Navigation – Plan du site
Les États-Unis et leurs universités

Les féministes et l’université américaine

American Feminists and the University
Malie Montagutelli
p. 99-100

Résumé

This paper focuses on feminine and feminist issues within the context of American universities and their curricula. After a brief survey of the progress made by women in higher education since the 1960s, it will focus on the actions of feminists during the same period. It attempts to determine their impact on higher education then and now and ends by pointing to the extreme diversity of views being expressed today by women in general and by feminists on American campuses, a diversity which may prove to be detrimental to their further progress.

Haut de page

Entrées d’index

Index thématique et géographique :

histoire, États-Unis, société, culture, éducation, society, United States, history, education
Haut de page

Texte intégral

1L’université américaine a toujours été un terrain privilégié où débattre des grandes questions qui agitent la société. Elle peut être le théâtre de conflits et de polémiques. Elle s’est ainsi souvent trouvée à l’épicentre des luttes féministes, de nombreuses féministes étant des universitaires ; l’université et l’enseignement des femmes ont également été des sujets de débats au cœur des luttes féministes. Il s’agira, tout d’abord, de brosser un rapide historique de l’action des féministes dans les universités, en commençant par le militantisme de la fin des années 1960, puis de déterminer leur influence au sein de l’institution aujourd’hui.

  • 1  L’Ivy League  se compose de sept universités, toutes situées dans le Nord-Est des États-Unis ; il (...)

2C’est au cours du XIXe siècle que les femmes commencent à être admises dans les universités, très lentement dans les débuts. Les premiers établissements féminins d’enseignement supérieur sont les normal schools qui préparent les futures enseignantes. Oberlin College, dans l’Ohio, est la première université qui adopte la mixité en acceptant quatre étudiantes en 1837 ; puis, en 1839, la première université féminine ouvre ses portes : il s’agit du Georgia Female College. À partir de là, des établissements universitaires féminins sont créés et, parallèlement, la mixité est progressivement acceptée. Les Seven Sisters, sept universités féminines d’élite, forment un pendant aux établissements masculins de la prestigieuse Ivy League1.

3Avec le temps, le nombre des jeunes femmes inscrites dans des établissements post-secondaires, mixtes ou non, ne cesse de croître. Cette poussée s’explique par le fait qu’à la fin du XIXe siècle, on compte plus de filles diplômées du secondaire que de garçons et que la mixité est devenue la norme dans les high schools. Les femmes vont décrocher de plus en plus de diplômes dans des disciplines toujours plus diversifiées. En 1910, parmi les 1 083 établissements universitaires, 27% sont exclusivement masculins, 15% féminins ; 58% des établissements ont par conséquent adopté la mixité ; de plus, on compte sur l’ensemble des universités une proportion d’environ 40% de femmes dans le total des effectifs. En 2001, parmi les universités de 4 ans et plus, seuls deux établissements n’acceptent que les hommes et 34 sont exclusivement féminins ; presque toutes les institutions fonctionnant sur deux ans sont mixtes, une seule n’accepte que les hommes, et une seule que les femmes.

  • 2  Judith G. Touchton, Lynne Davis, Fact Book On Women In Higher Education, New York, Macmillan and A (...)

4En 1977, pour la première fois, le nombre des étudiantes dépasse celui des étudiants, les femmes représentant 55% des effectifs (c’est une époque où moins de garçons s’inscrivent en université) ; en 1999, elles représentent 54% du total, selon le US Bureau of Census. Ajoutons que si, en 1950, 5% des femmes et 7% des hommes entre 25 et 34 ans fréquentent ou ont fréquenté une université pendant 4 ans ou plus, en 1987, ces pourcentages sont passés à 23% pour les femmes et 25% pour les hommes. Malgré de nettes avancées, on enregistre donc toujours un léger retard pour les femmes. En ce qui concerne les diplômes obtenus par les uns et les autres, en 1986, les femmes obtiennent 51% du total des bachelor’s degrees (équivalent de la licence), 50% des master’s degrees (équivalent de la maîtrise) et 35% des doctorats2.

