Navigation – Plan du site

Texte intégral

1En octobre 2002, s’est tenu, sous la direction de Pierre Guerlain et d’Eliane Elmaleh, un colloque intitulé L’enseignement supérieur dans le monde anglophone : Évolutions, transmissions et mutations, à l’université du Maine au Mans dont l’objectif était de réfléchir aux évolutions de l’enseignement supérieur dans les pays d’expression anglaise. Dans ce numéro de la Revue LISA/LISA e-journal, co-ordonné par Pierre Guerlain, certains participants publient ici leurs réflexions, auxquelles s’ajoutent des essais d’autres chercheurs venus d’horizons divers. Les diverses contributions, qu’elles proviennent de chercheurs français, de chercheurs anglophones installés en France ou dans un pays d’expression anglaise, abordent des thèmes similaires.

2Les observateurs de l’enseignement supérieur britannique analysent ici les processus de sélection à l’université et se demandent si la démocratisation annoncée par le gouvernement Blair s’est bien concrétisée. Jean-Noël Evanno propose une analyse et des commentaires portant sur les droits d’entrée à l’université et la sélection tandis que Cécile Deer travaille à partir des notions de pouvoir social ou de structuration des échanges sociaux. Tous deux cherchent à mesurer les évolutions en cours soit depuis l’ère Thatcher dans le cas de Cécile Deer soit, en ce qui concerne Jean-Noël Evanno, depuis le retour des travaillistes au pouvoir. Certaines évolutions en Grande-Bretagne, pas nécessairement souhaitables, préfigurent peut-être un devenir possible en France, où certains responsables politiques et certains directeurs de grandes écoles semblent considérer le voisin d’outre-Manche comme un laboratoire. Les lecteurs français peuvent donc découvrir un système de sélection et de paiement de droits qui préfigure, peut-être, celui qui servira de référence aux gouvernants qui souhaitent réformer l’université française dans un sens libéral ou plutôt néo-libéral.

3En ce qui concerne les États-Unis, un chercheur américain, Bill Bolin, s’intéresse à l’impact des revues universitaires en ligne sur la recherche et la pédagogie, un domaine qui est à ce jour encore fort peu étudié en France où le phénomène des revues électroniques, plus récent et moins développé, entre dans une phase de montée en puissance. Anthony Larson propose une réflexion ambitieuse et une approche philosophique de la littérature à travers Kant et Derrida dans le contexte des universités américaines des années 1980-1990 prises dans une guerre culturelle qui se déroulait aussi ailleurs dans la société américaine.

4Quelques chercheurs proposent ensuite une réflexion historique sur l’université américaine. Anne Ollivier-Mellios offre une analyse inspirée de Pierre Bourdieu sur la période 1865-1918, analyse qui permet de mieux saisir certaines caractéristiques présentes. Ce travail est poursuivi par Eliane Elmaleh qui, elle, part des années 1920 et avance vers le présent en privilégiant les années 1960 pour étudier le rapport à la politique des étudiants américains, elle interroge les notions d’engagement et de dépolitisation. Malie Montagutelli retrace le même parcours mais pour y étudier le féminisme à l’université et se focalise tout naturellement sur les années 1960 également. Ces divers essais se complètent et offrent une bonne vision des changements survenus au XXe siècle dans les universités américaines sur le plan idéologique.

5Les essais suivants sont des études de cas. Frédéric Robert étudie l’université de Berkeley et les théories de Clark Kerr en 1964, et l’on voit là encore le rôle central des années 1960. Mokhtar Ben Barka propose une analyse d’un genre différent puisqu’il s’agit d’une université chrétienne fondamentaliste, la Bob Jones University, dont il retrace l’histoire et analyse le fonctionnement dans le présent. Agnès Bouchet-Sala, quant à elle, a également choisi la Californie et une approche historique pour son étude de cas qui porte sur l’évolution des cours d’enseignement général entre 1935 et 1998 dans une seule université, Stanford. Pierre Guerlain, pour sa part, analyse les répercussions du 11 septembre sur la vie universitaire, et les attaques qui visent les universitaires dans le domaine public, dans un contexte de poursuite de la guerre culturelle évoquée par Anthony Larson. La place de l’université dans la cité est un des aspects abordés par divers essais rassemblés ici, tant dans le passé qu’à l’heure actuelle.

6Ces divers travaux n’épuisent évidemment pas le champ de la recherche, ils ne font que présenter un aperçu du domaine très riche de la réflexion en ce qui concerne l’enseignement supérieur dans des sociétés post-industrielles, qui remettent en cause d’anciens modèles et en instaurent de nouveaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Guerlain, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. II - n°1 | 2004, 1-2.

Référence électronique

Pierre Guerlain, « Introduction », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. II - n°1 | 2004, mis en ligne le 18 novembre 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://lisa.revues.org/2997

Haut de page

Auteur

Pierre Guerlain

Pierre Guerlain est professeur de civilisation américaine à l’université du Maine, Le Mans. Il enseigne également à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il s’intéresse à l’analyse des discours socio-politiques dans la période contemporaine et en particulier dans le domaine de la politique étrangère américaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org