Navigation – Plan du site
La Seconde Guerre mondiale

La propagande cachée sur les ondes de la BBC pendant la Seconde Guerre Mondiale : vers une héroïsation nationale

Hidden propaganda and national hero-making on the BBC Home Service during the Second World War
Cécile Vallée
p. 109-128

Résumé

With the aim of maintaining morale on the Home Front, as well as getting the British population to trust in final victory, the British government put in place a hidden control of the BBC, which was regularly instructed as to what broadcast form propaganda should take on the Home Service. These secret, regular and precise guidelines were to result in the projection of an ultra-positive image of Great Britain and of the British at war. The systematic hero-making propaganda was to become gradually better organised, more subtle, and therefore more efficient as the years went by thanks to the expertise of BBC staff. Countless programmes were broadcast, which stressed the heroic virtues of British soldiers, of the Navy and of the R.A.F, or reminded the listeners of past heroes, the glorious history of Great Britain being systematically commemorated, thus exalting national pride daily. To the constant cult of the heroes of the Home Front (particularly of women) corresponded an equally constant denigration of the Nazi enemy. Although there was no recourse to lies, the way both the military and the Home Front were presented was undoubtedly of a propaganda nature. Indeed, the aim was to win the hearts and minds of the British population by playing on two chords: on the one hand, turning the enemy into an evil beast, minimising defeats and difficulties, and, on the other hand, systematically extolling the power and glory of Great Britain and the innate qualities of the British.

Haut de page

Entrées d’index

Index thématique et géographique :

Grande-Bretagne, Great Britain, histoire, history, media, médias, société, society
Haut de page

Texte intégral

1Le nationalisme, le sentiment national ont, actuellement, mauvaise presse dans de nombreux pays d’Europe. Force est de constater que ce n’est pas le cas de l’autre côté de la Manche. Les références multiples dans les journaux au stoïcisme et au flegme naturel des Londoniens, lors des attaques terroristes en juillet 2005, réveillaient les échos encore bien présents dans les mémoires de ce qu’Angus Calder a appelé « le mythe du Blitz ».

  • 1  Les travaux d’Angus Calder, en particulier The Myth of the Blitz, Londres : Jonathan Cape, 1991, s (...)

2Nous n’allons pas tenter ici de faire la part du mythe et de la réalité, tâche au demeurant ardue, et probablement impossible1. Il n’est pas question non plus de douter de l’héroïsme de certains, voire de beaucoup de ces britanniques confrontés aux multiples restrictions et difficultés de la vie quotidienne, au danger des bombardements, s’ajoutant à des horaires de travail et à des cadences souvent pénibles. Il s’agit ici de s’attacher à l’image héroïque des Britanniques et de la Grande-Bretagne en guerre telle qu’elle fut véhiculée par la propagande diffusée sur les ondes de BBC pendant toutes les années de guerre. Pourquoi et comment cette image a-t-elle été projetée sur les ondes ? Pourquoi peut-on affirmer qu’il s’agissait bien de propagande ?

  • 2  William Croft, Coersion or Persuasion? Propaganda in Britain after 1945, Londres : Routledge, 1989 (...)
  • 3  On se basera sur les nombreuses références à la propagande, aux thèmes qu’elle recouvrait et aux m (...)

3Si l’on reprend la définition qu’en donne William Croft, la propagande a pour objectif et pour effet de promouvoir un certain état d’esprit dans la population : “any attempt by a government or other organisation to create, or to maintain, states of mind conducive to a required end2. C’est donc la diffusion délibérée d’une propagande de soutien au moral ultra patriotique où la nécessité de donner confiance en la victoire était primordiale qui conduisit à une idéalisation de la Grande-Bretagne et des Britanniques. Nous montrerons que cette projection ultra positive venait d’une accumulation progressive dont le résultat final vient de la multiplication des supports et des thèmes et de la continuité des techniques de propagande utilisées sur toute la durée de la guerre. Dans l’optique de notre étude, nous définirons donc la propagande comme un effort systématique de la part des autorités de répandre, de diffuser via la BBC des informations, des idées, et des principes de conduite à l’intention de la population civile visant à lui faire accepter les politiques qu’elles ont définies, à soutenir son moral, et à lui faire épouser leur cause, de manière à ce qu’elle agisse pour la faire triompher3.

  • 4  “The maintenance of public morale should be the principal aim of war time programmes”. “Report on (...)
  • 5  “You will notice that ‘propaganda’ is used in the title in the very broad sense covering any progr (...)
  • 6  “Propaganda appeals mainly to the emotional reactions, which are conditioned by the subconscious s (...)

4Dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, du bon moral de la population civile dépendait la réussite de l’effort de guerre mis en œuvre par le Gouvernement4. Il apparaît clairement que cet impératif du maintien du moral des « troupes » sur le Front Intérieur conduisait à des efforts de propagande5 multiples visant à contrôler, à façonner l’opinion, à modeler les comportements des citoyens6. En effet, les producteurs étaient les piliers de la machine de guerre, et les matériaux, la base de la production d’armements d’où les campagnes du gouvernement britannique en faveur du recrutement dans les usines d’armement, ou visant à stimuler la production et la productivité, ou encore à encourager les économies et la récupération. Ces multiples campagnes « de propagande », qualifiées comme telles par les autorités ministérielles comme par la BBC, finissaient par plonger quotidiennement le citoyen britannique dans un océan de propagande radiophonique, au point de ne laisser aucune activité, aucun geste de la vie de tous les jours, libre de l’intervention propagandiste ministérielle. Il est facile de se perdre dans ce labyrinthe : les campagnes de propagande  s’entrelacent, les thèmes, les appels se recoupent, se répètent. A ces échos multiples, il faut ajouter la multiplicité des campagnes, leur complexité, à n’importe quelle période de la guerre. On retrouve pourtant un impératif dans ces grands mouvements de formation des comportements et des consciences : le soutien du moral du public et un point commun central, que nous allons tenter de montrer : l’héroïsation systématique des Britanniques et de leur nation.

  • 7  “So […] we are obliged to broadcast material of a kind that is naturally disliked by the listener.(...)

5Bien sûr, du côté britannique, la propagande avait mauvaise presse7, et il n’était pas question pour la BBC d’admettre publiquement qu’il y avait la moindre propagande sur les ondes nationales. L’abondance suscite la suspicion, et nuit à l’efficacité de la propagande. La propagande doit donc (pour la BBC) être cachée, discrète, subtile et son volume compatible avec cette exigence, puisque trop de propagande engendre la suspicion, et par la même nuit à la crédibilité à la fois du message et de l’auteur (en l’occurrence la BBC). Il s’agit donc d’être efficace non seulement pour attendre l’objectif désiré, mais aussi pour ne pas ternir l’image de la Corporation.

  • 8  Le Contrôleur de la Programmation, lui, fait une distinction entre deux formes de propagande: “To (...)
  • 9  Idem.

6Il n’en reste pas moins qu’il apparaissait nécessaire et normal de diffuser des matériaux de cette nature en temps de guerre. Le Directeur de la Section des Émissions Parlées rappelle ainsi l’obligation de la Corporation de diffuser de la propagande : “Yet the Corporation has accepted as one of its necessary and proper functions the broadcast of propaganda8 in war time9. Il nous en donne la définition suivante :

  • 10  Propaganda broadcasts for March 1942, Contrôleur des Émissions Nationales (C.(H)., Maconachie) à M (...)

 ‘propaganda’ is used in the title in the very broad sense covering any programmes which are not just entertainment but are intending to contribute in one form or another to the war effort and to the maintenance of morale on the Home Front10.

  • 11  Directeur Adjoint de la Section des Émissions Parlées à Sir Adrian Boult, 3 juin 1940 : BBC Writte (...)
  • 12  Note du 16 mai 1941 : BBC Written Archives Centre. R34/702/3 Propaganda Programme Arrangements. Gr (...)

