Navigation – Plan du site
Premières réécritures

Lucy Snowe : première réécriture de Jane Eyre

Lucy Snowe: the First Rewriting of Jane Eyre
Elise Ouvrard
p. 9-21

Résumé

While reading Villette, published by Charlotte Brontë in 1853, one cannot help thinking of Jane Eyre, the eponymous heroine of the novel published by the same author in 1847. The link means much more than the thematic and stylistic unity of a writer’s works. Lucy Snowe, the heroine of Villette, constitutes in fact the rewriting of Jane Eyre. Such rewriting is characterized by continuity as can be shown by the physical appearance, the strength of character and the progression of both heroines. However, there would be no interest in reproducing Jane Eyre identically and the outcome of the two novels presents a clear rupture, a rupture which has to be deciphered in order to understand the purpose of Charlotte Brontë in creating the filiation between Lucy Snowe and Jane Eyre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Charlotte Brontë, Jane Eyre (1847), Oxford World’s Classics, 2000; Charlotte Brontë, Villette (185 (...)

1Réécrire, c’est écrire ou rédiger de nouveau ce qui est déjà écrit, en le modifiant, à la différence de copier. La réécriture désigne donc l’action, le fait de réécrire mais aussi le résultat, la nouvelle version ainsi obtenue d’un texte déjà écrit. La réécriture à laquelle je m’intéresse ici est tout à fait particulière puisqu’il s’agit d’envisager Lucy Snowe, héroïne de Villette1 publié en 1853, comme réécriture du personnage de Jane Eyre tiré du roman éponyme de 1847, c’est-à-dire de la réécriture de ce personnage par son auteur lui-même, Charlotte Brontë.

  • 2  Gérard Genette, Palimpsestes, Paris : Seuil, 1982.

2Or, quand on s’attache au macro-texte d’un auteur quel qu’il soit, on a souvent le sentiment d’une unité stylistique et thématique entre les divers romans. La réécriture, telle que je l’entends, va bien entendu au delà de ce sentiment. Ce que je veux montrer, c’est que, dans Jane Eyre, Charlotte Brontë a créé une héroïne d’une telle force qu’elle se transforme en source d’inspiration pour son dernier roman. Pourtant, rien ne semble indiquer que cette réécriture soit volontaire. Si on reprend la typologie établie par Genette2, on s’aperçoit qu’il n’existe aucune relation d’intertextualité entre Jane Eyre et Villette ; on ne trouve aucune citation, aucun plagiat, aucune allusion explicite entre les deux textes qui soulignerait l’évidence. Par contre, l’hypertextualité qui, selon Genette, désigne toute relation unissant un texte B à un texte A autre que du commentaire, est quant à elle bien perceptible. Le statut identique de personnage-narrateur d’un récit autobiographique à la première personne amène très vite le lecteur à confronter ces héroïnes qui sont toutes les deux orphelines. En effet, elles reprennent l’une comme l’autre le fil des évènements dans l’ordre chronologique où ils se sont déroulés, l’une dix ans après son mariage avec Rochester, l’autre alors qu’elle est plus âgée puisqu’elle précise que ses cheveux sont bien blancs au moment où elle relate les faits (55).

3Il s’agira tout d’abord d’analyser ce surmarquage de type formel et thématique qui inscrit Lucy Snowe comme réécriture de Jane Eyre dans la continuité et ce, en trois points bien distincts : l’apparence physique, la force de caractère et enfin la progression de l’héroïne. Il faudra dans un deuxième temps s’attarder sur l’inflexion donnée par Charlotte Brontë dans son roman Villette. En effet, le remaniement qu’implique la réécriture apparaît clairement dans le dénouement des deux romans : si les finalités des deux héroïnes semblent communes, leurs fins diffèrent manifestement et on peut alors se demander si cette réécriture de la part de Charlotte Brontë ne fonctionne pas comme une autocritique de la vision édénique proposée par Jane Eyre.

4Mais concentrons-nous tout d’abord sur les différents points qui inscrivent Lucy Snowe comme réécriture de Jane Eyre dans la continuité, à commencer par l’apparence des deux héroïnes qui, physiquement, semblent plutôt incarner des anti-héroïnes.

  • 3  Annette Federico, “‘A cool observer of her own sex like me’: Girl-Watching in Jane Eyre”, Victoria (...)
  • 4  Sharon Murphy, “Charlotte Brontë and the Appearance of Jane Eyre”, Brontë Society Transactions, 23 (...)

