Navigation – Plan du site
Les États-Unis et leurs universités

Les étudiants américains et l’activité politique

American Students and Politics
Eliane Elmaleh
p. 77-98

Résumé

Students have periodically played an important role in political life as well as societal politics. While activism has subsided in the past decades, a number of students continue to be involved in political issues. This article chronicles the history of student political activism in the 20th century and focuses not only on periods when students were dramatically involved in politics, but also on less active periods. My object is to show that politics on the campus is a multi-faceted phenomenon and that, at least since the 1930s, there has been an ideological trend toward liberal activism even if conservative students have also been influential. I will also determine what has stirred students into action, the recurrent motivations and whether one can talk of a depoliticization of the university in the last few decades.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le militantisme politique aux États-Unis au XXe siècle peut se caractériser par la continuité et le changement, par les courants politiques que l’on peut retracer historiquement, et par des organisations spécifiques qui furent créées et dissoutes autour de questions précises, et en fonction du contexte politique. L’université a été traversée par trois grands courants : un courant libéral-radical, un courant conservateur et un courant religieux. Le courant libéral-radical, courant qui a comporté un grand nombre de tendances idéologiques et a donné naissance à plusieurs organisations, sera au centre de cette étude. Cependant, il sera fait état du courant conservateur qui, dans l’ensemble a été largement dominant. L’objet de cet article est, dans un premier temps, de présenter les courants idéologiques symptomatiques d’une certaine politisation de l’université américaine, pour montrer qu’ils peuvent servir de baromètre idéologique pour la société dans son ensemble ; dans cette perspective, les fluctuations du balancier idéologique et la mise en contexte les mouvements étudiants qui ont pu exister seront considérées. Puis, il s’agira de déterminer les facteurs mobilisateurs du militantisme estudiantin et les motivations récurrentes qui montrent l’existence d’un « fil directeur » dans le mouvement étudiant.

Arrière-plan historique : éveil et essor du mouvement étudiant (1900-1938)

2Le début du XXe siècle est marqué par un certain nombre de repères historiques : la Première Guerre mondiale, l’émergence des États-Unis en tant que grande puissance internationale, la montée des mouvements culturels dans les années 1920. L’université connut, quant à elle, une progression constante d’effectifs : ceux-ci passèrent de 240 000, en 1900, à 1 100 000, en 1930. Entre 1890 et 1925, les effectifs étudiants ont augmenté cinq fois plus vite que la population.

  • 1  Elle fut créée à l’initiative d’Upton Saintclair, alors jeune écrivain radical, auteur du bestsell (...)
  • 2 Intercollegiate Socialist, février-mars 1913, 13.

3La période d’avant-guerre ne connut qu’un léger accroissement en termes de militantisme politique. Le premier événement politique majeur à l’université fut la création de l’Intercollegiate Socialist Society (ISS) en 1905, première organisation étudiante socialiste nationale1. L’ISS réussit à coordonner les quelques associations socialistes et libérales qui existaient dans de nombreuses universités. Cette organisation n’était ni extrêmement politisée, ni extrêmement militante – son programme s’appuyait sur des réformes sociales – elle accueillait des étudiants de tendance libérale, voire modérée, et plus d’un tiers de ses membres déclarait être non socialiste2. En 1913, l’ISS publia son premier numéro – The Intercollegiate Socialist rebaptisé The Socialist Review, en 1919. Cette revue bimestrielle a été diffusée dans les 130 universités ayant une section de l’ISS.

4Les Roaring Twenties (1921-1929), qui se sont caractérisées par un développement économique spectaculaire et inégalé jusqu’alors, se sont également inscrites comme une période de ferment culturel et politique dont le campus était l’une des composantes majeures. L’issue de la Première Guerre mondiale et l’échec des quatorze points de Wilson avaient profondément déçu grand nombre d’Américains, en particulier de la classe moyenne. Les militants étudiants commençaient également à se sentir concernés, pour la première fois dans l’histoire de l’université américaine, par la vie dans les campus. Les attaques se concentraient sur les conséquences de l’expansion démesurée de l’université, sa dépersonnalisation, mais aussi et surtout sur le contenu de l’enseignement. L’éditorial d’un magazine étudiant libéral, The New Student, montre de façon symptomatique le type de critiques émises et de la façon dont elles étaient formulées :

  • 3  The New Student 2, 18 novembre 1922, 14.

The schools and colleges of America are accused of standardizing men, of molding and shaping them into a finished product of one set, definite type. If such accusations are true, America’s educational institutions are simply an expression of a nationwide attempt to force people to think and feel alike on all subjects. The spirit of intolerance, supposedly a thing of the past, rules just as supreme in many places today as it ever has. Free thought and discussion are countenanced if they coincide with the opinions of the majority or the reigning minority. Any conflicting ideas, however are termed pernicious or «Bolshevistic», fit only to be outlawed and hunted down until eradicated from sight and hearing3.

5On note les précautions oratoires de cette rhétorique de la dénonciation : il n’y pas ici une accusation directe, seulement une hypothèse est formulée. La répression émanant de l’administration était impitoyable : les étudiants politisés pouvaient être renvoyés et leurs magazines subissaient une censure féroce. Cette menace, qui sera encore plus virulente dans les années 1960, concerne le contenu des enseignements et les programmes d’études.

  • 4While there are few examples of the kinds of student activism occurring locally at the time, never (...)

6Dans le même temps, une autre organisation, The Young Intellectuals, dénonçait la culture « bourgeoise » et l’institution du mariage, et était présente au sein des mouvements de femmes et des organisations socialistes. Les YI soutenaient, entre autres, le syndicat ouvrier The Industrial Workers of the World, et les anarchistes (tels Emma Goldman et Alexander Berkman) et formaient probablement l’organisation la plus engagée à l’université à l’époque. Ils s’adonnaient aux activités de volontariat (ou “settlement house work”), et étaient très concernés par les questions sociales (“the way the other half lived”). Ils bénéficiaient de l’aura que connaissait alors le radicalisme. Cependant, seule une minorité d’étudiants était militante. Dans certaines universités, cette minorité n’existait même pas. Un certain nombre de sondages indiquent que même les universités les plus radicales, qui étaient en général les plus prestigieuses, étaient à majorité Républicaine4.

  • 5  New York Times, 23 janvier 1923, 22.
  • 6  Thomas Neblett, “Youth Movements in the US”, Annals of the American Academy of Social and Politica (...)

7L’ISS souffrit beaucoup de la répression idéologique d’après-guerre. En fait, face à une Amérique trépidante, envahie par le goût du profit, commençait à se faire entendre une autre Amérique, conservatrice, inquiète, soucieuse d’écarter les influences néfastes de la société moderne et de tout ce qui n’était pas à proprement parler américain. La majorité blanche, anglo-saxonne et protestante s’estimait soudain menacée. L’anxiété devant le développement du communisme en Europe, l’arrivée de nombreux immigrants juifs – la population juive, concentrée dans les grandes villes du Nord-Est avait alors atteint 4 millions – ou catholiques, la diffusion de nouvelles théories matérialistes, provoquèrent une réaction d’intolérance qui, au cours des années 1920, se manifesta par la mise en place de quotas destinés à limiter les immigrants en provenance du Sud-Est de l’Europe, la réapparition d’un Ku Klux Klan très actif, et enfin la volonté d’imposer la prohibition. Un climat d’intolérance prévalait dans un grand nombre d’universités de la côte Est. L’antisémitisme, qui était apparu au début du siècle, connut son apogée au milieu des années 1920, après la mise en place des quotas à l’immigration. Les Juifs étaient exclus de la vie associative et des organisations politiques. Certaines universités de la côte Est se mirent même à adopter une politique de quotas non déclarée ; ainsi, à Columbia, le pourcentage d’étudiants juifs passa de 40 à 22 en 2 ans5. Par ailleurs, les nouvelles inquiétantes des méthodes gouvernementales mises en place par les communistes et l’éclatement de mouvements révolutionnaires, en Allemagne et en Hongrie, contribuaient à déclencher une véritable panique aux États-Unis. Les passions déchaînées pendant la guerre se reportèrent contre les « Rouges ». La répression gouvernementale en réaction à la Red Scare eut un impact sur l’ISS, marquant le début de divergences idéologiques majeures et créant une scission au sein de l’organisation. Le changement de nom de l’ISS – rebaptisée The League for Individual Democracy – témoigne de la perte de popularité de l’idéologie socialiste6. L’ISS qui ne fut jamais un mouvement étudiant de masse et qui ne fut pas non plus véritablement subversif, n’eut pas un impact direct sur la vie politique américaine ni sur l’éducation supérieure. Sa devise, “light not heat”, était significative de son orientation et de son impact.

