Navigation – Plan du site
Réécritures postmodernes

L’image du père et du jardin : Jane Eyre de Charlotte Brontë  et WideSargasso Sea de Jean Rhys

Of Father Figures and Gardens: Charlotte Brontë’s Jane Eyre and Jean Rhys’s Wide Sargasso Sea
Anne-Marie Baranowski
p. 32-48

Résumé

Though no father actually appears as a character either in Jane Eyre or in Wide Sargasso Sea, the father figure looms large in both novels, as a complex, protean and paradoxical entity, playing a crucial part in the fate of the protagonists. Jane Eyre and Antoinette Cosway are orphaned at an early age, Rochester’s father is depicted as remote and insensitive; the surrogate fathers —Antoinette’s stepfather, Jane’s uncles— mostly fail when they try to replace the missing one. Rochester himself is an ambiguous character who appears in both novels as a son, lover and husband on the one side, as a father figure on the other. In Wide Sargasso Sea he acquires through his marriage to the heiress Antoinette Cosway a legal authority which he eventually uses to destroy his wife; in Jane Eyre he first appears as the wealthier, more knowledgeable, stronger character before he discovers a female counterpart who does more than merely hold her ground.
These different aspects of the father figure are closely linked to the motif of the garden which mirrors the inner development of the —mostly— female characters. It is not entirely similar to nature itself, though it is part of it; the latter means in both novels lethal dangers and elemental violence, whereas the garden is a sheltered place. In Wide Sargasso Sea, the debased garden of Coulibri simultaneously conveys a distorted, though by no means untrue reflection of the father figure and a sanctuary from the harshness of the outside world. It also means a place of peace and of simple joys for Jane Eyre, making up for the deprived life at the Lowood boarding school; but contrasting with Coulibri it does not preclude the contact with the outside world which she actually longs for. Hence the garden mirrors the crucial moments and experiences in the lives of both heroines, including love, married life and loss.

Haut de page

Texte intégral

1Le personnage paternel joue un rôle essentiel et paradoxal dans Jane Eyre, comme dans Wide Sargasso Sea, où il apparaît sous les formes et les identités les plus diverses et inattendues : le père et le beau-père d’Antoinette Cosway, le père de Rochester dans Wide Sargasso Sea ; dans Jane Eyre, ce sont les oncles maternel et paternel de l’héroïne qui font office d’instance paternelle. Dans les deux cas, qu’il s’agisse du père de chair ou de pères de prétérition et substitution, la puissance qui se dégage de lui figure le moteur immobile de l’action car, par delà le temps et la mort, elle conditionne le devenir de ses descendants. A ces images de la paternité s’ajoute celle, profondément ambiguë, d’un Rochester scindé entre l’image du fils, de l’amant et de l’époux d’un côté, du personnage paternel de l’autre. Dans Wide Sargasso Sea, il acquiert par son mariage une patris potestas qui sera fatale à son épouse Antoinette Cosway ; dans Jane Eyre, il incarne par son âge, son rang social, son expérience de la vie, une figure paternelle face à une héroïne inexpérimentée et démunie matériellement, mais dotée d’un caractère aussi fort que le sien.

2Ces diverses images de la paternité sont liées à celles du jardin, qui reflète à son tour l’évolution intérieure du personnage féminin et celle du couple qui se forme respectivement entre Antoinette Cosway et Rochester, entre Rochester et Jane Eyre. Dans Wide Sargasso Sea, il représente simultanément une diffraction de l’image paternelle et un lieu de protection ; dans Jane Eyre, c’est un refuge durant les années difficiles de Lowood, avant d’évoluer en ouverture sur le monde et la vie. Les expériences cruciales et existentielles des personnages centraux sont reflétées par le jardin qui en est le témoin ; ainsi s’établit une relation triangulaire entre la végétation, l’affectivité et le couple ambigu paternité/ filiation.

I. L’image paternelle

A. Le père destructeur

  • 1  Par contre, Rochester mentionne dans son propre récit le refus soudain et apparemment injustifié d (...)

3La figure paternelle dominante de Wide Sargasso Sea est représentée, paradoxalement, par un personnage défunt avant même le début du roman : Alexander Cosway, dit Le Vieux Cosway, père de l’héroïne, qui s’est suicidé lorsque l’émancipation des esclaves sans compensation financière, l’a ruiné. Le drame familial s’inscrit dans le contexte d’une mutation historique et sociale, le passage d’une forme de féodalité blanche, d’Ancien régime sur le mode créole, à une vision victorienne ou pré-victorienne des rapports sociaux, dans laquelle il n’est plus question d’esclavage mais de force de travail et de rétribution. Les rapports entre employeurs et employés deviennent impersonnels et strictement codifiés selon une hiérarchie précise, par opposition aux mélanges de tout ordre, notamment raciaux et sexuels qui caractérisaient le monde colonial. Alexander Cosway a aggravé son cas en affichant une liberté de mœurs qui a fait de lui l’emblème d’une sensualité et d’une sexualité débridées, vues a posteriori comme autant de symptômes de dégénérescence. Il est non seulement le père légitime d’Antoinette et de son frère cadet Pierre, mais aussi celui d’une multitude d’enfants naturels de toutes nuances, évoqués généralement de manière allusive, à l’exception de deux d’entre eux qui joueront un rôle important dans le devenir de l’héroïne, Sandi et Daniel Cosway. Le premier est un personnage bon et séduisant, qui protège Antoinette des insultes des autres enfants lorsqu’elle doit fréquenter l’école de Port d’Espagne après l’internement de sa mère. Plus important encore : Jean Rhys laisse entendre dans les dernières pages du roman, alors que la catastrophe est devenue irréversible, qu’il y a eu jadis une relation amoureuse, voire une liaison entre eux, sans préciser si elle se situe avant ou après le mariage, ou même après le retour de Granbois. Sandi propose à Antoinette de partir avec lui ; elle refuse parce qu’elle ne se sent plus libre de le faire. La scène apparaît sous forme de souvenir à la date imprécise, lorsque la jeune femme revoit son passé au moment où elle incendie Thornfield Hall1. La dimension positive de Sandi tient au fait qu’il ancre, ou tente d’ancrer dans la normalité un personnage que tous considèrent spontanément comme marginal. Avec Tante Cora et la femme de chambre d’Annette, Christophine, il est pratiquement le seul à voir en Antoinette un être humain à part entière. Daniel Cosway par contre incarne la rancœur haineuse ; pour se venger du dédain que lui a toujours témoigné son père putatif, il écrit une longue lettre à Rochester, lui dévoilant les « tares » héréditaires de son épouse. C’est cette lettre qui anéantit le bonheur naissant du couple.

