Navigation – Plan du site
Performance macro-économique et crise financière
1

L’économie américaine sous l’Administration Bush

The US Economy under the Bush Administration
Frédéric Lambert
p. 8-21

Résumés

Cet article dresse un bilan de la performance économique américaine au cours des huit années de la présidence Bush. Sous l’Administration Bush, et après une année de récession consécutive à l’éclatement de la « bulle internet », l’économie américaine a connu six années d’expansion. Cette expansion a été plus forte que dans les autres économies du G7, grâce notamment à une croissance plus élevée de la productivité et à une politique monétaire accommodante. Elle s’est néanmoins accompagnée d’un certain nombre de déséquilibres qui pesaient sur la situation dans les derniers mois de la présidence Bush.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Etats-Unis

Index chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Notes de l’auteur

Avertissement : les opinions exprimées ici sont les miennes et ne reflètent pas nécessairement celles de la Banque de France ou de l’Eurosystème.

Je remercie Anne-Christèle Chavy-Martin pour son aide dans la préparation de ce travail, et Olivier de Bandt pour ses remarques sur une version précédente.

Texte intégral

  • 1  Ce bilan était dressé en octobre 2008, à la veille de l’élection présidentielle de novembre 2008.

1A la fin de la présidence Bush1, l’économie américaine est en crise : crise immobilière, révélée par la crise des subprimes de l’été 2007, crise bancaire ensuite, avec la disparition ou le rachat de plusieurs banques d’affaires prestigieuses comme Bear Stearns ou Lehman Brothers mais aussi de banques commerciales comme Washington Mutual, crise boursière plus récemment avec l’effondrement des marchés boursiers, crise économique enfin, avec une récession qui n’est pas encore reconnue par le NBER mais qui a déjà commencé. Cette situation très dégradée nourrit un discours, notamment en Europe, sur le déclin des États-Unis et sur la perte de leur puissance économique et financière. À la veille d’une élection présidentielle qui, à plein d’égards, s’annonce cruciale pour les États-Unis, il peut être tentant de rejeter la responsabilité d’une telle situation sur la politique de l’administration sortante. On peut ainsi s’interroger : les années Bush marquent-elles la fin de la suprématie économique américaine ?

2Si l’on compare quelques grands indicateurs macroéconomiques pour les États-Unis entre 2001, année de récession consécutive à l’éclatement de la « bulle internet » et début du premier mandat de George W. Bush, et 2007, dernière année complète pour laquelle des données sont disponibles (tableau 1), on peut légitimement être admiratif de la performance de l’économie américaine sur cette période : croissance du PIB par habitant en prix constants de 10,1 % en 6 ans, soit + 1,6 % par an en moyenne (France : + 1,07 %), taux de chômage inférieur à 5 %, forte hausse de la richesse des ménages (+ 17,8 points de PIB). Cette croissance s’est certes accompagnée d’une dégradation des finances publiques, liée notamment à l’augmentation des dépenses militaires suite à l’intervention américaine en Irak, mais le déficit public, administrations fédérales et locales confondues, est redevenu inférieur à 3 % du PIB en 2007. Le déficit de la balance des paiements courants s’est fortement creusé mais la position extérieure nette reste à un niveau modeste et s’est même améliorée sur la période, du fait d’effets de change et valorisation positifs.

3Le tableau pour la période 2001-2008, dernière année de la Présidence Bush, promet toutefois d’être bien différent. L’économie s’est nettement ralentie depuis la fin 2007 et est probablement en récession ; le chômage a bondi pour atteindre 6,1 % en septembre 2008 ; les finances publiques se sont fortement détériorées, du fait d’une baisse des recettes suite à la mise en œuvre de l’Economic Stimulus Act de février 2008, et d’une hausse des dépenses liées en partie aux différentes mesures d’aide au secteur financier décidées par le Trésor américain. Enfin, la crise financière née de la crise des subprimes de l’été 2007 est la plus grave depuis la crise de 1929.

4Du point de vue économique, les années Bush auront ainsi été encadrées par deux périodes de récession. Entre ces deux périodes néanmoins, les performances de l’économie américaine sont plutôt bonnes, voire très bonnes, même si elles cachent mal des déséquilibres importants dont certains sont à l’origine de la crise actuelle.