  • 7  Norman F. Cantor, The Age of Protest: Dissent and Rebellion in the 20th century, New York, Hawthor (...)
  • 8  “A Campus Labor Union”, New Masses, n° 23, 4 mai 1937, 28.
  • 9  “The Future of Our Youth”, mai 1939, 27. Voir aussi Ernest D. Clark, “Red Microbes in Our Colleges (...)

8Ce furent les années 1930 qui marquèrent un premier pic dans le militantisme estudiantin. Le contexte historique (la crise de 1929, la Grande Dépression, la montée du fascisme en Europe) et les mouvements sociaux de masse (le militantisme syndical, particulièrement du Congress of Industrial Organizations (ou CIO, créé en 1938), la montée des partis politiques de gauche, y compris les communistes, et le radicalisme croissant de la classe moyenne, créèrent une atmosphère dans laquelle le militantisme étudiant se trouvait davantage légitimé. Les menaces de guerre, la dépression économique, les libertés à l’université étaient les motivations principales des étudiants. L’arrivée de Roosevelt au pouvoir annonçait une démocratisation de la société, ce qui ne manqua pas d’avoir un impact dans les campus. Les étudiants devinrent plus « libéraux » et davantage tournés vers la contestation politique. Un sondage effectué en 1933 dans neuf universités de la côte Est, indique que 50 % se déclaraient prêts à « essayer le socialisme »7. Ce libéralisme cependant ne se traduisait pas par un grand nombre d’étudiants engagés dans un militantisme actif ; seulement 2 % d’entre eux étaient militants. L’entraînement militaire obligatoire à l’université était un sujet brûlant dans les années 1930 et fut l’objet de nombreuses pétitions et manifestations, en dépit de la répression administrative8. En effet, même si la société dans son ensemble tendait à devenir plus libérale, les administrations universitaires demeuraient fortement répressives, renvoyant les militants, étudiants ou enseignants, parfois simplement pour leur participation à des manifestations. Dans grand nombre d’universités, les enseignants étaient d’ailleurs tenus de prêter un serment de loyauté. Les administrateurs étaient soutenus par la presse conservatrice, qui dépeignait les enseignants libéraux comme une branche parallèle de l’Armée Rouge. “There are few colleges or universities where parents may send their sons and daughters without their being contaminated with some phase of the vilest of Communistic and allied teaching”, déclarait ainsi Roscoe Dorsey, dans le magazine The National Republic, qui faisait croisade contre le radicalisme à l’université9.

  • 10  Voir Hal Dueper, “The Student Movement of the Thirties: A Political History”, in R. J. Simon (ed.) (...)
  • 11  Eunice Barnard, “Students Lay a Barrage against War”, New York Times Magazine, 29 avril 1934, 5ff.
  • 12  Les titres des articles de journaux étaient significatifs : “Academic Napoleons”, “University Swea (...)

9Vers le milieu des années 1930, période de la montée et de l’expansion du fascisme et du nazisme en Europe, le mouvement étudiant dans sa totalité était impliqué dans un militantisme pacifiste, des communistes aux socialistes ou aux groupes religieux tels que les Young Men’s Christian Associations (YMCA) et Young Women’s Christian Associations (YWCA). Les plus radicaux s’opposaient à la politique étrangère américaine d’un point de vue marxiste. Le premier moment phare de la campagne contre la guerre fut la conférence organisée par la Student Congress Against War, qui se tint à Chicago en décembre 1932, à l’initiative du parti communiste et qui rassembla 600 étudiants venant de 53 universités. Même si des dissensions apparurent très vite entre pacifistes absolus et ceux qui considéraient que les guerres contre l’impérialisme devaient être menées, les premières graines pour un mouvement pacifiste d’envergure nationale furent semées. Le deuxième moment phare fut l’Oxford Pledge en février 1933. En effet, en Angleterre, les membres de l’Oxford University Student Union avaient prêté serment de ne jamais se battre “for King and country”. Cet événement sans précédent attira l’attention internationale et, aux États-Unis, certains étudiants reformulèrent le serment en déclarant que les signataires refusaient de soutenir le gouvernement américain dans toute guerre qu’il conduirait10. Les organisations étudiantes radicales, dont la Student League for Individual Democracy (SLID, anciennement LID et ISS) appelèrent à mener une « grève pour la paix » (grève qui pouvait prendre la forme de grève tournante ou sporadique) centrée autour de l’Oxford Pledge. Les premières manifestations regroupèrent près de 25 000 étudiants et furent très médiatisées. Le mouvement étudiant commença dès lors à être pris au sérieux11. Les étudiants communistes, socialistes et libéraux s’unirent pour créer un front uni contre la guerre, The American Student Union, qui organisa la plupart des manifestations. Student Advocate, le magazine de l’ASU se mobilisait parallèlement pour s’attaquer aux instances universitaires et aux enseignants, qui apparaissaient fréquemment comme ennemis plutôt qu’amis du mouvement12.

10Cependant, à partir de 1938-1939, une scission au sein du mouvement radical affecta le mouvement pacifiste et limita son impact. La Deuxième Guerre mondiale venait d’éclater en Europe et beaucoup d’Américains commençaient à penser que la politique de réarmement menée par le gouvernement était nécessaire. À la suite de Pearl Harbor, très peu d’étudiants continuèrent à soutenir le mouvement. Les médias laissaient entendre que les jeunes ne défendraient pas le pays en cas de guerre ; en fait, très peu d’entre eux s’opposèrent à l’entrée des États-Unis dans la Deuxième Guerre mondiale en décembre 1941.

L’après-guerre : apathie et répression

  • 13  Calvin B. T. Lee, The Campus Scene: 1900-1970, New York, David McKay, 1970.
  • 14  David Riesman, “The Found Generation”, American Scholar, n° 25, automne 1956, 421-435.
  • 15  Edward Suchman, Rose Goldsen et Robin Jr. Williams, “Attitudes toward the Korean War”, Public Opin (...)
  • 16  Ibidem, 182.