5De nombreux critiques se sont intéressés aux descriptions physiques de Jane Eyre et certains y ont même consacré des articles tels que Annette Federico3 ou encore Sharon Murphy4. Si cet aspect a tant retenu l’attention, c’est parce que Jane Eyre se démarque des autres personnages féminins de l’époque par son absence de charme, comme on le perçoit dès le début du roman dans le contraste qui l’oppose aux demoiselles Reed. Jane Eyre est d’ailleurs la première à évoquer son « infériorité physique » (7), infériorité qui nous est maintes fois rappelée par les autres personnages. Ainsi Miss Abbot, la bonne de Mrs Reed la compare à un « petit crapaud » (26). Bessie, lorsqu’elle rend visite à Jane Eyre à Lowood, lui rappelle qu’enfant, elle n’était pas très belle : « you were no beauty as a child » (91). Mrs Fairfax la regarde de manière si dubitative lorsqu’elle apprend qu’elle va épouser Rochester que Jane Eyre lui demande si elle la trouve monstrueuse : « am I a monster? I said: is it impossible that Mr Rochester should have a sincere affection for me? » (265). Rochester en parle comme « d’un petite personne, assez mince et un peu pâle » (propos en français dans le texte car repris par Adèle, 118) et c’est d’ailleurs lui qui prononce les deux adjectifs essentiels « small » et « plain » lorsqu’il demande Jane Eyre en mariage (255). On peut encore citer l’avis de St John. En effet, celui-ci, après avoir examiné les traits de la jeune fille recueillie par ses sœurs, rend un verdict sans appel : « Ill or well, she would always be plain. The grace and harmony of beauty are quite wanting in those features » (339). Cette simplicité correspond à un choix délibéré de Charlotte Brontë qui souhaitait créer un nouveau type d’héroïne, comme le rappelle Harriet Martineau :

  • 5  Harriet Martineau, “Death of Currer Bell” [1855], in T.J. Wise and, J.A. Symington (eds.), The Bro (...)

She once told her sisters that they were wrong — even morally wrong —in making their heroines beautiful, as a matter of course. They replied that it was impossible to make a heroine interesting on any other terms. Her answer was, “I will prove to you that you are wrong. I will show you a heroine as small and plain as myself who shall be as interesting as yours.” “Hence, “Jane Eyre”, said she in telling the anecdote; “but she is not myself, any further than that”5.

6A la lecture de Villette, on s’aperçoit très vite que Lucy Snowe s’inscrit dans la lignée de cette héroïne qui se passe de la beauté et de l’élégance des personnages féminins victoriens. Cette infériorité physique, que j’évoquais au sujet de Jane Eyre, est également exprimée par Lucy Snowe : « I never remember the time when I had not a haunting dread of what might be the degree of my outward deficiency » (602) ; elle est d’ailleurs source d’interrogations au cours de cette longue discussion avec M. Paul à la fin du roman : « I am not pleasant to look at --? » (602) ou encore « Do I displease your eyes much? » (603) car elle en réalité à l’origine d’une certaine souffrance. On perçoit la peur de déplaire qu’éprouve Lucy Snowe, lorsqu’elle insiste pour connaître le sentiment de M. Paul sur son apparence physique : « I must own a great fear of displeasing — a strong wish moderately to please» (603). Si cette conscience de ne pas correspondre à certains critères de beauté et d’élégance est parfois source de souffrance, on se rend compte qu’elle s’accompagne surtout d’une certaine fierté. Ainsi la simplicité vestimentaire s’affiche presque comme une vertu. La garde-robe limitée de Lucy Snowe lorsqu’elle arrive à Villette « my portmanteau with my few clothes » (75) fait écho à celle de Jane Eyre qui, lorsqu’elle quitte Lowood, ne possède qu’une robe noire pour voyager. Il s’agit bien entendu de souligner l’origine sociale des héroïnes mais aussi de mettre en valeur un choix délibéré de se démarquer de certains personnages fortement critiqués comme Georgiana Reed ou l’épouse et les filles de Brocklehurst pour Jane Eyre, Ginevra Fanshawe pour Lucy Snowe, personnages chez qui l’apparence est synonyme de masque et d’hypocrisie.