2001-2007 : six années d’expansion

5Après une année de récession consécutive à l’éclatement de la bulle internet, l’économie américaine a connu 6 années d’expansion. Entre 2001 et 2007, le PIB réel a cru à un rythme moyen de 2,7 % par an. Contrairement à la récession de 1990, la récession de 2001 a été assez modérée : en glissement annuel, on n’observe pas de croissance négative (graphique 1). De façon générale, la moindre volatilité de la croissance du PIB observée depuis la fin des années 1980 illustre le phénomène de « grande modération » souvent évoqué dans la littérature économique.

Tableau 1 : Principaux indicateurs de l’économie américaine

2001

2007

variation

Activité et revenu

PIB/habitant (USD 2000)

34 659

338 147

+10,1 %

Taux de chômage (%)

4,7

4,6

-0,1

Taux d’épargne des ménages (% RDB)

1,8

0,5

-1,3

Richesse nette des ménages (% PIB)

402,8

420,6

+17,8

Finances publiques

Déficit public (% PIB)

0,4

2,9

+2,5

Dette publique (% PIB)

55,1

62,8

+7,6

Situation extérieure

Exportations nettes (% PIB)

-3,6

-5,1

-1,5

Solde courant (% PIB)

-3,8

-5,3

-1,5

Position extérieure nette (% PIB)

-22,6

-12,5

+10,1

Sources : BEA, BLS, Federal Reserve

Graphique 1 : Taux de croissance du PIB (glissement annuel en %)

Graphique 1 : Taux de croissance du PIB (glissement annuel en %)

Source : BEA

  • 2  Le décalage observé entre la reprise de l’activité économique (dès le début 2002) et la baisse du (...)

6Parallèlement à la croissance du PIB, le taux de chômage a diminué à partir de 2003 après un pic à 6,1 % de la population active suite à la récession de 2001 (graphique 2)2. En moyenne, la période 2001-2007 se caractérise ainsi par un taux de chômage historiquement bas, alors même que l’inflation reste contenue (graphique 3). La hausse de l’inflation observée en fin de période est conjoncturelle et s’explique notamment par la hausse des prix du pétrole et des matières premières. Hors alimentaire et énergie, l’augmentation des prix demeure inférieure à 2,5 % par an.

Graphique 2 : Taux de chômage (% de la population active)

Graphique 2 : Taux de chômage (% de la population active)

Source : BLS

Graphique 3 : Indice des prix à la consommation (glissement annuel en %)

Graphique 3 : Indice des prix à la consommation (glissement annuel en %)

Source : BLS

7Cette phase d’expansion a été moins forte que les autres périodes d’expansion de l’après-guerre. Le taux de croissance du PIB est près de deux fois inférieur au taux moyen enregistré lors des autres périodes d’expansion depuis 1950 (1960 pour l’investissement). Le taux de croissance de l’investissement (formation brute de capital fixe) est inférieur de deux tiers. L’écart est un peu moindre en ce qui concerne la croissance de la consommation (2,8 % entre 2001 et 2007, contre 4,2 % en moyenne lors des autres périodes d’expansion), celle-ci ayant constitué le principal moteur de la croissance du PIB sur la période.

8La croissance américaine n’en a pas moins dépassé celle de la plupart des grandes économies industrialisées. Ceci est vrai pour la croissance du PIB, de la consommation et de l’emploi (graphique 5).

Graphique 4 : Une croissance moins forte que lors des précédentes phases d’expansion

Graphique 4 : Une croissance moins forte que lors des précédentes phases d’expansion

Sources : OCDE, sources nationales, Datastream

Graphique 5 : Une croissance supérieure à celle des autres pays du G7

Graphique 5 : Une croissance supérieure à celle des autres pays du G7

Sources : OCDE, sources nationales, Datastream

9On peut voir deux raisons à cette bonne performance américaine par rapport à la moyenne des autres économies du G7 : une croissance plus forte de la productivité et une politique monétaire accommodante.

  • 3  Sur le caractère cyclique ou durable du ralentissement de la productivité américaine, et notamment (...)

