Navigation – Plan du site
Les États-Unis et leurs universités

L’Enseignement supérieur aux États-Unis : l’exemple de Clark Kerr et de l’université ou « multiversité » de Berkeley en 1964

Higher Education in the United States:
Clark Kerr and the University or Multiversity of California Berkeley in 1964
Frédéric Robert
p. 127-138

Résumé

Higher education in the United States went through a real revolution in the 1960s. In 1964, UC Berkeley, run by President Clark Kerr, and defined as a “multiversity” by its fierce opponents, was a case in point. Indeed, at that time, the American higher educational system was really called into question by a growing number of students. What is Kerr’s own definition of the “multiversity”? To what extent was the “multiversity” or “knowledge industry” different from a traditional university? Was student protest therefore well-grounded? Can we not say that the “multiversity” actually gives a drastically new image of what American higher education is all about?

Haut de page

Texte intégral

1L’enseignement supérieur américain connut une révolution spectaculaire dans les années soixante. Les contestataires étudiants organisèrent par exemple des « sit-ins » sur les campus afin d’exprimer leur malaise existentiel dans cet univers impersonnel et aliénant, leur mécontentement face à des enseignants distants et peu impliqués dans leurs cours et leur dégoût lorsqu’ils se rendirent compte que l’Université et le gouvernement américain (particulièrement le Pentagone) collaboraient dans des domaines totalement extérieurs à la sphère universitaire. Ils participèrent également à des « teach-ins » lors desquels ils pouvaient aborder des sujets qui ne trouvaient pas leur place dans les programmes traditionnels pour des raisons essentiellement politiques. Cette jeunesse contestataire prôna la mise en place d’universités libres (free universities), se distinguant des universités traditionnelles par l’instauration d’une structure qui se démarquait des canons éducatifs habituels (absence de locaux, de professeurs, de programmes, d’examens, de discipline, etc.). L’Université de Berkeley en Californie, dirigée par Clark Kerr, allait être en 1964 un exemple caractéristique de cette remise en cause du système d’enseignement supérieur américain.

  • 1  Les huit campus sont Davis, Irvine, Los Angeles, Riverside, Santa Barbara, Santa Cruz, San Diego e (...)
  • 2  À titre de comparaison, 32 128 étudiants étaient inscrits à Berkeley pour l’année universitaire 20 (...)

2Après l’émergence en janvier 1960 sur la scène contestataire américaine de la Students for a Democratic Society (SDS), figure de proue de la nouvelle gauche américaine, après le sit-in de Greensboro (Caroline du Nord) en février 1960 et la création du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC) en avril 1960, les campus apparemment calmes pouvaient entrer en éruption à tout moment, d’autant que les événements nationaux et internationaux ne laissaient pas la jeunesse américaine indifférente. En revanche, personne ne s’attendait au soulèvement que connut Berkeley, l’un des neuf campus constituant l’Université de Californie1. En 1964, 27 500 étudiants y étaient inscrits, dont 18 000 undergraduates2. Ils avaient tous choisi Berkeley pour son prestige et la renommée de son corps professoral. De nombreux étudiants, frais émoulus de l’enseignement secondaire, avaient le sentiment d’être perdus dans cet univers qu’ils qualifiaient d’oppressant. Ces maux tus jusqu’alors éclatèrent au grand jour en 1964, année qui marqua l’apogée de la contestation étudiante de Berkeley. En effet, de septembre 1964 à janvier 1965, la vie de l’université fut paralysée par le Free Speech Movement (FSM), mouvement étudiant prônant la liberté d’expression conformément au Premier Amendement de la Constitution. Il souhaitait un assouplissement du règlement universitaire pour favoriser l’expression politique sur le campus et une participation plus active des étudiants aux décisions universitaires.

  • 3  Christopher Lasch, The Culture of Narcissism: American Life in an Age of Diminishing Expectations, (...)
  • 4  Henry Adams, Boston, Houghton Mifflin Company, 1973 (première édition 1918).