11La plupart des observateurs, des sociologues, qui se sont penchés sur l’atmosphère des campus dans les années 1950 ont été unanimes à remarquer que les étudiants étaient, pour la plupart, conformistes, plutôt conservateurs, et très peu préoccupés par les questions sociales. En 1949, il n’y avait qu’une demi-douzaine de campus dans lesquels existait une organisation communiste, qui comptait une vingtaine de membres au maximum13. Un sondage paru dans Time Magazine, en 1955, indiquait que le service militaire obligatoire ne semblait plus préoccuper les étudiants, qui tendaient à privilégier les valeurs familiales traditionnelles. L’objectif de beaucoup d’entre eux était “a married suburban life” à une période où les banlieues en pleine expansion absorbaient les familles des classes moyennes et supérieures14. Une exception à cette tendance fut la prise de position sur la guerre de Corée : un sondage national indiquait que 33 % des étudiants étaient opposés à la politique américaine en Corée, alors que 48 % seulement la soutenaient pleinement15. Toutefois, aucun mouvement de contestation n’émergea et il n’y eut pas d’opposition à l’enrôlement, même si la guerre était impopulaire. Les chercheurs, pour la plupart « libéraux », qui tentèrent d’analyser les attitudes des étudiants à l’époque avaient une vision pessimiste de la scène politique dans les campus16.

  • 17  L’origine de cette commission remonte à 1938. Son objectif était alors d’enquêter sur des activité (...)
  • 18  En fait, dés le début du XXe siècle, les étudiants politisés se sont montrés progressistes, créant (...)

12Le contexte politique n’était pas favorable à un quelconque militantisme. Le décret du président Harry Truman établissant un programme de vérification de la loyauté des fonctionnaires fédéraux, la reprise d’activités à des fins anti-communistes de la tristement célèbre House Un-American Activities Committee17, la peur d’une subversion communiste généralisée, et enfin l’émergence sur la scène politique du sénateur Joseph McCarthy qui, s’il « n’inventa » pas « la chasse aux sorcières », l’exacerba à coup sûr, favorisaient un climat de délation et de suspicion ; celui-ci se développa dans tous les domaines, surtout dans les milieux intellectuels et dans l’enseignement supérieur. En fait, les années 1950 furent une période de forte répression dans les campus, et le militantisme qui a pu y exister avait pour objectif de simplement restaurer la liberté d’expression. Mais ce ne fut que vers la fin de la décennie, avec la chute du sénateur McCarthy, que quelques signes de changement apparurent, notamment une certaine libéralisation politique dans les universités. Par ailleurs, les mouvements pour les droits civiques avaient commencé à se répandre dans les campus et certains étudiants adhéraient à la lutte18.

13Ainsi, alors que pendant les années 1920, les intellectuels américains n’avaient pas épargné les critiques de leur propre pays, de 1933 à 1960, la contestation sommeilla. La lutte contre la Grande Dépression, la Deuxième Guerre mondiale, la guerre froide et enfin la prospérité, tout renforçait le consensus national. La gauche était en désarroi, et au plus fort de la vague maccarthyste, le parti communiste comptait alors 60 000 membres.

Les « Turbulent Sixties »

  • 19  Voir William H. Chafe et Harvard Sitkoff, A History of Our Time, New York, Oxford University Press (...)

14La société américaine des années 1960 fut, quant à elle, ébranlée par des revendications diverses, aiguisée par les tensions conséquentes à la guerre du Viêt-nam. Cette décennie allait inaugurer, dans le pays, une période de bouleversements politiques, économiques et sociaux qui remettaient en cause les modes de vie et de pensée ainsi que le pouvoir étatique ; elle allait également démonter un certain nombre de mythes sur lesquels le consensus antérieur était fondé. Les mythes du « creuset », de « l’égalité des chances » et de l’abondance se virent en effet érodés par la révolte noire. Le mythe d’une Amérique servant de modèle à l’humanité eut à subir le discrédit que la tentative de débarquement dans la Baie des cochons (1961), la crise des missiles (1962) et enfin la guerre du Viêt-nam lui jetèrent19.

15Par ailleurs, la moyenne d’âge de la population baissa pour la première fois dans l’histoire, passant au-dessous de 30 ans. Il y avait plus de 6 millions d’étudiants en 1968. Avec l’entrée massive des enfants des classes moyennes dans l’enseignement supérieur, les étudiants découvraient aussi que la promotion sociale à l’université pouvait être un mythe ; certains en vinrent à contester le Welfare system qui s’attaquait aux effets et non aux causes de la pauvreté. Ils découvraient enfin, par le biais du service militaire obligatoire et de l’engagement au Viêt-nam, les vices de la politique étrangère américaine et les réalités de l’impérialisme.

  • 20  Voir William H. Chafe et al, op.cit., 1983 et Marie-Christine Granjon, L’Amérique de la contestati (...)
  • 21  Marie-Christine Granjon, op.cit., 1985, 208. Cette déclaration voyait dans l’éclosion de personnal (...)

16Pour certains d’entre eux, l’obsession anticommuniste avait détourné les États-Unis des problèmes intérieurs, et la société américaine se révélait incapable de se hisser à la hauteur des valeurs démocratiques qu’elle proclamait20. Une « Nouvelle Gauche » (mélange d’anarchisme, de pacifisme, de maoïsme, de séparatisme noir, d’humanisme et de socialisme) allait ainsi émerger. L’ancienne ISS, rebaptisée LID puis SLID et enfin Students for a Democratic Society (SDS) apparaissait comme le lieu de rencontre, d’information et de réflexion de ces étudiants. Le premier manifeste de la SDS, la déclaration de Port Huron en 1962, revendiquait le droit à l’espoir dans un monde meilleur. Les jeunes militants entendaient faire respecter des valeurs humanistes et réclamaient l’établissement d’une société qui assure « l’autonomie, l’unité et l’unicité de la personne »21.

  • 22  Pour la deuxième fois dans l’histoire des États-Unis, la conscientisation des femmes était liée à (...)
  • 23  Voir Todd Gitlin, The Whole World is Watching, The Making and Unmaking of the New Left, New York, (...)

17Beaucoup d’étudiants découvrirent le militantisme à travers le combat mené pour les droits civiques. L’émergence d’un mouvement important non violent initié par les étudiants noirs du Sud représenta une importante force d’impulsion pour les étudiants blancs du Nord. Certains d’entre eux avaient participé aux freedom-rides et à la lutte pour l’émancipation des Noirs et la déségrégation. Le SDS émergea à un moment où le mouvement pour les droits civiques changeait de tactiques et d’objectifs, résultat de l’échec des tentatives non-violentes d’intégration des Noirs. La National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) était de plus en plus critiqué, la Southern Christian Leadership Conference (SCLC), mouvement d’étudiants chrétiens dirigé par Martin Luther King, commençait à être dépassé par des organisations radicales, dont l’un des présidents, Stokeley Carmichael, lança le slogan du Black Power sous l’influence de Malcom X. Parallèlement, les femmes appartenant aux mouvements des étudiants et qui combattaient pour les droits civiques des Noirs, commençaient à analyser les conséquences que pourrait entraîner l’application de principes démocratiques dans leurs rapports avec les hommes. Elles revendiquaient une restructuration fondamentale de la vie sociale, des mœurs et des institutions et déclaraient être traitées comme un groupe minoritaire22. Traduisant dans les faits l’idéologie égalitaire de la nouvelle gauche, elles se heurtaient aux réalités de l’inégalité entre les sexes23. Parce que le mouvement étudiant était à objectifs multiples, sensibilisé à toutes les causes progressistes, il eut donc la capacité de rassembler les militants de diverses tendances.

  • 24  Voir Pierre Mélandri et Jacques Portes, Histoire intérieure des États-Unis, Paris, Masson, 1991.
  • 25  [Reserve Officers Training Corps (ROTC)].