10Côté offre, la croissance de la productivité horaire du travail dans le secteur privé non agricole a atteint 2,45 % par an en moyenne sur la période 2001-2007, soit 0,5 point de pourcentage de plus que sur l’ensemble de la période 1980-2007. Cette croissance résulte notamment d’une augmentation de la productivité globale des facteurs (PGF). Le ralentissement observé depuis 2001 (graphique 6) traduit en effet le fléchissement de l’effort d’investissement après une forte hausse lors de la « bulle internet », tandis que la croissance PGF reste soutenue3.

11Dans le seul secteur manufacturier, pour lequel le BLS (Bureau of Labor Statistics) publie des comparaisons internationales, la productivité horaire a cru en moyenne plus vite aux États-Unis que dans chacune des six autres économies du G7 (graphique 7).

Graphique 6 : Taux de croissance de la productivité horaire dans le secteur privé non agricole (% par an)

Graphique 6 : Taux de croissance de la productivité horaire dans le secteur privé non agricole (% par an)

Source : BLS

Graphique 7 : Taux de croissance moyen de la productivité horaire dans le secteur manufacturier entre 2001 et 2006 (en % par an)

Graphique 7 : Taux de croissance moyen de la productivité horaire dans le secteur manufacturier entre 2001 et 2006 (en % par an)

Source : BLS

  • 4  Témoignage d’Alan Greenspan devant le Committee on Banking, Housing, and Urban Affairs du Sénat am (...)

12Côté demande, l’économie américaine a également profité d’une politique monétaire particulièrement accommodante et de taux d’intérêt à long terme très bas. De 6,5 % à la fin 2000, le taux des Fed Funds (taux directeur de la Fed) est passé à 1,75 % fin 2001, soit une réaction agressive de la Réserve fédérale américaine au ralentissement de l’activité de 2001 (graphique 8). La baisse des taux s’est poursuivie en 2002 et 2003. Ce n’est qu’à partir de 2004 que la Fed a commencé à relever ses taux. En termes réels, le taux des Fed Funds est ainsi négatif de 2002 à 2005, et les taux d’intérêt à long terme historiquement bas (graphique 9). Surtout, la remontée des taux courts par la Fed ne s’est pas traduite par une véritable remontée des taux longs. C’est le fameux conundrum des taux longs évoqué par Alan Greenspan lors de son rapport semestriel devant le Congrès en février 20054.

13Ce bas niveau des taux d’intérêt à court terme mais aussi à long terme a eu un effet positif sur l’investissement, mais surtout la consommation, en facilitant le recours à l’endettement, endettement qui est en 2008 au cœur des problèmes rencontrés par l’économie américaine.

Graphique 8 : Taux directeurs de la politique monétaire

Graphique 8 : Taux directeurs de la politique monétaire

Sources : Federal Reserve, BEA

Graphique 9 : Taux d’intérêt réels

Graphique 9 : Taux d’intérêt réels

Sources : Federal Reserve, BEA

Une montée des déséquilibres

14La croissance de l’économie américaine après 2001 s’est ainsi accompagnée d’un certain nombre de déséquilibres qui pèsent sur la situation actuelle.

15Souvent source de critiques en France, les inégalités de richesse et de revenu, qui ont commencé à croître au milieu des années 1980 aux États-Unis, ont continué de progresser. Calculé à partir des données de patrimoine des ménages collectées par le Federal Reserve Board dans son Survey on Consumer Finances, le coefficient de Gini pour la richesse nette passe de 0,79 en 1989 à 0,81 en 2004 (graphique 10). Entre 2001 et 2004 cependant, la hausse est très faible, sans doute non significative. Les résultats de l’enquête conduite en 2007 ne seront publiés que début 2009.

16En ce qui concerne les inégalités de revenus sur lesquelles on dispose de données à la fois plus fréquentes et plus récentes, l’augmentation du coefficient de Gini a surtout eu lieu entre 1995 et 1999, les évolutions observées depuis 2001 suggérant plutôt une relative stabilisation ou une hausse modérée (graphique 11).

  • 5  “[t]here is a surprising difference between the trends in the dispersion of holdings of claims to (...)

