Navigation – Plan du site
Histoire de l’édition

Panorama historique de l’édition de jeunesse en Irlande

A Historical Survey of Children’s Book Publishing in Ireland
Claire Reniero
p. 99-109

Résumé

Because they are aimed at a specific readership meant to be easily impressionable, children’s books have often been used as a means of propaganda. After a historical overview of publishing for children in Ireland, which will enable us to understand the relationships of this industry with a country as it was undergoing a decolonisation process, this paper will concentrate on a more contemporaneous aspect of children’s books.
The last fifteen years or so have brought tremendous changes in Ireland. The quick economic growth has provided an increase of investments in various fields. This paper will seek to show how this new influx of money has influenced the children’s book industry. It will analyze the evolution of children’s books publishing since the 1990s, paying particular attention to the part played by the Arts Councilin the development of children’s books’ lists within various publishing houses, and to the status of children’s books author in Ireland at the beginning of the 21st century. It will purposely tackle the issue of the circulation of children’s books written by Irish authors in the rest of Europe, and the world. Finally, it will underline the repercussions of the economic growth on both the content and form of recently published books.

Haut de page

Texte intégral

1Du fait de la malléabilité supposée du public auquel il se destine, le livre pour enfants a souvent été utilisé comme outil de propagande. Après un survol historique qui permettra de souligner la manière dont la littérature de jeunesse s’inscrit dans une société colonisée, nationaliste, puis post-coloniale, nous centrerons notre propos sur le livre contemporain pour enfants en Irlande. Depuis une quinzaine d’années en effet, le pays a connu un développement économique sans précédent. Ce soudain enrichissement a entraîné un accroissement des investissements dans de nombreux domaines. Nous chercherons à savoir si, et en quoi, l’afflux de ce nouveau capital a influé sur la production littéraire enfantine. Nous analyserons l’évolution de l’intérêt porté à la publication des livres pour enfants en Irlande depuis les années 1980. Enfin, nous étudierons les répercussions de cet accroissement économique sur la forme et sur le fond de ces livres.

La naissance d’une littérature de jeunesse en Irlande : le XVIIIe siècle

  • 1  A propos du double lectorat de Gulliver’s Travels : deux des cinq éditions les mieux vendues sur w (...)
  • 2  On peut penser aux cas similaires de Robinson Crusoe de Daniel Defoe en 1719, ou de Treasure Islan (...)
  • 3  Jeremy Addis, « Publishing for Children in Ireland », in The Big Guide to Irish Children’s Books, (...)

2En 1726 paraît le livre considéré a posteriori comme le premier « livre pour enfants » irlandais : il s’agit de Gulliver’s Travels de Jonathan Swift. Au fil des générations, c’est en effet un public de jeunes lecteurs qui se l’est approprié1, bien que, comme dans bien d’autres cas, il n’ait pas été écrit délibérément pour eux2. En effet, malgré une tradition éditoriale avérée à Dublin depuis le début du XVIIIe siècle, celle-ci était presque exclusivement dirigée vers la littérature pour adultes. En conséquence, le contact des enfants d’Irlande avec les livres se limite d’abord aux publications britanniques, puis américaines. Ainsi, aux XVIIIe et XIXe siècles, les lectures des enfants irlandais sont, à quelques exceptions près, identiques à celles des enfants de Grande-Bretagne. Ces livres qui viennent du « dehors » racontent donc des expériences qui leur sont en partie étrangères3.

  • 4  Valerie Coghlan, « Ireland », in International Companion Encyclopaedia of Children’s Literature (e (...)

3Ce constat demande cependant à être nuancé : en effet, après avoir été transmis oralement pendant des siècles, les mythes et les contes issus de la « matière » celtique apparaissent sous forme écrite lors du Celtic Revival, à la charnière du XIXe et du XXe siècles. Ces histoires sont tout d’abord publiées sous une forme destinée à un public adulte : W.B. Yeats publie Irish Fairy Tales en 1892, Ella Young Celtic Wonder Tales en 1910. Oscar Wilde, en 1888, s’inspire quant à lui de cette mythologie pour écrire des contes pour enfants comme The Happy Prince and Other Tales. Ce recueil sera le point de départ d’une longue tradition de (ré)-écriture des mythes destinée à un public de jeunes. Cette tradition s’est d’ailleurs perpétuée de manière plus ou moins heureuse jusqu’à aujourd’hui4.