18De 1960 à 1963, la Student Peace Union constituait le groupe le plus important dans les campus et organisait de nombreuses marches et manifestations24. Par ailleurs, la jeunesse étudiante se mobilisait autour de revendications diverses : le respect des libertés civiles, la suppression des cours de formation militaire obligatoire à l’université25, l’abolition de la peine de mort, la liberté de parole sur les campus ou encore la neutralité à l’égard du régime castriste. La guerre galvanisa cette contestation ; aux yeux de bien des étudiants, l’engagement au Viêt-nam illustrait les dangers que leurs dirigeants les plus radicaux allaient dénoncer, c’est-à-dire le détournement des ressources nécessaires à l’amélioration des conditions sociales des plus démunis et l’extension au Viêt-nam des comportements racistes dont les Noirs faisaient l’objet aux États-Unis. Par ailleurs, le conflit laissait planer sur les étudiants le spectre d’une mort absurde pour une cause qu’ils condamnaient. Si la masse des étudiants était sensibilisée à toutes les causes progressistes, la guerre au Viêt-nam fut l’objet de la plus vaste campagne de contestation qui déferla dans les campus américains, campagne qui décolla en 1965 avec des sit-ins, teach-ins, défilés, incinérations de livrets militaires, suicides par le feu. L’hostilité à la guerre allait rassembler un front très large, recueillant dans les années 1969-1970 le soutien d’une majorité d’étudiants.

  • 26  La musique, la danse et la drogue étaient considérés comme des instruments de libération du corps (...)

19En 1966, le SDS déclarait comporter 5 500 membres (pour la plupart, des étudiants blancs de la classe moyenne) répartis dans 151 universités à travers le pays. Si les « gauchistes » du SDS ne représentaient numériquement pas une masse importante, rares furent les moins de 30 ans à rester à l’écart de la contestation. La « contre-culture » (terme qui apparut à la fin des années 1960) par ailleurs, remit en question un certain nombre de vieux tabous qui avaient pesé sur la vie sociale. Ce mouvement refusait vigoureusement l’organisation et la hiérarchie. Célèbres pour avoir lancé le slogan « faites l’amour, pas la guerre », les « hippies » répugnaient à la violence. En réaction à la déshumanisation et la dépersonnalisation de la société industrielle, ils incitaient à la création de lieux offrant la possibilité de vivre à contre-courant du mode de vie dominant26.

20Au début des années 1970, cependant, la contestation perdit de sa popularité : le retrait des troupes américaines au Viêt-nam, la volonté de Nixon de calmer la contestation étudiante en mettant un terme à la conscription, l’absence de cohésion dans le mouvement, la multiplicité des motivations des étudiants révoltés, et enfin la répression policière, réduisirent l’audience dont les dirigeants avaient joui. La contestation étudiante commençait à se tourner vers d’autres priorités : la révolte politique devait peu à peu se dissiper devant la contestation culturelle (dont le festival de Woodstock en 1969 fut l’un des reflets) plus en phase qu’en opposition avec le « système ». Les étudiants de la fin de la décennie n’étaient pas prêts à sacrifier leurs objectifs personnels au profit d’une cause collective, et voyaient leur propre « épanouissement » comme une priorité.

L’émergence de la « me-generation »

21La prospérité des années 1960 avait contribué à créer le sentiment que le succès individuel était assuré dans une économie en pleine expansion. Cependant, les années 1970 furent caractérisées par une inflation croissante, plusieurs « chocs pétroliers », un fort taux de chômage, une baisse de la productivité et des déficits commerciaux. Les étudiants commencèrent à s’intéresser au marché du travail et à la meilleure façon de s’y intégrer.

22Les formations qui devinrent les plus prisées, les sciences, la médecine et le droit, n’étaient pas celles qui, traditionnellement, étaient engagés dans le militantisme politique. Les militants étaient généralement issus des départements d’Humanités qui perdirent de leur popularité dès le début de la décennie. Par ailleurs, l’élection de Richard Nixon à la présidence marqua le début d’une période conservatrice. La population étudiante elle-même changea ; avec la mise en place des programmes d’affirmative action qui donnaient à l’université le droit de choisir la composition de son corps étudiant et d’utiliser des critères ethniques, économiques ou raciaux pour « diversifier » les promotions, la proportion d’étudiants appartenant à des groupes minoritaires ou à la classe ouvrière s’accrut. Beaucoup d’entre eux avaient un travail à mi-temps et ne pouvaient se consacrer à des activités militantes. Le déclin de ce qui fut certainement le plus important mouvement étudiant dans l’histoire des États-Unis laissa un grand vide dans les campus.

  • 27  “Student Politics in America: Transformation, not Decline”, Higher Education, n° 8, novembre 1979, (...)

23Ce que l’on a appelé la “me-generation” sembla largement dominer les mouvements culturels à l’université à cette époque27. Celle-ci se caractérisait notamment par des valeurs individualistes et des préoccupations excluant toute prise de conscience sociale. Les étudiants choisissaient les études les plus prometteuses en termes de carrière et d’emploi, appartenaient à diverses associations centrées sur l’épanouissement personnel, et, pour certains d’entre eux, on a pu noter un léger retour à la religion ; ils se montraient procéduriers à l’encontre de l’institution universitaire et plus concernés par la qualité de vie dans les campus.

24Directement liés à ce que l’on a appelé le “me-ism activism, les lobbies étudiants apparurent dans un certain nombre d’États dans les années 1970 et 1980 ; leurs objectifs étaient de veiller à ce que les intérêts et les droits des étudiants soient respectés, de tenter de maintenir et de garantir les programmes de prêts qui leur étaient réservés et de s’opposer aux augmentations des droits d’inscription, toutes revendications significatives d’une perte d’intérêt pour le militantisme idéologique.  

  • 28  “The Conservative Student”, Newsweek on Campus, mars 1985.

25À la fin du premier mandat du président Reagan, les campus n’étaient plus que des lieux politiquement calmes, producteurs de Yuppies et les domaines les plus prisés par les étudiants étaient les études de commerce et d’administration. La première de couverture du magazine Newsweek on Campus, résuma l’humeur de l’époque par un dessin montrant des étudiants laissant tomber le slogan contestataire des années 1960 : “Don’t trust anyone over 30”, pour le remplacer par ce qui correspondait davantage à l’idéologie des années 1980 : “Never trust anyone under $30, 00028. Le rajeunissement du conservatisme forgé par la Reagan Revolution de 1980 à 1988 faisait obstacle au militantisme politique sur les deux questions qui avaient traditionnellement mobilisé la gauche estudiantine : la paix et les droits civiques. En effet, le président lançait une nouvelle guerre froide contre « l’Empire du Mal » soviétique. L’invasion victorieuse de la petite île de Grenade en 1983, fit renaître un sentiment patriotique, qui se manifesta par l’apparition de drapeaux dans le pays et dans les campus, où les rassemblements en faveur de l’invasion dépassaient en nombre les manifestations de protestation. Le raz de marée Reaganien en 1984 sembla sceller le sort de la gauche estudiantine comme minorité impuissante dans une période conservatrice.

Le Divestment Movement

  • 29  “Compared to the purple-hazed 60s, the protesters are exceedingly polite”, in “A New Wave of Campu (...)