4Le père est ici le Géniteur par excellence, engendrant indifféremment le meilleur comme le pire, le masculin comme le féminin, l’intelligent comme le débile profond. Mais il ne se préoccupe jamais de ses œuvres et abandonne à la misère ses enfants légitimes lorsqu’il ne peut plus assumer l’image à travers laquelle il s’est toujours déterminé. C’est un personnage à la fois puissant et dérisoire, anticonformiste mais désarmé devant l’adversité, plus grand que nature mais incapable de s’adapter, un individualiste broyé par le devenir collectif qu’est l’histoire. Il a implicitement contrevenu aux règles politico-sociales en épousant une créole fortunée, beaucoup plus jeune que lui, mais originaire de Martinique, donc d’ascendance française. Or, c’est la complicité amorale, fondée sur la coutume et les règles de comportement non écrites unissant le couple disparate, qui a le plus choqué leurs contemporains ; la condamnation posthume s’abat sans appel sur les survivants :

  • 2  “Emancipation troubles killed old Cosway? Nonsense. The estate was going downhill years before tha (...)

Les troubles au moment de l’émancipation des esclaves ont tué le vieux Cosway ? Sottises ! Le domaine périclitait depuis des années avant cela. C’est la boisson qui l’a tué. […] Et toutes ces femmes ! Elle n’a jamais rien fait pour l’arrêter. Elle l’a encouragé. Des cadeaux et des sourires pour les bâtards à chaque Noël. Vieilles coutumes ? Certaines vieilles coutumes feraient mieux d’être mortes et enterrées2.

5Ce personnage fastueux, excessif, est un visage du passé; qu’il ait continué de vivre en fonction de celui-ci alors que le monde changeait autour de lui est en réalité son crime le plus grave, car il a occulté par le mépris un puritanisme qui commençait à s’imposer, ce qui le transforme en incarnation du refoulé et en bouc émissaire d’une ambivalence -teintée de racisme- entre bienséance et frustration. Sur le plan historique et social, la page est définitivement tournée et l’opinion publique se venge en amalgamant facteurs économiques et jugements moraux. L’ostracisme s’abat sur sa veuve et ses enfants, qui apparaissent dans leurs complémentarités comme les emblèmes d’une « fin de race » : Pierre est infirme et débile mental, Antoinette par contre est intelligente et devient très belle, mais, privée d’éducation digne de ce nom et de contacts humains, elle se trouvera incapable de faire face au déterminisme social et au regard réducteur qui se pose sur elle de tous côtés.

6Alexander Cosway s’oppose aux deux autres figures paternelles du roman, à Mr Mason d’une part, son successeur auprès d’Annette, qui joue un rôle relativement important dans la première partie du récit ; de l’autre au père de Rochester, qui n’apparaît qu’à travers de très brefs extraits de lettres et quelques réflexions discrètement amères de son fils, ce qui suffit néanmoins à dresser de lui, derrière l’ombre, une image cohérente et négative :

  • 3  ”Dear Father [écrit le jeune marié]. The thirty thousand pounds have been paid to me without quest (...)

Cher père, les trente mille livres m’ont été payées sans que l’on pose la moindre question ni condition […] Vous n’aurez jamais à avoir honte de moi, non plus que mon cher frère, le fils que vous aimez ; pas de lettres pour quémander de l’argent, pas de prières mesquines. Aucun de ces vils faux-fuyants qui sont le propre d’un fils cadet. J’ai vendu mon âme, ou c’est vous qui l’avez vendue, et après tout : est-ce une si mauvaise affaire ?3

7Ce père est un représentant de la gentry anglaise, se déterminant sans états d’âme selon le principe de la primogéniture, mais réservant son affection à son aîné ; la blessure de Rochester relève simultanément de l’orgueil et de l’affectivité. Cette paternité se définit exclusivement en termes d’autorité légale, d’intérêts financiers et de contrats juridiques, au contraire de celle du vieux Cosway, synonyme de génération anarchique, indifférente au devenir social et ne se projetant jamais dans l’avenir, à l’image de la nature elle-même. Le père de Rochester détruit son fils cadet sans même que celui-ci s’en rende compte, car l’effet le plus pervers du mariage qu’il lui impose, réside dans le fait que le jeune homme devient, sans en prendre conscience, le véritable doublet de ce père qui a disposé de lui comme d’une marchandise. C’est lui qui a tout pouvoir sur une héritière qui le sauve de la pauvreté ; la loi anglaise le rend en effet propriétaire des biens de celle-ci, mineure légale. Il exercera ses droits sans ménagement lorsqu’elle aura été déclarée démente, après s’en être accordé d’autres, tout en s’apitoyant à loisir sur lui-même, ce que son père ne fait jamais. Dans les deux cas, on assiste à une forme de réification du personnage dépendant devenu importun : l’amour de Rochester père va à son fils aîné ; celui de Rochester se cristallise, par le biais de l’intertextualité sur le personnage de Jane Eyre. Dans Wide Sargasso Sea, le plus grand reproche qu’il adresse implicitement à son père est de l’avoir envoyé dans une jungle dont il ne connaît pas les règles, celle d’une société différente et surtout celle du sexe et de l’amour, domaine dans lequel il est appelé à jouer un rôle dominant dont il n’a au commencement aucune idée. Les sous-entendus narquois de Christophine lorsqu’elle lui apporte son petit-déjeuner le lendemain de son arrivée à Granbois montrent son hésitation et ses insuffisances dans ce domaine. Rochester a été privé de guide et de soutien à un moment crucial de son existence : l’accession à la maturité. Il prend une double revanche en imposant son autorité avec une brutalité dissimulant sa faiblesse : la première, inavouable, est d’ordre sexuel, lorsque, après une violente querelle l’ayant opposé à Antoinette, il séduit la femme de chambre de celle-ci, alors que son épouse est enfermée dans la pièce voisine et entend toute la scène. La seconde est d’ordre économique, lorsqu’il la prive totalement de ses revenus et lui fait mener une existence recluse et misérable en Angleterre.