7Les professionnels de la BBC prirent conscience assez tôt que la propagande est d’autant plus efficace que le public n’en est pas conscient. Ainsi, en juin 1940, on peut lire: “Propaganda is all the more efficient as it is not perceived by the public as being propaganda11. La propagande doit être cachée, et aussi subtile que possible : “The subject must be introduced without making the propaganda obvious, that is to say in an indirect way12.

  • 13  Propaganda in Broadcast Programmes. Bilan du Directeur de la Section des Emissions Parlées (D.T., (...)
  • 14  Quel était le volume de la production radiophonique consacré à cette activité ? Les réponses nous (...)

8Or, la propagande était partout, comme on le souligne à la BBC, dès février 1940 : “Propaganda is everywhere; you don’t know who to believe; everybody does it when they are at war13.Le volume de propagande était énorme, quoique difficile à quantifier précisément, et tous les types d’émissions étaient concernés14. On peut dire que tous les supports, tous les thèmes, même les plus anodins, apporteront les pierres qui composeront cet édifice. Quelle que soit la campagne gouvernementale, les techniques reviendront comme des leitmotivs : mettre en avant les conduites exemplaires, minimiser les défaites et les difficultés, diaboliser l’ennemi et glorifier son propre camp.

De la « drôle de propagande » à l’héroïsation sur tous les fronts

9Pourtant, les débuts de la construction furent pour le moins scabreux. En effet, avant de voir s’installer une propagande d’héroïsation sur tous les fronts, une « drôle de propagande » battait son plein. Le moins que l’on puisse dire est que les professionnels de la BBC avaient une longueur d’avance sur les officiels du ministère de l’Information en matière d’efficacité pour gagner les cœurs et les esprits. Témoin ce fameux slogan sorti du ministère au début de la guerre :

  • 15 Michael Balfour, Propaganda in War, Londres : Routledge & Kegan Paul, 1979.

Your courage, Your Cheerfulness, Your Resolution Will Bring Us Victory.15

  • 16  Par « moral », on entendait l’aptitude de la population à résister aux difficultés quotidiennes, m (...)

10L’objectif avoué était de soutenir le moral de la population civile16. Évidemment, on imagine difficilement comment un message aussi général et moralisateur aurait pu mobiliser la population. Comment se sentir concerné lorsqu’on vous accuse implicitement de n’avoir pas les qualités mentionnées, et lorsque, de toute évidence, ces qualités apporteraient la victoire à d’autres ? L’opposition du « Your » et du « Us » créait une distinction entre gouvernants et gouvernés qui était doublement inacceptable. Non seulement la distance dans les termes allait à l’encontre de l’objectif du propagandiste, qui voulait (bien entendu) entraîner l’adhésion du public, mais, dans ce contexte du début de la guerre, les auteurs du message, c’est-à-dire l’ensemble des fonctionnaires du ministère de l’Information, étaient déjà discrédités aux yeux de ce public. En outre, il ne s’était encore rien passé au cours de cette « Drôle de Guerre » qui pouvait justifier un appel au courage de la population, rien qui ne puisse susciter un enthousiasme particulier. Quant à la résolution, il est bien évident que le lecteur ou l’auditeur britannique du message estimait l’avoir, et ne pouvait être qu’offusqué qu’on ait l’air de lui suggérer le contraire.

  • 17  Le patriotisme était mieux stimulé par des chansons comme « They’ll Always Be an England », qui de (...)
  • 18  Ce qui fut fait également avec « It All Depends on Me », slogan illustré dans l’émission The World (...)

11Guère découragé par sa première œuvre, le ministère de l’Information continua pourtant ses appels pour susciter une motivation des troupes de l’intérieur, avec “Freedom is in peril. Defend it with all your Might”, inconscient, semble-t-il, du fait que les événements ne justifiaient pas de telles exhortations, et que la population ne risquait pas de se sentir concernée par de tels principes abstraits. Bombardés par une propagande inadaptée faite par des fonctionnaires incapables de tenir compte des principes élémentaires de la communication, les Britanniques ne risquaient pas d’être entraînés dans un quelconque élan patriotique. Lorsque Herbert Morrison, le Ministre de l’Intérieur, lança, lui, un message qui avait au moins l’avantage d’être simple et concis,“Go to it!”,le langage n’était plus pompeux, mais remplacé par une exhortation vide de sens ; le public ne fut guère plus impressionné17. Quoique n’approuvant pas la politique d’exhortation systématique malvenue du ministère de l’Information, la BBC se pliait à ses demandes et transmettait les mêmes messages, mais avait l’avantage, si l’on peut dire, de pouvoir claironner sur tous les tons, en les adaptant à différents types d’émissions18.

  • 19  Les critiques dirigées contre l’inertie gouvernementale et l’administration en général se multipli (...)

12Ainsi, lorsque John Reith prit ses fonctions de Ministre de l’Information, au mois de janvier 1940, il fit cette constatation sur l’état d’esprit de la population : si l’opinion publique dans son ensemble n’était pas vraiment contre la guerre, elle ne montrait pas non plus beaucoup d’enthousiasme dans la situation actuelle. Sans doute principalement pour deux raisons : il ne s’était rien passé de bien exaltant sur le front militaire, d’une part, et le gouvernement semblait, lui, inactif sur tous les fronts, et incapable de motiver ou d’entraîner la population19.

  • 20  D’après Mass Observation, le discours avait été particulièrement bien accueilli.
  • 21  Appel au peuple et à l’adhésion politique que ne rejetteraient pas les propagandistes d’aujourd’hu (...)

13Seul Winston Churchill, le Premier Lord de l’Amirauté, montrait quelque vigueur, et son esprit combatif contrastait avec le manque d’enthousiasme général du Gouvernement Chamberlain. Dans un discours à la Chambre sur le harcèlement des U-boats, au mois d’octobre 1939, il avait tenté de transmettre cet esprit combatif et de donner à la nation cette stimulation du moral dont les Britanniques avaient singulièrement besoin20. Le Ministre de l’Information s’empressa de reprendre le langage de ce discours, pour en faire un slogan propagandiste :“Let Us Go Forward Together21. Cependant, encore peu engagée militairement, la Grande-Bretagne n’avait guère de succès à son actif, et encore moins d’actes d’héroïsme que les gouvernants et les médias auraient pu exploiter pour tenter d’insuffler cet enthousiasme ou de motiver les esprits.

14Pourtant, les éléments de base étaient déjà présents dans les slogans de départ : tout d’abord, les qualités ― innées ―  des Britanniques : le « you » accusateur deviendra ainsi un « you » par définition patriote et l’élan patriotique sera présenté comme l’élan de tout un peuple ; ensuite, la confiance en la victoire finale : on mettra en avant les forces armées héroïques, et la force de frappe irrésistible de la Grande-Bretagne, et on construira l’image d’un ennemi qui, parce que détestable, ne peut qu’être vaincu ; et enfin le troisième élément, à savoir la défense des valeurs de liberté et de démocratie, sera également présenté comme étant typiquement britannique. La propagande deviendra plus organisée, plus systématique, et surtout plus discrète, et donc plus efficace, grâce au savoir-faire des professionnels de la BBC. Ces derniers ayant pris conscience de la nécessité d’être efficace, ils n’auront de cesse de tenter d’améliorer les piètres efforts des autorités chargées de la propagande.  

  • 22  “Draft scheme for Broadcasting; Home Morale Emergency Committee recommendations, 24th May 1940. ( (...)