7Si Jane Eyre est fière de pouvoir affirmer à son maître : « I am your plain Quakerish governess » (259) et de refuser les robes et les bijoux dont il veut la couvrir, Lucy Snowe illustre simplicité et sobriété par le choix de sa tenue chez Mme Beck : « my sombre daily attire not being calculated to attract notice » (277) et montre une détermination farouche à ne pas en changer. Ainsi, Lucy Snowe refuse catégoriquement de porter un costume d’homme malgré le rôle qu’elle a accepté de jouer : « to be dressed like a man did not please, and would not suit me […] I would keep my own dress» (171). Elle choisit de se démarquer de toutes les jeunes filles revêtues d’une robe blanche pour la fête de Mme Beck et prend un tissu gris-mauve que la couturière qualifie de « triste » et de « peu voyant » mais dans lequel Lucy Snowe se sent à l’aise : « However, in this same gown of shadow, I felt at home and at ease ; an advantage I should not have enjoyed in anything more brilliant or striking » (162). C’est un véritable choc pour elle lorsqu’elle se voit contrainte de porter la robe rose que Mrs Bretton lui offre pour aller à un concert avec Graham : « A pink dress ! I knew it not. It knew not me. I had not proved it » (259). D’ailleurs revêtue de la sorte, elle ne se reconnaît pas dans le miroir de la salle de concert. Lorsqu’elle se risque à la porter de nouveau devant M. Paul et qu’elle se trouve accusée de coquetterie, elle s’en défend aussitôt : « mais ma robe n’est pas belle, monsieur — elle n’est que propre » (476).

8De fait, Lucy Snowe reste fidèle jusqu’au bout à la simplicité qu’incarne Jane Eyre et qui permet de mettre en valeur les qualités morales et intellectuelles de ces personnages féminins dont la force de caractère dissipe le voile d’anti-héroïne qui semblait les couvrir.

9La personnalité est en effet le second point qui inscrit Lucy Snowe dans une réécriture de Jane Eyre sans rupture. On peut tout d’abord souligner que cette force de caractère ne s’exprime pas à intensité égale tout au long du roman. En effet, Lucy Snowe reprend souvent le poste d’observatrice exclue qu’occupe de temps à autre son modèle. Afin d’illustrer ce propos, il convient de rappeler deux scènes de Jane Eyre. La première se situe au tout début du roman lorsque Jane Eyre décrit l’image parfaite de la mère entourée de ses enfants avec laquelle elle ne cadre pas comme le lui a fait remarquer Mrs Reed : « Me, she had dispensed from joining the group » (7), exclusion mise en valeur par cette antéposition du COD « me » étant donné que « me » et « the group » se trouvent alors en début et fin de phrase, aux antipodes l’un de l’autre. Dans la mesure où on lui a refusé le rôle d’actrice, Jane Eyre se transforme en simple observatrice de la scène, poste qu’elle retrouve, assise près de la fenêtre à Thornfield, alors que Mr Rochester reçoit de nombreux invités. Jane Eyre décrit dans un premier temps chacun d’entre eux, puis compare son maître avec certains hommes présents, le verbe « see » est alors répété trois fois en sept lignes et le terme d’observateur apparaît précisément (175). Entre Jane Eyre et l’assemblée se dresse le rideau cramoisi mais la barrière devient bientôt sociale puisque le sujet de la conversation porte sur les gouvernantes qui sont très vite l’objet de risée ; Jane Eyre est de nouveau exclue. Face aux Reed qui la rejetaient, Jane Eyre s’était réfugiée dans le salon adjacent pour se plonger dans ses livres, elle se précipite ici dans sa chambre malgré la tentative de Rochester de la retenir.

10Lucy Snowe, au tout début du roman, bénéficie de toute l’attention de sa marraine lors de son séjour chez elle. Mais cette situation se trouve perturbée par l’arrivée de la jeune Paulina Home, dite Polly, pour laquelle Mrs Bretton a beaucoup d’affection. Lucy passe alors son temps à observer l’enfant : “I watched Polly rest her small elbow on her small knee, her head on her hand ; I observed her draw a square-inch or two of pocket-handkerchief from the doll-pocket of her doll-skirt” (10). Le verbe “watch” est alors constamment répété (10, 11, 12, 15, 17, 28, 35), Lucy n’existe alors que parce qu’elle est témoin de l’évolution de la jeune Polly, de la relation qui s’établit entre l’enfant et le fils de Mrs Bretton. Une autre scène met bien en valeur ce rôle d’observatrice exclue, celle de la nuit où, errant malgré le soporifique administré par Mme Beck, elle gagne le parc de la ville et s’aperçoit qu’il s’y tient une fête à laquelle participent Mme Beck, les Bretton, les de Bassompière, Père Silas et même M. Paul (qui est pourtant censé être parti à bord de « l’Antigua ») mais à laquelle elle n’a pas été invitée. Après avoir observé la scène de loin, Lucy Snowe cherche refuge dans les bas-quartiers de la ville. Mises à part ces phases où Lucy Snowe joue simplement un rôle d’observatrice, elle est véritablement actrice de sa propre existence et sa force de caractère semble alors dominée, comme celle de Jane Eyre, par une tension entre raison et passion.