5Les étudiantes ont bénéficié des efforts effectués par le gouvernement fédéral au cours des années 1960 et 1970 pour combattre les inégalités. On peut citer l’article VII de la loi sur les droits civiques de 1964, qui rajoute le sexe, en plus de la race, de la couleur et de l’origine nationale dans les raisons interdisant la discrimination. L’article IX, amendement de 1972 à la loi sur l’éducation élémentaire et secondaire – Elementary and Secondary Education Act, ESEA – promulguée en 1965, interdit toute discrimination contre élèves ou étudiants en raison de leur sexe. Ceci s’applique à tout programme universitaire et va avoir une profonde influence, notamment sur le financement des programmes de sports et le développement des sports féminins sur les campus. Le décret exécutif n° 11375 de 1967 instaure la discrimination positive en faveur des femmes ; il profite aux étudiantes aussi bien qu’aux enseignantes. Enfin, la loi sur l’équité pour les femmes dans l’éducation – Women’s Educational Equity Act, de 1974 – prévoit des allocations budgétaires en vue de la création de programmes pilotes visant à combattre l’inégalité des sexes à l’école. Enfin, il faut citer un symbole fort, une directive du Congrès datant de 1976, qui enjoint aux académies militaires d’ouvrir leurs portes aux femmes. En conséquence, cette même année, l’académie de West Point devient mixte et, en 1995, pour  la première fois, une femme y est major de sa promotion.

  • 3  Judith G. Touchton, Lynne Davis,  op.cit., 15.

6En ce qui concerne le métier d’enseignante, on sait que très tôt aux États-Unis, l’opinion a accueilli favorablement l’entrée des femmes dans la profession, considérant que l’enseignement était une sorte d’extension naturelle de leur rôle de mère de famille. C’est grâce aux institutrices, qui recevaient des salaires bien inférieurs à ceux perçus par les instituteurs, que des réformateurs, comme Horace Mann, ont pu créer, entre 1830 et 1860, un grand système de common schools, gratuites et ouvertes à tous les enfants. À partir de là, les femmes gravissent les échelons de la profession et, en 1880, elles représentent 36% du corps enseignant universitaire. Depuis 1900, le nombre des enseignantes d’universités a augmenté considérablement, mais, en même temps, leur proportion par rapport à leurs collègues masculins n’a que relativement peu évolué : il était de 20% en 1910, 28% en 1940, 23% en 1970 et 29% en 19843. Dans les années récentes, la proportion d’enseignantes du supérieur demeure aux alentours d’un quart pour trois quarts d’hommes. Ces femmes sont, en large part, des chargées de cours non titulaires ; lorsqu’elles sont titulaires, elles représentent un pourcentage assez constant de plus ou moins 10%. Les femmes se trouvent en majorité aux échelons inférieurs de la hiérarchie, en particulier dans les universités privées. Il semble également qu’elles mettent plus longtemps à franchir les échelons et reçoivent, en raison de leur statut, des salaires inférieurs à ceux des hommes, un écart qui semble se creuser depuis quelques années. Les femmes sont également présentes dans l’administration universitaire. Entre 1975 et 1989, le nombre des femmes présidentes d’université passe de 148 à 328, 55% dirigeant des institutions privées et 45% étant dans le secteur public en 1989. Ces 328 présidentes d’université représentent 11% du total des présidents. De plus, environ 35% des postes administratifs inférieurs sont occupés par des femmes.

7Malgré une situation qui reste globalement plutôt défavorable, elles ont bénéficié, tout comme les élèves et les étudiantes, d’un certain nombre de lois en leur faveur : la loi sur l’égalité des salaires de 1963, l’article VII de la loi sur les droits civiques de 1964 cité plus haut, la loi contre la discrimination dans l’emploi en raison de l’âge de 1967, la loi contre la discrimination en raison de la grossesse de 1978, qui vient amender l’article VII et prévoit le traitement équitable des femmes enceintes sur leur lieu de travail, et enfin la loi sur les congés parentaux ou pour raisons médicales, le Family and Medical Leave Act, qui accorde un congé, à l’homme ou à la femme, pour raisons médicales, à l’occasion de la naissance ou l’adoption d’un enfant, ou encore pour soigner un conjoint, un enfant ou un parent. Enfin, en 1991, la nouvelle loi sur les droits civiques crée une commission pour combattre le « plafond de verre » – Glass Ceiling Commission – afin d’éliminer les barrières dont l’origine serait de vieux stéréotypes enracinés ou des pratiques arbitraires.