15Grâce ou à cause de l’incompétence du ministère de l’Information, la propagande sur les ondes était certes plus ou moins visible, mais elle était partout. On trouve des campagnes destinées à redonner un coup de fouet au moral de la population, des campagnes plus ciblées, plus évidentes, et ce aux moments difficiles de la guerre ou encore lorsque les autorités avaient décelé des baisses de moral. Mais le soutien au moral était constant, et l’on peut dire que finalement tout était question de dosage. Comme le souligne le Home Morale Emergency Committee au mois de mai 1940, « cet aspect a déjà été souligné maintes fois, mais nous tenons à le redire, la répétition, quoique déplaisante, est l’essence de la propagande »22.

16Ainsi, sur fond de contrôle grandissant ― caché lui aussi ―  des autorités gouvernementales, dont les instructions et les lignes de propagande étaient régulièrement transmises à la BBC pour application, va se construire petit à petit et insidieusement une certaine image des Britanniques et de la Grande-Bretagne en guerre. Au nom du maintien du moral des troupes de l’intérieur, le discours de la propagande va progressivement transformer les Britanniques en héros, donnant à leur combat une dimension héroïque. Quelles formes prenaient cette héroïsation, quels thèmes recouvrait-elle, quelles techniques de propagande récurrentes peut-on déceler ?

La glorification des forces armées et le culte des héros

  • 23  “Such a commentary could have a real influence in shaping public opinion and morale”. A.P. Blair à (...)
  • 24  Gilliam à A.C(P), 22 mai 40, BBC Written Archives Centre. R34/702/1 Propaganda Programme Arrangeme (...)

17La mise en valeur des forces armées en période de conflit est une caractéristique immémoriale de la propagande, dont le discours a toujours vanté la haute combativité des troupes. Naturellement, les émissions qui mettaient l’accent sur l’héroïsme militaire des soldats, des marins, ou des aviateurs étaient multiples. Outre les émissions régulières, comme les bulletins d’information, ou le War Commentary23, toute bataille à venir ou passée était l’occasion de rendre hommage aux héros. En mai 1940, par exemple, on diffusa une émission rétrospective sur la R.A.F, ses batailles et son héroïsme, pour lui rendre hommage.24 Pendant le Blitz, la R.A.F était bien évidemment l’objet de louanges constantes, cristallisées par un des discours les plus mémorables de Winston Churchill :

  • 25  Discours de Winston Churchill à la Chambre des communes, 20 août 1940. Contrairement aux affirmati (...)

The gratitude of every home in our Island, in our Empire, and indeed throughout the world, except in the abodes of the guilty, goes out to the British airmen who, undaunted by odds, unwearied in their constant challenge and mortal danger, are turning the tide of the world war by their prowess and by their devotion. Never in the field of human conflict was so much owed by so many to so few25.

18Bien après ces moments de gloire, en 1941, et même en 1942, on continuait de vanter la suprématie aérienne de la Grande Bretagne et on multipliait les témoignages des héros sur les ondes.

  • 26  Winston Churchill qualifia ainsi la BBC : “An enemy within the gates, doing more harm than good.”A (...)

19On chantait les louanges de la British Navy de la même façon. Malgré ses réserves sur l’utilité de la BBC26, Winston Churchill, le Premier Lord de l’Amirauté, était le premier à le faire. Il n’était pas le seul, loin s’en faut. Au mois de février 1940, près de trois cents marins britanniques capturés par le navire allemand Graf Spee et prisonniers à bord de l’Altmark furent libérés par un contre-torpilleur dans un fjord de Norvège. L’histoire héroïque fut relatée sur les ondes, et le cri des libérateurs, “The Navy is here!” trouva un écho dans les foyers britanniques, réveillant la flamme du prestige historique de la British Navy.

  • 27  Le 9 avril, Hitler envahissait la Norvège et le Danemark.
  • 28  Au retour des soldats, la gestion propagandiste fut plus difficile. Ils revenaient pleins d’amertu (...)
  • 29  Note de C(P) sur la publicité navale, basée sur la réunion du 19 décembre dans le bureau du Direct (...)

20La campagne de Norvège27 donna la première occasion aux propagandistes de gérer une défaite et ce fut fait à la fois en minimisant la débâcle et faisant l’éloge des héros, un procédé qui reviendra comme on le sait à l’occasion du « Miracle de Dunkerque ». Les forces armées étant contraintes de battre en retraite, les quelques avions envoyés sur place étant abattus ou détruits au sol, on ne pouvait que rehausser le prestige de la Royal Navy, qui seule remportait quelques succès. Les Allemands avaient essuyé de lourdes pertes, surtout au large de Narvik, et le Commandant britannique reçut une décoration posthume, la Victoria Cross, après avoir lancé, disait-on aux auditeurs le message suivant de son contre-torpilleur sévèrement endommagé:“Continue to engage the enemy. Il venait conforter la légende de la bravoure et de l’élégance ― deux qualités typiquement britanniques ― de l’officier de la British Navy, héritier direct du grand Nelson28. Les instructions des autorités navales étaient claires : la « publicité » pour la marine devait inclure l’utilisation des actes héroïques, la glorification de la Navy, la projection de sa dimension mythique, un héritage culturel déjà profondément ancré dans l’esprit du public29.

  • 30  Du Political Warfare Executive.BBC Written Archives Centre. R 51 342.

21Il n’était pas question de mentir, mais les consignes30 étaient évidemment de faire l’impasse sur l’horreur des combats et de ne pas s’arrêter sur les pertes, encore moins de diffuser des histoires sordides. Le principe de minimisation de l’horreur de la guerre et des aspects négatifs en général prévalait ici comme ailleurs. On le voit tout particulièrement dans les bulletins d’information, où les destructions et les échecs sont systématiquement minimisées et compensés, et le moindre succès exagéré. En tant qu’ils contribuaient, par leur présentation délibérée de la réalité, au maintien du moral des troupes de l’intérieur, les bulletins d’information faisaient parti, eux aussi du plan de propagande d’ensemble, propagande d’encouragement, de soutien au moral visant à emporter l’adhésion inconditionnelle et tous azimuts de tous les Britanniques. Inutile de dire que le tableau final prenait nécessairement des dimensions mythiques.

La mise en avant de l’histoire glorieuse de la Grande-Bretagne

  • 31  “with the obvious moral that things were just as bad then and the tide turned.” Gilliam à A.C(P), (...)

22Le culte des héros et de l’histoire de la Grande-Bretagne s’accompagnait de commémorations systématiques des victoires passées et d’une exaltation nationale constante. Puisqu’il fallait en permanence donner ou redonner espoir, on orientait la pensée de l’auditeur en faisant des parallèles historiques : l’émission The Battle of the River Plate, par exemple, avait pour objectif de mettre en valeur, une nouvelle fois, l’héroïsme historique de la marine ; d’autre part, en rediffusant un documentaire sur la retraite à Mons, intitulé The Old Contemptible, on invitait les Britanniques à tirer leurs « propres » conclusions sur l’avenir du conflit, à savoir que la roue allait tourner31.

23Pour toucher les émotions, pour donner confiance et convaincre, encore et toujours, de la victoire finale, on ne manquait jamais les occasions de célébrer les victoires éclatantes du passé, comme Trafalgar, et l’on fêtait les grands héros de l’histoire, Nelson figurant parmi les favoris. On ne manquait jamais non plus d’insister sur l’héroïsme historique de la marine. Comme toujours, le ministère donnait des instructions précises à la BBC en la matière : il fallait se servir de l’histoire ― un atout puissant ― de la « tradition de victoire » anglo-saxonne ; montrer que cette tradition n’était pas due au hasard ou à la seule puissance militaire, mais à des qualités inhérentes aux anglo-saxons, qui résultaient de leur mode de vie. La mise en valeur de tous les combattants visant à donner confiance en la victoire se retrouvait partout, on l’infiltrait dans toutes sortes d’émissions.

24Évidemment, nombre d’entre elles servaient de synthèse entre différents thèmes, tous en accord avec la propagande du moment. Les meilleures étaient rediffusées si besoin. On peut citer, par exemple, English Pageant, décrite ainsi par un officiel du ministère de l’Information :

  • 32 Idem.