  • 5  Mary Shine Thompson, « Is Children’s Literature Really Literature ? », in Inis, n°6, autumn 2003.

4Si l’on excepte Jonathan Swift, dont l’intention n’était pas d’écrire pour un public d’enfants, c’est Maria Edgeworth, qui dans la seconde moitié du XVIIIe et début du XIXe siècles, est réellement le premier auteur irlandais qui écrive délibérément pour la jeunesse. Dans ses livres, qui sont très ouvertement didactiques, elle cherche notamment à promouvoir sa philosophie de l’éducation. Ses romans, qui ont souvent été interprétés comme des allégories de la société irlandaise d’après l’Acte d’Union, présentent des leçons de devoir et de soumission, des histoires dans lesquelles de jeunes Irlandaises sauvages sont éduquées à la mode britannique (se tenir droite, parler doucement, être coquette…) et sont ainsi remises dans le droit chemin. En cela, Maria Edgeworth représente déjà la tendance qui marquera pendant de nombreuses années le développement d’une littérature de jeunesse en Irlande : à savoir que, comme et peut-être plus qu’ailleurs, elle a été utilisée pour acculturer, pour transmettre des valeurs de classe, de genre, et au tournant du siècle, pour permettre un endoctrinement idéologique5, qu’il soit impérialiste ou nationaliste, selon l’origine des auteurs.  

D’une littérature impérialiste à une littérature post-colonialiste : les XIXe et XXe siècles

  • 6  Janette Condon, « Children’s Books in Nineteenth-Century Ireland », in The Big Guide 2 :Irish Chil (...)

5Au début du XIXe siècle, la Kildare Place Society, une organisation philanthropique et œcuménique destinée à l’éducation des pauvres (également connue sous le nom de Society For The Education Of The Poor In Ireland) exprime la nécessité de mettre dans les mains des enfants des livres qui leur soient spécifiquement destinés. Ils commencent donc à publier leurs propres livres pour enfants, devenant ainsi la première maison d’édition irlandaise publiant pour la jeunesse (notamment des adaptations simplifiées des mythes de la Bible). Très vite cependant, la littérature pour enfants va prendre un tournant idéologique : ainsi que le rappelle Janette Condon dans son article « Children’s Books in Nineteenth-Century Ireland », le développement d’une littérature spécifiquement destinée aux enfants irlandais au XIXe siècle est, dit-elle, « tightly connected with imperialist ideas of social control and reform. The assimilationist ideology […] constituted by the Act of Union (1800) directed the narrative impulses of many imperialist juvenile writers »6.

  • 7 Idem.

6Au tournant du siècle, les auteurs irlandais sont plus réticents face à la culture britannique, et de nombreux auteurs nationalistes cherchent à publier des textes visant à « dé-angliciser » la culture irlandaise. L’augmentation de cette littérature nationaliste a une répercussion sur les publications pour enfants, comme l’indique notamment l’émergence de deux périodiques pour les jeunes : en 1875 apparaît Young Ireland, une version pour la jeunesse de Nation, suivi en 1914 par Our Boys, produit par les Christian Brothers. Ces magazines ont pour but affiché de contrer le flot de publications en provenance d’Angleterre7 et de propager des idées nationalistes dans les jeunes esprits.

7L’indépendance acquise, l’une des premières initiatives du nouvel Etat Libre en 1922 est d’introduire des livres scolaires spécialement produits pour les enfants irlandais. En 1945, l’Etat fonde An Gum (The Scheme), maison d’édition dont l’objectif est de promouvoir le renouveau de la langue irlandaise. An Gum a été la première, et au début la seule maison d’édition prenant le « risque » de publier pour les enfants – mais cette maison avait, et a toujours, l’immense avantage d’être entièrement financée par le ministère de l’Education.