B. Les substituts paternels

8Rochester père et Alexandre Cosway se rejoignent ainsi dans leurs déficiences ; ce sont des géniteurs ou des administrateurs impersonnels, non des éducateurs. Par contre, Mr Mason, qu’Antoinette appelle « White pappy », tente sincèrement de jouer son rôle d’époux et de beau-père, mais il le fait de manière maladroite, car il pose sur la mentalité et la société créoles un regard d’Européen, commettant des erreurs de jugement catastrophiques. C’est un homme très riche, venu aux Antilles pour affaires, mais qui s’éprend du pays aussi sincèrement que d’Annette Cosway. Lui aussi défie donc les conventions, voire les convenances, en épousant une veuve ruinée, de réputation douteuse, mère de deux enfants étranges. Jamais il ne fera preuve à l’égard de son pays d’adoption de la défiance méprisante et craintive qui sera celle de Rochester. Contrairement à ce dernier, qui relève de la gentry, et au planteur de vieille souche Cosway, c’est un homme d’affaires, ce qui le rapproche socialement et économiquement des substituts paternels de Jane Eyre. Par contre, il est victime d’un autre préjugé typique de l’homme blanc, celui de considérer les Noirs comme inoffensifs. Ces grands enfants, dit-il en substance à sa belle-sœur, ne feraient pas de mal à une mouche. A quoi Tante Cora rétorque que, malheureusement, les enfants arrachent fréquemment les ailes des mouches. Il se propose de restaurer Coulibri en faisant venir des ouvriers indiens, sans jamais réaliser que sa fortune et la prospérité qu’il a apportée à la famille Cosway ont décuplé la haine des anciens esclaves à leur égard. Annette, qui l’a très bien compris, tente vainement de le lui faire admettre. Jusqu’à la nuit où la maison est incendiée et où la famille échappe de peu au lynchage, Mr Mason se refuse à regarder la vérité en face :

  • 4  “We heard stones falling on to the glacis. He was pale when he came in again, but he tried to smil (...)

Nous entendîmes des pierres s’abattre sur la véranda. Il était pâle lorsqu’il revint, mais lorsqu’il ferma la porte à double tour, il s’efforçait de sourire. ‘Ils sont plus nombreux que je ne le croyais, et de bien vilaine humeur en plus. Demain matin ils s’en repentiront. Je vois d’avance des présents : du tamarin au sirop et des bonbons de gingembre4.  

9Le jeune Pierre périt au cours de l’incendie de la propriété, ce qui plonge Annette dans une folie violente. Après son internement, Mr Mason se montre généreux à l’égard de sa belle-fille et il est l’un des rares à tenter d’engager le dialogue avec elle, mais en vain, car d’une part elle est déjà prisonnière du silence, de l’autre il n’aborde avec elle que des sujets féminins conventionnels, débouchant sur le mariage, ce qui n’éveille aucun écho chez la jeune fille :

  • 5  “I want you to be happy, Antoinette, secure, I’ve tried to arrange it, but we’ll have time to talk (...)

 ‘Je veux que tu sois heureuse, Antoinette, à l’abri du besoin. J’ai tenté d’y veiller, mais nous aurons tout le temps d’en parler plus tard.’
Comme nous sortions par le portail du couvent, il dit d’un air dégagé : ‘J’ai demandé à quelques amis anglais de passer l’hiver ici. Tu ne t’ennuieras pas.’
‘Pensez-vous qu’ils viendront ?’ Dis-je, dubitative.
‘L’un d’entre eux viendra. J’en suis certain.’  5

10Là encore, Mr Mason pèche par excès de confiance et la destinée défait ses calculs : il meurt au moment même où Rochester s’embarque pour la Jamaïque ; le mariage sera bâclé par son fils et, contrairement à ce qu’il souhaitait, rien ne sera prévu pour assurer l’indépendance matérielle d’Antoinette. Par une ironie tragique, c’est avec les meilleures intentions du monde qu’il cause involontairement le malheur de son épouse et celui de sa belle-fille. Dans les deux cas la souffrance féminine s’exprime par un comportement déviant et des symptômes répondant à la définition conventionnelle de la folie.

11L’image paternelle de Wide Sargasso Sea est donc très négative. Jean Rhys présente invariablement un père indifférent, égoïste, maladroit ; même lorsqu’il a le souci de bien faire, il se cantonne dans des stéréotypes masculins sans jamais se préoccuper des besoins réels de ses enfants. Dans Jane Eyre, le père fait figure de grand absent : l’héroïne est orpheline très jeune, livrée à la merci de sa tante Reid, la seule présence masculine durant son enfance est le sinistre révérend Brocklehurst, cruel, hypocrite, avare, caricature du père aimant, protecteur et nourricier. Pourtant deux personnages paternels tentent, ou ont tenté de veiller sur elle, mais elle ne l’apprend que beaucoup plus tard, lorsqu’elle est arrivée à un stade d’autonomie économique et affective lui permettant de se passer d’appui. Le premier est son oncle maternel, l’époux de Mrs Reid, qui a reporté sur la très jeune orpheline l’affection débordante qu’il avait éprouvée pour la mère de celle-ci. Sa veuve s’en souvient avec amertume jusqu’à sa mort :

  • 6  “He would send for the baby […] I hated it the first time I set my eyes on it. A sickly, whining, (...)

Il fit chercher l’enfant, bien que j’insistasse de toutes mes forces pour qu’elle fût mise en nourrice, en payant les frais. Je l’ai détestée dès le moment où j’ai posé les yeux sur elle : un petit être maladif, geignard, à qui il manquait toujours quelque chose […] Reid en avait pitié ; et il s’en occupait, il lui témoignait autant d’attention que si elle avait été la sienne ; de fait il s’en occupait plus que de ses propres enfants au même âge. […]  Au cours de sa dernière maladie, il ne cessait de la faire apporter à son chevet; une heure à peine avant de mourir, il me fit jurer de garder cette créature6.

12L’oncle maternel ne réussit que très imparfaitement dans sa tentative de protection posthume, mais il parvient, par le serment qu’il extorque à son épouse, à maintenir Jane dans des cadres sociaux respectables, structurés, même si l’enfant est maltraitée par sa tante et ses cousins avant d’être envoyée dans un pensionnat pour fillettes indigentes. De plus, il représente un élément important dont Jane s’est toujours crue privée : l’amour inconditionnel, dépassant même les liens familiaux. Lors de son ultime entrevue avec Mrs Reid, elle apprend également que, contrairement à ce que celle-ci avait toujours laissé entendre, sa famille paternelle n’était pas de basse extraction. Un frère de son père, négociant à Madère, lui a ainsi légué une fortune confortable, ce qui la réhabilite sur le plan économique, tout en lui permettant de revoir Rochester en termes d’égalité.