3La cible de prédilection des membres du FSM fut Clark Kerr, Président de l’Université de Californie. Le FSM dirigea ses attaques contre lui car il qualifiait l’université de « knowledge industry » ou de « multiversity », terme intraduisible en français, dont on pourrait tenter de rendre l’idée par « multiversité », mot hybride formé à partir de « université » et « diversité », « multitude ». Pour Kerr, ces deux expressions étaient totalement interchangeables3. Kerr avait lu The Education of Henry Adams (1918), et plus précisément le chapitre intitulé The Grammar of Science, dans lequel l’auteur estime que notre univers est animé par des forces diverses telles que la Multiplicité, la Diversité, la Complexité, l’Anarchie et le Chaos4. Kerr avait été fortement influencé par l’ouvrage d’Adams, à tel point qu’il s’était approprié le terme de « multiverse » et qu’il l’avait adapté quelque peu à son discours. D’après Adams, pour un enfant né au début du siècle, la société qui l’accueille n’est pas « une » mais « multiple ». Il n’y a pas un univers, mais des univers multiformes (les « multivers »), dans lesquels l’être humain est asservi par son semblable. Adams précise que l’autorité dans la société n’est possible que par l’usage de la force et que seule la force peut y mettre fin. Transposons cela à Berkeley : l’autorité de l’université reposait essentiellement sur son règlement et le seul moyen dont les étudiants disposaient pour le remettre en cause était de manifester, ce qui se produisit en 1964. Enfin, Adams suggère que la seule solution pour l’être humain est de se fondre dans le « multivers » ou d’y succomber. Les étudiants de Berkeley ont préféré lutter contre l’administration plutôt que de céder aux exigences de la « multiversity ».  

4Quelle est la définition que Kerr en donne ? En quoi l’université traditionnelle diffère-t-elle de la « multiversité » ? Cette « multiversité » est-elle aussi terrible que les étudiants le prétendaient, eux qui concevaient l’Université‚ comme un lieu d’échange, d’enrichissement intellectuel, comme un endroit propice à la réflexion, ouvert sur l’avenir, où chacun avait son mot à dire, son rôle à jouer afin d’améliorer la société ? Cette « multiversité » ne donne-t-elle pas une autre image de l’enseignement supérieur américain réputé dans le monde entier pour être l’un des meilleurs et des plus prestigieux ?

L’Université de Berkeley vue par Clark Kerr

  • 5  « Cur » étant une déformation phonétique volontaire de Kerr.

5Kerr, surnommé Clark « Cur » (« Clark le mufle »)5 ou encore « Big Daddy » par certains étudiants, était un homme de renommée nationale. D’autres étudiants préféraient l’appeler « Nobodaddy », terme blakien fabriqué de toutes pièces, signifiant « personne et plus de père ». Milton Viorst, historien et sociologue partageant l’hostilité des étudiants à l’égard de Kerr, utilise également l’image du père pour caractériser Kerr lors de l’allocution faite par ce dernier le 8 décembre 1964 dans le Greek Theater du campus afin de mettre un terme à plusieurs mois de conflit entre étudiants et administration :

  • 6  Milton Viorst, Fire in the Streets, New York, Simon and Schuster, 1979, 298.

Paternalistic, almost authoritarian, standing at the podium, Kerr seemed to personify the deafness of the bureaucracy against which the students were rebelling6.

  • 7  David Lance Goines, The Free Speech Movement: Coming of Age in the 1960s, Ten Speed Press, Berkele (...)
  • 8  W. J. Rorabaugh, op.cit., 11.
  • 9  James Cass, “What Happened at Berkeley”, in SR, 16 janvier 1965, 69.
  • 10  W. J. Rorabaugh, op.cit., 11.