17Enfin les inégalités de consommation apparaissent étonnamment stables sur les vingt dernières années. Ce point est souligné à nouveau par Alan Greenspan5, ainsi que dans la littérature académique par Krueger et Perri notamment. La consommation étant, selon les termes de Greenspan, « l’ultime déterminant du bien-être matériel ou économique », la relative stabilité des inégalités de consommation vient nuancer les conclusions que l’on peut tirer de l’augmentation des inégalités de richesse et de revenu sur les vingt dernières années.

Graphique 10 : Coefficient de Gini : richesse nette

Graphique 10 : Coefficient de Gini : richesse nette

Sources : Survey of Consumer Finances / Consumption Expenditure Survey, author’s calculations

Graphique 11 : Coefficient de Gini : consommation et revenu

Graphique 11 : Coefficient de Gini : consommation et revenu

Sources : Survey of Consumer Finances / Consumption Expenditure Survey, author’s calculations

  • 6  Campbell et Hercowitz relient la baisse du niveau de collatéral exigé en cas d’emprunt au phénomèn (...)

18On est tenté de relier l’absence apparente de hausse des inégalités de consommation aux effets des réformes du système financier mises en œuvre au début des années 1980 (Monetary Control Act de 1980 et Garn-St.Germain Act de 1982), qui ont en particulier facilité le recours à l’emprunt des ménages américains les plus modestes6.

19On assiste en effet à une forte hausse de l’endettement des ménages depuis 2001, ainsi que du secteur financier et dans une moindre mesure des entreprises non-financières. En pourcentage du PIB, l’endettement net des ménages américains passe de 76 à 100 %, celui des entreprises du secteur financier de 90 à 116 % (graphique 12). La hausse de l’endettement des ménages est notamment due à l’augmentation de la dette hypothécaire et de façon plus marginale à la hausse du crédit à la consommation (graphique 13).

Graphique 12 : Endettement net par secteur (en % du PIB)

Graphique 12 : Endettement net par secteur (en % du PIB)

Source : Flows of Funds, BEA

Graphique 13 : Endettement des ménages américains (en milliards de dollars)

Graphique 13 : Endettement des ménages américains (en milliards de dollars)

Source : Flows of Funds

20Parallèlement à cette augmentation de l’endettement ou à cause d’elle, le taux d’épargne des ménages s’effondre pour atteindre un niveau presque nul en 2005, 2006 et 2007 (graphique 14). La baisse du taux d’épargne des ménages est un phénomène général dans la plupart des grands pays industrialisés depuis les années 1980, mais s’avère particulièrement marquée aux États-Unis. Elle s’accompagne d’un boom de la consommation, alimenté par la hausse de la richesse nette (graphique 15).

Graphique 14 : Taux d’épargne des ménages (% du revenu disponible brut)

Graphique 14 : Taux d’épargne des ménages (% du revenu disponible brut)

Source : OCDE

Graphique 15 : Composantes de la richesse  nette des ménages (% du PIB)

Graphique 15 : Composantes de la richesse  nette des ménages (% du PIB)

Source : Flows of Funds, BEA

  • 7  Sur le lien entre crédit hypothécaire et consommation aux États-Unis, voir Jean-Stéphane Mésonnier (...)

21L’effet d’une augmentation de la richesse des ménages sur leur consommation dépend de la nature, temporaire ou permanente, de la hausse, ainsi que de son origine. L’augmentation de la richesse nette des ménages à la fin des années 1990 était ainsi essentiellement due à la forte hausse de la valeur des portefeuilles d’actions, consécutive à la « bulle internet », et n’a eu qu’un effet limité sur la consommation. En revanche, le rebond de la richesse nette des ménages à partir de 2002 est à relier à la hausse des prix immobiliers, et donc de la richesse immobilière. À la différence d’une hausse des cours boursiers, l’augmentation des prix immobiliers peut avoir deux effets sur la consommation : un effet de richesse classique, par lequel les ménages peuvent augmenter la part de leur revenu courant consommé sans pour autant ralentir la progression de leur patrimoine, et un effet supplémentaire lié au rôle de collatéral joué par le patrimoine immobilier. L’augmentation des prix immobiliers a ainsi été de pair aux États-Unis avec un fort développement des marchés hypothécaires et le recours croissant à l’extraction hypothécaire (housing equity withdrawal)7. En seulement trois ans, entre 2003 et 2006, la dette hypothécaire des ménages américains est passée d’environ 60 % à plus de 75 % du PIB.