11Jane Eyre est perçue comme vive et fougueuse dès le début, comme le prouve son attitude vis-à-vis de John Reed avec qui elle se bat, répondant ainsi à ses insultes et à ses coups, ce qui provoque les exclamations suivantes de Bessie et de la bonne Abbot : « What a fury to fly at Master John ! » et « Did ever anybody see such a picture of passion ! » (11). On retrouve ces traits de caractère à Lowood, notamment face aux châtiments infligés par Miss Scatcherd à Helen Burns qui les endure en silence au grand étonnement de Jane Eyre qui s’exclame : « if she struck me with that rod, I should get it from her hand ; I should break it under her nose » (55).

12Lucy Snowe paraît quant à elle beaucoup moins passionnée dans un premier temps, comme le suggère d’ailleurs son nom choisi délibérément par Charlotte Brontë :

  • 6  Lettre de C. Brontë à W.S. Williams datée du 6 novembre 1852 in Margaret Smith, The Letters of Cha (...)

As to the name of the heroine - I can hardly express what subtility of thought made me decide upon giving her a cold name ; but — at first — I called her “Lucy Snowe” (spelt with an e), which “Snowe” I afterwards changed to “Frost”. Subsequently — I rather regretted the change and wished it “Snowe” again. (…) A cold name she must have – partly – perhaps - on the “lucus a non lucendo” — principle — partly on that of the “fitness of things” — for she has about her an external coldness6.

13Pour l’illustrer on peut par exemple évoquer le chagrin de la petite Polly après le départ de son père qui laisse Lucy Snowe imperturbable : « Mrs Bretton, being a mother, shed a tear or two. Graham, who was writing, lifted up his eyes and gazed at her. I, Lucy Snowe, was calm » (26). Mais il s’agit bel et bien d’une enveloppe extérieure.

  • 7  Elaine Showalter, A Literature of Their Own, British Women Novelists from Brontë to Lessing, Princ (...)

14Jane Eyre devient très vite capable de maîtriser son caractère passionné comme on le voit à Lowood lorsqu’elle affirme qu’elle s’est soumise à l’ordre et au devoir ou encore à Thornfield lorsqu’elle prend la décision de quitter Rochester : « Conscience, turned tyrant, held passion by the throat » (297). D’ailleurs si Rochester est le seul à percevoir la nature passionnée de Jane Eyre, M. Paul est l’unique personne devant laquelle Lucy Snowe laisse s’exprimer certaines réactions passionnées de manière répétée. Elle refuse, comme nous l’avons vu, de porter le costume d’homme qu’il lui propose pour son rôle et s’oppose aussi violemment à sa volonté de la faire participer à un examen de français : « and here, losing patience, I broke afresh with a cry that I wanted to be liberated, to get out to the air – I was almost in a fever » (449). M. Paul est d’ailleurs le seul à être conscient de l’existence de ce feu qui brûle en Lucy derrière cette apparence raisonnable : « You remind me, then, of a young she wild creature, new caught, untamed, viewing with a mixture of fire and fear the first entrance of the breaker-in » (290). Là encore, Lucy Snowe incarne la première réécriture de Jane Eyre, héroïne qui s’inscrit en dehors du schéma victorien habituel de fille-épouse-mère, douce et soumise comme le souligne Elaine Showalter pour expliquer son concept de « post-Jane heroine »7. La position de gouvernante de Jane Eyre est remplacée par celle de professeur d’anglais pour Lucy Snowe mais dans les deux cas, le savoir, les qualités intellectuelles que possèdent les deux jeunes femmes leur permettent d’asseoir un certain pouvoir vis-à-vis de leurs élèves bien sûr mais aussi vis-à-vis des hommes. La tirade de Jane Eyre qui considère Rochester comme son égal le prouve ainsi que les passages où elle se montre supérieure à lui moralement. De la même manière, Lucy Snowe est celle qui fait la leçon à M. Paul sur sa fâcheuse tendance à espionner tout un chacun : « it degrades your own dignity » peut-on lire à la page 458 et la relation d’égal à égal qu’elle souhaite établir avec M. Paul n’aurait d’ailleurs pas été possible avec Graham Bretton qui la considère comme une « ombre inoffensive » (420).