6Kerr, parfait démocrate libéral au sens américain du terme7, commença sa carrière à Berkeley comme Président du campus en 1952, puis gravit les échelons pour devenir, en 1958, Président de l’Université de Californie après le décès de Robert Gordon Sproul. W. J. Rorabaugh le définit en ces termes : « Kerr was quiet, cordial, cerebral, cold, and a master of detail »8. Au printemps 1964, il reçut l’« American Association of University Professors’ Alexander Meiklejohn Award » pour ses qualités de Président et pour avoir favorisé la liberté universitaire9. L’enseignement supérieur américain le reconnaissait officiellement. Le paradoxe était de taille : c’est précisément une plus grande liberté universitaire que les étudiants revendiquaient. En avril 1963, Kerr fut invité à Harvard, à Cambridge (Massachusetts), pour donner une conférence dans le cadre des Godkin Lectures qui rassemblaient, chaque année, les universitaires et les intellectuels américains les plus en vue. La communication de Kerr s’intitulait The Uses of the University. Il y aborda le néologisme de « multiversity » et analysa les mutations que l’enseignement supérieur américain avait connues et connaissait. Il envisagea en même temps l’imminence d’un soulèvement étudiant. Ses propos étaient donc prophétiques. On comprend davantage ce que Kerr entendait par « multiversity » en s’intéressant à sa formation personnelle : il était Professor of Industrial Relations10. Il n’est donc pas surprenant que le terme qu’il inventa en 1962 appartienne au domaine industriel, puisque, pour lui, le synonyme de « multiversity »était « knowledge industry » :

  • 11  Mark Kitchell, Berkeley in the Sixties, 1990 (documentaire).

The University is being called upon to educate previously unimagined numbers of students; to respond to the expanding claims of national service; to merge its activities with industry as never before. Characteristic of this transformation is the growth of the knowledge industry, which is coming to permeate government and business, and to draw into it more and more people raised to higher and higher levels of skill. The production, distribution and consumption of knowledge is said to account for 29 percent of gross national product, and knowledge production is growing at about twice the rate of the rest of the economy. What the railroads did for the second half of this century, and the automobile for the first half of this century, may be done for the second half of this century by the knowledge industry; and that is to serve as the focal point for national growth11.

  • 12  W. J. Rorabaugh, op.cit., 12.
  • 13 Ibidem, 29.

7Sa nouvelle définition de l’Université américaine était bien éloignée de celle qu’il avait énoncée lorsqu’il avait pris ses fonctions en 1958 : « The perfect university [provides] sex for students, sports for alumni, and parking for faculty »12. Pour sa part, Malvina Reynolds, chanteuse populaire de gauche, qualifiait Berkeley de « robot factory »13. Là encore, l’aspect matériel et mécanique se dégageait assez nettement.

  • 14  Clark Kerr, The Uses of the University, Harvard University Press, 1972, v-vi.
  • 15  Clark Kerr, op.cit., 86-87.
  • 16 Ibidem, 17-18.
  • 17  A. H. Raskin, “The Berkeley Affair: Mr. Kerr vs. Mr. Savio”, inThe New York Times Magazine, 14 fév (...)
  • 18  Clark Kerr, op.cit., 18-19.
  • 19  Ibidem, 20.
  • 20  Clark Kerr, op.cit., 36