Graphique 16 : Solde public (% du PIB)

Graphique 16 : Solde public (% du PIB)

Source : Flows of Funds, BEA

Graphique 17 : Dette publique (% du PIB)

Graphique 17 : Dette publique (% du PIB)

Source : Flows of Funds, BEA

22La montée de l’endettement aux États-Unis au cours des années 2001-2007 n’est toutefois pas l’apanage des ménages américains. Le déficit public s’est également creusé depuis 2001, du fait à la fois d’une baisse des recettes, résultat des baisses d’impôts décidées par l’Administration Bush, et de la hausse des dépenses, militaires en particulier (graphique 16). La dette publique qui avait été ramenée à 55 % du PIB en 2000 a recommencé à croître jusqu’à atteindre 63% du PIB en 2007 (graphique 17).

  • 8  Les explications les plus fréquentes sont des différences persistantes de taux de croissance (Enge (...)

23La hausse de l’endettement public s’est accompagnée d’une augmentation de la dette extérieure. Le déficit courant américain a ainsi atteint le niveau record de 6,15 % du PIB en 2006, avant de se réduire un peu en 2007 (graphique 18). De nombreux économistes ont cependant montré que l’ampleur et surtout la persistance d’un tel déficit avaient sans doute des causes structurelles8, au-delà des simples explications conjoncturelles et notamment du phénomène de « déficits jumeaux » (twin deficits).

24De façon étonnante, le creusement du déficit courant américain n’a toutefois pas entraîné de forte dégradation de la position extérieure des États-Unis. Celle-ci s’est même améliorée depuis 2002, à la faveur de la dépréciation du dollar. Les engagements des États-Unis sont en effet libellés en dollars, tandis que leurs avoirs sont pour une large part exprimés dans des devises autres que le dollar. Une baisse du dollar par rapport aux autres monnaies se traduit donc toutes choses égales par ailleurs par une amélioration de la position extérieure américaine.

25En outre, si en niveau absolu, le déficit courant américain est le plus élevé du monde, relativement au PIB, il n’est pas exceptionnel. D’autres pays industrialisés comme l’Espagne, le Portugal ou l’Australie enregistrent des déficits bien supérieurs, parfois depuis de très nombreuses années. De même, la position extérieure nette américaine est inférieure à celle de la zone euro, en dollars comme en pourcentage du PIB (tableau 2).

Graphique 18 : Endettement extérieur

Graphique 18 : Endettement extérieur

Source : Flows of funds, BEA

Tableau 2 : Dix plus larges déficits courants en 2007

Déficit courant

Position extérieure nette

En milliards USD

En % du PIB

En milliards USD

En % du PIB

États-Unis

Espagne

Royaume-Uni

Australie

Italie

Grèce

Turquie

France

Roumanie

Portugal

Pour mémoire : Zone euro

-731,2

-145,4

-119,2

-56,8

-51,0

-44,6

-37,6

-31,3

-23,1

-22,1

+38,6

-5,3

-10,1

-4,2

-6,2

-2,4

-14,2

-5,7

-1,2

-13,9

-9,9

+0,3

-1727,5

-1080,5

-702,1

-649,6

-117,8

-315,5

-197,2

374,7

-77,3

-215,3

-1881,2

-12,5

-75,0

-25,0

-71,5

-5,6

-100,6

-29,9

14,4

-46,5

-96,5

-15,4

Source : FMI

2007-2008, début d’un long processus de rééquilibrage ?

  • 9  Voir la chronique de Martin Wolf, “America Is Now on the Comfortable Path to Ruin”, Financial Time (...)
  • 10  FMI, World Economic Outlook, octobre 2008.