8Quelles ont été les actions des féministes, et quelles ont été leurs priorités ? Les universités, et en particulier les établissements féminins, ont servi, et servent encore, de pépinières aux féministes. C’est non seulement là que les jeunes femmes acquièrent des formations qui leur donneront une certaine forme d’émancipation, mais c’est également là qu’elles deviennent des militantes. La recherche universitaire se met souvent au service des causes féministes. Ceci est vrai aujourd’hui dans de nombreuses branches, comme la sociologie, l’anthropologie, la psychologie ou les sciences de l’éducation, et les actions des militantes s’appuient sur les résultats obtenus par les chercheuses.

9À la fin des années 1960, les groupes féministes militent sur de nombreux plans et, on vient de le voir, leurs actions sont fructueuses, puisqu’un ensemble de lois est voté et que les établissements scolaires et universitaires assouplissent leurs règlements afin de mieux respecter le droit des femmes. Des groupes, comme WEAL – Women’s Equity Action League – créé en 1967, ou PEER – Project on Equal Education Rights – travaillent sur le plan juridique. Lorsqu’ils constatent localement des situations d’injustice lésant les femmes, ils intentent des actions en justice invoquant des contraventions aux droits civiques et aux nouvelles lois. Des lobbies font pression sur les hommes politiques et l’opinion publique.

10Pour le mouvement féministe, les universités sont des lieux d’action, mais aussi de recherche et de réflexion et les travaux des universitaires viennent justifier et soutenir les actions entreprises sur le terrain. Ces universitaires veulent exercer une influence sur l’éducation en transformant les programmes scolaires, primaires et secondaires, ainsi qu’universitaires, améliorer la condition féminine, dans le milieu professionnel comme dans la sphère privée, et, à long terme, faire évoluer les mœurs. Dans ce contexte général, jusqu’à la fin des années 1970, les féministes réclament une mixité inconditionnelle et entendent être admises dans tous les départements de toutes les universités, comme étudiantes et comme enseignantes ; elles veulent bénéficier à égalité des mêmes programmes d’éducation et des mêmes conditions de travail que les hommes, dans tous les établissements d’enseignement supérieur. Dans la réalité des choses, en ce qui concerne les étudiantes, même lorsqu’elle existe, la mixité n’est pas toujours garante d’égalité. Quant aux enseignantes, on l’a vu, leurs conditions de travail et d’avancement dans la carrière sont moins bonnes que celles de leurs collègues masculins. Les féministes luttent donc pour l’égalité dans la formation, l’égalité des chances dans l’éducation, et l’égalité dans le travail universitaire. D’ailleurs, en 1966, lors de la création de NOW – National Association of Women – une Déclaration des Droits est rendue publique. Le message est clair : elles réclament entre autres choses “equal and unsegregated education”. Lors de leur 4ème Congrès en 1970, l’éducation des femmes est l’un des principaux sujets de réflexion. Elles définissent des objectifs larges et en même temps très précis. On peut effectivement lire dans les résolutions publiées au terme de ce congrès :

Be it resolved that NOW support as priorities in education:
1) The establishment of female studies, which we envision as interdisciplinary courses, both curricular and for credit, and extracurricular, designed to raise consciousness about and expose the biases against and ignorance on women, especially in the fields of history, literature, psychology, sociology, and marriage and family courses.
2) The mobilization of, support for, erasing sex discrimination wherever it exists in education as in admissions, scholarships, fellowships, loans, textbooks, guidance counseling, division of students by sex in home economics, shop, sports and vocational training. We also urge the erasing of sex discrimination in policies on marriage, pregnancy or parenthood as related to students, faculty and staff, stocking of libraries with appropriate books, day care for all students, faculty and staff, in hiring, salaries, tenure and nepotism, in appointments such as college presidencies, in teacher training curricula, in provision of role models outside the traditional sex role stereotypes, in part-time employment and schooling policies, and in language, which must be restructured to reflect a society where women have status equal to men.

11Dans les universités, sont créés, d’une part, des laboratoires de recherches et, de l’autre, des programmes d’études féminines et de gender studies. Les chercheuses féministes visent dans leurs travaux à démolir les processus culturels qui ont permis l’établissement des structures de pouvoir traditionnelles. L’ensemble des féministes est donc, à cette époque, porté par une dynamique et animé par un enthousiasme collectif, ainsi que par une convergence de vues. Elles forment un mouvement cohérent et s’expriment d’une seule voix, se battant pour corriger des inégalités flagrantes. Elles ne visent rien moins que la libération de la femme américaine. Néanmoins, un point de divergence apparaît dès 1969 parmi les membres du groupe NOW : le comité central entend forcer les lesbiennes adhérant au mouvement, qui sont celles qui tiennent le discours le plus virulent, à démissionner. Il y a donc alors une première fracture à l’intérieur du mouvement. Mais, en 1971, sans doute face à l’importance des enjeux, la paix est rétablie.