8Après cette conférence, Kerr publia, en 1972, un ouvrage intitulé The Uses of the University dans lequel il approfondit sa pensée sur le sujet. Dans l’avant-propos, il analyse le rôle qui incombe à l’Université, c’est-à-dire la transmission d’un savoir considéré comme un produit de grande consommation, aux possibilités infinies14. Il compare également avec précision le rôle socio-économique de la production du savoir par rapport aux transformations que l’Université avait connues depuis quelques années. Kerr pense que la « multiversity » trouvait son origine dans la Deuxième Guerre mondiale et dans l’industrialisation de la société. D’une certaine manière, elle était une conséquence du baby-boom15. À partir des années quarante, Berkeley était devenue indispensable au Pentagone en tant que laboratoire opérationnel de Washington. D’après Kerr, le monde universitaire et le monde industriel devaient collaborer de plus en plus étroitement16. Pour leur part, les étudiants estimaient que la collaboration entre Université et Pentagone ne pouvait que discréditer leur communauté qui participait ainsi, à distance, au massacre des populations vietnamiennes puisque Berkeley servait de laboratoire de recherches à une société à la pointe du progrès technologique. Par conséquent, les revendications étudiantes dirigées à la fois contre l’Administration Johnson, responsable de l’escalade des combats au Viêt-nam, et contre l’administration de Berkeley qui autorisait ces recherches et se faisait ainsi complice, n’étaient guère surprenantes. En effet, le budget alloué à Berkeley pour mener à bien ces expériences scientifiques était colossal : en 1964, il s’élevait à 246 millions de dollars et permettait le fonctionnement de trois centrales atomiques. À cela s’ajoutaient 175 millions de dollars pour financer des expériences et rémunérer le personnel17. En plus de ces liens tissés entre elle et le gouvernement fédéral, Kerr précise que la « multiversity »permettait la coexistence de différentes composantes. Il évoque la pluridisciplinarité de l’université devenue une institution à l’équilibre instable, oscillant entre enseignement traditionnel de type classique et enseignement à visées industrielles18. Ce labyrinthe universitaire est rapidement devenu une société en réduction dans laquelle différents courants cohabitaient plus par nécessité que par volonté délibérée, ce qui pouvait créer quelques tensions sur le campus entre les différentes parties. La « multiversity » semble hybride, d’où un certain manque de logique et de cohérence dans ses actes et dans ses décisions. Kerr la compare à un corps humain dé-membré et dé-sarticulé, une sorte de mutant détenteur du savoir19. Face à cette structure insaisissable et complexe, se posait le lourd problème du contrôle de la machine. Kerr considère que deux groupes étaient en véritable concurrence : d’un côté les étudiants et les enseignants, et de l’autre l’administration. Au sommet de cette pyramide du pouvoir siégeait le Président, banalisé (Kerr prétend qu’il n’est plus un « géant »), jouant le rôle d’un simple « médiateur » tentant péniblement de maintenir l’équilibre de cet édifice précaire20. Le pouvoir de Président lui était conféré par le conseil d’Administration dans lequel siégeaient les personnes influentes dans l’État de Californie. Une fois de plus, on peut établir un parallèle entre l’industriel dirigeant une entreprise et le Président à la tête de la « multiversity », même si l’équilibre évoqué par Kerr semblait encore plus instable dans le cas de l’université. D’après Kerr, les objectifs principaux du Président-médiateur étaient la paix et le progrès universitaires, même s’il peut s’agir de termes antithétiques, aussi bien dans un cadre universitaire per se que multiversitaire.

De l’Université à la « Multiversité »

  • 21  “Professors, obsessed with their own professional reputations and the gun held to their heads by ‘ (...)
  • 22  Clark Kerr, op.cit., 87.
  • 23 Ibidem, 89.