8Parmi les auteurs s’illustrant en cette première partie du XXe siècle, Patricia Lynch est particulièrement prolifique : de 1930 à 1960, elle écrit une cinquantaine de livres dont la plupart se déroulent dans une Irlande rurale, au cœur d’une côte ouest où apparaissent souvent des personnages issus des mythes celtes traditionnels. Dans son roman le plus connu, The Turf-Cutter’s Donkey, publié en 1936, les personnages principaux se promènent avec des leprechauns dans les champs de tourbe. La seconde moitié du XXe siècle est marquée tout d’abord par Ellis Dillon : entre 1949 et 1987, elle publie 28 romans dont les actions se déroulent souvent sur des îles au large de la côte irlandaise. (1952 : The Lost Island, 1957 : Island of Horses, 1968 : The Seals…)  

  • 8  Jeremy Addis, « Publishing for Children in Ireland », in The Big Guide to Irish Children’s Books, (...)

9Les années 1970 voient une augmentation significative du secteur de l’édition en Irlande, grâce à un début de croissance économique dans les années 1960. Cependant, la littérature pour enfants semble exclue de ce décollage de la production littéraire autochtone. Il faut attendre les années 1980 pour observer une réelle augmentation de la publication pour la jeunesse, et de la prise de conscience de son importance. En 1980 est fondée une maison d’édition publiant exclusivement pour les enfants, The Children’s Press, tandis que d’autres maisons d’éditions, avec l’aide de l’Arts Council, commencent à inclure dans leur publications des collections pour la jeunesse : c’est le cas notamment de Poolbeg, Wolfhound, et surtout de O’Brien. Ainsi, les subventions de l’Arts Council, les avancées techniques dans le domaine de l’impression, et une réelle demande d’une littérature autochtone pour enfants se conjuguent pour permettre un développement d’une littérature de jeunesse spécifiquement irlandaise8.

  • 9  Valerie Coghlan, « Ireland », in International Companion Encyclopaedia of Children’s Literature (e (...)

10Pendant les années 1980 et 1990, certains auteurs irlandais pour enfants vont ainsi réussir à percer sur la scène internationale : c’est le cas par exemple de Marita Konlon-McKenna, avec Under the Hawthorn Tree, roman publié en 1990 sur le thème de la famine et qui a été traduit en de nombreuses langues ; de Martin Waddell qui a publié près de 90 livres, romans et albums qui se vendent dans de nombreux pays, ou bien de Sam McBratney qui a connu un succès planétaire avec Guess How Much I Love You, ou plus récemment de Eoin Cofler avec ses Artemis Fowl, pour n’en citer que quelques-uns9.

  • 10  Mary-Louise Fitzpatrick, “Pushmi-Pullyu Author/Publisher”, in Inis, n°5, summer 2003.

11Cependant, ces quelques auteurs semblent n’être que des exceptions à la règle, puisque le secteur de l’édition en Irlande, et tout particulièrement de l’édition jeunesse, se heurte à divers problèmes, le premier étant que la population totale d’Irlande atteint tout juste les 5,5 millions d’habitants en 2002. Ce marché restreint présente un autre « handicap » : étant donné qu’il offre un lectorat anglophone, il est envahi par les titres britanniques et américains, ce qui rend d’autant plus difficile l’établissement des éditeurs irlandais. Le coût de l’impression couleur spécifique à la publication d’albums et la petite diffusion à laquelle les livres sont condamnés font également qu’il est difficile pour les maisons d’éditions de tirer leur épingle du jeu. Les auteurs irlandais sont quant à eux conscients qu’il leur est impossible de vivre en publiant pour le seul marché irlandais. Les rentes que touche un écrivain irlandais pour un livre sont estimées de l’ordre de 400€/an. Ainsi, beaucoup choisissent de publier, au moins partiellement, en Grande-Bretagne : c’est le cas par exemple de l’illustrateur PJ Lynch, ou de Eoin Cofler10. Ce dernier a tout d’abord publié six livres chez O’Brien, et après avoir acquis une certaine notoriété, a pu publier chez la « grande maison » Puffin la série des Artemis Fowl, qui a d’ailleurs été un grand succès commercial.