15Lucy Snowe, comme Jane Eyre, a un sens aigu de sa propre valeur, de son individualité qu’elle souhaite préserver, comme on le voit sur le plan religieux où elle refuse la tentative de conversion au catholicisme proposée par M. Paul et cette affirmation de soi est d’ailleurs perceptible dans la progression de l’héroïne, progression sur laquelle nous allons maintenant nous concentrer et qui me semble être le point d’ancrage à la fois formel et thématique de cette réécriture.

16On peut tout d’abord noter que cette progression qui s’inscrit dans le temps se matérialise également dans l’espace. Les changements de lieux sont perçus comme de véritables étapes : Gateshead, Lowood, Thornfield, Marsh End et enfin Ferndean pour Jane Eyre, Bretton, London et enfin Villette avec ce départ pour l’étranger extrêmement marquant pour Lucy Snowe dans la mesure où elle se retrouve dans un pays dont elle ne parle pas couramment la langue. On pourra remarquer que les déplacements sont volontaires en ce qui concerne Jane Eyre, sa progression est marquée en effet par le rejet de certains lieux : c’est elle qui décide de quitter les Reed pour aller à l’école, école dont elle choisit de partir au bout de huit ans pour découvrir d’autres horizons et notamment celui de Thornfield qu’elle fuit lorsque son mariage avec Rochester ne peut avoir lieu. Dans le cas de Lucy Snowe, on a beaucoup plus l’impression que les déplacements sont subis. Ce sont en effet les circonstances qui l’amènent à devenir la dame de compagnie de Miss Marchmont après le départ de Mrs Bretton et la disparition mystérieuse de ses proches, de même c’est la mort de Miss Marchmont qui la pousse vers Londres où elle prendra la décision de partir pour le continent. Lucy Snowe l’avoue d’ailleurs elle-même : « I must be goaded, driven, stung, forced to energy » (45). Ce n’est que peu à peu qu’elle découvre sa propre identité dans ce roman qui prend des allures de Bildungsroman, notamment dans le deuxième volume avec cette découverte du monde encouragée par Graham.

17C’est en réalité un véritable voyage spirituel qu’entreprend Lucy Snowe qui suit là encore les traces de Jane Eyre et on peut ici citer les propos de Peter Allan Dale qui souligne cette dimension allégorique de la réécriture :

  • 8  P.A. Dale, “Heretical Narration : Charlotte Brontë’s Search for Endlessness”, Religion and Literat (...)

Jane Eyre and the vastly more impressive rewriting of that story in Villette are constructed to a pattern that seems to belong more to the seventeenth century than to the nineteenth. It is John Bunyan more than anyone else who underlies the conception of these books: both are ultimately pilgrim’s progresses, spiritual journeys, that seek to move from the Vanity Fair of this world to the secure repose of the Celestial City8.

18La dimension allégorique des noms tel que « Gateshead » qui rappelle « To the Wicket Gate » de Bunyan et marque le début du périple ainsi que les allusions fréquentes au Pilgrim’s Progress comme les « collines de Beulah » (151) ou la comparaison entre St John et « Greatheart » (452) ont souvent été commentées dans Jane Eyre, où l’héroïne fait figure de pèlerine : « I still felt as a wanderer on the surface of the earth » (226). Lucy Snowe reprend ce rôle dès le début du roman avec cette référence explicite aux personnages du Pilgrim’s Progress : « My visits to Mrs Bretton resembled the sojourn of Christian and Hopeful beside a certain pleasant stream » (6). Les allusions se multiplient par la suite, le monde prend les allures d’une immense foire aux vanités (575), M. Paul est à son tour comparé au personnage de « Greatheart » (557) ; tous les éléments sont réunis pour mettre en valeur la progression de l’héroïne et l’apparenter à celle du pèlerin du Pilgrim’s Progress, avec toutes les difficultés qu’elle comporte.