26Le militantisme cependant, réapparut pour une question sur laquelle l’administration Reagan se révéla très vulnérable : l’Apartheid en Afrique du Sud. Le mouvement se déclencha au printemps 1985, le 4 avril, jour commémoratif de l’anniversaire de la mort de Martin Luther King Jr. Plusieurs centaines d’étudiants de l’université de Columbia occupèrent l’entrée principale de l’université, faisant vœu d’y rester jusqu’à ce que cette dernière retire ses avoirs financiers en Afrique du Sud. L’occupation dura trois semaines et provoqua des manifestations semblables dans 60 autres universités. C’était une contestation non-violente dont l’objectif était le retrait des investissements financiers des universités en Afrique du Sud et non une quelconque remise en question du système universitaire ou de la société. La presse décrivait les manifestants comme des « contestataires extrêmement polis »29. La question morale était au cœur de la contestation. Les militants tentaient de faire pression sur les administrations universitaires et le gouvernement, pour qu’ils utilisent leur influence économique contre le régime raciste de Pretoria. La moralité devait prendre le dessus sur la rentabilité, et de ce fait, l’université avait l’obligation morale de couper ses liens économiques avec l’Afrique du Sud. Nombreux furent ceux qui rejoignirent la cause : dirigeants des luttes pour les droits civiques (Jesse Jackson, le Révérend Desmond Tutu), dirigeants syndicaux, membres du personnel enseignant, personnalités. En fait, à la fin de l’année universitaire 1985-1986, le mouvement avait pris une ampleur telle, que 120 universités avaient retiré leurs avoirs financiers en Afrique du Sud.

27Cependant, parce qu’ils avaient centré leur lutte sur un objectif précis très limité, le divestment movement se dispersa alors que le régime de l’Apartheid continuait sa politique de répression raciste. En fait, même si le mouvement avait réussi à mobiliser l’opinion publique contre l’Apartheid, il ne réussit pas à continuer de mobiliser les étudiants, qui considéraient que leur lutte avait été gagnée. À la fin de l’année universitaire 1987-1988, il n’existait plus d’organisation politique majeure au niveau national. Bien qu’il y eût quelques manifestations étudiantes contre la guerre des Contras au Nicaragua et pour le désarmement nucléaire, l’atmosphère nationale conservatrice fut un obstacle à l’émergence d’un mouvement étudiant de masse pendant le premier mandat du président Reagan. De plus, les attaques que mena l’administration Reagan contre l’affirmative action eurent pour effet d’ébranler les associations de défense des droits civiques, et de promouvoir un retour de bâton à l’encontre des minorités. Ceci contribua à étouffer le militantisme étudiant sur la question des droits civiques et provoqua une certaine tension à caractère racial dans les campus. Les étudiants contestataires du divestment movement réussirent tout de même à créer un mouvement étudiant de masse avec un gouvernement conservateur, alors que les mouvements des années 1930 et 1960 avaient bénéficié d’un climat politique plus libéral, à des moments où les démocrates occupaient la Maison Blanche.

Politisation et dépolitisation ces dernières décennies : Apathie politique ?

  • 30  Elizabeth A. Williams et Gary D. Malaney, “Assessing the Political Ideology and Activism of Colleg (...)

28Ces dernières décennies, les étudiants n’ont pas organisé de mouvements de contestation pour s’opposer aux différentes interventions américaines à l’étranger. Le cas de la Guerre du Golfe est tout particulièrement significatif. Elle ne souleva que très peu d’intérêt dans les campus, bien que la crise fût extrêmement médiatisée. La grande majorité des étudiants soutenaient la politique d’intervention dans le Golfe30. Il y eut davantage de manifestations de soutien à la guerre (avec l’apparition des drapeaux dans les campus) que de rassemblements contre la guerre. Aucun mouvement de contestation n’émergea, et il semble qu’il n’y ait eu que très peu de coordination entre universités. La Guerre du Golfe fut en fait relativement courte, elle n’impliqua que des soldats de métier, le service militaire n’était plus obligatoire, et les bombardements étaient censés être extrêmement ciblés, à en croire les médias. Les autres interventions américaines à l’étranger, parfois par le biais des Nations Unies, comme l’intervention au Kosovo, ne stimulèrent pas davantage le militantisme estudiantin. En fait, depuis les mouvements de protestation contre l’Apartheid, la politique étrangère américaine n’a éveillé que peu d’intérêt dans les campus.

  • 31  Voir Diana Alvarado, “Student Activism Today”, Diversity Digest, 15 mai 2000.
  • 32  Arthur Levine et Jeannette S. Cureton, “A New Generation of Student Protesters Arises”, Chronicle (...)

29Ces dernières années, en effet, les médias ont fait état de nouvelles alarmantes, concernant l’apathie politique et le désengagement civique des étudiants d’aujourd’hui. Ils citent notamment les résultats d’une étude menée depuis 1966 par l’Université de Berkeley, selon laquelle le militantisme étudiant aurait atteint son point le plus bas en 1997, avec seulement 26,7 % des étudiants affirmant que se tenir informé en politique était un objectif important, comparé à 57,8 % trente ans auparavant. Cette étude fait également état d’une baisse de 10 % en 10 ans (depuis 1992) des étudiants préoccupés par les questions d’ordre racial, ethnique ou social31. D’autres études semblent confirmer que les étudiants se méfient des politiciens et du gouvernement, et se mobilisent pour des questions leur paraissant sortir du cadre de l’arène politique traditionnelle, impliquant les deux grands partis. Selon certains observateurs cependant, il serait erroné de penser que le militantisme étudiant est véritablement en déclin. Ainsi, selon Arthur Levine et Jeannette Cureton, les étudiants aujourd’hui, ne seraient pas moins engagés politiquement que ceux des années 1930 : ils resteraient profondément idéalistes et continueraient de croire à la possibilité de créer un monde meilleur32.

Préoccupations et stratégies actuelles

  • 33  Voir Arthur Levine et Jaennette S. Cureton, op.cit., mais aussi celui de Peter Drier, “The Myth of (...)
  • 34  Après un mois de contestation avec 6 grévistes de la faim et 129 arrestations, l’administration a (...)

30S’il est vrai que le militantisme étudiant n’est pas mort, comme l’atteste un certain nombre d’articles33, les luttes menées diffèrent : elles sont ponctuelles, locales et les causes défendues, plus variées et moins idéologiques. Les étudiants se mobilisent pour défendre la diversité dans l’enseignement supérieur et l’affirmative action. Ils se battent pour empêcher la fermeture de départements d’Ethnic Studies, comme à Berkeley, où certains d’entre eux ont organisé une grève de la faim pour protester contre ce qu’ils considéraient comme le démantèlement de ces départements34.

31Le militantisme étudiant, s’il est plus dispersé, peut rencontrer des préoccupations morales similaires à celles des étudiants du divestment movement des années 1980. Les campagnes menées contre l’exploitation des ouvriers dans les sweatshops, notamment depuis les années 1990, sont très révélatrices : elles ont pour objectif de faire pression sur les administrations universitaires pour que les entreprises produisant des articles au nom de leurs universités soient dûment contrôlées : là encore, la moralité doit prendre le dessus sur la rentabilité, comme le stipulent des étudiants de l’université d’Oregon, très impliqués dans les No-Sweat Campaigns :

Students have a unique power to influence apparel companies, and thus to effect change in the workplace conditions of garment workers around the world. Colleges and universities license their logos to apparel manufacturers and hence profit from the production of collegiate apparel. The University of Oregon licenses its trademark to over 100 companies and receives a yearly revenue from licensing of more than $300,000. These profits should be gained in accordance with socially responsible standards that reflect those of the educational institution35.

  • 36  Will Youmans, “University of California Students Call for Divestment from Israel”, Journal of Arab (...)