L’Arts Council

  • 11  Sinéad Mac Aodha, « The Arts Council and Children’s Books », in The Big Guide to Irish Children’s (...)
  • 12  A noter que ces chiffres sont antérieurs au « phénomène Harry Potter ».

12L’Arts Council est la structure indissociable de l’essor de l’édition jeunesse en Irlande. En 1995, l’Arts Council publie dans son projet pour les années 1995-1999 : « The Council will […] allocate 15% of its funding to young people and children from 1995, bringing it from its current level of 6.5% of Arts Council funds »11. En effet, depuis 15 ans, le soutien de l’Arts Council est particulièrement significatif dans le domaine de la littérature pour enfants : en 1980, l’Arts Council, qui reconnaît la grande utilité de la maison d’édition An Gumdans le domaine de la langue irlandaise, et le besoin d’une initiative similaire pour la langue anglaise, a pris le parti d’aider l’édition pour la jeunesse. En 1981, le Council offre une première subvention à une nouvelle maison d’édition : The Children’s Press, qui sera suivie d’une autre en 1982. Tout au long des années 1980, le Council va augmenter les subventions qu’il accorde à l’édition jeunesse. D’autres maisons d’éditions déjà reconnues pour leurs publications pour adultes vont en profiter, comme O’Brien, Wolfhound, Poolbeg. Dans les années 1990, la diversification de ces subventions est encore plus grande, avec l’aide apportée à de jeunes maisons d’édition, telles Mercier ou The Attic. D’autre part, le Council offre des bourses pour aider les auteurs à se consacrer à l’écriture. Cet intérêt porté à la littérature de jeunesse semble porter ses fruits, puisqu’en 1995, les cinq titres les mieux vendus au moment des fêtes de fin d’année sont tous publiés en Irlande12.

  • 13  Sinéad Mac Aodha, idem.

13En 1995, l’Arts Council coordonne une enquête intitulée The Future of the Irish Book Publishing Industry (Coopers & Lybrand, 1995). Ce rapport affirme : « The main area of growth in the general publishing sector has been in children’s books, where Irish publishers have succeeded in developing the indigenous children’s books sector at the expense of foreign-published books »13.

  • 14  Michael O’Brien, « Small Country, Big World », in Children’s Books in Ireland, n°28, winter 2001. (...)
  • 15  Gerard Whelan, “Of Books and Bandwagons”, in Children’s Books in Ireland, n°29, spring 2002.

14En 2001, Michael O’Brien, directeur des presses du même nom, affirmait lui aussi : « Bookselling in Ireland has been buoyant, expansive, profitable, and largely independently owned »14. Cependant, il reconnaît nombre d’avantages pour un auteur irlandais à être publié par une maison internationale  : une plus grande diffusion des livres, un budget plus important, davantage d’avances sur les publications. Mais si l’aspect matériel semble l’emporter chez les éditeurs britanniques, il souligne que la pression commerciale qui va de pair peut influencer la créativité littéraire, et que des livres soient choisis en raison des modes du moment plutôt que pour leurs qualités. A ce propos, Margrit Cruikshank, qui est publiée en Irlande, rapporte ce qu’un éditeur britannique lui a confié : « how lucky [you are] that Irish publishers still publish children’s books which don’t fit into straight jackets »15.

15Cependant, en janvier 2003 les subventions de l’Arts Councilont connu une diminution dans de nombreux domaines, voire une suppression pure et simple. Si Children’s Books Ireland, qui a reçu pour la période 2000-2002 la somme de 363 500 €, n’a subi une diminution budgétaire que de 2% en 2003, certaines maisons d’édition, comme Poolbeg, ou O’Brien, ne sont plus du tout subventionnées. La répercussion immédiate de cette mesure est une diminution des publications pour la jeunesse, voire la suspension des rééditions en ce qui concerne les plus petites maisons d’édition. Un an plus tard, en janvier 2004, c’est avec joie que le magazine Inis annonce que l’Arts Council a restitué leurs subventions aux différentes maisons d’édition à hauteur de ce qu’elles étaient avant leur suppression l’année précédente. De plus, à l’inverse également de l’année 2003, ni CBI (Children’s Books Ireland) ni IBBY Ireland (International Board of Books for the Young) n’ont enregistré de diminution dans leurs subventions pour l’année 2004.