19Concernant Jane Eyre, l’épreuve de la fuite de Thornfield constitue la Colline Difficulté rencontrée par Christiana et les propos tenus par Jane Eyre rappellent le style de Bunyan avec ses oppositions marquées et la répétition de termes tels que « tentation », piège », « effort »… Quant à l’expérience de Whitcross, au cours de laquelle Jane Eyre dort dans la nature, mourant de faim et de froid, elle évoque à la fois le Val d’Humiliation mais aussi le Vallon de l’Ombre de la Mort. Ces vallées, Lucy Snowe les traverse également, notamment lors de la période des grandes vacances où elle reste isolée au pensionnat dans la détresse mentale la plus totale, détresse qui la pousse à aller se confesser dans une église catholique. Sur le chemin du retour, Lucy n’offre aucune résistance à la pluie et au vent auxquels elle doit faire face et tombe de faiblesse : « Instead of sinking on the steps as I intended, I seemed to pitch headlong down an abyss. I remember no more » (202). La période qui suit s’apparente alors à une phase de régression, Lucy Snowe redevient la jeune fille dont la marraine s’occupe tendrement de même que Jane Eyre, suite à l’épreuve de l’annulation du mariage, se transforme à nouveau en la jeune fille solitaire qu’elle était. L’écho de Bunyan dans ces instants se fait à nouveau entendre : « What was I to do ? Where to go ? » (323), comme d’ailleurs avant l’errance nocturne de Lucy Snowe qui doit surmonter l’épreuve du départ de M. Paul : « What should I do ? » (556).

20De nombreux épisodes soulignent à l’inverse l’idée d’un progrès accompli. Ainsi Jane Eyre, lorsqu’elle retourne à Gateshead au chevet de sa tante mourante se rend compte du chemin qu’elle a parcouru depuis qu’elle a quitté les Reed : « I experienced firmer trust in myself and my own powers, and less withering dread of oppression » (228). Lucy Snowe a également conscience de sa propre progression, comme on le perçoit lors de la conversation qu’elle a avec Ginevra Fanshawe qui lui a demandé « But are you anybody ? », ce à quoi elle répond : « “Yes”, I said, “I am a rising character : once an old lady’s companion, then a nursery-governess, now a school-teacher” » (384-385). On peut rappeler d’ailleurs qu’à la fin du roman, elle dirige sa propre école. De même, lorsqu’elle revient chez Mme Beck après son séjour chez les Bretton, elle a l’impression d’être plus forte et s’impose de se tourner vers l’avenir : « commanding a patient journeying through the wilderness of the present, enjoining a reliance on faith » (289).

21Le but du voyage est en effet ce qui éclaire la progression de Lucy Snowe tout comme celle de Jane Eyre, mais si leur finalité, c’est-à-dire trouver le salut, apparaît comme commune, leurs fins diffèrent.

22Il existe une réelle inflexion entre le dénouement de Jane Eyre et celui de Villette, sur laquelle nous allons maintenant nous concentrer afin d’envisager ce remaniement dans la réécriture.

23A la fin du roman, Jane Eyre répond à l’appel surnaturel de Rochester, le rejoint à Ferndean et peut l’épouser puisque Bertha Rochester est morte dans l’incendie qui a d’ailleurs rendu Rochester aveugle et handicapé. C’est alors une vision édénique de l’union du couple qui nous est présentée par Jane Eyre :

I have now been married ten years. I know what it is to live entirely for and with what I love best on earth. I hold myself supremely blest – blest beyond what language can express; because I am my husband’s life as fully as he is mine. No woman was ever nearer to her mate than I am: ever more absolutely bone of his bone, and flesh of his flesh. (450)

Vision édénique soulignée d’ailleurs par cette référence au verset 23 du chapitre 2 de la Genèse. Au contraire, Lucy Snowe, à la fin de Villette, perd l’être aimé, M. Paul, qui périt dans un naufrage alors qu’il est sur le chemin du retour après une absence de trois ans. N’est-ce pas d’une certaine manière l’occasion pour Charlotte Brontë de revoir la fin de Jane Eyre et de condamner l’amour de la créature lorsqu’il prend le pas sur celui voué au Créateur ?

24Jane Eyre, comme nous l’avons vu, revendique la vision édénique qu’elle nous présente ; l’union qu’elle forme avec Rochester ne se heurte désormais à aucun obstacle et aucun péché ne semble lui faire ombrage. Cependant l’idolâtrie de la créature telle qu’elle est soulignée par Jane Eyre n’est guère compatible avec l’accès au salut divin, comme en témoignent deux passages de la Bible, évoqués par P.A. Dale : les versets 32 à 34 du chapitre 7 de la Première Epître de St Paul aux Corinthiens (« But I would have you without carefulness. He that is unmarried careth for the things that belong to the Lord, how he may please the Lord: But he that is married careth for the things that are of the world, how he may please his wife. ») et le verset 25 du premier chapitre de l’Epître de St Paul aux Romains (« Who changed the truth of God into a lie, and worshipped and served the creature more than the Creator, who is blessed forever »).