26Alors que beaucoup d’économistes s’inquiétaient de la soutenabilité du déficit courant américain9, ce n’est pas par là qu’est arrivée la crise que les États-Unis traversent en 2008, même si l’endettement extérieur a pour partie financé le boom de la consommation des ménages et la bulle immobilière. La forte baisse des prix immobiliers depuis l’été 2006 a provoqué une hausse des défauts d’emprunteurs dont la richesse nette devenait négative (graphiques 18 et 19). La crise du marché hypothécaire subprime s’est transformée en crise de l’ensemble du système bancaire dont on ne mesure pas encore toutes les conséquences. Le credit crunch, qui semble se dessiner avec le resserrement des conditions d’emprunt des ménages comme des entreprises industrielles et commerciales, menace de se transformer en une véritable crise du crédit qui risque de peser longtemps sur l’activité. Celle-ci s’est fortement ralentie depuis la fin 2007, avec en particulier une montée du chômage dont les effets sur la consommation s’ajoutent aux effets de richesse négatifs liés à la baisse des prix immobiliers et à l’effondrement des cours boursiers. Selon les prévisions publiées par le FMI en octobre 2008, l’année 2008, dernière année du deuxième mandat de George W. Bush, pourrait marquer le début d’un long processus de correction des déséquilibres passés, et peut-être d’une sévère récession (croissance prévue de 1,6 % en 2008 et 0,1 % en 2009, après + 2,0 % en 200710).

27L’économie que laisse le Président Bush à son successeur est ainsi en moins bon état que celle qu’il avait trouvée à l’issue des deux mandats de Bill Clinton. La crise qu’elle traverse ne doit toutefois pas faire oublier les bonnes performances économiques des États-Unis entre 2001 et 2007, notamment en comparaison de celles des autres pays industrialisés, ni la capacité de rebond d’une économie, qui reste encore la première du monde.

Graphique 19 : Indice des prix immobiliers OFHEO (glissement annuel en %)

Graphique 19 : Indice des prix immobiliers OFHEO (glissement annuel en %)

Source : OFHEO, calculs de l’auteur

Graphique 20 : Taux de défaut sur prêts immobiliers (en % du nombre de prêts)

Graphique 20 : Taux de défaut sur prêts immobiliers (en % du nombre de prêts)

Source : Mortgage Bankers Association of America, Datastream

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CLAVEL Laurent, « Vers un ralentissement durable de la productivité américaine ? », INSEE, Note de conjoncture, décembre 2007.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CABALLERO Ricardo, Emmanuel FAHRI & Pierre-Olivier GOURINCHAS, “An Equilibrium Model of Global Imbalances and Low Interest Rates”, American Economic Review, 98 (1), 2008, 358-393.
DOI : 10.2139/ssrn.1012292

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CAMPBELL Jeffrey & Zvi HERCOWITZ, “The Role of Collateralized Household Debt in Macroeconomic Stabilization”, NBER Working Paper, 11330, 2005.
DOI : 10.2139/ssrn.635645

ENGEL Charles & John H. ROGERS, “The US Current Account Deficit and the Expected Share of World Output”, Journal of Monetary Economics, 53 (5), 2006, 1063-1093.

FERRERO Andrea, “The Long-run Determinants of the US External Imbalances”, Federal Reserve Bank of New York Staff Report, 295, 2007.

Fonds monétaire international (FMI), World Economic Outlook, octobre 2008.

GREENSPAN Alan, “Job Insecurity and Technology”, in Fuhrer J.C. & Sneddon Little J. (Dir.), Technology and Growth: Conference Series No. 40, Federal Reserve Bank of Boston, 1996, 173-183,
<http://www.bos.frb.org/economic/conf/conf40/index.htm>, consulté en octobre 2008.

GREENSPAN Alan, “Testimony Before the Committee on Banking, Housing, and Urban Affairs, U.S. Senate”, 16 février 2005,
<http://www.bos.frb.org/economic/conf/conf40/index.htm>, consulté en octobre 2008.

GROSHEN Erica & Simon POTTER, “Has Structural Change Contributed to a Jobless Recovery?”, Federal Reserve Bank of New York Current Issues in Economics and Finance, 9(8), août 2003.