12À partir des années 1980, le mouvement des féministes universitaires se complexifie. En même temps, au début de la décennie, les difficultés économiques et sociales que traversent les États-Unis – récession, chômage, ainsi qu’une forte vague de réaction conservatrice – font reculer les causes féministes. De plus, les féministes commencent à se rendre compte que, face à des comportements traditionnels fortement enracinés dans les mœurs, l’égalité est un objectif encore lointain, difficile à atteindre. Elles adoptent un discours plus nuancé : elles ne parlent plus d’égalité mais d’équivalence et de parité. Leur slogan sur le marché du travail n’est plus “equal pay forequal work” mais “equal pay for jobs of comparable worth”. Dans le même temps, à l’université, non seulement les programmes d’études féministes, mais aussi la recherche dans toutes sortes de domaines liés à la condition féminine, se poursuivent activement. La recherche s’affine dans différentes disciplines et les résultats obtenus offrent une grande variété de points de vue et de positions ; il est clair que les chercheuses ne sont plus nécessairement des féministes mais, plus simplement, des femmes qui voient un domaine de connaissances à défricher.

  • 4  Au cours des années 1960, Kohlberg étudiait l’identité des sexes et parlait de codes et d’activité (...)

13Quelques exemples d’ouvrages publiés au cours des trente dernières années serviront à montrer l’évolution et aussi le foisonnement des idées. On peut citer au début des années 1970, les travaux de l’anthropologue Karen Sacks qui entend répondre aux biologistes. Ceux-ci ont, en effet, souligné le fait que ce sont les différences biologiques fondamentales entre les deux sexes qui entraînent, forcément, des formes d’inégalité. Après avoir étudié des cultures non-occidentales ayant d’autres formes de société, Sacks rétorque que ce sont les structures sociales américaines qui sont porteuses d’inégalité et elle rejette l’existence d’une inégalité fondamentale qui placerait les femmes dans une situation d’infériorité. Psychologues et psychanalystes participent également aux premières recherches féministes. Elles concentrent leurs études sur la prise de conscience de l’identité sexuelle chez l’enfant, de son origine et de sa nature et remettent en question la fameuse analyse freudienne sur l’absence de penis chez la femme et du sentiment d’infériorité qui en découle (penis envy). Dans ce courant, on peut citer Nancy Chodorow, et son ouvrage, The Reproduction Of Mothering, publié en 1978, Lillian Rubin, qui publie Intimate Strangers en 1983 et Jessica Benjamin, avec l’ouvrage The Bonds Of Love datant de 1984. Dans un registre se situant pour ainsi dire à l’opposé du domaine de ces chercheuses, en 1982, Carol Gilligan, ancienne élève de Lawrence Kohlberg à Harvard4, publie In A Different Voice qui devient un best-seller. Si elle y met en doute l’idée d’une hiérarchie naturelle qui existerait entre les sexes et les personnes, elle identifie cependant des différences dans la façon dont hommes et femmes perçoivent les relations entre individus, ainsi que dans la palette de leurs émotions et leur développement au plan moral. Elle parle alors de difference feminism, d’un féminisme qui admet et tient compte des différences. Comme en réponse à Gilligan, en 1988, la sociologue Cynthia Fuchs Epstein publie Deceptive Distinctions: Sex, Gender, and the Social Order. Epstein reconnaît des différences, mais celles-ci sont trompeuses (deceptive), parce qu’elles semblent inhérentes à l’appartenance sexuelle, alors qu’en réalité elles ne le sont pas. Ces différences sont créées, construites dans les comportements par la culture et les structures sociales. En 1991, Deborah Tannen, qui travaille sur la communication, publie You Just Don’t Understand, dans lequel elle trace le portrait d’hommes et de femmes qui ont du mal à véritablement communiquer, parce qu’ils vivent dans des sphères différentes et, par conséquent, s’expriment dans des langages différents. En 1993, la psychologue Carol Tavris publie un article intitulé « The Mismeasure of Woman », dans la revue Feminism and Psychology, dans lequel elle introduit l’idée d’une loi, “law of the excluded middle”, un centre qui comprendrait le plus grand nombre d’hommes et de femmes “in terms of their psychological qualities, beliefs, abilities, traits and values”. Pour ceux-là, les différences que les chercheurs ont mises en évidence dans les comportements ne sont pas des gender differences, mais des réponses à des circonstances spécifiques ou à des situations à un moment donné.