9Toutefois, le passage d’université à « multiversité » n’était pas sans conséquences. Même si Kerr reconnaissait que son poste n’était guère enviable, force est de constater que les étudiants, obligés de respecter ses décisions, étaient dans une situation encore moins idyllique. En effet, le corps professoral se trouvait transformé car de plus en plus de postes d’enseignants-chercheurs étaient créés. Cet engouement pour la recherche avait comme conséquence la marginalisation de ces enseignants-chercheurs : ils ne se définissaient plus comme des enseignants assimilés à leur établissement mais comme des chercheurs qui dépendaient d’un département spécifique et qui travaillaient sur un projet tout aussi spécifique. Le professeur d’université ne vivait plus au rythme propre à un enseignant, mais au rythme d’un homme d’affaires, impatient de rentabiliser ses recherches21. Il est possible d’attribuer ce changement radical à l’attitude du gouvernement fédéral et à celle de l’industrie. Tout d’abord, pendant et après la Deuxième Guerre Mondiale, le gouvernement américain subventionna les universités. Une telle décision était motivée par un besoin conjoncturel (économique, social et politique) propre à une période de guerre. La seconde modification était due au fait que l’Université devait de plus en plus s’impliquer dans la vie de la société en collaborant activement avec l’industrie. Les progrès d’une société n’étaient envisageables que grâce à un système éducatif performant, préparant correctement une élite aux besoins du monde du travail. L’enseignement supérieur américain était en fait censé façonner l’étudiant, tout en respectant un cahier des charges répondant aux exigences de l’industrie traditionnelle comme l’adaptabilité des produits sortants (les étudiants) aux conditions et aux attentes du marché. Il n’est donc pas surprenant de constater que pour Kerr, la « multiversité » et l’usine du savoir ne faisaient qu’une. Cette dernière était devenue la nouvelle force industrielle d’éducation sous-tendant toute l’armature de la société américaine moderne22. Après l’ère de la révolution industrielle, était venue celle de la révolution intellectuello-industrielle. Ce qui était vraiment nouveau c’était d’établir des relations de cause à effet entre savoir, science et technologie, et leurs utilisations dans le système de production des sociétés développées. La collaboration de la « multiversité » avec l’industrie avait profondément modifié la société. L’Université, telle un aimant, avait attiré des entreprises diverses par commodité, mais surtout par intérêt. Par exemple, il était facile et fréquent pour une entreprise proche d’une université de proposer à des étudiants de travailler occasionnellement (parfois bénévolement) afin qu’ils découvrent le monde du travail. Kerr cite le cas de Boston. La Nouvelle Angleterre jouissait (et jouit encore) d’une situation universitaire privilégiée puisqu’elle comptait des établissements de renommée mondiale comme Harvard ou le M.I.T. Tout autour de Boston, de nombreuses entreprises s’étaient implantées. La Route 128 qui contourne Boston est à cet égard significative. Kerr note que la région de Boston n’était pas un cas isolé et il inclut la région de Berkeley dans sa liste23. En d’autres termes, l’usine du savoir n’était rien de plus que la « multiveristé » à laquelle le gouvernement américain avait ajouté des contrats militaires classés « secret défense », comme à Berkeley. Mario Savio, leader charismatique du FSM, dénonça ces tractations, notamment dans son discours « An End to History » du 2 décembre 1964 en utilisant la terminologie de l’industrie :

  • 24  Seymour Lipset and Sheldon S. Wolin, The Berkeley Student Revolt: Facts and Interpretations, New Y (...)

There is a time when the operation of the machine becomes so odious, makes you sick at heart, that you can’t take part; you can’t even tacitly take part, and you have got to put your bodies upon the gears and upon the wheels, upon the levers, upon all the apparatus and you’ve got to make it stop. And you’ve got to indicate to the people who run it, to the people who own it, that unless you’re free, the machines will be prevented from working at all24.

  • 25  Clark Kerr, op.cit, 90-91.

10Kerr reconnaît néanmoins que l’Université était de plus en plus « gourmande », comme prise dans une spirale de pouvoir. Pour obtenir la meilleure multiversité possible, il était nécessaire d’arriver à une osmose entre les habitudes du monde universitaire et celles du monde industriel. Kerr proposait plus qu’une osmose : la fusion entre les deux pour que la transformation soit totale25. D’après lui, de plus en plus de « multiversités » apparaissaient, telles des constellations du savoir, et se regroupaient pour briller au firmament universitaire et créer ainsi l’« Ideopolis », la « Cité de l’Intellect ». Elles collaboraient étroitement et partageaient les moyens dont elles disposaient afin de se distinguer encore plus nettement des autres. Malgré cela, le corps professoral se trouvait dans une situation peu confortable ; il ressentait une perte de cohésion du fait qu’il se marginalisait et s’éloignait de sa fonction première : l’enseignement traditionnel de haut niveau. Les professeurs n’étaient pas les seuls à percevoir le malaise inhérent à la « multiversité ». Les étudiants, essentiellement ceux de premier cycle, n’étaient pas épargnés. Ils rencontraient des conditions d’enseignement qu’ils n’avaient pas imaginées : cours magistraux dans des amphithéâtres bondés, donnés par des assistants peu qualifiés, les professeurs de renom préférant la solitude de leur laboratoire ou de leur bureau pour mener à bien des recherches qui les passionnaient et les valorisaient davantage :

  • 26 Ibidem, 103.

There is an incipient revolt against the faculty; the revolt that used to be against the faculty in loco parentis is now against the faculty in absentia26.

  • 27  Clark Kerr, op.cit, 103-104.