25Or, il est tout à fait intéressant de noter que le danger de l’idolâtrie de la créature est souligné dès le début de Villette, notamment au travers de l’histoire de Miss Marchmont qui occupe une grande partie du chapitre 4. En effet cette femme qui a perdu l’être qu’elle aimait très jeune doute peu avant sa mort de son salut en insistant sur cette opposition créature/Créateur :

You see I still think of Frank more than of God; and unless it be counted that in thus loving the creature so much, so long, and so exclusively, I have not at least blasphemed the Creator, small is my chance of salvation. (50)

  • 9  Lettre de C. Brontë à Ellen Nussey datée de 1836, in Margaret Smith, The Letters of Charlotte Bron (...)

On ressent la peur de Lucy Snowe de ne pas faire partie des élus tout au long du roman, peur qui peut paraître paradoxale avec la conception du salut universel de Charlotte Brontë. On sait cependant que l’auteur éprouvait une profonde angoisse par rapport au calvinisme comme en témoigne cette lettre à Ellen Nussey : « if the Doctrine of Calvin be true I am already an outcast »9. Et dans le roman, le couple qui semble être élu est celui formé par Graham et Paulina :

I do but speak the truth when I say that these two lives of Graham and Paulina were blessed, like that of Jacob’s favoured son, with « blessings of Heaven above, blessings of the deep that lies under ». It was so, for God saw that it was good. (547)

Lucy Snowe dit d’ailleurs de Paulina qu’elle aide son mari dans sa progression et contribue à son bonheur mais ne suggère à aucun moment qu’elle puisse l’idolâtrer. Paulina, de par son prénom, ne suit-elle pas St Paul ? La relation qui unit Lucy Snowe à l’être aimé est d’un autre ordre. Amoureuse de Graham, elle considère les lettres qu’il lui écrit comme des trésors qu’elle ne détruira pas mais enterrera dans le jardin secret de la cour du Pensionnat comme pour pouvoir encore les célébrer. Dans l’amour qui l’unit à M. Paul, on retrouve ce même danger de préférer la créature au Créateur, comme on peut le voir à nouveau dans sa manière de considérer les lettres qu’elle reçoit : « his letters were real food that nourished, living water that refreshed » (616). On peut se dire que les propos de St Paul résonnent d’autant plus fort que le pèlerinage de Lucy Snowe débute dans l’ombre de la cathédrale St Paul à Londres et que l’être aimé porte le même nom. On peut se dire enfin que la mort de M. Paul, destin créé pour lui par Charlotte Brontë, permet d’anéantir tout danger pour Lucy Snowe d’idolâtrer la créature plus que le Créateur. Lucy Snowe peut, comme Miss Marchmont, prendre le parti d’espérer retrouver l’être aimé dans la mort. La fin reste ouverte et permet donc d’imaginer que Lucy Snowe redevient cette pèlerine solitaire en quête de salut qui écrit son histoire au crépuscule de sa vie à la différence de Jane Eyre qui écrit la sienne en ayant le sentiment d’avoir trouvé le sien sur terre de ce côté-ci de la Cité Divine.

26Si Charlotte Brontë nous offre par le dénouement une réécriture marquée par une profonde inflexion, je ne pense pas qu’on puisse dire cependant que le remaniement aille jusqu’à l’autocritique. En effet, nous avons pu voir que c’est le sort de l’héroïne qui fait l’objet d’une modification radicale mais c’est la même inquiétude du danger de l’idolâtrie de la créature par rapport au Créateur qui est mise en scène, danger qui existe par rapport au salut. On pressent que les portes de la Cité Céleste s’ouvriront pour St John qui prononce les derniers mots de Jane Eyre mais qu’elles resteront closes pour les personnages évoqués à la toute fin de Villette, c’est-à-dire Madame Beck, le Père Silas et Madame Walravens bien qu’ils mènent une existence heureuse sur terre. La question de l’accès au salut se pose dans les deux romans car ce qui ressort du parcours des deux héroïnes, c’est véritablement que cette Cité existe. Lucy Snowe, malgré l’inflexion, ne contredit en rien Jane Eyre sur ce point, Jane Eyre qui s’érige bel et bien en modèle pour l’héroïne de Villette et plus largement pour toute une série de réécritures, comme le révèlent les articles de ce volume.