It caught the mood at the beginning of the war and would be effective now. It has a strong patriotic content, with the emphasis on English heroism, love of countryside and ideal of liberty32.

Le dénigrement de l’ennemi et le culte des héros du Front Intérieur

25Le pendant de l’héroïsation nationale et de la confiance en la victoire était, bien sûr, le dénigrement de l’ennemi, une pratique immémoriale en période de conflit. La Seconde Guerre mondiale n’échappait pas à cette règle qui veut que chaque camp se glorifie, promulgue la justesse et la grandeur de sa cause.

  • 33  Par exemple avec une émission sur la défaite allemande du 8 août 1918, intitulée The Black Day of (...)

26En premier lieu, il fallait « montrer » que l’Allemagne ne pouvait que perdre. On suggérait donc que l’histoire allait se répéter33, la vulnérabilité de l’Allemagne était ainsi rappelée, et la certitude que la victoire finale appartiendrait à la Grande-Bretagne implicitement suggérée.

  • 34  “Explain the exact nature of the beast we are fighting, by giving the public this clear objective (...)
  • 35  Voir plus loin.

27Une autre technique consistait à recentrer les émotions des auditeurs sur l’ennemi, le but était d’insister sur la nature bestiale de l’ennemi, et de donner au public une cible sur laquelle leurs sentiments et leurs émotions pourraient se concentrer.34 Winston Churchill et J.B. Priestley, que l’on peut considérer comme les deux maîtres de l’allocution radiophonique de l’époque, étaient sans aucun doute les plus efficaces et les plus virulents en la matière.35

  • 36  “Draft scheme for Broadcasting; Home Morale Emergency Committee recommendations”, 24th May 1940.

28Tout en peignant la laideur, la bestialité, le caractère satanique de l’ennemi, on encourageait le culte des héros de la nation, les héros du Front Intérieur. Ainsi, on rehaussait l’image de marque de la D.C.A, des  Home Guards, des pompiers, des facteurs, et même des journalistes dans l’esprit de la population. On encourageait aussi l’idée de communauté d’un village ou d’une rue, l’esprit d’entraide, le stoïcisme et l’unité dans le combat.36Des personnages emblématiques et témoins à la fois de l’héroïsme général au quotidien, étaient inventés de toutes pièces :

  • 37  The World Goes By, diffusée dans le Home Service le 18 septembre 1940. Comme souvent, la fabricati (...)

If I should live to be as old as Methuselah, I shall never forget the calm, rich humour, the quiet resolution, the many little kindnesses and the friendliness of the ordinary folk I’ve met this week. […] I’m remembering a woman I met on Sunday in the East End. She hadn’t even a needle and cotton left from the shambles that was her home. She just said: “We’ll sing that fellow Hitler to his grave yet”37.

29L’héroïsation passait par l’embellissement, l’exagération, le grossissement. Le citoyen (et, surtout, la citoyenne) moyen étaient élevé au rang de héros. On diffusait des témoignages de femmes que l’on présentait comme des incarnations de ce qu’il fallait faire, penser, ou ressentir. Leur style de vie, leurs valeurs, leurs attitudes, leurs conduites étaient exemplaires, et l’on présentait comme légitime et désirable le fait de les proposer à l’admiration de tous. Les bonnes conduites, les bonnes attitudes incarnées dans des personnages, en général, fictifs, ou encore dont on avait guidé le discours, étaient mises en avant de manière systématique pour engendrer un processus d’identification.

30A vouloir mettre en avant l’idéal en permanence, on gomme ce qui est loin de l’être, on embellit, on exagère, on grossit les qualités, on les généralise, on donne l’impression qu’ils sont la norme. Citons encore ici, à titre d’exemple, l’émission The World Goes By, datée du 26 mars 41, qui souligne le courage, la détermination, l’ardeur au travail, l’héroïsme des femmes qui travaillent dans l’industrie d’armement :

  • 38  Lorsque la BBC faisait la publicité des films de propagande officiels ou des  propaganda leaflets (...)

And there seem to be mile after mile of these benches with the girls sitting there, all in line. Some of the girls have lacquered mails and it does really show their hands to advantage working so delicately like that […] On the walls you see […] letters from a minister thanking them for their work […] congratulating them on their work on the torpedoes which were so successfully used. And I noticed that when one of the women was telling me how they had to get to work as best they could in the darkness, treading in puddles, she said: “Well I said to myself, it all depends on me if I’m to get there.” This simple motto can become more than a democratic rallying call for victory, it can become a philosophy of life38.

  • 39  On peut citer les émissions sur le black-out, l’évacuation, les économies, le colportage des rumeu (...)

31La Grande-Bretagne devient donc le Front de l’Intérieur où les ouvrières transformées en soldats se battent contre l’ennemi, défendent les valeurs de la démocratie avec courage et détermination. Quel que soit le sujet, les témoignages « négatifs » étaient soit passés sous silence, soit donnés au compte goutte en insistant sur leur caractère exceptionnel à des fins de crédibilité de l’image d’ensemble.39 On prenait soin de rappeler à l’auditeur que les conduites condamnables étaientle fait d’une toute petite minorité.La technique consistait à projeter systématiquement des conduites exemplaires en minimisant tout aussi systématiquement les “mauvais » comportements. On cherchait la perfection, mais en présentant des conduites exemplaires et en disant aux auditeurs que certainement, ils faisaient déjà tout ce qu’il fallait. On leur présentait des incarnations de l’idéal patriotique. Si besoin, on faisait appel aux consciences, on condamnait, ou on en appelait au patriotisme. On lançait des appels à l’abnégation, au sacrifice, au dévouement, mais, la technique la plus efficace consistait à présenter une image parfaite. Les Britanniques étaient transformés, par le langage de la propagande, en héros civils au quotidien.

32Pour entraîner toute la nation dans un même élan patriotique, on faisait le lien entre les héros du Front militaire et ceux de l’intérieur. On faisait dire, par exemple, aux utilisateurs de chars combien ils étaient efficaces, et la valorisation du travail de tous (ou de toutes dans les usines d’armement) accompagnait l’héroïsation des ouvrières. Les émissions étaient préparées avec des instructions bien précises et le ministère de l’Information contrôlait le choix des intervenants. Témoin, cette « demande » de juin 1941 :

  • 40  Contrôleur de la Coordination de l’Information (C.(N.C), Ryan) au Contrôleur de la Radio Nationale (...)

La BBC serait-elle prête à consacrer un post-scriptum du dimanche à l’intention des femmes de ce pays, auquel participeraient trois intervenants : deux femmes et un homme. L’une des femmes représenterait le service rendu et la réussite, l’autre la jeunesse qui tient la barre; l’homme exprimerait le point de vue des parents, des employeurs, etc.40.

  • 41  Ces deux émissions de propagande, à contenu variable, étaient diffusées respectivement le mardi et (...)
  • 42  Contrôleur de la Coordination de l’Information (C.(N.C), Ryan) au Contrôleur de la Radio Nationale (...)

33Le Ministre de l’Information se déclarait évidemment prêt à aider la BBC, si elle se trouvait à court d’idées pour mettre en valeur la production et les producteurs. Works Wonders et Workers’ Playtime41 furent utilisées à ces fins42.

34En donnant ce que l’on appelait des « explications », on mettait en valeur le combat patriotique, et les instructions ministérielles en la matière étaient précises :

  • 43  Directeur de la Division de la Radio au ministère de l’Information (Wellington) au Contrôleur de l (...)

It seems to us that the problems of supply, prices and taxes are not well understood by the public, and we would like you to make sure that, in the appropriate context and as often as possible speakers may be brought to mention the following points:
- sacrifices are for the expansion of the war production.
- describe the increase in war production and comment on military successes (news); introduce a reminder that this was only possible because of sacrifice.
- avoid phrases reminiscent of Goering’s ‘guns instead of butter’
43.