13Dans ce contexte, le motif du jardin sert de trait d’union entre l’image de la paternité et l’évolution du personnage féminin à travers une image et un cadre qui sont loin d’être neutres et de se limiter à la description de la végétation. La dimension symbolique joue un rôle important dans les deux récits, même si elle apparaît beaucoup plus clairement dans Wide Sargasso Sea, où le jardin demeure un lieu clos, régressif. Pour Jane Eyre, c’est un lieu de refuge mais aussi et surtout de transition. Il console la jeune pensionnaire des duretés de Lowood, mais une fois adulte, elle aspire à dépasser le sanctuaire de son enfance afin de découvrir le vaste monde. Pour Antoinette au contraire, il signe le repli sur soi et l’incommunicabilité.

II. Le jardin

A. Wide Sargasso Sea : ambivalence et symbolique

14Dans les deux romans, le jardin apparaît sous une forme, au premier abord, très différente, tant au niveau de la végétation que du vécu des personnages, mais dans les deux cas, il présente des similitudes inattendues, notamment dans sa luxuriance et dans ses couleurs. Les deux œuvres montrent en effet une disproportion dans la taille de certaines plantes et une insistance sur l’alliance inattendue du jaune et du vert relativisant le réalisme descriptif. Dans les deux cas dominent les odeurs entêtantes, qui, notamment dans Jane Eyre, s’affirment et se développent parallèlement à l’éclosion de la relation amoureuse.

15L’image de la paternité perdue mais demeurée omnipotente, à la fois protectrice et étouffante, s’exprime symboliquement dans Wide Sargasso Sea à travers le parc de Coulibri, l’ancienne plantation familiale. Retourné à l’état sauvage, il offre un refuge à Antoinette, mais, s’il représente une image de l’énergie vitale par la luxuriance de sa végétation et de ses couleurs, c’est aussi un lieu vaguement sinistre, où dominent le silence et le danger larvé, la décadence et la décomposition ; la symbolique phallique, indéniable, signe pourtant une étrange impression de stérilité et de nudité, d’étrangeté grotesque, alternant avec le rythme énigmatique du cycle naturel :

  • 7  “Our garden was large and beautiful as that garden in the Bible. The tree of life grew there. But (...)

Notre jardin était vaste et beau comme le jardin de la Bible; l’arbre de vie y poussait. Mais il était retourné à l’état sauvage. Les sentiers étaient envahis par les herbes et une odeur de fleurs mortes se mêlait aux odeurs des fleurs fraîches et vivantes. Sous les fougères géantes, aussi haute que les fougères arborescentes des forêts, la lumière était verte. Des orchidées fleurissaient, hors d’atteinte ou interdites pour une raison ou une autre. L’une avait la forme d’un serpent, une autre celle d’une pieuvre, avec de longs et fins tentacules marron, totalement dépourvue de feuilles, accrochée à une racine torse. Deux fois par an, l’orchidée en forme de pieuvre fleurissait ; alors, on ne voyait pas un centimètre de tentacule. C’était une masse de couleur blanche, mauve, violette, qui avait la forme d’une cloche, un spectacle merveilleux. Le parfum en était très doux et puissant. Je ne m’en approchais jamais7.

16Derrière la vitalité agressive, désordonnée, derrière la symbolique sexuelle à la fois affichée et niée (l’orchidée est une fleur hermaphrodite) venant contrebalancer l’image biblique de l’Arbre de vie, de la Sagesse du Bien et du Mal, transparaît un Eden dépravé : l’enfant solitaire s’écarte instinctivement de l’orchidée ambiguë, établissant spontanément une différence entre le Beau et le Bien, le désirable et le dangereux. Le parc est également le lieu du silence, du non-dit, de l’absence de repères, vestige symbolique d’une généalogie complexe et préfiguration d’un devenir social négatif.

17Le motif du jardin reparaît à deux reprises dans le récit d’Antoinette, sous deux formes très différentes. La première est un cauchemar récurrent qui frappe la jeune fille peu avant qu’elle ne quitte le couvent où elle est élevée, cauchemar dont il est impossible d’établir si la narratrice fait référence à Coulibri, au jardin qu’elle connaît, ou à un lieu inconnu qui serait l’antithèse même du refuge :

  • 8  “Again I have left the house at Coulibri. It is still night and I am walking towards the forest. I (...)

J’ai de nouveau quitté la maison de Coulibri. Il fait encore nuit et je me dirige vers la forêt. Je porte une robe longue et de fines chaussures de soirée, c’est pourquoi je marche avec difficulté, suivant l’homme qui m’accompagne et tenant la jupe de ma robe. Elle est blanche et belle et je n’ai pas envie de la salir. Je le suis, malade de peur, mais je ne fais aucun effort pour me sauver, et s’il se trouvait quelqu’un pour tenter de me sauver, je refuserais. Il faut que cela se produise. Nous avons maintenant atteint la forêt. Nous sommes sous les grands arbres sombres et il n’y a pas de vent. ‘Ici ?’ Il se retourne et me regarde, le visage déformé par la haine, et, voyant cela, je me mets à pleurer. Il a un sourire rusé. ‘Pas ici, pas encore’, dit-il, et je le suis en pleurant. A présent, je n’essaie pas de relever ma robe, elle traîne dans la boue, ma belle robe. Nous ne sommes plus dans la forêt, mais dans un jardin fermé, entouré d’un mur de pierre et les arbres sont des arbres différents. Je ne les connais pas. Il y a des marches qui montent. Il fait trop sombre pour voir le mur ou les marches, mais je sais qu’ils sont là et je pense : ‘Cela se passera quand j’aurai monté ces marches. En haut.’ 8

18Dans ce cauchemar en noir et blanc, placé sous le signe de l’obscurité, de la dualité victime/bourreau, masochisme/sadisme, l’acte d’amour signe un avilissement, la destruction gratuite d’une innocence consentante, qui ne se confond pas avec l’ignorance. Par le biais du songe prémonitoire, c’est Jean Rhys qui, se démarquant de Jane Eyre, présente les termes emblématiques de la destinée qu’elle réserve à sa propre héroïne : violence, obscurité, enfermement. L’écrivain exhale en même temps son amertume personnelle à l’égard des hommes, brutaux, déloyaux et cruels, mais possédant la force physique et le pouvoir. Dans Jane Eyre, Rochester apparaît comme la dupe de sa belle-famille, lié innocemment à une créature monstrueuse, ce qui est réfuté par l’épisode du rêve où l’auteur marque très clairement qui sera la victime de l’autre. A l’intertextualité se superpose la guerre anonyme et éternelle entre les sexes.