11Il est tout de même surprenant que Kerr, bien que conscient du contexte à Berkeley, dédaigne la contestation en demeurant passif et en invoquant une certaine fatalité. En effet, bien que publié en 1972, son ouvrage est le fruit d’une réflexion qui avait débuté bien avant 1964. Peut-être pensait-il que les étudiants s’en prendraient uniquement aux professeurs qui les délaissaient et non à l’administration, qu’ils préserveraient leur président même s’il permettait, voire favorisait cette situation. Kerr prédisait également l’affranchissement des étudiants qu’il considérait comme une classe, comme un « lumpen proletariat »27. Une fois de plus, on peut se demander si Kerr n’était pas attentiste à l’excès car ses prophéties se sont révélées extrêmement exactes à la lumière des événements de 1964 qui permirent aux étudiants californiens d’extérioriser leur malaise. L’université de Berkeley devint leur cible et ainsi, l’exemple caractéristique de l’Université américaine qu’ils souhaitaient réformer. Malgré cela, l’image de la « multiversité » n’était pas aussi noire qu’ils voulaient bien le faire croire.

Les avantages de la « multiversité »

12Même si elles étaient fondées, les critiques que faisaient les étudiants à la « multiversité » ne pouvaient, à elles seules, expliquer l’embrasement du campus de Berkeley en 1964. Bien que fortement décriée par les étudiants de Berkeley, la « multiversité » présentait en effet des points positifs. Du fait de sa diversité et de sa pluridisciplinarité, elle offrait aux jeunes de nombreuses possibilités d’orientation et de réorientation. Elle permettait à tous de côtoyer des étudiants et des professeurs de spécialités différentes, et ainsi d’étendre leurs connaissances ; elle pouvait également les inciter à assister à d’autres cours comme auditeurs libres. Du fait de son étroite collaboration avec le gouvernement, l’industrie et le monde des affaires, la « multiversité » préparait les jeunes à la vie active et aux exigences du monde du travail : elle alliait habilement la théorie à la pratique. Par exemple, lors de stages en entreprise, les étudiants en droit pouvaient réaliser quel était le champ d’application et la mise en œuvre du droit du travail qu’ils avaient étudié pendant l’année. De plus, cette collaboration était positive d’un point de vue financier car elle dotait Berkeley de contrats dont les étudiants étaient finalement bénéficiaires car l’université pouvait investir et améliorer les conditions de logement (dortoirs, fraternities et sororities plus confortables et plus fonctionnels), de restauration sur le campus ou renouveler son matériel scolaire (au niveau informatique, au niveau des bibliothèques, des laboratoires scientifiques, des infrastructures sportives, etc.).

  • 28  David Lance Goines, op.cit.,51 ; W.J. Rorabaugh, op.cit., 9 ; Charles P. Henry, Movements in Educa (...)
  • 29  Clark Kerr, op.cit., 43.

13La « multiversité » apparaissait donc comme une nouvelle forme d’enseignement supérieur28. L’aspect philosophique et spirituel était relégué au second plan : une dimension industrielle, matérialiste, bien plus concrète et pragmatique se dessinait. L’Université ne se situait plus à l’écart de la vie réelle, de la vie sociale, elle devenait un maillon central, incontournable dans le processus économique des années soixante : elle s’était mise au service de la société américaine et de ses instances gouvernementales les plus élevées. Les données s’en trouvaient totalement renversées, radicalement bousculées : l’Université devenait ipso facto usine du savoir, l’étudiant, matière première à façonner, l’enseignant, cadre dirigeant veillant au bon fonctionnement des machines et, enfin, la société, consommatrice des produits finis qui sortaient de la ligne de production, prêts à être utilisés. En d’autres termes, l’Université était devenue une industrie parmi tant d’autres, après s’être fondue dans le moule capitaliste américain. L’Université n’avait pas évolué afin de défendre l’enseignement qu’elle dispensait, elle était très intéressée par sa collaboration avec l’État car elle espérait en tirer un maximum de profit. Les besoins de l’homme ne semblaient guère être sa préoccupation, Clark Kerr attachant plus d’importance aux rendements et aux bénéfices du complexe militaro-industriel29. En d’autres termes, l’existence et la réussite de la « multiversité » étaient plus que jamais liées aux intérêts capitalistes et impérialistes américains des années soixante. Ironie du sort, bien que Kerr se soit attendu à une contre-révolte de moindre importance, il fut confronté à un vent de contestation inégalé dans l’histoire universitaire ou multiversitaire américaine. Avec l’avènement de la « multiversité » dans les années soixante, l’enseignement supérieur américain avait véritablement connu un séisme et un repositionnement dont l’impact est encore facilement perceptible dans les universités, en ce début de troisième millénaire.