35Les deux premières instructions en matière de politique de propagande n’étaient pas nouvelles : l’insistance sur la nécessité de l’esprit de sacrifice, au nom de l’effort de guerre et de l’intérêt national était permanente ; la mise en valeur des résultats, le lien direct entre le front intérieur et les victoires militaires étaient une constante des instructions du ministère.

  • 44  Directeur de la Programmation (D.P.P. (G.D. Adams) au Directeur Adjoint de la Section des Variétés (...)
  • 45  Idem.

36Bien que moins courante, la moralisation, utilisée, par exemple, dans l’émission Crime doesn’t pay,(dont l’intervenant était un Archevêque) était une autre façon de modeler les conduites. De manière générale, comme le souligne le Directeur de la Programmation, en juillet 1942, il était « bien préférable d’essayer de résoudre le problème en faisant appel à la conscience du public, sur le plan moral ou patriotique44». C’était le cas dans la série d’émissions, intitulée Mr Cropper’s Conscience, dont le Directeur de la Programmation écrit: “It was a much better idea from a purely broadcasting point of view as well as a propaganda point of view45”.

37Émissions morales, mais dont le ton évitait d’être moralisateur, elles étaient basées sur le principe de l’exemple à suivre ou à ne pas suivre et visaient, bien entendu, à modifier les comportements et les attitudes. L’auditeur devait s’identifier à ce monsieur tout le monde qui, peut-être, dans certains cas, se conduisait de la même manière que lui. Ce genre d’appel aux consciences patriotiques pouvait s’appliquer à n’importe quelle campagne. On entendait redonner aux choses leur « juste » valeur, en faisant appel aux consciences, comme dans ce flash de propagande :

  • 46  BBC Written Archives Centre.  R34/671 Propaganda Flashes, 39-44.

The fishermen are saving lives
By sweeping seas for mines,
So you’ll not grumble, ‘What no fish?’
When you have heard these lines
46.

  • 47  Elle faisait écho aux autres magazines féminins, notamment Good Housekeeping. Se reporter à The Ho (...)

38On multipliait les injonctions en rappelant aux soldats du Front Intérieur qu’ils menaient un combat patriotique : “Food is a munition of war. Don’t waste it”, leur disait-on. Ce slogan central mettait le combat contre le gâchis sur le même plan que le combat militaire, à proprement parler. Les armes de la ménagère, les aliments, prenaient, à travers le langage de la propagande, la même importance que les munitions. Ainsi, nul n’était écarté du combat, l’unité était faite ici aussi entre les deux fronts et de ce fait, la moindre activité quotidienne prenait une valeur non seulement patriotique, mais véritablement militaire. Ainsi, par exemple, l’inventivité de la ménagère comme son zèle en matière d’économies de nourriture, étaient présentés sur les ondes47, comme un signe évident de lutte patriotique.

  • 48  Thème de Propagande du ministère de l’Information ; juin 41, BBC Written Archives Centre. R34/702/ (...)

39La propagande servait également d’antidote au relâchement, en quelque sorte. Elle devait s’accompagner de louanges de catégories de la population mécontentes ou lasses, dont il fallait reconnaître les efforts pour les stimuler. En effet, les hommes et les femmes devaient être convaincus qu’ils étaient en croisade et que l’enjeu était si crucial et noble que les difficultés et les souffrances causées par la guerre, les risques d’être blessé et de mourir n’étaient rien en comparaison48. L’éloge de l’héroïsme et de l’esprit de sacrifice devait donc s’accompagner de la reconnaissance des efforts de chacun.

Confiance en la victoire : des implications propagandistes multiples

40On le voit aisément, l’objectif sous-jacent de la propagande était de donner confiance en la victoire. Or, il n’y avait aucune démonstration véritable, aucune comparaison de chiffres n’était prévue ; la propagande était basée uniquement sur la répétition d’affirmations, sur des mises en valeur multiples, sans certitudes fondées du résultat, sans argumentation rationnelle. Loin de démontrer, on affirmait la supériorité britannique ; loin d’exposer des « faits », ou de donner des preuves, il s’agissait d’affirmer et de réaffirmer la puissance de la Grande-Bretagne et donc la victoire certaine.

  • 49  Et le ministère de conclure : « Notre propagande atteindra ses objectifs si elle est basée sur la (...)

41Aux moments critiques, on montrait que les bombardements allemands, même s’ils continuaient sur une grande échelle, ne pouvaient pas, étant donné les capacités de défense actuelles de la Grande-Bretagne être décisifs. On répétait que le système de défense du pays, sur terre comme dans les airs, et sa puissance navale étaient maintenant tels, que l’invasion et la défaite étaient impossibles. Ce qui était décisif dans une guerre moderne, c’était la puissance de l’armement : or, la puissance industrielle de la Grande-Bretagne et de l’Empire était tellement supérieure à n’importe quelle autre que la machine de guerre de la Grande-Bretagne pouvait être supérieure à celle des Allemands avant la fin de l’année 1942. La force de frappe navale de la Grande-Bretagne, ainsi soutenue et fortifiée, écraserait les Allemands. Enfin, on montrait combien chaque homme et chaque femme du pays étaient participants, partie intégrante et active de cette guerre ; que la victoire reposait sur les efforts de tous, que tous travaillaient au sein d’une équipe49.

42Même si l’on ne faisait pas appel au mensonge, la présentation du front militaire comme celle du front intérieur relevait indiscutablement de la propagande, puisqu’elle visait à donner confiance en utilisant une double technique : la minimisation systématique de l’ennemi, des défaites et des difficultés et le grossissement tout aussi systématique de la puissance de la Grande-Bretagne et des qualités des Britanniques.

43Cependant, la propagande du gouvernement sur les ondes nationales à l’intention du public britannique ne se contentait pas de motiver les citoyens par tous les moyens que nous avons cités, et qui reposaient, essentiellement, sur une « héroïsation » générale. Les propagandistes mettaient en avant les valeurs émotionnelles et spirituelles dont ils faisaient la base de la lutte de la nation : la défense de la démocratie, de toutes les valeurs chrétiennes, de l’histoire exceptionnelle de la Grande-Bretagne ; cette mise en avant passait par une héroïsation constante, par la construction de l’image d’une société idyllique, d’une nation qui incarnait toutes ces valeurs. Pourquoi cette image mythique ? Pour justifier le combat, pour démontrer la justesse de la cause, pour motiver les combattants du front intérieur. Ainsi, le résultat final de la propagande de soutien au moral est une image idéalisée de leur combat, de leur nation, et d’eux-mêmes.

Les Sunday Postscripts de J.B. Priestley : l’apogée de la propagande d’héroïsation

  • 50  Les post-scriptum du dimanche de J.B. Priestley furent diffusés entre le 5 juin et le 20 octobre 1 (...)
  • 51  C(P) à D.F.D. 24 Mars 1942, BBC Written Archives Centre. R51/422/2 News Talks.
  • 52  “hidden propaganda”. Idem. Bien sûr, l’intervenant, tout en écrivant sur le mode personnel, était (...)
  • 53  D.T. à A.D.T. 22 mars 1943, BBC Written Archives Centre. R51/423/4. Postscripts (Sunday).
  • 54  Rapport de C(H) au D.G. 6 octobre 1942, BBC Written Archives Centre. R34/702/6 Propaganda Programm (...)

44C’est, sans aucun doute, dans le cadre des allocutions du dimanche soir, les Sunday Postscripts de J.B. Priestley50, émission de propagande par excellence, puisqu’elle visait à « stimuler et à maintenir le moral»51, que l’on peut le mieux voir à l’œuvre « la propagande cachée »52, c’est-à-dire la plus subtile et sans doute la plus efficace. Jusqu’en 1943, le post-scriptum du dimanche reste d’ailleurs « l’allocution propagandiste la plus importante de la semaine »53. Il pouvait prendre de nombreuses formes, comme celle d’une allocution sur un exploit héroïque, ou bien sur un exemple de tâches humbles, fidèlement accomplies, sur l’image de l’effort commun, ou encore la réaffirmation des enjeux de la guerre et des causes pour lesquelles la Grande-Bretagne se bat54.