16Ainsi, la tendance très récente en Irlande qui semblait être à la réduction du nombre de publications de livres pour enfants, faute de soutien financier de la part de l’Arts Councilne devrait pas se poursuivre. Cependant, ceci ne fait que souligner la dépendance extrême qui existe entre cet organisme et les maisons d’édition. Il semble que l’indépendance financière de ces maisons d’édition soit encore malaisée, notamment parce qu’il manque à l’Irlande l’avantage qu’ont d’autres petits pays comme le Danemark ou la Norvège : celui de la garantie d’un marché grâce à l’exclusivité de la langue.

Littérature pour enfants et intérêts académiques

  • 16  Inis est un mot irlandais qui signifie à la fois « île » et « raconter ».

17Le domaine économique n’est pas le seul où l’on note un regain d’intérêt pour la littérature de jeunesse. Dans le champ de la recherche universitaire, de nombreux organismes ont vu le jour au cours de ces vingt dernières années, qui sont destinés à promouvoir la littérature de jeunesse en Irlande, tels que The Youth Library Group, ou The Children’s Books Trust. L’un d’entre eux, The Children’s Literature Association of Ireland (CLAI), créé en 1987, est devenu en 1996 Children’s Books Ireland (CBI) et publie quatre fois par an une revue, Inis16 (auparavant appelée « Children’s Books in Ireland »), et a également édité deux guides de la littérature de jeunesse irlandaise, l’établissant ainsi en tant que domaine d’étude au niveau académique. Cette reconnaissance académique s’est également traduite par la création d’un Masters en Irish Children’s Literature Studiesà l’université Saint Patrick de Drumcondra, à Dublin, ainsi que la possibilité pour les étudiants du département d’anglais de Trinity College de choisir des options de littérature pour enfants. D’autre part, des professeurs et des étudiants de 3ème cycle se sont associés en 2003 pour créer The Irish Society for the Study of Children’s Literature (ISSCL), dans le but notamment de permettre aux chercheurs, professeurs et auteurs de se rencontrer.

Les défis de la mondialisation : le XXIe siècle

  • 17  Sarah Webb, « What’s Happening to Irish Children’s Publishing ? », in Inis, n°5, Summer 2003.
  • 18   Michael O’Brien, « Small Country, Big World », in Children’s Books in Ireland, n°28, Winter 2001.
  • 19  Gerard Whelan, « Of Books and Bandwagons »,  in Children’s Books in Ireland, n°29, Spring 2002.

18En ce début de XXIe siècle, seules les presses O’Brien, considérées par beaucoup d’auteurs comme la seule maison d’édition irlandaise s’investissant réellement dans les livres pour enfants17, ont annoncé à l’hiver 2001 leur intention de continuer à étendre leurs publications pour la jeunesse, y compris en lançant une nouvelle série en irlandais – avec le soutien de l’Arts Council et de The Irish Books Publishers Association18 . Ainsi, le marché éditorial reste encore le marché principal de l’édition jeunesse irlandaise. Cependant, si le lien avec le monde scolaire devenait plus étroit, notamment à travers une dépendance plus conséquente envers les subventions de l’Etat, l’avenir de l’édition jeunesse risquerait de se retrouver entre les mains du Ministère de l’Education, ce qui porterait vraisemblablement atteinte à la créativité des auteurs19, puisque les enjeux seraient différents.

  • 20  Chaque année au mois d’octobre, Children’s Books Ireland organise le Children’s Books Festival, en (...)
  • 21  Sarah Webb, « What’s Happening to Irish Children’s Publishing ? », in Inis, n°5, Summer 2003.

19Les énormes changements qu’a subi l’Irlande dans le domaine de l’édition jeunesse ces dix dernières années sont majoritairement positifs : les auteurs pour enfants sont reconnus, les festivals20 rencontrent un franc succès, les ventes sont en augmentation. Au printemps 2003, les ventes de livres pour enfants représentaient 12 à 15% du total du chiffre d’affaire des librairies en Irlande, c'est-à-dire une augmentation de 10 à 12% par rapport aux années précédentes21.