HENRIKSEN Espen & Frédéric LAMBERT, “Technology Shocks and Current Account dynamics”, unpublished manuscript, 2007.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KRUEGER Dirk & Fabrizio PERRI, “Does Income Inequality Lead to Consumption Inequality? Evidence and Theory”, Review of Economic Studies, 73 (1), 2006.
DOI : 10.3386/w9202

MENDOZA Enrique G., Vincenzo QUADRINI & Jose-Victor RIOS-RULL, “Financial Integration, Financial Deepness and Global Imbalances”, CEPR Discussion Paper, No. 6149, 2006.

MESONNIER Jean-Stéphane, « Crédit hypothécaire et soutien à la consommation : quelles leçons tirer du modèle anglo-saxon ? », Bulletin de la Banque de France, 132, décembre 2004, 43-56.

WOLF Martin, “America Is Now on the Comfortable Path to Ruin”, Financial Times, 18 août 2004, 11.

Haut de page

Notes

1  Ce bilan était dressé en octobre 2008, à la veille de l’élection présidentielle de novembre 2008.

2  Le décalage observé entre la reprise de l’activité économique (dès le début 2002) et la baisse du chômage (à partir de fin 2003) a alimenté un débat sur la « reprise sans emploi » (a jobless recovery). Voir Erica Groshen et Simon Potter, “Has Structural Change Contributed to a Jobless Recovery?”, Federal Reserve Bank of New York Current Issues in Economics and Finance, vol. 9, n° 8, août 2003. Un tel décalage s’était néanmoins déjà produit lors de la précédente phase d’expansion au début des années 1990.

3  Sur le caractère cyclique ou durable du ralentissement de la productivité américaine, et notamment le rôle joué par les technologies de l’information et de la communication dans les évolutions récentes, voir Laurent Clavel, « Vers un ralentissement durable de la productivité américaine ? », INSEE, Note de conjoncture, décembre 2007, 16p.

4  Témoignage d’Alan Greenspan devant le Committee on Banking, Housing, and Urban Affairs du Sénat américain, 16 février 2005, <http://www.federalreserve.gov/boarddocs/hh/2005/february/testimony.htm>, consulté en octobre 2008.

5  “[t]here is a surprising difference between the trends in the dispersion of holdings of claims to goods and services (income and wealth) and trends in the dispersion of actual consumption, which is, of course, the ultimate determinant of material or economic well-being”. Alan Greenspan, “Job Insecurity and Technology”, in J.C. Fuhrer & J. Sneddon Little (Dir.), Technology and Growth: Conference Series No. 40, Federal Reserve Bank of Boston, 1996, 176, <http://www.bos.frb.org/economic/conf/conf40/index.htm>

6  Campbell et Hercowitz relient la baisse du niveau de collatéral exigé en cas d’emprunt au phénomène de grande modération. Ils montrent qu’en relâchant le lien entre les achats de biens durables des ménages contraints dans leur capacité d’emprunt et les heures travaillées, la baisse des exigences de collatéral a significativement contribué à la stabilité macroéconomique. Voir Jeffrey Campbell & Zvi Hercowitz, “The Role of Collateralized Household Debt in Macroeconomic Stabilization”, NBER Working Paper, No. 11330, 2005.

7  Sur le lien entre crédit hypothécaire et consommation aux États-Unis, voir Jean-Stéphane Mésonnier, « Crédit hypothécaire et soutien à la consommation : quelles leçons tirer du modèle anglo-saxon ? », Bulletin de la Banque de France, n° 132, décembre 2004, 43-56.

8  Les explications les plus fréquentes sont des différences persistantes de taux de croissance (Engel & Rogers, 2006 ; Henriksen & Lambert, 2007), des différences démographiques (Ferrero, 2007) et des différences structurelles entre les marchés financiers américains et étrangers (Caballero, Fahri & Gourinchas, 2008 ; Mendoza, Quadrini & Rios-Rull, 2006).

9  Voir la chronique de Martin Wolf, “America Is Now on the Comfortable Path to Ruin”, Financial Times, 18 août 2004, 11.