  • 30  University of California, Board of Regents Information, 2002.
  • 31  Idem.

14En 2002, les liens entre l’université de Berkeley et le monde des affaires sont encore plus serrés que dans les années soixante. L’université joue un rôle économique et stratégique pour le moins capital. Son Président actuel, Robert M. Berdahl, ne s’en cache pas : « By almost every measure, UC Berkeley is a major contributor to the vitality of the Bay Area economy »30. Les chiffres ne le contredisent d’ailleurs pas. En effet, Berkeley génère près de 1,1 milliards de dollars en revenues dans la région de San Francisco ; l’université achète des biens et des services pour une somme annuelle s’élevant à 533 millions de dollars, auprès de 2 400 entreprises californiennes (40% étant des Petites et Moyennes Entreprises). Depuis la rentrée 2002, elle emploie 23 480 personnes (dont 9 980 étudiants) auxquelles elle versera près de 603 millions de dollars en salaires au cours de cette année universitaire. Sa collaboration avec le gouvernement fédéral est toujours aussi étroite : Washington verse 292,4 millions de dollars par an pour financer les recherches menées sur le campus, soit 68% du montant global alloué à la recherche (430 millions de dollars). Il est à noter que le montant de cette enveloppe augmente régulièrement de 9% par an depuis 199531.

15Le rapprochement que Kerr avait souhaité entre Université et industrie, dès 1962, est, en 2002, soit quarante ans plus tard, on ne peut plus perceptible. La « multiversité », le monde des affaires ne font plus qu’un. L’enseignement supérieur américain est véritablement devenu l’allié indispensable de Washington.

Haut de page

Bibliographie

ADAMS Henry, The Education of Henry Adams, Boston, Houghton Mifflin Company, 1973 (première édition 1918).

CASS James, “What Happened at Berkeley”, in SR, 16 janvier 1965.

CAUTE David, The Great Fear: The AntiCommunist Purge Under Truman and Eisenhower, London, Secker and Warburg, 1978.

GOINES David Lance, The Free Speech Movement: Coming of Age in the 1960s, Berkeley, California, Ten Speed Press, 1993.

KERR Clark, The Uses of the University, Harvard University Press, 1972.

KITCHELL Mark, Berkeley in the Sixties, 1990 (documentaire).

LASCH Christopher, The Culture of Narcissism: American Life in an Age of Diminishing Expectations, New York, W. W. Norton & Company, 1978.

LIPSET Seymour and WOLIN, Sheldon S., The Berkeley Student Revolt: Facts and Interpretations, New York, Doubleday, 1965.

RASKIN A. H., “The Berkeley Affair: Mr. Kerr vs. Mr. Savio”, in The New York Times Magazine, 14 février 1965.

RORABAUGH W. J., Berkeley at War: the 1960s, New York, Oxford University Press, 1989.

UNIVERSITY OF CALIFORNIA, BERKELEY, “Taking Part: FSM and the Legacy of Social Protest”, Colloque international, 12-14 avril 2001.

VIORST Milton, Fire in the Streets, New York, Simon and Schuster, 1979.

Haut de page

Notes

1  Les huit campus sont Davis, Irvine, Los Angeles, Riverside, Santa Barbara, Santa Cruz, San Diego et San Francisco.

2  À titre de comparaison, 32 128 étudiants étaient inscrits à Berkeley pour l’année universitaire 2001-2002.

3  Christopher Lasch, The Culture of Narcissism: American Life in an Age of Diminishing Expectations, New York, W. W. Norton & Company, 1978, 145 149.