19Dans sa dernière apparition par contre, Coulibri est une explosion de couleur, décuplée cette fois par le rouge de l’ekpyrose, sa toile de fond, car la vision se situe au moment où débute l’incendie de Thornfield Hall, le rouge violent se jumelle à la douceur du vert :

  • 9  “Then I turned round and saw the sky. It was red and the stephanotis and the jasmine and the tree (...)

Puis je me retournai et vis le ciel. Il était rouge. Et le stéphanotis, et le jasmin, et l’arbre de vie : en flammes. Je vis le lustre et le tapis rouge en bas de l’escalier et les fougères géantes, les dorées et les argentées, et le doux velours vert de la mousse sur le mur du jardin […] Tout cela, je le vis et l’entendis en une fraction de seconde. Et le ciel était tellement rouge9.

20Au moment de mourir, la jeune femme se réapproprie son passé, l’histoire dont elle a été privée et qui reparaît de manière métonymique à travers  les essences végétales inconnues en Europe, la lumière, la couleur, la chaleur : toutes les connotations opposées à l’Angleterre. Mais cette réappropriation ne peut intervenir que lorsque Antoinette est redevenue active : cette fois la césure d’avec le monde est entièrement de son fait, dans une dialectique de la destruction où elle recouvre son univers en anéantissant celui des êtres qui le lui ont naguère ravi et l’ont détruite. Elle le paie de son effacement en ce monde.

B. Le jardin : reflet de l’intériorité

21Coulibri est le domaine natal, lié aux origines immémoriales mais aussi à la paternité, au père dont on cherche à retrouver la protection, sans se souvenir précisément de lui, et dont on se méfie simultanément, tout comme de l’orchidée géante. A ce titre, il n’a pas d’équivalent dans Jane Eyre où l’héroïne est déracinée avant même d’avoir pu concevoir des souvenirs. Il existe cependant, à côté de ces différences fondamentales, des parallèles dans la vision du jardin. Dans les deux cas, il sert de refuge à l’héroïne confrontée à la dureté du monde. Elle est incarnée chez Ch. Brontë par Mr Brocklehurst, l’administrateur de Lowood ; la générosité sensuelle et la beauté de la nature s’opposent alors aux privations matérielles et affectives régissant la vie du pensionnat. Etrangement, le jardin anglais se charge, derrière sa sagesse, d’une luxuriance parallèle à celle de son contrepoint exotique. Comme Antoinette, Jane insiste sur les couleurs jaune et verte, sur les jeux de lumière dans les sous-bois, ainsi que sur la taille inaccoutumée de certains végétaux : aux roses trémières répondent les fougères arborescentes :

  • 10  “[…] And now vegetation matured with vigour; Lowood shook its tresses; it became all green, all fl (...)

 […] Et la végétation se développait vigoureusement. Lowood secouait ses boucles, se couvrant de verdure et de fleurs ; dans les sous-bois, les plantes jaillissaient de terre en abondance ; d’innombrables variétés de mousses peuplaient ses coins et recoins et, au sol, les primevères sauvages formaient, dans leur profusion, un étrange éclat de soleil ; je les ai vues briller de leur or pâle en des places ombreuses, comme des éclats de la lumière la plus douce. J’y trouvais un plaisir fréquent et sans réserve10.

22La nature anglaise présente également le même amoralisme, la même indifférence à l’égard de l’humain que celle de Coulibri, ainsi elle n’est jamais plus belle que durant l’épidémie de typhus qui décime les pensionnaires :

  • 11   “While disease had thus become an inhabitant of Lowood, and death its frequent visitor, […] that (...)

Tandis que la maladie avait pris pension à Lowood et que la mort lui rendait de fréquentes visites […] cet éclatant mois de mai brillait sans le moindre nuage sur les collines escarpées et les terrains boisés à l’extérieur.  Les jardins étaient couverts de fleurs : des roses trémières, aussi hautes que des arbres, avaient jailli du sol; les lys s’étaient ouverts, les tulipes et les roses étaient en pleine floraison […] Les églantiers diffusaient au matin et au soir leur odeur d’épice et de pomme ; et tous ces trésors parfumés étaient inutiles aux habitantes de Lowood, sauf pour fournir de temps à autre une poignée de verdure et de fleurs à déposer dans un cercueil11.

23Pour Jane Eyre cependant, le jardin ne se limite pas au refuge solitaire, car elle le partage avec une compagne favorite, Mary Ann Wilson, dont la tournure d’esprit est complémentaire de la sienne. Alors que Jane est un esprit analytique, Mary Ann est pleine de poésie, c’est également une conteuse née. Les deux enfants s’enrichissent mutuellement de leurs différences, alors qu’Antoinette doit se contenter de la présence d’une petite Noire nommée Tia. Cette dernière instaure entre elles une relation de domination dont elle sort toujours victorieuse, la pauvreté d’Antoinette lui fournissant un prétexte commode : si le jardin retrace la décadence familiale, il ne protège pas des rapports de force sous-tendant les relations sociales gommées en apparence par les conventions ; de même que les plantes les plus fortes étouffent les plus faibles, la personnalité plus affirmée de Tia, enfant fruste et méchante, domine celle d’Antoinette.

24Tandis que Coulibri demeure refermé sur ses ambiguïtés et son amoralisme, le jardin est pour Jane Eyre un lieu de transition entre Lowood, qui forme son caractère et son esprit, lui donne une culture, et le monde en général :

Lowood avait été mon univers durant plusieurs années; j’en avais connu les règlements et l’organisation; à présent, je me rappelais que le monde dans sa réalité était vaste. […]

  • 12  “My world had for some years been in Lowood: my experience had been of its rules and systems; now (...)