32Par ailleurs, l’association Students for Justice in Palestine (SJP), créée à l’Université de Berkeley, a pris également modèle sur l’éthique du divestment movement des années 1980, pour appeler les universités à retirer leurs avoirs financiers en Israël, utilisant l’argument selon lequel les Israéliens pratiquent l’Apartheid avec les Palestiniens et les territoires occupés : “Separation is furthered by the bantustanization of the Occupied Territories, with by-pass roads, home demolitions, settlements, and checkpoints, as well as with housing discrimination in Israel proper” déclarent ainsi les membres du SJP36. Cette campagne, bien que gagnant une certaine popularité, reste néanmoins très limitée, ne regroupant qu’une petite minorité d’étudiants. La dénonciation de la politique menée par le gouvernement israélien menant souvent à une accusation d’antisémitisme, entrave, en effet, l’engagement politique des étudiants. D’autre part, l’intégrisme musulman nourrit une certaine xénophobie anti-arabe, présente dans les campus, à l’instar de la société dans son ensemble.

33Les étudiants utilisent également des stratégies de lutte nouvelles. Ils font campagne par courrier électronique interposé, font signer des pétitions par mail, s’inscrivent à des servlists de tous genres, qui les tiennent informés des derniers événements notables susceptibles de les préoccuper. Ils ouvrent des forums de discussion sur le net, et organisent des conférences de presse. Ils tentent davantage d’obtenir gain de cause par la conciliation et la coopération (ce qui a souvent été le cas dans les campagnes menées contre les sweatshops). Ainsi, les étudiants de Georgetown University prévoyaient leurs manifestations après consultation de l’administration pour réduire au minimum la perturbation. Le témoignage d’un étudiant de Kent State University est symptomatique des motivations et stratégies des étudiants d’aujourd’hui :

  • 37  Melissa Hostetler, “Get Up Stand Up”, The CyBurr, Kent State University, printemps 1999.

If students purchase socially conscious products, do not eat red meat or binge drink, they are making a profound impact on their world. I think student activism needs to take on new forms. It shouldn’t be so much confrontation on a physical level. Getting out and having protest rallies would get people angry and lead to fighting and physical confrontation between so-called good guys and bad guys. We don’t need verbal confrontation leading to violent confrontation37.  

34Un militantisme étudiant, qui semble considérer qu’être végétarien peut être un acte révolutionnaire, regroupe donc des préoccupations parfois fort éloignées de celles des étudiants des années 1960. Si l’on en croit The Review of Higher Education, la prise de conscience politique aurait presque atteint le niveau de celle des étudiants de 1969, année où la contestation atteignit son apogée ; en effet, en 1999, 25 % des étudiants déclaraient avoir au moins une fois participé à une manifestation, contre 28 % en 1969. La revue ne rend pas compte du dispositif choisi pour mesurer cette conscientisation, de l’impact des luttes menées, de leur manque d’envergure idéologique et de leur atomisation.

Changements idéologiques

35Peut-on donc parler ici de manque de conscientisation politique ? Même s’il faut reconnaître que le territoire est très vaste et qu’il n’y a pas véritablement de centre géographique pour le militantisme estudiantin – beaucoup des campus les plus actifs (Berkeley, Chicago, Madison, Harvard, etc.) sont loin de Washington D.C., centre du pouvoir politique, le manque de réaction des étudiants est révélateur des changements idéologiques qui se sont opérés depuis la fin des années 1960. Tout d’abord, la chute de l’Union Soviétique et la fin de la guerre froide, ont remis davantage encore les discours marxistes en question. Par ailleurs, l’anticommunisme a été pendant un demi-siècle l’élément quasi-consensuel de la politique étrangère des États-Unis et a assuré la cohésion politique et idéologique de la nation.

  • 38  Sur les politiques identitaires à l’université, voir Todd Gitlin, The Twilight of Common Dreams. W (...)
  • 39  Voir Pierre-André Taguieff, « Réflexions sur la question antiraciste », Mots, n° 18, mars 1989 et (...)
  • 40  L’idéologie substitutive de ces mouvements a défini un schéma intellectuel qui peut sembler parall (...)

36Le manque de réaction des étudiants reflète également la fragmentation du paysage politique et le refus de s’apparenter à des catégories sociales de masse. La population étudiante s’est grandement diversifiée : aux différences religieuses et régionales se sont ajoutées, les différences sociales et, notamment depuis les années 1980, les différences ethniques. La dialectique de l’un et du multiple a pris la forme d’une surenchère ethnique. L’enseignement multiculturel a « trouvé sa voie » par la mise en place d’un nombre croissant de départements correspondants à la liste toujours croissante des identités (les Women’s Studies, Ethnic Studies, African American Studies, Gay and Lesbian Studies, Queer Studies). À la fin des années 1960, les Ethnic, Gay et Women’s Studies furent créées avec pour objectif de prolonger la critique de la place faite à certains groupes dits « minoritaires » et aux femmes dans la société, par la critique des discours légitimant leur exclusion38. Ces cours ont, nul doute, contribué à un renouvellement des études, une interrogation sur la pédagogie et les programmes. Cependant, au moment où les étudiants nés dans les années 1950 et 1960 arrivaient dans les campus, les politiques identitaires s’étaient engouffrées dans le créneau laissé libre par les mouvements sociaux des années 1960, et étaient devenues la norme de la gauche libérale et de la contestation. Sur fond de lutte contre les discriminations, s’est créée, à l’université, comme dans la société américaine, une nouvelle naturalisation des différences où les cultures et les genres se trouvent transformés en « natures secondes »39. Chaque individu peut reconnaître son identité biologique et se retrouver enfermé dans son groupe d’origine, défini totalement et exclusivement par son appartenance à celui-ci. En effet, l’absence d’un mouvement étudiant de masse organisé et politisé a ouvert la voie et a permis le développement de « mouvements identitaires »40. La communauté étudiante en tant que telle n’existe pas : il existe une multitude de communautés regroupées autour d’intérêts spécifiques. Toutes les tensions qui favorisent la dissolution sociale se sont exacerbées à l’université. Aux États-Unis, cultiver la différence n’est pas nouveau, mais une telle profusion de groupes revendiquant des politiques spécifiques semble sans précédent. La question n’est pas tant de reconnaître la multiplicité ou la variété des groupes et la disparité des expériences. La question est de trouver les liens sociaux entre eux. Le thème du multiculturalisme ne s’associe pas à un discours sur l’ensemble des modes d’oppression communs à combattre. Il ne transcende pas des phénomènes tels que les ghettos, l’inégalité économique, le chômage chez les jeunes Noirs et Hispaniques, la criminalité et la drogue dans le centre des grandes villes et l’alcoolisme dans les réserves indiennes, la qualité médiocre de l’éducation offerte aux plus pauvres. Chacun ne prend en considération que les intérêts et les besoins de son groupe.

37Le changement idéologique, opéré à l’université, a coïncidé avec la mise en place d’un modèle consumériste, qui non seulement permet aux étudiants de composer leurs cursus comme des menus dans une cafétéria (cafeteria culture), mais les pousse aussi à choisir un cursus utilitaire. On retrouve ici le reproche que faisaient déjà les étudiants des années 1920 quant au rôle de l’université et de l’éducation dispensée. Un enseignant d’histoire qui participa au mouvement étudiant des années 1960 déclare ainsi :

  • 41  Melissa Hostetler, op.cit., 1999.

I am not sure that universities as institutions promote altruistic behavior. Why do we tell you to stay in school after all? We talk about wages. You’ll make more money if you graduate from college or high school. I think universities as institutions tend to emulate corporations and become amoral and not altruistic41.

  • 42  Voir Pierre Guerlain, « L’université au défi du consumérisme néo-libéral », in Liliane Kerjan et R (...)
  • 43  Étude menée par The Higher Education Research Institute de l’Université de Californie, Los Angeles (...)
  • 44  Idem.