14Il faut également citer les deux ouvrages de Christina Hoff Sommers, Who Stole Feminism? How Women Have Betrayed Men, publié en 1994, et The War against Boys: How Misguided Feminism Is Harming Our Young Men, publié en 2000. Ceux-ci la placent à contre-courant de la réflexion féministe contemporaine. Dans son analyse, elle oppose les féministes appartenant à ce qu’elle appelle le féminisme de la première vague, equity feminism, à tendance libérale, aux féministes de la seconde vague, qu’elle range dans une nouvelle catégorie, le gender feminism, à tendance radicale. Elle condamne le « gynocentrisme » de la deuxième vague, sa paranoïa vis-à-vis du sexe masculin, ainsi que les excès et aberrations de sa « political correctness ». Sommers considère que les féministes se complaisent à diagnostiquer diverses pathologies mentales, agressivité et autres, chez les garçons et que, ce faisant, l’Amérique risque de perdre toute une génération d’hommes. Elle milite pour moins d’agressivité envers les hommes et un retour à la mesure et au bon sens.

  • 5  Barbara Risman, Gender Vertigo, New Haven, Yale University Press, 1998, 25.

15Dans la même perspective que Sommers, la sociologue Barbara Risman, notamment dans un livre publié en 1998, Gender Vertigo, attaque les ouvrages féministes fondés sur l’étude de la différence : “The very creation of difference is the foundation on which inequality rests5. Pour elle, il n’y a pas de comportement spécifique à chacun des sexes.

16La plupart de ces chercheuses ont atteint une renommée qui dépasse largement le cadre universitaire. Bien que ce catalogue soit loin d’être complet, il donne néanmoins un aperçu de la richesse de la recherche et du regard que les femmes portent sur elles-mêmes. En point d’orgue, il est utile d’évoquer une universitaire dont les écrits et les déclarations n’ont cessé de susciter des critiques de la part de bon nombre de féministes – Camille Paglia se réclame pourtant elle aussi du féminisme. Dans une interview présentée en mai 1995 dans la revue Playboy, à la question « Êtes-vous une féministe ? », elle répond :

I’m absolutely a feminist. The reason other feminists don’t like me is that I criticize the movement, explaining that it needs a correction. Feminism has betrayed women, alienated men and women, replaced dialogue with political correctness. PC feminism has boxed women in. The idea that feminism—that liberation from domestic prison—is going to bring happiness is just wrong. Women have advanced a great deal, but they are no happier. The happiest women I know are not those who are balancing their careers and families, like a lot of my friends are. The happiest people I know are the women—like my cousins—who have a high school education, got married immediately after graduating and never went to college. They are very religious and they never question their Catholicism. They do not regard the house as a prison.

17Paglia considère que le féminisme, avec un passé vieux de 200 ans, a évidemment traversé différentes phases, et que, par conséquent, on peut critiquer sa phase actuelle sans pour autant être un(e) antiféministe. Dans un ouvrage datant de 1994, elle définit sa position vis-à-vis du mouvement :

  • 6  Camille Paglia, Vamps and Tramps: New Essays, New York, Vintage Books, 1994, 33, 110-111.

Feminist confidence that the whole human race can be “reeducated” to fully eliminate the possibility of rape is pure folly. Wave after wave of boys hit puberty every year. Do feminists, with their multicultural pretensions, really envision a massive export of white bourgeois good manners all around the world? Speak of imperialism […]. 
Let’s get rid of Infirmary Feminism, with its bedlam of bellyachers, anorexics, bulimics, depressives, rape victims, and incest survivors. Feminism has become a catch-all vegetable drawer where bunches of clingy sob sisters can store their moldy neuroses 6.