J’allai à ma fenêtre, l’ouvris et regardai au dehors. Il y avait les deux ailes du bâtiment ; il y avait le jardin ; il y avait les abords de Lowood ; il y avait l’horizon et se collines. J’ignorai les autres détails pour poser mon regard sur les plus éloignés : les hautes cimes bleues des montagnes. C’étaient elles que je brûlais de dépasser ; tout ce qui se trouvait dans le périmètre délimité par les rochers et la lande de bruyère me faisait l’effet d’une prison, d’une terre d’exil. 12

25Pour Antoinette, le jardin paternel demeure la référence suprême, absolue, le refuge du début de la vie, le lieu de l’ultime retour dans la mort, sans autre évolution entre les deux termes que la consommation du malheur. Le seul jardin qui pourrait contrebalancer son omniprésence et son omnipotence est le petit domaine de Granbois où se déroule sa brève lune de miel avec Rochester. Cette propriété échappe à l’emprise paternelle car elle a la particularité d’être un héritage maternel ; elle est située à l’écart, sans être pour autant un lieu sauvage ni désert, même si elle est demeurée longtemps inhabitée. Bien qu’elle ne soit jamais mentionnée dans la première partie du roman, c’est le seul lieu où Antoinette évolue avec aisance. Son mari y est l’étranger à qui elle fait découvrir les subtilités de l’existence tropicale en même temps qu’elle lui permet d’épanouir sa virilité, au sein d’une nature toujours potentiellement dangereuse, mais dont la jeune femme sait déjouer les pièges afin d’en recueillir les plaisirs.

26Inversant les conventions, c’est Antoinette qui initie son mari à l’amour, car elle lui permet de passer de l’état de fiancé et de jeune marié à celui d’amant et de jeune époux. Le domaine est le miroir d’un bref moment d’équilibre et de paix. Contre toute attente, l’idée du bonheur paraît susceptible de se réaliser, car le petit domaine est placé sous le signe d’une jouissance simple et naturelle de l’existence, loin des mondanités et des tabous sociaux. Par contre la malignité humaine va rattraper le couple d’une manière tragique, à travers la lettre écrite par le métis Daniel Cosway : chez Jean Rhys, la bassesse haineuse n’est pas le seul fait des préjugés de la société blanche ; elle est universelle et protéiforme : endémique.

27Dans Jane Eyre,  l’équivalent de Granbois apparaît avec le jardin de Thornfield Hall un soir d’été, peu avant que Jane et Rochester ne s’avouent leurs sentiments. Il s’y remarque une sensualité comparable à celle de Wide Sargasso Sea, les mêmes excitations sensorielles, encore discrètes à Lowood. Les parfums sont devenus aussi intenses que ceux des Antilles. Mais, à la différence de Granbois où l’on recueille indifféremment les produits de la nature, Thornfield offre l’image d’une prospérité luxuriante, ordonnée par la main de l’homme. Il s’y ajoute une présence masculine conquérante, affirmée en même temps qu’une dimension de jeu amoureux, car Rochester sait que Jane l’observe et il n’est venu en ce lieu que parce qu’elle s’y trouve, bien que tous deux affectent de s’ignorer. Le jeu des synesthésies fait du jardin la métonymie du prélude amoureux :

  • 13  “Sweet briar, jasmine and rose, have long been yielding their evening sacrifice of incense: this n (...)

L’églantier, le jasmin et la rose offrent depuis longtemps l’encens de leur sacrifice vespéral : cette odeur nouvelle ne provient ni d’un buisson ni d’une fleur ; c’est ― je la connais bien ― celle du cigare de M. Rochester. Je regarde autour de moi et j’écoute. Je vois des arbres chargés de fruits en train de mûrir […] et je vois M. Rochester entrer […] Il arrive sans se presser, tantôt il soulève les branches du groseillier à maquereau pour regarder les fruits, aussi gros que des prunes, dont elles sont chargées ; tantôt il prend une cerise mûre à la palissade, tantôt il se baisse vers une touffe de fleurs, soit pour en respirer le parfum, soit pour admirer les gouttes de rosée sur leurs pétales. Un grand papillon de nuit passe auprès de moi avec un bruissement d’ailes ; il se pose sur une plante aux pieds de M. Rochester ; il le voit et se penche pour l’admirer13.

28Dans les deux cas, le jardin luxuriant reflète les promesses d’une vie nouvelle, enfin heureuse. Jane Eyre et Wide Sargasso Sea sont liés dans ce moment d’attente et de plénitude simultanées par le détail du papillon, accessoire chez Ch. Brontë, mais prenant chez Jean Rhys un relief particulier ; elle situe la scène à la fin du premier dîner réunissant le jeune couple, mettant l’accent sur l’insecte plus que sur la végétation. Le dépouillement narratif contraste ici avec l’emphase descriptive de Jane Eyre :

  • 14  “A large moth, so large that I thought it was a bird, blundered into one of the candles, put it ou (...)

Un grand papillon de nuit, si grand que je le pris pour un oiseau, vint se heurter à l’une des bougies, l’éteignit et tomba sur le sol. […] Je recueillis le bel insecte dans mon mouchoir et le déposai sur la balustrade. Un instant, il demeura immobile et, à la faible lumière des bougies, je pus discerner ses couleurs douces et chatoyantes, les dessins compliqués ornant ses ailes. Je secouai doucement le mouchoir et il s’envola14.

29Alors que dans Jane Eyre, Rochester inspecte son domaine en propriétaire, il s’ouvre ici à la beauté de l’altérité. A aucun moment la taille du papillon ne lui apparaît déplacée, voire monstrueuse ; l’insecte, qui aurait pu mourir, reprend son vol. Cette scène figure l’un des rares moments où il n’est ni crispé ni critique, mais elle se situe peu avant la catastrophe qui détruira le couple, catastrophe dont l’image symbolique est l’ouragan tropical. Dans Jane Eyre, c’est un orage qui dévaste le jardin, s’acharnant sur un beau noisetier, qui figure l’équivalent anglais de l’arbre de vie de Coulibri, mais sans en présenter le caractère ambigu. Préfigurant la séparation qui attend Jane et Rochester, il est frappé par la foudre :

  • 15  “I faced the wreck of the chestnut-tree; it stood up, black and riven: the trunk, split down the c (...)

Je me trouvai face au noisetier; il se dressait, noir et fendu; scindé en son milieu, le tronc présentait une béance sinistre. Les deux parties fendues n’étaient pas dissociées car l’extrémité inférieure du tronc, dans sa solidité, conjuguée à ses puissantes racines, continuait de les unir par le bas. La sève ne coulerait plus ; les grandes branches de part et d’autre, étaient mortes et les tempêtes de l’hiver prochain ne manqueraient pas de précipiter l’une d’elles, ou les deux, au sol ; pour l’instant cependant, on pouvait dire qu’elles formaient un seul et même arbre –une ruine, mais une ruine entière15.