38Du fait de la mise en place de ce modèle consumériste, les universités s’adaptent aux désirs de leurs étudiants et deviennent des entreprises confrontées à la nécessité de satisfaire les besoins économiques de leurs clients42. De plus, si les étudiants éprouvent davantage le besoin de suivre un cursus utilitaire, c’est qu’ils ont un emploi (en 1997, 40 % des étudiants de première année avaient un emploi à mi-temps, 6 % un emploi à plein temps43), ceci parce que le montant des subventions qui leur ont été allouées ces dernières années, a diminué, , au profit d’emprunts fédéraux. En effet, de 1990 à 1998, le montant de ces emprunts est passé de 25 millions à 78 millions de dollars, alors que celui des subventions est passé de 12 à 15,5 millions de dollars44.

39Il y a actuellement très peu d’organisations politiques étudiantes au niveau national. Le militantisme étudiant s’est toujours limité à des universités spécifiques, les plus cosmopolites, les plus prestigieuses, et quelques-unes de tradition progressiste. La configuration des comportements étudiants n’a pas beaucoup varié, bien que l’on ait pu noter un léger mouvement vers le centre et un recul certain des idées de gauche. Comparées à l’agitation des années 1960, les décennies passées ont mis en avant une apathie certaine en matière de militantisme, du fait du peu d’impact des luttes menées et de leur manque d’envergure idéologique et national. Les années 1970 ont été légèrement au-dessus de la norme, les années 1980 quelque peu au-dessus. Le modèle de base, centré autour du “me-ism activism”, semble être de retour.

  • 45  Cet intérêt pour ces questions était révélateur de la classe sociale des étudiants, majoritairemen (...)

40On a pu cependant noter un certain nombre de questions récurrentes dans le développement du militantisme estudiantin : les étudiants politisés se sont préoccupés des questions de guerre et paix, parfois des problèmes de politique étrangère45 ; ils ont coopéré avec les enseignants libéraux et radicaux pour protéger et maintenir la liberté d’expression à l’université. Ils ont été parmi les défenseurs les plus actifs des droits civiques et l’importance de cette question a augmenté de façon significative à partir de 1958. La question morale, l’implication financière des universités (et à travers elle, ce que les étudiants ont perçu comme une implication personnelle), que ce soit dans des régimes de type raciste ou discriminatoire ou encore dans des entreprises exploitant leur personnel (sweatshops), a été au cœur de leurs motivations. Ils ne s’investissent plus véritablement dans la politique étrangère, restent très attachés aux valeurs nationales et au drapeau, et ont tendance à se fondre dans un unanimisme qui a atteint son paroxysme avec les événements du 11 septembre 2001. En fait, on a pu constater que le contexte politique a grandement influé sur l’atmosphère idéologique dans les campus. L’université n’a pas été un haut lieu de la politique et le balancier idéologique a grandement penché du côté modéré-conservateur dans l’ensemble. À l’exception des années 1960 et dans une moindre mesure, des années 1930, l’institution universitaire n’a été que le reflet idéologique de la société élargie, se conformant à son modèle et lui a, de ce fait véritablement servi de baromètre idéologique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ALTBACH Philip G., Student Politics in America, New Brunswick, Transaction Publishers, 1997.

BARITZ Loren, The Culture of the Twenties, Indianapolis, Bobbs-Merrill, 1970.

BERMAN Paul, A Tale of Two Utopias: The Political Journey of the Generation 68, New York, Norton, 1996.

CANTOR Norman F., The Age of Protest: Dissent and Rebellion in the 20th century, New York, Hawthorn, 1969.

EASTLAND Terry, Ending Affirmative Action, New York, Basic Books, 1996.

FEWER Lewis, The Conflict of Generations: The Character and Significance of Student Movements, New York, Basic Books, 1969.

GITLIN Todd, The Whole World is Watching, The Making and Unmaking of the New Left, New York, Bantam, 1980.

GITLIN Todd, The Sixties: Years of Hope, Days of Rage, New York, Bantam, 1987.

GITLIN Todd, The Twilight of Common Dreams. Why America is Wracked by Culture Wars, New York, Henry Holts, 1995.

GLAZER Nathan, We Are All Multiculturalists Now, New York, Harvard University Press, 1997.  

GRANJON Marie-Christine, L’Amérique de la contestation, les années 1960 aux États-Unis, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1985.

GREEN Gil, The New Radicalism: Anarchist or Marxist, New York, International Publishers, 1961.

HIRSH Deborah, “Politics Though Action: Student Service and Activism in the 90s”, Change, septembre-octobre 1993, 32-36.

KERR Clark, The Uses of University, New York, Harper Torchbooks, 1964.

LEE Calvin B. T., The Campus Scene: 1900-1970, New York, David McKay, 1970.

LEVINE Arthur et HIRSH Deborah, “Undergraduates in Transition: A New Wave of Activism in American College Campuses”, Higher Education, n° 22, septembre 1999, 119-128.  

NEBLETT Thomas, “Youths Movements in the US”, Annals of the American Academy of Social and Political Sciences, n° 194, novembre 1937.

PETERSON Patti, “Student Organizations and the Anti-War Movement in America, 1900-1939”, American Studies, n° 13, printemps 1972, 131-148.

RIESMAN David, “The Found Generation”, American Scholar, n° 25, automne 1956, 421-435.

ROCHLIN Jay M., Race and Class on Campus, University of Arizona Press, 1997.

ROGAT Paul Loeb, Generation at the Crossroads: Apathy and Action on the American Campus, New Brunswick, NJ, Rutgers University Press, 1994.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SCHIFF Lawrence F., “The Obedient Rebels: A Study of College Conversions to Conservatism”, Journal of Social Issues, n° 20, octobre 1964, 74-96.
DOI : 10.1111/j.1540-4560.1964.tb00474.x

VELLELA Tony, New Voices: Student Activism in the ‘80s and ‘90s, Boston, South End Press, 1998.

WITTNER Lawrence, Rebels Against War: The American Peace Movement 1941-1960, New York, Columbia University Press, 1969.

ZINN Howard, SNCC, The New Abolitionists, Boston, Beacon Press, 1964.

Haut de page

Notes

1  Elle fut créée à l’initiative d’Upton Saintclair, alors jeune écrivain radical, auteur du bestseller The Jungle.

2 Intercollegiate Socialist, février-mars 1913, 13.

3  The New Student 2, 18 novembre 1922, 14.

4While there are few examples of the kinds of student activism occurring locally at the time, nevertheless the campuses were generally marked by apathy. Only a very small minority of students were involved in any kind of social academic or political movements or activism […] Student activism was limited geographically to the East coast and the large Midwestern universities”. Philip G. Altbach, Student Politics in America, New Brunswick, Transaction Publishers, 1997, 31.

5  New York Times, 23 janvier 1923, 22.

6  Thomas Neblett, “Youth Movements in the US”, Annals of the American Academy of Social and Political Sciences, n° 194, novembre 1937, 143.

7  Norman F. Cantor, The Age of Protest: Dissent and Rebellion in the 20th century, New York, Hawthorn, 1969, 228.

8  “A Campus Labor Union”, New Masses, n° 23, 4 mai 1937, 28.

9  “The Future of Our Youth”, mai 1939, 27. Voir aussi Ernest D. Clark, “Red Microbes in Our Colleges”, The New Republic, janvier 1937, 33-36 et “Yellow Newspapers See Red”, School and Society, 19 janvier 1935, 22-24.

