “The fact that the United States can move on multiple fronts increases our leverage in the global round, just as the Clinton Administration used the North American Free Trade Agreement and the APEC summit to help squeeze the European Union to complete the Uruguay Round of GATT. I would like the United States to move on multiple fronts because the message I want to send to the world is that the United States is willing to negotiate; we are willing to open if they open. But if others are too slow, we will move without them”. USTR, op.cit., 4.

22  L’article de Martine Azuelos dans le présent numéro analyse de manière plus approfondie la stratégie politique et économique des États-Unis en Amérique latine.

23  C. Deblock, op.cit., 23.

24  I.M. Destler, op.cit., 300.

25  Office of the US Trade Representative, “Overview of the 2005 Agenda”, <http://www.ustr.gov/assets/Document_Library/Reports_Publications/2005/2005_
Trade_Policy_Agenda/asset_upload_file820_7314.pdf
>, consulté le 10 octobre 2008.

26  Les États-Unis auraient réussi à rallier deux des « trois Amériques » qui, selon Christian Girault, divisent le continent américain, à savoir l’Amérique du Nord (par l’ALENA) et la région centraméricaine/Caraïbes (via l’ALEAC et l’Initiative pour le Bassin des Caraïbes). Il ne resterait donc plus qu’à conquérir le Cône Sud et le Brésil. Lire Christian Girault, « De l’ALENA à la Zone de libre-échange des Amériques : Perspectives géopolitiques de l’intégration », in Martine Azuelos, María Eugenia Cosío-Zavala, & Jean-Michel Lacroix (Dir.), Intégration dans les Amériques. Dix ans d’ALENA, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, 32-37.

27  John C. Fortier & Norman J. Ornstein (Dir.), Second-Term Blues. How George W. Bush Has Governed, Washington, DC: American Enterprise Institute / Brookings Institution Press, 2007.

28  Lire Simon J. Evenett & Michael Meier, The U.S. Congressional Elections in 2006: What Implications for US Trade Policy?, Swiss Institute for International Economics and Applied Economic Research, 2006, <http://www.evenett.com/research/workingpapers/US_Congr_Elections.pdf>, consulté le 10 octobre 2008.

29  Selon un sondage de l’Université du Maryland, 90 % des Américains estiment que des normes sociales minimales de travail devraient être inclus dans les accords de libre-échange, tandis que 93 % d’entre eux sont en faveur de l’inclusion de normes environnementales. Steven Kull, “Americans on CAFTA and US Trade Policy”, Program on International Policy Attitudes / Knowledge Networks, 11 juillet 2005.

30  L’Accord du 10 mai exige que les pays contractant à un accord de libre-échange adopte et applique des normes sociales de travail internationales ; qu’ils respectent leurs obligations vis-à-vis des accords environnementaux multilatéraux (notamment concernant la protection des forêts au Pérou) ; que les accords de libre-échange rétablissent un équilibre entre accès aux soins et protection des droits de propriété intellectuelle ; qu’ils assurent la sécurité nationale des États-Unis en protégeant les activités portuaires ; et qu’ils n’accordent pas des droits supérieurs aux investisseurs étrangers qu’aux investisseurs américains. Lire Aaron Cosbey, “Brave New Deal? Assessing the May 10th US Bipartisan Compact on Free Trade Agreements”,International Institute for Sustainable Development Commentary, août 2007, <http://www.iisd.org/pdf/2007/com_brave_new_deal.pdf>, consulté le 12 octobre 2008 ; I.M. Destler, “American Trade Politics in 2007: Building Bipartisan Compromise”, International Economics Policy Brief, Vol. PB07-5, mai 2007, <http://www.iie.com/publications/pb/pb07-5.pdf>, consulté le 12 octobre 2008.

31  Lors d’une conférence sur l’avenir de la politique commerciale américaine au début de l’année 2008 à Washington, les anciens représentants au Commerce Mickey Kantor et Rob Portman, ainsi que l’ancien président de la Commission des Voies et Moyens insistèrent sur les défis de la gestion des relations commerciales sino-américaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Velut, « La politique commerciale de George W. Bush : rupture ou continuité ? », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VIII - n°1 | -1, 154-167.

Référence électronique

Jean-Baptiste Velut, « La politique commerciale de George W. Bush : rupture ou continuité ? », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VIII - n°1 | 2010, document 9, mis en ligne le 04 mars 2010, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://lisa.revues.org/3536 ; DOI : 10.4000/lisa.3536

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Velut

Jean-Baptiste Velut holds a PhD in North American Studies from the Sorbonne Nouvelle University of Paris and in Political Science from the City University of New York Graduate Center. His research focuses on the debates over “free” and “fair” trade in the United States and on the role played by interest groups in shaping American trade policy. He participates in the activities of the Research Center on Anglo-Saxon Economies and is interested in American political economy and globalization debates.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org