30L’arbre abattu prend lui aussi une valeur métonymique à plusieurs niveaux, incarnant d’abord la séparation mais aussi la promesse d’une réunion possible, car la base est demeurée entière et la racine n’a pas été affectée. Cela, Jane ne le comprend pas, ou refuse de le comprendre, car ses commentaires ne présentent pas la moindre cohérence avec la description qu’elle donne de l’arbre martyr. Dans Wide Sargasso Sea, une fois son mariage brisé et Antoinette enfermée, Rochester embrasse du regard, non plus le jardin de Granbois, mais l’ensemble du paysage qu’il va quitter, et qui, ironiquement, ressemble ce jour-là à un paysage anglais. Lui aussi est menacé par le déchaînement des forces naturelles :

  • 16   “I watched the hidden mountains and the mist drawn over their faces. It’s cool today: cool, calm (...)

Je regardai les montagnes, à peine visibles et les brumes qui les dérobaient aux regards. Il fait frais aujourd’hui : frais, calme et nuageux comme un été en Angleterre. Mais l’endroit est joli par n’importe quel temps ; aussi loin que je voyagerai, je n’en verrai pas de plus joli. La saison des ouragans n’est pas loin, songeai-je, et je vis cet arbre qui enfonçait ses racines plus profondément, s’apprêtant à lutter contre les vents. Peine perdue. S’ils viennent, et quand ils viendront, aucun ne résistera. Certains palmiers restent debout (c’est elle qui me l’a dit). Leurs branches arrachées, semblables à de hauts piliers de couleur brune, ils demeurent, immobiles dans leur défi. Ce n’est pas pour rien qu’on les appelle royaux. Les bambous prennent les choses plus facilement, ils se courbent vers le sol et attendent, couchés par terre, en grinçant, en gémissant, implorant miséricorde. Le vent passe avec mépris, dédaignant ces êtres vils16.

31Le champ sémantique est ici celui de l’orgueil blessé. Prenant conscience de la perte irréversible qui l’attend et sous couvert de comparer les réactions des différentes espèces végétales face à l’ouragan, Rochester s’assimile implicitement à un palmier royal, dépouillé mais debout après la tempête. Ainsi se prépare le personnage romantique « noir » qui apparaîtra à Thornfield Hall. Dans les deux romans, la perte ou la destruction du jardin montre la nécessité pour les protagonistes de cheminer, au moins pour un temps, de manière solitaire, ce que ni l’un ni l’autre ne comprennent. Les deux descriptions, celle du noisetier faite par Jane Eyre et celle de la dévastation tropicale anticipée par Rochester montrent le caractère profond des deux personnages. Jane Eyre y apparaît foncièrement pessimiste, négative, prédisant la mort d’un arbre qui n’est que blessé. Rochester méprise l’arbre qui s’obstine à survivre et ne considère que la nature destructrice de la tempête tropicale, sans tenir compte du fait que, quels qu’aient été les dommages subis, la vie reprend ses droits et que le paysage se reforme à chaque fois. Ils font tous deux preuve d’une certaine délectation morbide dans leur anticipation d’un avenir qu’ils situent sous le signe de la perte irrémédiable, comme s’ils recréaient, par leur pessimisme, la catastrophe dont fut victime jadis le personnage paternel : la ruine et la mort.

32Le jardin est intimement lié au devenir intime du protagoniste, surtout lorsqu’il s’agit d’un personnage féminin, car il reflète à la fois la situation matérielle et affective qui est la sienne à un moment précis de son existence, tout en offrant des aperçus cryptiques sur son devenir et sur sa conception de la vie. Cette dimension d’anamorphose se double d’une valeur de refuge marqué par le retour cyclique de la végétation.  Mais il figure aussi un fragment de nature encerclé, circonscrit par la main de l’homme, présentant une différence essentielle avec le grand ensemble dont il fait partie. Les deux écrivains considèrent en effet implicitement cette dernière comme un ensemble de forces hostiles, qui n’attendent que de se déchaîner pour endommager, voire détruire le jardin, image des destins qui s’épanouissent dans ce lieu clos. Elle marque l’irruption de la catastrophe au sien du lieu abrité par excellence, réitérant de manière métonymique la ruine matérielle et la mort qui ont brutalement détruit la famille d’Antoinette Cosway et de Jane Eyre.

Haut de page

Bibliographie

BRONTË Charlotte, Jane Eyre (1847), London: Everyman Paperback, 1972.

RHYS Jean, Wide Sargasso Sea (1966), London: Penguin Twentieth-Century Classics, 2000.

Haut de page

Notes

1  Par contre, Rochester mentionne dans son propre récit le refus soudain et apparemment injustifié d’Antoinette de l’épouser, très peu de temps avant le mariage. La jeune fille ne lui en donne jamais les raisons, mais il la persuade sans peine de revenir sur sa décision.

2  “Emancipation troubles killed old Cosway? Nonsense. The estate was going downhill years before that. He drank himself to death […] and all those women! She never did anything to stop him – she encouraged him. Presents and smiles for the bastards every Christmas. Old customs? Some old customs are better dead and buried.”  Jean Rhys, Wide Sargasso Sea (1966), London : Penguin Twentieth Century Classics, 2000, 24. Les traductions des citations sont de moi-même, A.-M. Baranowski.

3  ”Dear Father [écrit le jeune marié]. The thirty thousand pounds have been paid to me without question or condition […] I will never be a disgrace to you or to my dear brother the son you love. No begging letters, no mean requests. None of the furtive shabby manoeuvres of a younger son. I have sold my soul or you have sold it, and after all is it such a bad bargain?”  Ibidem, 59.

4  “We heard stones falling on to the glacis. He was pale when he came in again, but he tried to smile as he shut and bolted the door.’ More of them than I had thought, and in a nasty mood too. They will repent in the morning. I foresee gifts of tamarind in syrup and ginger tomorrow”. Ibid., 32

5  “I want you to be happy, Antoinette, secure, I’ve tried to arrange it, but we’ll have time to talk about that later. […]. As we were going out of the convent gate he said in a careless voice: ‘I’ve asked some English friends to spend winter here. You won’t be dull.’ ‘Do you think they’ll come? I said doubtfully; ‘One of them will. I’m certain of that”. Ibid., 49

6  “He would send for the baby […] I hated it the first time I set my eyes on it. A sickly, whining, pining thing. […] Reid pitied it; and he used to nurse it and notice it as if it had been his own: more, indeed, than he ever noticed his own at that age.  […] In his last illness, he had it brought continually to his bedside; and but an hour before he died, he bound me by vow to keep the creature”. Charlotte Brontë, Jane Eyre, London : Everyman, 1972, 230.