20Cependant, comme nous l’avons précédemment noté, il n’existe aucun auteur qui soit publié uniquement en Irlande et en mesure de gagner sa vie grâce à l’écriture. Le marché est tout simplement trop petit, et les auteurs qui veulent vivre de leurs livres doivent se faire publier par la Grande-Bretagne. Il semble que l’Irlande soit confrontée à un paradoxe : d’une part, le pays a besoin d’une publication jeunesse autochtone pour des raisons artistiques et pour développer son autonomie culturelle, ainsi que pour pouvoir publier des livres ayant un intérêt local ; d’autre part, les auteurs irlandais ont besoin de gagner suffisamment d’argent pour pouvoir vivre, or le petit marché auquel ils se heurtent ne le leur permet pas. Les rayons des livres pour enfants dans les librairies en Irlande comptent de nombreux auteurs irlandais, mais un coup d’œil à l’éditeur suffit pour se rendre compte que nombre d’entre eux, et particulièrement ceux qui se vendent le mieux, sont publiés en Grande-Bretagne. L’exemple d’Eoin Cofler est frappant : le dernier Artemis Fowl publié chez Puffin s’est vendu trois fois mieux que The Wish List publié chez O’Brien. Les diverses explications avancées à cela sont des couvertures mieux pensées, un effort marketing et une publicité plus efficaces et de plus grande ampleur. En Irlande, en 2002, seul The Love Bean de Siobhàn Parkinson a bénéficié d’une vraie campagne de lancement (elle est publiée chez O’Brien). The Love Bean a été la meilleure vente de l’année dans la catégorie des romans pour adolescents publiés en Irlande, mais s’est vendu dix fois moins bien que Artemis Fowl.

21Il existe donc un réel danger, inhérent à la dynamique de la mondialisation : si rien ne change en effet, les meilleurs auteurs irlandais iront se faire publier dans d’autres pays anglophones pour pouvoir vivre, et les jeunes n’auront plus de littérature autochtone.  

  • 22  Sarah Webb, idem.

22Un libraire note que les enfants ne veulent plus être définis comme « irlandais » avant toute chose : « They don’t want their books to be overtly Irish anymore. They want their books to be cool »22. Dans le droit fil de cette remarque, on peut citer le livre de Siobhàn Parkinson, The Leprechaun Who Wished He Wasn’t , l’histoire d’un lutin qui arrive dans une Irlande contemporaine et qui trouve qu’être lutin est « so uncool ». Mais qu’est ce qu’être « cool », aujourd’hui, pour un jeune irlandais ? Être déposé à l’école dans une voiture dont la plaque d’immatriculation indique « 04 » ? Porter des jeans taille basse, se raidir les cheveux à outrance, ne pas rater le dernier programme de télé-réalité, utiliser son plus bel accent américain et tenter des réparties mordantes ? Ne pas/plus être étiqueté « Irish » ?

  • 23  Declan Kiberd, Inventing Ireland, Random House, London, 1995. Et Gibbons & Cronin Kirby, Reinventi (...)
  • 24  Le premier référendum sur le divorce a eu lieu en 1986 (pour=36%, contre= 63%), mais il a fallu at (...)

23Depuis les années 1990, la mondialisation et le « Tigre Celtique » ont apporté de nouveaux modes de vie en Irlande, rendant la société irlandaise de plus en plus proche de celle d’autres pays occidentaux. On a beaucoup écrit à propos de cette « réinvention » de l’Irlande23 ; citons simplement le boom économique et la diminution du chômage, la chute de la pratique religieuse, la révolution que constitue le fait qu’après des siècles d’émigration, le pays commence à son tour à accueillir des migrants sur son territoire. La plupart des thèmes récurrents dans les livres de jeunesse publiés en Irlande depuis une dizaine d’années ne prennent tout leur sens que s’ils sont observés à la lumière de ces récentes mutations. Des livres tels que No Goodbye (1994) de Marita Conlon McKenna, ou Sisters, No Way ! (1996) de Siobhàn Parkinson, qui évoquent le divorce et les familles recomposées, pourraient avoir été écrits et publiés dans un autre pays occidental. Ce qui rend ces livres particulièrement intéressants est le fait qu’ils ont été publiés en Irlande, à un moment de son histoire où le divorce était en train d’être légalisé24. De la même manière, le nombre grandissant d’histoires traitant de personnages venant s’installer en Irlande, ainsi que l’introduction de personnages de couleur, souligne le début du processus de multiculturalisation que l’Irlande est en train d’expérimenter (Pat Boran : All The Way from China (1998), Siobhàn Parkinson : The Love Bean, (2002), Pat Devaney : Tribal Scars (2004))