10  FMI, World Economic Outlook, octobre 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Taux de croissance du PIB (glissement annuel en %)
Légende Source : BEA
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Titre Graphique 2 : Taux de chômage (% de la population active)
Légende Source : BLS
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-2.png
Fichier image/png, 16k
Titre Graphique 3 : Indice des prix à la consommation (glissement annuel en %)
Légende Source : BLS
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Titre Graphique 4 : Une croissance moins forte que lors des précédentes phases d’expansion
Légende Sources : OCDE, sources nationales, Datastream
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-4.png
Fichier image/png, 10k
Titre Graphique 5 : Une croissance supérieure à celle des autres pays du G7
Légende Sources : OCDE, sources nationales, Datastream
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-5.png
Fichier image/png, 10k
Titre Graphique 6 : Taux de croissance de la productivité horaire dans le secteur privé non agricole (% par an)
Légende Source : BLS
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-6.png
Fichier image/png, 12k
Titre Graphique 7 : Taux de croissance moyen de la productivité horaire dans le secteur manufacturier entre 2001 et 2006 (en % par an)
Légende Source : BLS
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-7.png
Fichier image/png, 6,0k
Titre Graphique 8 : Taux directeurs de la politique monétaire
Légende Sources : Federal Reserve, BEA
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-8.png
Fichier image/png, 12k
Titre Graphique 9 : Taux d’intérêt réels
Légende Sources : Federal Reserve, BEA
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-9.png
Fichier image/png, 22k
Titre Graphique 10 : Coefficient de Gini : richesse nette
Légende Sources : Survey of Consumer Finances / Consumption Expenditure Survey, author’s calculations
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-10.png
Fichier image/png, 5,8k
Titre Graphique 11 : Coefficient de Gini : consommation et revenu
Légende Sources : Survey of Consumer Finances / Consumption Expenditure Survey, author’s calculations
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-11.png
Fichier image/png, 9,8k
Titre Graphique 12 : Endettement net par secteur (en % du PIB)
Légende Source : Flows of Funds, BEA
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-12.png
Fichier image/png, 15k
Titre Graphique 13 : Endettement des ménages américains (en milliards de dollars)
Légende Source : Flows of Funds
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-13.png
Fichier image/png, 11k
Titre Graphique 14 : Taux d’épargne des ménages (% du revenu disponible brut)
Légende Source : OCDE
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-14.png
Fichier image/png, 18k
Titre Graphique 15 : Composantes de la richesse  nette des ménages (% du PIB)
Légende Source : Flows of Funds, BEA
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-15.png
Fichier image/png, 16k
Titre Graphique 16 : Solde public (% du PIB)
Légende Source : Flows of Funds, BEA
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-16.png
Fichier image/png, 10k
Titre Graphique 17 : Dette publique (% du PIB)
Légende Source : Flows of Funds, BEA
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-17.png
Fichier image/png, 8,3k
Titre Graphique 18 : Endettement extérieur
Légende Source : Flows of funds, BEA
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-18.png
Fichier image/png, 13k
Titre Graphique 19 : Indice des prix immobiliers OFHEO (glissement annuel en %)
Légende Source : OFHEO, calculs de l’auteur
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-19.png
Fichier image/png, 19k
Titre Graphique 20 : Taux de défaut sur prêts immobiliers (en % du nombre de prêts)
Légende Source : Mortgage Bankers Association of America, Datastream
URL http://lisa.revues.org/docannexe/image/3416/img-20.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Lambert, « L’économie américaine sous l’Administration Bush », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VIII - n°1 | -1, 8-21.

Référence électronique

Frédéric Lambert, « L’économie américaine sous l’Administration Bush », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VIII - n°1 | 2010, document 1, mis en ligne le 04 mars 2010, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://lisa.revues.org/3416 ; DOI : 10.4000/lisa.3416

Haut de page

Auteur

Frédéric Lambert

Frédéric Lambert is an economist in the International Macroeconomics Division of the Banque de France. His recent research focuses on current account imbalances and their determinants in a broad sense. In particular, he is interested in understanding cross-country differences in household consumption and saving behavior. Mr. Lambert holds a Ph.D. from New York University, an M.A. from Sciences Po, Paris and a M.Sc. from Rouen Business School.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org