18Cet aperçu des thèses de quelques chercheuses montre à quel point les études féminines et féministes, ainsi que les gender studies se sont diversifiées et les femmes divisées entre elles au cours des quelque trente dernières années. Pour résumer, on peut discerner essentiellement deux grandes tendances dans les théories élaborées, des tendances qui débouchent sur deux politiques radicalement opposées : la première consiste à reconnaître la différence, de nature identitaire, et à l’analyser, pour ensuite proposer des solutions en fonction des spécificités identitaires ; il s’agit, par conséquent, essentiellement de solutions qui divisent. La seconde tendance, parfois appelée post-structuraliste ou post-moderniste, s’est constituée plus tardivement et, pour ainsi dire, en réaction, en critique de la première. Elle ne reconnaît pas les différences comme étant structurelles et fondamentales, mais plutôt circonstancielles. À partir de ce constat, son objectif serait plutôt de dépasser les conflits en acceptant la pluralité, pour rétablir des relations plus faciles entre les sexes et permettre à la société de fonctionner correctement.

19Si les thèses des chercheuses ne sont pas forcément contradictoires entre elles, il arrive néanmoins qu’elles envoient des signaux discordants et créent une impression ambiguë pour l’opinion. Il faut reconnaître que, sur le terrain, les féministes ont parfois des attitudes qui peuvent sembler paradoxales. Ainsi, en 1990, lorsque l’administration de Mills College, établissement jusque-là féminin, décide d’adopter la mixité, les féministes émettent une telle vague de protestation que la décision est annulée, alors que la même année, elles s’en prennent au Virginia Military Institute, condamnant la politique sexiste d’un établissement qui exclut les femmes. Il est intéressant de noter en passant que les avocats représentant le VMI invoquent les travaux de Carol Gilligan et Deborah Tannen comme justification de la non-mixité. L’affaire devient rapidement célèbre ; le Military College of South Carolina, encore appelé The Citadel, est bientôt également concerné parce qu’il refuse la demande d’inscription d’une jeune femme. En 1993, une cour d’appel fédérale – Circuit Court – recommande que les deux institutions créent des écoles féminines parallèles et équivalentes. Cette décision ne satisfait cependant pas les féministes, qui font alors appel. En 1996, l’affaire parvient devant la Cour Suprême qui juge anticonstitutionnel l’arrangement prévu par la cour inférieure, argumentant que, depuis l’arrêt Brown de 1954, “separate is inherently unequal”. Les féministes applaudissent. Elles ont donc préservé la non-mixité à Mills College en même temps qu’elles forçaient les deux établissements de formation militaire à accepter la mixité.  

20D’autre part, des féministes militent à présent pour obtenir la création de structures scolaires séparées pour filles et garçons, tant dans le primaire et le secondaire qu’au niveau universitaire. Ici encore, des études ont été réalisées sur les performances obtenues en milieu mixte et ségrégué, dont deux par l’American Association of University Women (AAUW) : How Schools Shortchange Girls, en 1992 et Gender Gaps: Where Schools still Fail our Children, en 1998. Des universitaires se sont exprimées à ce propos, notamment Carol Gilligan, Lyn Mikel Brown et Annie Rogers. Elles évoquent des conditions d’apprentissage en milieu mixte qui sont défavorables pour les filles ; elles parlent de salles de classe, dans de nombreuses junior high schools et high schools, où le manque de convivialité réduit les filles au silence (the silencing of girls). Sur ce point, ce groupe de féministes se retrouve être parfois l’allié d’éléments très conservateurs qui souhaitent, eux aussi, mais pour d’autres raisons, rétablir la non-mixité (single-sex education).

21Voici donc les récents développements d’un débat qui n’est sans doute pas près de trouver des réponses définitives. Les féministes poursuivent leurs travaux soulignant toujours l’inégalité de traitement entre les deux sexes, dénonçant les différences. Quant aux post-modernes, elles ne se réclament plus du féminisme. Elles parviennent, en effet, à la conclusion que, dans les relations humaines et dans les relations au sein de la société, tout est complémentaire, qu’il n’y a pas oppression, ni suppression de quoi que ce soit. Dans ce chœur de voix, il est parfois difficile de faire la distinction entre un militantisme sincère et la recherche de la notoriété pure et simple ; d’aucunes cultivent d’ailleurs savamment l’art de la provocation.