24Etant donné l’importance qui est accordée à l’enfant dans la société d’aujourd’hui, et le didactisme (presque) toujours à l’œuvre dans la littérature de jeunesse, le fait de se pencher attentivement sur ce qui est donné à voir aux enfants du monde dans lequel ils vivent est une manière de comprendre la perception que les adultes ont de leur pays à un moment donné de son histoire. La particularité de l’écriture pour la jeunesse en Irlande en ce début de XXIe siècle, est qu’en plus du paradoxe intrinsèque à la littérature de jeunesse (elle est écrite, vendue, et achetée par des adultes pour être lue par les enfants), il faut à présent prendre en compte de nouvelles données : celles d’un pays qui en un laps de temps très court a vu sa condition de société périphérique, traditionnelle, monoculturelle, rurale et religieuse se transformer en celle d’ un riche centre de nouvelles technologies, laïc et multiculturel. Dans la littérature de jeunesse qui reflète cette Irlande moderne, il est intéressant d’étudier comment les auteurs cherchent à représenter cette nouvelle société, et ainsi entrevoir la manière dont ils aimeraient que leur pays soit perçu par la nouvelle génération.

Haut de page

Bibliographie

COGHLAN Susanna & O’Dea Lucy (edited by), Changing Faces, Changing Places, A Guide to Multicultural Books for Children, Dublin: IBBY Ireland, 2003.

COGHLAN Valerie, "Ireland", in International Companion Encyclopaedia of Children’s Literature (ed Peter Hunt), London: Routledge, 1996.

COGHLAN Valerie & Keenan Ceelia (ed), The Big Guide to Irish Children’s Books, Dublin: Irish Children’s Books Trust, 1996.

------------------------, The Big Guide 2 to Irish Children’s Books, Dublin: Irish Children’s Books Trust, 2000.

Children’s Books Ireland (ed), What’s the Story? The Reading Choices of Young People in Ireland, Dublin: Irish Children’s Books Trust, 2002.

DUNBAR Robert, "Rarely Pure and Never Simple", in The Lion and the Unicorn 21.3, September 1997.

KEENAN Celia, "Reflecting A New Confidence : Irish Historical Fiction for Children", in The Lion and the Unicorn 21.3, September 1997.

MEEK Margaret (ed), Children's Literature and National Identity, Stoke on Trent: Trentham Books, 2001.

NODELMAN PERRY, "THE OTHER: ORIENTALISM, COLONIALISM, AND CHILDREN'S LITERATURE", in Children's Literature Association Quarterly, Spring 1992, Vol 17, n°1.

O'SULLIVAN Emer, "The Development of Children’s Literature in late 20th  century Ireland", Signal, Vol 81, Sept 96.

WEBB, Jean (ed.), Text, Culture and National Identity in Children’s Literature, Helsinki: Nordinfo, 2000.

WEBB Sarah, "What’s Happening to Irish Children’s Publishing ?", in Inis, n°5, Summer 2003.

Sites Internet

http://www.childrensbooksireland.com/

http://www.univ-paris13.fr/perrault.htm

http://www.ibby.org/

http://www.irscl.org.za

http://www.salon-livre-presse-jeunesse.net/

http://www.lajoieparleslivres.com/

http://www.uoguelph.ca/ccl/

http://www.ucalgary.ca/~dkbrown/

http://www.rdg.ac.uk/circl/

http://www.fabula.org/

http://www.achuka.co.uk/

Haut de page

Notes

1  A propos du double lectorat de Gulliver’s Travels : deux des cinq éditions les mieux vendues sur www.amazon.co.uk sont des éditions pour enfants (Usborne Young Readers, et Young Reading Series). Il existe 69 éditions pour la jeunesse du roman de Jonathan Swift sur ce même site.