4  Henry Adams, Boston, Houghton Mifflin Company, 1973 (première édition 1918).

5  « Cur » étant une déformation phonétique volontaire de Kerr.

6  Milton Viorst, Fire in the Streets, New York, Simon and Schuster, 1979, 298.

7  David Lance Goines, The Free Speech Movement: Coming of Age in the 1960s, Ten Speed Press, Berkeley, California, 1993, 9-11. W. J. Rorabaugh, Berkeley at War: the 1960s, New York, Oxford University Press, 1989, 49.

8  W. J. Rorabaugh, op.cit., 11.

9  James Cass, “What Happened at Berkeley”, in SR, 16 janvier 1965, 69.

10  W. J. Rorabaugh, op.cit., 11.

11  Mark Kitchell, Berkeley in the Sixties, 1990 (documentaire).

12  W. J. Rorabaugh, op.cit., 12.

13 Ibidem, 29.

14  Clark Kerr, The Uses of the University, Harvard University Press, 1972, v-vi.

15  Clark Kerr, op.cit., 86-87.

16 Ibidem, 17-18.

17  A. H. Raskin, “The Berkeley Affair: Mr. Kerr vs. Mr. Savio”, inThe New York Times Magazine, 14 février 1965, 90. Notons au passage que Berkeley avait prêté son laboratoire de radiations dans le cadre du Manhattan Project (1942), pour des travaux menés sous la direction de J. Robert Oppenheimer, professeur à Berkeley de 1929 à 1942 (voir David Caute, The Great Fear: The AntiCommunist Purge Under Truman and Eisenhower, London, Secker and Warburg, 1978, 173).    

18  Clark Kerr, op.cit., 18-19.

19  Ibidem, 20.

20  Clark Kerr, op.cit., 36

21  “Professors, obsessed with their own professional reputations and the gun held to their heads by ‘publish or perish’ policies, had neither time for nor interest in their less important charges”, in David Lance Goines, op.cit., 61.

22  Clark Kerr, op.cit., 87.

23 Ibidem, 89.

24  Seymour Lipset and Sheldon S. Wolin, The Berkeley Student Revolt: Facts and Interpretations, New York, Doubleday, 1965, 163.

25  Clark Kerr, op.cit, 90-91.

26 Ibidem, 103.

27  Clark Kerr, op.cit, 103-104.

28  David Lance Goines, op.cit.,51 ; W.J. Rorabaugh, op.cit., 9 ; Charles P. Henry, Movements in Education: Reform and Experimentation, communication prononcée lors du colloque international organisé sur le campus de l’université de Berkeley, colloque consacré au Free Speech Movement de 1964 et à la contestation étudiante et intitulé « Taking Part: FSM and the Legacy of Social Protest », 12-14 avril 2001.

29  Clark Kerr, op.cit., 43.

30  University of California, Board of Regents Information, 2002.

31  Idem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Robert, « L’Enseignement supérieur aux États-Unis : l’exemple de Clark Kerr et de l’université ou « multiversité » de Berkeley en 1964 », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. II - n°1 | 2004, 127-138.

Référence électronique

Frédéric Robert, « L’Enseignement supérieur aux États-Unis : l’exemple de Clark Kerr et de l’université ou « multiversité » de Berkeley en 1964 », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. II - n°1 | 2004, mis en ligne le 23 novembre 2009, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://lisa.revues.org/3081 ; DOI : 10.4000/lisa.3081

Haut de page

Auteur

Frédéric Robert

Dr. (Lyon, France)
Frédéric Robert is Assistant Professor of American studies at the University of Lyon III, France. His field of research is the Sixties in America. He is the author of four books: L’Amérique contestataire des années soixante (Ellipses, Paris, 1999); L’Histoire américaine à travers les Présidents et leurs discours d’investiture (1789-2001) (Ellipses, Paris, 2001); La nouvelle gauche américaine : faits et analyses (L’Harmattan, Paris, 2002) ; La civilisation américaine par les textes de 1494 à nos jours (Ellipses, Paris, 2003).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org