10  Voir Hal Dueper, “The Student Movement of the Thirties: A Political History”, in R. J. Simon (ed.), As We Saw the Thirties, Urbana, University of Illinois Press, 1967.

11  Eunice Barnard, “Students Lay a Barrage against War”, New York Times Magazine, 29 avril 1934, 5ff.

12  Les titres des articles de journaux étaient significatifs : “Academic Napoleons”, “University Sweatshops”, “Gagging High Schools”, “Kansas Is a White Man’s School”, “ROTC Trains Strike Breakers”, “How to Be A Censored [Student] Editor”.

13  Calvin B. T. Lee, The Campus Scene: 1900-1970, New York, David McKay, 1970.

14  David Riesman, “The Found Generation”, American Scholar, n° 25, automne 1956, 421-435.

15  Edward Suchman, Rose Goldsen et Robin Jr. Williams, “Attitudes toward the Korean War”, Public Opinion Quarterly, n° 17, 1953, 173.

16  Ibidem, 182.

17  L’origine de cette commission remonte à 1938. Son objectif était alors d’enquêter sur des activités dites « un-American », notamment sur celles que pouvaient mener des agents de l’Allemane nazie ou de l’Union Soviétique pendant la période d’avant-guerre.

18  En fait, dés le début du XXe siècle, les étudiants politisés se sont montrés progressistes, créant un certain nombre de clubs et d’associations dont l’objectif était d’améliorer les relations entre Blancs et Noirs.

19  Voir William H. Chafe et Harvard Sitkoff, A History of Our Time, New York, Oxford University Press, 1983.

20  Voir William H. Chafe et al, op.cit., 1983 et Marie-Christine Granjon, L’Amérique de la contestation, les années 1960 aux États-Unis, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1985.

21  Marie-Christine Granjon, op.cit., 1985, 208. Cette déclaration voyait dans l’éclosion de personnalités autonomes la finalité de la société. L’individu devait participer activement à l’élaboration des règles de la vie collective et contrôler directement les pouvoirs chargés de faire exécuter ces règles.

22  Pour la deuxième fois dans l’histoire des États-Unis, la conscientisation des femmes était liée à la cause des Noirs. Ce parallèle avait été déjà établi en 1951 par Helen Mayer Hacker dans “Women as a Minority Group”, Social Forces, 30 octobre 1951, 60-69 ou dans Betty et Theodore Roszack (eds.), Masculine/Feminine: Readings in Sexual Mythology and the Liberation of Women, 1969, New York, Doubleday, 139-148. Il fut repris en 1969 par Marlene Dixon dans “Why Women’s Liberation” (cité par Rolande Ballorain, Le Nouveau Féminisme Américain, Paris, Denoël, 1972) et par Gayle Rubin dans “Woman as Nigger” (in Betty et Theodore Roszack, op.cit., 230-241). Dans Sexual Politics (1972), Kate Millett reprit les arguments respectifs de Haker, Dixon et Rubin qui tendaient à démontrer que, dans l’opinion publique, les mêmes traits étaient associés aux femmes et aux Noirs. Voir aussi l’ouvrage de Valerie Bryson, Feminist Political Theory, (New York, Paragon House, 1992) qui montre comment le Women’s Liberation Movement naquit dans les campus en effervescence pour contester les définitions du public et du privé, du politique et du personnel.

23  Voir Todd Gitlin, The Whole World is Watching, The Making and Unmaking of the New Left, New York, Bantam, 1980.

24  Voir Pierre Mélandri et Jacques Portes, Histoire intérieure des États-Unis, Paris, Masson, 1991.

25  [Reserve Officers Training Corps (ROTC)].

26  La musique, la danse et la drogue étaient considérés comme des instruments de libération du corps et de l’esprit.

27  “Student Politics in America: Transformation, not Decline”, Higher Education, n° 8, novembre 1979, 636-638.

28  “The Conservative Student”, Newsweek on Campus, mars 1985.

29  “Compared to the purple-hazed 60s, the protesters are exceedingly polite”, in “A New Wave of Campus Protest on Apartheid”, Newsweek, 22 avril 1985, 71.

30  Elizabeth A. Williams et Gary D. Malaney, “Assessing the Political Ideology and Activism of College Students: Reactions to the Persian Gulf War”, NASPA Journal, n° 33, hiver 1996, 145-160.

31  Voir Diana Alvarado, “Student Activism Today”, Diversity Digest, 15 mai 2000.

32  Arthur Levine et Jeannette S. Cureton, “A New Generation of Student Protesters Arises”, Chronicle of Higher Education, 26 février 1999.

33  Voir Arthur Levine et Jaennette S. Cureton, op.cit., mais aussi celui de Peter Drier, “The Myth of Student Apathy”, The Nation, 13 avril 1999.

34  Après un mois de contestation avec 6 grévistes de la faim et 129 arrestations, l’administration a accordé aux étudiants tout ce qu’ils demandaient. Voir Diana Alvarado, op.cit., 2000.

35 The Campus No-Sweat Campaign, site consulté le 13 décembre 2002 : <http://gladstone.uoregon.edu/~survival/nosweatwhy.html>.

36  Will Youmans, “University of California Students Call for Divestment from Israel”, Journal of Arab Students, site consulté le 13 décembre 2002 : <http://www.arabstudentsjournal.org/Pages/Articles/article29.htm>.

37  Melissa Hostetler, “Get Up Stand Up”, The CyBurr, Kent State University, printemps 1999.

38  Sur les politiques identitaires à l’université, voir Todd Gitlin, The Twilight of Common Dreams. Why America is Wracked by Culture Wars, New York, Henry Holts, 1995 et Nathan Glazer, We Are All Multiculturalists Now, New York, Harvard University Press, 1997.

39  Voir Pierre-André Taguieff, « Réflexions sur la question antiraciste », Mots, n° 18, mars 1989 et Michael Lind, The Next American Nation, New York, The Free Press, 1995.

40  L’idéologie substitutive de ces mouvements a défini un schéma intellectuel qui peut sembler parallèle à celui du marxisme : il rattache l’individu au groupe auquel il est inséré ; l’appartenance ethnique, le genre ou la préférence sexuelle remplace l’infrastructure sociale et économique et la mystification bourgeoise.

41  Melissa Hostetler, op.cit., 1999.

42  Voir Pierre Guerlain, « L’université au défi du consumérisme néo-libéral », in Liliane Kerjan et Renée Dickason, La Consommation Culturelle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999.

43  Étude menée par The Higher Education Research Institute de l’Université de Californie, Los Angeles. Voir aussi Linda Sax et al., “The American Freshman: National Norms for Fall 1995”, The Higher Education Research Institute, Los Angeles, University of California, 1995.

44  Idem.

45  Cet intérêt pour ces questions était révélateur de la classe sociale des étudiants, majoritairement middle-class, qui rendaient les questions de politique étrangère plus significatives que la politique intérieure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eliane Elmaleh, « Les étudiants américains et l’activité politique », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. II - n°1 | 2004, 77-98.

Référence électronique

Eliane Elmaleh, « Les étudiants américains et l’activité politique », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. II - n°1 | 2004, mis en ligne le 27 août 2009, consulté le 21 septembre 2014. URL : http://lisa.revues.org/3061 ; DOI : 10.4000/lisa.3061

Haut de page

Auteur

Eliane Elmaleh

Dr. (Le Mans, France)
Eliane Elmaleh est maître de conférences à l’Université du Maine, Le Mans, France. Elle étudie les discours féministes, les politiques identitaires et l’art américain contemporain.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org