22La diversité des discours ne manque pas de se retrouver dans les programmes d’études offerts par les universités et ceci crée l’impression d’une certaine confusion. De plus, ces universités se trouvent face à un dilemme en ce qui concerne le recrutement de leur personnel enseignant ; en effet, placées dans une situation de concurrence, elles sont souvent contraintes de transiger avec leurs critères d’embauche et d’offrir des postes, à plein temps ou à temps partiel, en priorité aux chercheuses ou aux auteurs qui ont acquis la notoriété et qui ne manqueront donc pas d’attirer des étudiant(e)s. Si toutes ces célébrités trouvent un bon accueil dans les universités, ceci ne doit pas, cependant, faire oublier le fait que des inégalités entre hommes et femmes subsistent, tant au sein des institutions scolaires et universitaires que de la société américaine. Si l’on admet assez couramment qu’il n’y a plus dans la société contemporaine de sphères séparées pour l’homme et pour la femme, il semblerait logique d’admettre également l’égalité de traitement pour tous.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bibliographie sélective

BENJAMIN Jessica, The Bonds of Love, New York, Pantheon, 1984.

CHODOROW Nancy, The Reproduction of Mothering, Berkeley, University of California Press, 1978.

EPSTEIN Cynthia Fuchs, Deceptive Distinctions, New Haven, Yale University Press, 1988.

GILLIGAN Carol, In A Different Voice, Cambridge, Harvard University Press, 1982.

PAGLIA Camille, Sex, Art and American Culture: Essays, New York, Vintage Books, 1992.

PAGLIA Camille, Vamps and Tramps: New Essays, New York, Vintage Books, 1994.

RISMAN Barbara, Gender Vertigo, New Haven, Yale University Press, 1998.

RUBIN Lillian, Intimate Strangers, New York, Harper and Row, 1983.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

TAVRIS Carol, The Mismeasure of Woman, New York, Simon & Schuster, 1992.
DOI : 10.1177/0959353593032002

TANNEN Deborah, You Just Don’t Understand, New York, William Morrow, 1990.

Haut de page

Notes

1  L’Ivy League  se compose de sept universités, toutes situées dans le Nord-Est des États-Unis ; il s’agit de Harvard (1636), Yale (1701), l’Université de Pennsylvanie (1740), Princeton (1746), Columbia (1765), Brown (1754) et Dartmouth (1769). Ces universités sont aujourd’hui toutes mixtes. Quant aux Seven Sisters, ce sont Vassar (1861), Wellesley (1870), Hunter (1870), Smith (1971), Radcliffe (1879), Bryn Mawr (1885) et Barnard (1889). Parmi ces universités, seules Vassar, Radcliffe et Hunter sont aujourd’hui mixtes.

2  Judith G. Touchton, Lynne Davis, Fact Book On Women In Higher Education, New York, Macmillan and American Council on Education, 1991, 13-14. Quant aux femmes appartenant à une minorité, les pourcentages de diplômées sont très inférieurs (11% des maîtrises et des doctorats).

3  Judith G. Touchton, Lynne Davis,  op.cit., 15.

4  Au cours des années 1960, Kohlberg étudiait l’identité des sexes et parlait de codes et d’activités clairement étiquetés pour chacun des deux sexes, ainsi que de hiérarchie. Lawrence Kohlberg, “A Cognitive-Developmental Analysis of Children’s Sex Role Concepts and Attitudes”, in The Development of Sex Differences, E. Maccoby, ed., Stanford, Stanford University Press, 1966.

5  Barbara Risman, Gender Vertigo, New Haven, Yale University Press, 1998, 25.

6  Camille Paglia, Vamps and Tramps: New Essays, New York, Vintage Books, 1994, 33, 110-111.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malie Montagutelli, « Les féministes et l’université américaine », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. II - n°1 | 2004, 99-100.

Référence électronique

Malie Montagutelli, « Les féministes et l’université américaine », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. II - n°1 | 2004, mis en ligne le 27 août 2009, consulté le 21 avril 2014. URL : http://lisa.revues.org/3062 ; DOI : 10.4000/lisa.3062

Haut de page

Auteur

Malie Montagutelli

Professor (Paris III, France)
Malie Montagutelli est professeur de civilisation américaine à l’Université Paris III. Auteur de plusieurs ouvrages et articles, parmi ceux-ci Histoire de l’Enseignement aux États-Unis, paru chez Belin en 2000 et L’Éducation des Filles aux États-Unis, paru aux éditions Ophrys en 2003.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org