  • 55  Nicholas Siân, The Echo of War, Manchester : Manchester University Press, 59. “What began as a mis (...)

45Les élans d’enthousiasme de l’orateur exceptionnel qu’était J.B. Priestley, enthousiasme qu’il entendait, bien sûr, faire partager aux auditeurs, étaient au service de la propagande, une propagande de glorification, d’héroïsation de tout un peuple. Son premier post-scriptum, diffusé le mercredi 5 juin 1940, juste après l’évacuation de Dunkerque, est sans doute le plus connu. Il y exalte la galanterie et le courage de la Force Expéditionnaire Britannique, institue le mythe des petits navires héroïques et exécute ce que Nicholas Siân qualifie de “masterpiece of downplayed propaganda55. Par le truchement de la propagande, Priestley transforme une débâcle, une catastrophe militaire en victoire héroïque et donne le ton. Le schéma manichéen des héros (avec tout leur cortège de qualités) et des vilains (toujours associés à une kyrielle de traits monstrueux) va se répéter ad nauseam  dans les allocutions qui vont suivre.

46Citons, par exemple, le post-scriptum du 30 juin 1940 :

It isn’t woolly, pussy footed officialdom that will win this war, but the courage, endurance, rising spirits of the British people. And we’re still, as we always have been, at heart, an imaginative and romantic people. And now that is the touch we need. 

47Une fois le peuple combattant glorifié, à travers le personnage emblématique de “Two Ton Annie”,

[…] although Britannia can put up a good fight, Two-Ton Annie and all her kind can put up a better one.

48L’opposition manichéenne revient inexorablement :

I said that, if it comes to a struggle between them and worried, semi-neurotic, police-ridden populations for ever raising their hands in solemnly idiotic salutes, standing to attention while the radio screams blasphemous nonsense at them, these people will emerge victorious because their sort of life brings kindness, humour and courage, and the other sort of life doesn’t. Kindness, humour and courage are mightily sustaining qualities. They prevent that breakdown inside upon which our enemies with their screaming bogy-machines always depend.

49Pour finir le tableau idyllique :

Through the fading mists there emerge the simple, kindly, humorous, brave faces of the ordinary British folk1a good people, deeply religious at heart, not only when they’re kneeling in our little grey country churches, but also when they’re toiling at their machines or sweating under loads in the threatened dockyards.
Yes, a good people who, deep in their heart, only wish to do what they feel is God’s will. On them, on us, on all of you listening to me now, there rests the responsibility of manning this last great defence of our liberal civilisation.
Already the future historians are fastening their gaze upon us, seeing us all in that clear and searching light of the great moments of history. That light may discover innumerable past follies and weaknesses of policy and national endeavour, but here and now, as the spirit of the people rises to meet the challenge, I believe that it will find no flaw in the senses, courage and endurance of those people.

50Citons encore l’allocution du 7 juillet 1940 (un éloge de Churchill et de son intervention à la Chambre des communes, juste après la destruction de la flotte française) :

And I said to myself that this is the kind of man that the English, and the Scots, and the Welsh, and for that matter the Irish, want at this challenging hour. […] These are the men for us, but let them make haste, raise their voices and command the expectant people, who can out of their kindness, humour and courage yet defeat these cunning, ruthless but cracked-brained and small-hearted Nazis.

51Ou encore, la dernière phrase de l’allocution du 21 juillet 40 :

We’re even now the hope of free men everywhere but soon we could be the hope and lovely dawn of the whole wide world.

  • 56  Il faudra plusieurs années au ministère (et à la BBC, elle aussi critiquée au départ) pour passer (...)

52Avant d’en arriver à la réussite56 du discours mobilisateur des post-scriptum, qui cristallisent admirablement la propagande d’héroïsation tous azimuts déjà présente au début de la guerre, la BBC aura eu bien du mal à faire accepter au ministère de l’Information la nécessité d’une propagande subtile, donc cachée. Les professionnels de la radio auront également dû se battre pour faire prévaloir l’impératif de la qualité des émissions, quelles que soient les directives gouvernementales.

53Il n’en reste pas moins que cette héroïsation nationale, plus ou moins subtile, nous semble-t-il, est le résultat d’une accumulation de techniques de propagande appliquées de façon répétitive : culte des héros passés et présents et mise en avant de l’histoire glorieuse de la Grande-Bretagne et de ses forces armées, dénigrement de l’ennemi reposant sur un manichéisme simpliste, et enfin héroïsation inlassablement répétée sur le Front Intérieur. On ne s’étonnerait pas, après les doses massives de flatterie administrées aux Britanniques, par l’intermédiaire de la BBC, qu’ils finissent par croire à leur propre supériorité. L’intention était bel et bien de projeter une certaine image. A mesure que les mois, les années de guerre passent, les rappels, les généralisations, l’interprétation des événements présents à la lumière du passé, les chiffres, et surtout l’image du « nous » renvoyés au public britannique finissent par construire une image idéalisée, dont chaque trait était conforme à la politique de propagande des autorités gouvernementales.

  • 57  Il semble, en effet, que ce « mythe du Blitz » ait perduré, tant les Britanniques sont attachés à (...)
  • 58  Il n’apparaît évidemment pas satisfaisant de s’arrêter aux instructions de politiques de propagand (...)
  • 59  George Orwell, Collected Essays, Journalism and Letters, vol. III, S. Orwell and I. Angus, Londres (...)

54La rhétorique churchillienne, elle aussi largement diffusée sur les ondes, ancrée dans les esprits alors et indélébile encore aujourd’hui, est l’arbre qui cache la forêt. D’autres noms, d’autres discours ont marqué les esprits et contribué au mythe. L’impact du grand homme sur les esprits et les cœurs de ses concitoyens fut le ciment ou le catalyseur d’une propagande d’héroïsation systématique et le mythe57 est encore bien vivant58. Peut-on dire, comme George Orwell, “Myths which are believed in tend to become true, because they set up a type of persona which the average person will do his best to resemble59. La propagande aurait-elle donc été si efficace ? Il semble, au contraire, que le travail sur la mémoire collective et la mémoire nationale soit loin d’être terminé.

Haut de page

Notes

1  Les travaux d’Angus Calder, en particulier The Myth of the Blitz, Londres : Jonathan Cape, 1991, sont d’ailleurs encore contestés.

2  William Croft, Coersion or Persuasion? Propaganda in Britain after 1945, Londres : Routledge, 1989, 12.

3  On se basera sur les nombreuses références à la propagande, aux thèmes qu’elle recouvrait et aux modes de traitement auxquels il est fait allusion à de multiples reprises dans les Archives de la BBC.

4  “The maintenance of public morale should be the principal aim of war time programmes”. “Report on the Nature of War Time Programmes”, 31 janvier 1939, para.3, BBC Written Archives Centre. R34/266. Policy. Broadcasting in War Time.

5  “You will notice that ‘propaganda’ is used in the title in the very broad sense covering any programmes which are not just entertainment but are intending to contribute in one form or another to the war effort and to the maintenance of morale on the Home Front.Propaganda broadcasts for March 1942, Contrôleur des Émissions Nationales (C.(H)., Maconachie) à Morton (du ministère de l’Information), BBC Written Archives Centre. R34/702/6 Propaganda Programme Arrangements.