Haut de page

Bibliographie

BERTRANDIAS Bernadette, “La porte secrète de l’enfer : Jane Eyre ou l’aporie du Pilgrim’s Progress?”, Cahiers Victoriens et Edouardiens, 55, 2002, 157-167.

BRONTË Charlotte, Jane Eyre (1847), Oxford World’s Classics, 2000.

BRONTË Charlotte, Villette (1853), Oxford World’s Classics, 1998.

DALE P.A., “Heretical Narration: Charlotte Brontë’s Search for Endlessness”, Religion and Literature, 16 : 3, 1984, 1-24.

FEDERICO Annette, “‘A cool observer of her own sex like me’: Girl-Watching in Jane Eyre”, Victorian Newsletter, 80, 1991, 29-33.

GENETTE Gérard, Palimpsestes, Paris : Editions du Seuil, 1982.

MURPHY Sharon, “Charlotte Brontë and the Appearance of Jane Eyre”, Brontë Society Transactions, 23 : 1, 1998, 17-26.

SHOWALTER Elaine, A Literature of Their Own, British Women Novelists from Brontë to Lessing, Princeton University Press, 1977.

SMITH Margaret, The Letters of Charlotte Brontë with a selection of letters by family and friends, Volume I, 1829-1847, Oxford : Clarendon Press, 1995.

SMITH Margaret, The Letters of Charlotte Brontë with a selection of letters by family and friends, Volume III, 1852-1855, Oxford : Clarendon Press, 2004.

WISE T.J. et SYMINGTON J.A. (dir.), The Brontës: Their Lives, Friendships and Correspondence IV, Oxford : Shakespeare Head Press, 1933.

Haut de page

Notes

1  Charlotte Brontë, Jane Eyre (1847), Oxford World’s Classics, 2000; Charlotte Brontë, Villette (1853), Oxford World’s Classics, 1998.

2  Gérard Genette, Palimpsestes, Paris : Seuil, 1982.

3  Annette Federico, “‘A cool observer of her own sex like me’: Girl-Watching in Jane Eyre”, Victorian Newsletter, 80, 1991, 29-33.

4  Sharon Murphy, “Charlotte Brontë and the Appearance of Jane Eyre”, Brontë Society Transactions, 23 : 1, 1998, 17-26.

5  Harriet Martineau, “Death of Currer Bell” [1855], in T.J. Wise and, J.A. Symington (eds.), The Brontës: Their Lives, Friendships and Correspondence IV, Oxford : Shakespeare Head Press, 1933, 182.

6  Lettre de C. Brontë à W.S. Williams datée du 6 novembre 1852 in Margaret Smith, The Letters of Charlotte Brontë with a selection of letters by family and friends, Volume III, 1852-1855, Oxford : Clarendon Press, 2004, 80.

7  Elaine Showalter, A Literature of Their Own, British Women Novelists from Brontë to Lessing, Princeton University Press, 1977, 122.

8  P.A. Dale, “Heretical Narration : Charlotte Brontë’s Search for Endlessness”, Religion and Literature, 16 : 3, 1984, 3. Lire aussi l’article de Bernadette Bertrandias, “La porte secrète de l’enfer : Jane Eyre ou l’aporie du Pilgrim’s Progress?”, Cahiers Victoriens et Edouardiens, 55, 2002, 157-167.

9  Lettre de C. Brontë à Ellen Nussey datée de 1836, in Margaret Smith, The Letters of Charlotte Brontë with a selection of letters by family and friends, Volume I, 1829-1847, Oxford : Clarendon Press, 1995, 154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elise Ouvrard, « Lucy Snowe : première réécriture de Jane Eyre », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. IV - n°4 | 2006, 9-21.

Référence électronique

Elise Ouvrard, « Lucy Snowe : première réécriture de Jane Eyre », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. IV - n°4 | 2006, mis en ligne le 20 octobre 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://lisa.revues.org/1761 ; DOI : 10.4000/lisa.1761

Haut de page

Auteur

Elise Ouvrard

Dr. (Caen, France)
Elise Ouvrard has just completed her Ph.D. at the University of Caen where she also teaches. The title of her thesis is “Education and Salvation in the Brontë sisters’ novels”.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org