7  “Our garden was large and beautiful as that garden in the Bible. The tree of life grew there. But it had gone wild. The paths were overgrown and a smell of dead flowers mixed with the fresh living smells. Underneath the tree ferns, tall as forest tree ferns, the light was green. Orchids flourished out of reach or for some reason not to be touched. One was snaky looking, another like an octopus with long thin brown tentacles bare of leaves hanging from a twisted root. Twice a year the octopus orchid flowered. Then not an inch of tentacle showed. It was a bell-shaped mass of white, mauve, deep purples, wonderful to see. The scent was very sweet and strong. I never went near it”. Jean Rhys, Wide Sargasso Sea, op.cit. 17.

8  “Again I have left the house at Coulibri. It is still night and I am walking towards the forest. I am wearing a long dress and thin slippers, so I walk with difficulty, following the man who is with me and holding up the skirt of my dress. It is white and beautiful and I don’t wish it to be soiled. I follow him, sick with fear but I make no effort to save myself; if anyone were to try to save me, I would refuse. This must happen. Now we have reached the forest. We are under the tall dark trees and there is no wind. ‘Here’? He turns and looks at me, his face black with hatred, and when I see this I begin to cry. He smiles slyly. ‘Not here, not yet’, he says, and I follow him weeping. Now I do not try to hold up my dress, it trails in the dirt, my beautiful dress. We are no longer in the forest but in an enclosed garden surrounded by a stone wall and the trees are different trees. I do not know them. There are steps leading upwards. It is too dark to see the wall or the steps, but I know they are there and I think, ‘It will be when I go up these steps. At the top”. Idem, 50.

9  “Then I turned round and saw the sky. It was red and the stephanotis and the jasmine and the tree of life in flames. I saw the chandelier and the red carpet downstairs and the bamboos and the tree ferns, the gold ferns and the silver, and the soft green velvet of the moss on the garden wall […] All this I saw and heard in a fraction of a second. And the sky was so red”. Ibid. 155

10  “[…] And now vegetation matured with vigour; Lowood shook its tresses; it became all green, all flowery […] Woodland plants sprang up, profusely in its recesses; unnumbered varieties of moss filled its hollows, and it made a strange ground-sunshine out of the wealth of its wild primrose plants: I have seen their pale gold gleam in overshadowed spots like scatterings of the sweetest lustre. All this I enjoyed often and fully”. Charlotte Brontë, Jane Eyre, op.cit., 71.

11   “While disease had thus become an inhabitant of Lowood, and death its frequent visitor, […] that bright May shone unclouded over the bold hills and beautiful woodlands out of doors. Its gardens, too, glowed with flowers: hollyhocks had sprung up tall as trees, lilies had opened, tulips and roses were in bloom; […] the sweet-briars gave out, morning and evening, their scent of spice and apples; and these fragrant treasures were all useless for the inmates of Lowood, except to furnish now and then a handful of herbs and blossoms to put in a coffin. Ibidem, 71-72.

12  “My world had for some years been in Lowood: my experience had been of its rules and systems; now I remembered that the real world was wide. […] I went to my window, opened it and looked out. There were the two wings of he building; there was the garden; there were the skirts of Lowood; there was the hilly horizon. My eye passed all other objects to rest on those most remote, the blue peaks: it was those I longed to surmount”. Charlotte Brontë, Jane Eyre,op.cit., 79-80.

13  “Sweet briar, jasmine and rose, have long been yielding their evening sacrifice of incense: this new scent is neither of shrub nor of flower; it is –I know it well- it is Mr Rochester’s cigar I look round and I listen. I see trees laden with ripening fruit. […] And I see Mr Rochester entering. […] He strolls on, now lifting the gooseberry-tree branches to look at the fruit, large as plums, with which they are laden; now taking a ripe cherry from the wall; now stooping towards a knot of flowers, either to inhale their fragrance or to admire the dew-beads on their petals. A great moth goes humming by me; it alights on a plant at Mr Rochester’s foot; he sees it, and bends to admire it”. Ibidem, 247.

14  “A large moth, so large that I thought it was a bird, blundered into one of the candles, put it out and fell on the floor. […] I took the beautiful creature up in my handkerchief and put it on the railing. For a moment it was still and by the dim candlelight I could see the soft brilliant colours, the intricate pattern on the wings. I shook the handkerchief gently and it flew away”. Jean Rhys, Wide Sargasso Sea, op. cit., 68.

15  “I faced the wreck of the chestnut-tree; it stood up, black and riven: the trunk, split down the centre, gasped ghastly. The cloven halves were not broken from each other, for the firm base and strong roots kept them unsundered below. The sap could flow no more: their great boughs on each side were dead and next winter’s tempests would be sure to fell one or both to earth: as yet, however, they might be said to form one tree –a ruin, but an entire ruin”. Charlotte Brontë, Jane Eyre, op.cit., 275.

16   “I watched the hidden mountains and the mist drawn over their faces. It’s cool today: cool, calm and cloudy as an English summer. But a lovely place in any weather; however far I travel I’ll never see a lovelier. […] The hurricane months are not so far away, I thought, and saw that tree strike its root deeper, making ready to fight the wind. Useless. If and when it comes, they’ll all go. Some of the royal palms stand (she told me). Stripped of their branches, like tall brown pillars, still they stand —defiant. Not for nothing are they called royal. The bamboos take an easier way; they bend to the earth and lie there, creaking, groaning, crying for mercy. The contemptuous wind passes, not caring for these abject things”. Jean Rhys, Wide Sargasso Sea, op. cit., 135.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Baranowski, « L’image du père et du jardin : Jane Eyre de Charlotte Brontë  et WideSargasso Sea de Jean Rhys », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°4 | 2006, 32-48.

Référence électronique

Anne-Marie Baranowski, « L’image du père et du jardin : Jane Eyre de Charlotte Brontë  et WideSargasso Sea de Jean Rhys », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°4 | 2006, mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://lisa.revues.org/1795 ; DOI : 10.4000/lisa.1795

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Baranowski

Prof. (Angers, France)
Anne-Marie Baranowski is a professor of German literature at the University of Angers. She wrote her PhD on The Conquest of the Self in the Works of K.Ph. Moritz (1756-1793) in 1992 and her Accreditation to Supervise Research on Ritualism in the Works of Stifter, Meyrink and Kafka in 2000. Her fields of research encompass German literature from the 18th century onward and English and American literature of the 19th and 20th centuries. Her main research topics cover narrative techniques, symbolism and imagery, and the literature of the fantastic.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org