6  “Propaganda appeals mainly to the emotional reactions, which are conditioned by the subconscious state of mind and not education or rational processes. […] As successful propaganda is nothing but a way of influencing people to act or react in desired ways, it is essential to know this subconscious state of mind, as propaganda influence can never be anything but the canalising of urges in certain directions. The propagandist cannot create entirely new trends, he can however use the existing subconscious trends as a motor for his own purposes.” Mémo sur la propagande par Mr Wright, publiciste, travaillant pour le ministère de l’Information, 11 juin 1941, BBC Written Archives Centre. R34 702/4Propaganda Programme Arrangements.

7  “So […] we are obliged to broadcast material of a kind that is naturally disliked by the listener.Propaganda in Broadcast Programmes. Bilan du Directeur de la Section des Émissions Parlées (D.T., Maconachie) sur la propagande dans les émissions, 5 février 1940, BBC Written Archives Centre. R34/702/1 Propaganda Programme Arrangements.

8  Le Contrôleur de la Programmation, lui, fait une distinction entre deux formes de propagande: “To start with, I think there should be a distinction between propaganda in the common sense of the term (i.e. to put it shortly, perversion of public opinion), and executive information (e.g. telling people how to evacuate their children). As far as I can see, the evidence is that both these divisions of propaganda are extremely popular. Propaganda may be suspect, but there is no reason to suppose that it is disliked, except possibly by people who hold counter-views.Idem.

9  Idem.

10  Propaganda broadcasts for March 1942, Contrôleur des Émissions Nationales (C.(H)., Maconachie) à Morton (du ministère de l’Information), BBC Written Archives Centre. R34/702/6 Propaganda Programme Arrangements.

11  Directeur Adjoint de la Section des Émissions Parlées à Sir Adrian Boult, 3 juin 1940 : BBC Written Archives Centre.  R51/397/4 Talks Policy.

12  Note du 16 mai 1941 : BBC Written Archives Centre. R34/702/3 Propaganda Programme Arrangements. Grâce ou à cause de l’incompétence du ministère de l’Information, la propagande sur les ondes était certes plus ou moins visible, mais elle était partout. Comme le souligne le Home Morale Emergency Committee au mois de mai 1940 : « Cet aspect a déjà été souligné maintes fois, mais nous tenons à le redire, la répétition, quoique déplaisante, est l’essence de la propagande ».

13  Propaganda in Broadcast Programmes. Bilan du Directeur de la Section des Emissions Parlées (D.T., Maconachie) sur la propagande dans les émissions, 5 février 1940, BBC Written Archives Centre. R34/702/1 Propaganda Programme Arrangements.

14  Quel était le volume de la production radiophonique consacré à cette activité ? Les réponses nous sont données par bribes ou par allusions. Une fois seulement, un bilan global fut tenté : son auteur avoua elle-même que la tâche était extrêmement difficile, voire impossible. Étant donné l’éparpillement de la propagande dans toutes sortes d’émissions, toute tentative de classification devenait un véritable casse-tête chinois ; qualifiée d’échec, l’expérience fut abandonnée. Nous en retiendrons une chose : la propagande s’immisce partout. Les listes d’émissions ouvertement qualifiées comme étant « de propagande » ne nous donnent qu’une vision incomplète de l’ensemble du volume de la propagande radiophonique diffusée sur les ondes pendant la Seconde Guerre mondiale. En outre, lorsque, au mois de novembre 1939, le Directeur de la Section des Émissions Parlées demande aux Directeurs de Sections—pour l’information du Ministère—une liste des émissions déjà diffusées « qui mériteraient d’être citées comme étant de la propagande directe ou indirecte », (which could be quoted as direct or indirect propaganda) le Directeur Adjoint de la Section des Émissions Parlées répond que non seulement de multiples émissions de propagande à l’intention du public britannique avaient été diffusées depuis le commencement des hostilités, mais que, de plus, différentes formes de propagande radiophonique existaient déjà. Sujets politiques, diplomatiques, et commentaires sur la situation militaire peuvent donc constituer de la propagande. Mémo du Directeur de la Section des Émissions Parlées (D.T., Maconachie), 14 novembre 1939, BBC Written Archives Centre. R34/702/1 Propaganda Programme Arrangements. Directeur Adjoint de la Section des Émissions Parlées (A.D.T., Salmon) au Directeur de la Section. (D.T., Machonachie), 13 décembre 39, en réponse à la demande du 14 novembre, BBC Written Archives Centre. R34/702/1 Propaganda Programme Arrangements.  

15 Michael Balfour, Propaganda in War, Londres : Routledge & Kegan Paul, 1979.

16  Par « moral », on entendait l’aptitude de la population à résister aux difficultés quotidiennes, mais aussi son enthousiasme vis-à-vis de la politique gouvernementale en matière d’effort de guerre.

17  Le patriotisme était mieux stimulé par des chansons comme « They’ll Always Be an England », qui devint presque un deuxième hymne national.

18  Ce qui fut fait également avec « It All Depends on Me », slogan illustré dans l’émission The World Goes Bydu 26 mars 1941 citée p. 11.

19  Les critiques dirigées contre l’inertie gouvernementale et l’administration en général se multipliaient, notamment dans le Daily Mirror. James Curran & Jean Seaton, Power without responsibility: the press and broadcasting in Britain, Londres : Routledge, 67-74.

20  D’après Mass Observation, le discours avait été particulièrement bien accueilli.

21  Appel au peuple et à l’adhésion politique que ne rejetteraient pas les propagandistes d’aujourd’hui. Cependant, pour « avancer ensemble », encore faut-il donner à son public une certaine direction. Porte-parole du Gouvernement, le ministère de l’Information ne pouvait guère faire plus que de lancer ces appels, qui, sans action, restaient nécessairement creux.

22  “Draft scheme for Broadcasting; Home Morale Emergency Committee recommendations, 24th May 1940. (Projet de radiodiffusion : recommandations du Comité d’Urgence chargé du moral de la nation).

23  “Such a commentary could have a real influence in shaping public opinion and morale”. A.P. Blair à D.T., 1er janvier 40, BBC Written Archives Centre. R51/624/1 War Commentary.

24  Gilliam à A.C(P), 22 mai 40, BBC Written Archives Centre. R34/702/1 Propaganda Programme Arrangements.

25  Discours de Winston Churchill à la Chambre des communes, 20 août 1940. Contrairement aux affirmations de multiples témoins de l’époque, ce discours ne fut pas diffusé à la BBC. De larges extraits furent bien sûr cités dans les bulletins d’information.

26  Winston Churchill qualifia ainsi la BBC : “An enemy within the gates, doing more harm than good.”Asa Briggs, War of Words, Londres : Oxford University Press, 1970, 438.

27  Le 9 avril, Hitler envahissait la Norvège et le Danemark.

28  Au retour des soldats, la gestion propagandiste fut plus difficile. Ils revenaient pleins d’amertume et accusateurs : confusion ou pagaille semblait avoir caractérisé la campagne, et l’équipement des troupes était jugé particulièrement inadéquat.

29  Note de C(P) sur la publicité navale, basée sur la réunion du 19 décembre dans le bureau du Director of Naval Intelligence.

30  Du Political Warfare Executive.BBC Written Archives Centre. R 51 342.

31  “with the obvious moral that things were just as bad then and the tide turned.” Gilliam à A.C(P), 22 mai 40, BBC Written Archives Centre. R34/702/1 Propaganda Programme Arrangements.

32 Idem.

33  Par exemple avec une émission sur la défaite allemande du 8 août 1918, intitulée The Black Day of the German Army.

34  “Explain the exact nature of the beast we are fighting, by giving the public this clear objective for their feelings and emotions”. Ministère de l’Information (Division de la Radio) aux Contrôleurs des Programmes et de la Radio Nationale, 5 janvier 1941, BBC Written Archives Centre.  R34/702/4 Propaganda Programme Arrangements.

35  Voir plus loin.

36  “Draft scheme for Broadcasting; Home Morale Emergency Committee recommendations”, 24th May 1940.