2  On peut penser aux cas similaires de Robinson Crusoe de Daniel Defoe en 1719, ou de Treasure Island de Robert Louis Stevenson en 1883 (voir la liste des œuvres citées).

3  Jeremy Addis, « Publishing for Children in Ireland », in The Big Guide to Irish Children’s Books, The Irish Children’s Books Trust, Dublin, 1996.

4  Valerie Coghlan, « Ireland », in International Companion Encyclopaedia of Children’s Literature (ed Peter Hunt), Routledge, London, 1996.

5  Mary Shine Thompson, « Is Children’s Literature Really Literature ? », in Inis, n°6, autumn 2003.

6  Janette Condon, « Children’s Books in Nineteenth-Century Ireland », in The Big Guide 2 :Irish Children’s Books, Children’s Books Ireland, Dublin, 2000.

7 Idem.

8  Jeremy Addis, « Publishing for Children in Ireland », in The Big Guide to Irish Children’s Books, The Irish Children’s Books Trust, Dublin, 1996.

9  Valerie Coghlan, « Ireland », in International Companion Encyclopaedia of Children’s Literature (ed Peter Hunt), Routledge, London, 1996.

10  Mary-Louise Fitzpatrick, “Pushmi-Pullyu Author/Publisher”, in Inis, n°5, summer 2003.

11  Sinéad Mac Aodha, « The Arts Council and Children’s Books », in The Big Guide to Irish Children’s Books, The Irish Children’s Books Trust, Dublin, 1996.

12  A noter que ces chiffres sont antérieurs au « phénomène Harry Potter ».

13  Sinéad Mac Aodha, idem.

14  Michael O’Brien, « Small Country, Big World », in Children’s Books in Ireland, n°28, winter 2001.  

15  Gerard Whelan, “Of Books and Bandwagons”, in Children’s Books in Ireland, n°29, spring 2002.

16  Inis est un mot irlandais qui signifie à la fois « île » et « raconter ».

17  Sarah Webb, « What’s Happening to Irish Children’s Publishing ? », in Inis, n°5, Summer 2003.

18   Michael O’Brien, « Small Country, Big World », in Children’s Books in Ireland, n°28, Winter 2001.

19  Gerard Whelan, « Of Books and Bandwagons »,  in Children’s Books in Ireland, n°29, Spring 2002.

20  Chaque année au mois d’octobre, Children’s Books Ireland organise le Children’s Books Festival, en partenariat avec des écoles et des librairies à travers tout le pays. Ce festival permet, entre autre, aux enfants de rencontrer certains des auteurs qu’ils lisent.

21  Sarah Webb, « What’s Happening to Irish Children’s Publishing ? », in Inis, n°5, Summer 2003.

22  Sarah Webb, idem.

23  Declan Kiberd, Inventing Ireland, Random House, London, 1995. Et Gibbons & Cronin Kirby, Reinventing Ireland, Pluto Press, London, 2002.

24  Le premier référendum sur le divorce a eu lieu en 1986 (pour=36%, contre= 63%), mais il a fallu attendre celui de 1995 pour que le « oui » l’emporte de justesse (pour= 50,3%, contre= 49,7%).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Reniero, « Panorama historique de l’édition de jeunesse en Irlande », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. III - n°1 | 2005, 99-109.

Référence électronique

Claire Reniero, « Panorama historique de l’édition de jeunesse en Irlande », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. III - n°1 | 2005, mis en ligne le 27 octobre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lisa.revues.org/2586 ; DOI : 10.4000/lisa.2586

Haut de page

Auteur

Claire Reniero

(Rennes II, France)
Claire Reniero est diplômée depuis Juin 2004 d’un DEA en Etudes Anglophones de l’Université Rennes 2. Le sujet de son mémoire était : « Représentations du soi et de l’autre dans la littérature de jeunesse irlandaise : 1994-2004 ».

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org