37  The World Goes By, diffusée dans le Home Service le 18 septembre 1940. Comme souvent, la fabrication apparaît clairement dans le script de l’émission, avec le « said » biffé et remplacé par « sing ». Cette émission hebdomadaire à sujets multiples faisait partie de celles que l’on adaptait aux thèmes de propagande du moment.

38  Lorsque la BBC faisait la publicité des films de propagande officiels ou des  propaganda leaflets  (dont elle reprenait le contenu sur les ondes) ou se faisait l’écho des slogans lancés par le ministère de l’Information, professionnalisme et efficacité obligent, il ne s’agissait pas purement et simplement d’exhorter la population, mais d’intégrer ces slogans patriotiques mobilisateurs dans des émissions « illustratives », c’est-à-dire qui « montraient » à l’œuvre des patriotes qui avaient déjà adopté le slogan et l’avaient mis en pratique. L’objectif était, bien sûr, de provoquer l’émulation, mais on ne se contentait pas de présenter quelques patriotes exemplaires, on insistait également sur la multiplicité de tels exemples. Tout était fait pour « prouver » aux auditeurs que finalement, on n’attendait plus qu’eux.

39  On peut citer les émissions sur le black-out, l’évacuation, les économies, le colportage des rumeurs, ou encore sur la productivité.

40  Contrôleur de la Coordination de l’Information (C.(N.C), Ryan) au Contrôleur de la Radio Nationale (C.(H), Maconachie), 23 juillet 1941, BBC Written Archives Centre. R34/702/4 Propaganda Programmes Arrangements.

41  Ces deux émissions de propagande, à contenu variable, étaient diffusées respectivement le mardi et le samedi.

42  Contrôleur de la Coordination de l’Information (C.(N.C), Ryan) au Contrôleur de la Radio Nationale (C.(H), Maconachie), 23 juillet 1941, BBC Written Archives Centre. R34/702/4 Propaganda Programmes Arrangements. Réponse de Maconachie à Ryan, 23 juillet, sur le même document.

43  Directeur de la Division de la Radio au ministère de l’Information (Wellington) au Contrôleur de la Radio Nationale (C.(H), Maconachie), 4 mars 1941, BBC Written Archives Centre. R34/702/4 Propaganda Programmes Arrangements.

44  Directeur de la Programmation (D.P.P. (G.D. Adams) au Directeur Adjoint de la Section des Variétés, 2 juillet 1942. BBC Written Archives Centre. R34/702/6 Propaganda Programmes Arrangements.

45  Idem.

46  BBC Written Archives Centre.  R34/671 Propaganda Flashes, 39-44.

47  Elle faisait écho aux autres magazines féminins, notamment Good Housekeeping. Se reporter à The Home Front, The best of Good Housekeeping, 1939-1945, Londres : Ebury Press, 1988.

48  Thème de Propagande du ministère de l’Information ; juin 41, BBC Written Archives Centre. R34/702/4 Propaganda Programmes Arrangements.

49  Et le ministère de conclure : « Notre propagande atteindra ses objectifs si elle est basée sur la raison ». Thème de Propagande du ministère de l’Information ; juin 41, BBC Written Archives Centre. R34/702/4 Propaganda Programmes Arrangements.

50  Les post-scriptum du dimanche de J.B. Priestley furent diffusés entre le 5 juin et le 20 octobre 1940 après les informations de 21 heures, heure de grande écoute par excellence ; en tout, 19 allocutions, avec 29% d’audience en moyenne. Priestley avait déjà écrit une série d’articles pour le ministère de l’Information (publiés dans les News Chronicle). Puis, peu de temps après le début de la guerre, il contacte la BBC pour proposer ses services. Il renouvelle sa proposition juste après Dunkerque. Le 26 janvier 41, il reviendra à l’antenne pour une autre série d’allocutions, mais les attaques contre ses idées « gauchisantes » se multiplient dans le Mail, le London Evening Standard, le Weekly Review « orchestrées » par le Ministre ― Conservateur ― de l’Information de l’époque  Brendan Bracken. Le Directeur des Emissions Parlées, Machonachie, tout en reconnaissant ses talents exceptionnels au micro, était aussi contre lui, et ce dès 1940.

51  C(P) à D.F.D. 24 Mars 1942, BBC Written Archives Centre. R51/422/2 News Talks.

52  “hidden propaganda”. Idem. Bien sûr, l’intervenant, tout en écrivant sur le mode personnel, était choisi par le Ministère, en accord avec la BBC dans la mesure du possible, pour ses capacités à traiter le sujet donné. De plus, dans les grandes lignes de l’élaboration et jusqu’au stade du script, il était guidé par les experts. Par conséquent, les responsables de la production estimaient être« les meilleurs juges de la qualité », ce qui signifiait la forme idéale et la plus efficace possible à donner à telle ou telle facette de la propagande. “We are the best judges of quality, i.e. the fitness of the theme and its presentation to sustain a peak period “.

53  D.T. à A.D.T. 22 mars 1943, BBC Written Archives Centre. R51/423/4. Postscripts (Sunday).

54  Rapport de C(H) au D.G. 6 octobre 1942, BBC Written Archives Centre. R34/702/6 Propaganda Programmes Arrangements.

55  Nicholas Siân, The Echo of War, Manchester : Manchester University Press, 59. “What began as a miserable blunder, a catalogue of misfortunes and miscalculations, ended as an epic of gallantry.

56  Il faudra plusieurs années au ministère (et à la BBC, elle aussi critiquée au départ) pour passer de l’exhortation vide et démobilisatrice, de la propagande ouverte, à un discours mobilisateur efficace, à une propagande cachée, enrobée de l’expertise radiophonique de la BBC. En fait, il faudra l’arrivée de Brendan Bracken à la tête du MOI pour voir le début de la réussite de ce grand organisme de propagande.

57  Il semble, en effet, que ce « mythe du Blitz » ait perduré, tant les Britanniques sont attachés à leur finest hour. On peut s’étonner des propos outragés que l’on trouve parmi les lecteurs des ouvrages qui osent parler de mythe en référence à leur passé glorieux—ou faudrait-il dire glorifié. 

58  Il n’apparaît évidemment pas satisfaisant de s’arrêter aux instructions de politiques de propagande (même si l’on voit clairement que le même mécanisme de mise en valeur systématique et d’héroïsation est à l’œuvre dans tous les aspects de la vie quotidienne des Britanniques en guerre). Pour reconstituer le tableau d’ensemble, l’image des Britanniques projetée sur les ondes, il faudrait aller au cœur de toutes les émissions, pour en extraire la « moelle héroïque ». La tâche est titanesque, tant il est difficile de répertorier toutes les émissions qui relèvent de la propagande. Non seulement la propagande était partout, insérée ne serait-ce que sous la forme d’allusions dans presque toutes les émissions, mais, de surcroît, certaines transcriptions ont disparu. De nombreuses émissions à haute teneur propagandiste, dorment cependant encore aux archives de la BBC à Caversham.

59  George Orwell, Collected Essays, Journalism and Letters, vol. III, S. Orwell and I. Angus, Londres : Secker and Warburg, 1968, 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vallée, « La propagande cachée sur les ondes de la BBC pendant la Seconde Guerre Mondiale : vers une héroïsation nationale », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°3 | 2006, 109-128.

Référence électronique

Cécile Vallée, « La propagande cachée sur les ondes de la BBC pendant la Seconde Guerre Mondiale : vers une héroïsation nationale », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°3 | 2006, mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://lisa.revues.org/2025 ; DOI : 10.4000/lisa.2025

Haut de page

Auteur

Cécile Vallée

Dr. (Rouen, France)
Cécile Vallée est maître de conférences à l’Université de Rouen. Ses travaux portent, pour l’essentiel, sur la BBC, le contrôle des médias et la propagande pendant la Seconde Guerre mondiale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org