Navigation – Plan du site
Les Femmes britanniques et la Deuxième Guerre mondiale : La place des femmes en temps de guerre, points de vue internes et externes

Récits de femmes, récits de guerre : un genre problématique

Women, Wartime and Autobiography: Gendering the Genre
Karen Meschia
p. 88-110

Résumé

Taking as its starting point the considerable popular interest in oral history resources in Britain today, and the wide use made of them on the occasion of the 60th anniversary of the end of World War II in a number of institutional and more informal settings, the article briefly retraces the origins of this “history from below”, which frequently involves the use of autobiographical, or self life-writing, in order to question its significance from a gender perspective.
After examining in general terms the epistemological and methodological difficulties involved in using oral sources, personal testimony and individual life-histories, the specific problems raised in using women’s narratives are discussed: their traditionally “muted” voice and fragmented sense of selfhood require that new modes of listening and interpretation be brought into play.
To bring into focus the practical implications of this theoretical inquiry, the article concludes by looking more closely at how two feminist researchers have made use of women’s accounts of their lives in order to assess the extent to which their experiences during World War II brought about a modification in their status, notably in the articulation between professional and family life.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keywords :

autobiography, gender, genre, wartime, women
Haut de page

Texte intégral

1Cet article examine, sur le plan théorique et dans ses implications pratiques, la relation complexe entre les récits autobiographiques de femmes et le contexte social et historique dans lequel ceux-ci viennent s’inscrire. Cette interrogation est particulièrement prégnante lorsqu’on souhaite utiliser de telles sources afin d’examiner la question, non moins problématique, des prétendus effets émancipateurs pour les femmes en période de guerre. De ce point de vue, la Deuxième Guerre mondiale en Grande-Bretagne fournit un excellent cas d’école pour illustrer le propos que nous allons développer ici.

2Le 9 juillet 2005, Sa Majesté La Reine inaugurait à Londres, à côté du célèbre Monument aux Morts de Whitehall, un nouveau monument : The Memorial to the Women of World War Two. Cette tardive reconnaissance officielle du rôle primordial joué pendant la Deuxième Guerre mondiale par des millions de femmes britanniques, dont les activités étaient restées jusque-là dans l’ombre, devait restituer à ces femmes, au plan symbolique du moins, la juste place qui leur revenait dans le récit national de ce conflit. Un texte de présentation reflète bien cette ambition : “Sixty years on […] history has been re-written”1.

  • 2  Un exemple parmi beaucoup d’autres : Manchester Wartime Memories. A Collection of Oral History Mem (...)

3Parallèlement à cette première « réécriture » de l’histoire, le soixantième anniversaire de la fin de la Deuxième Guerre mondiale en Grande-Bretagne a été l’occasion d’un véritable foisonnement d’événements médiatiques et de publications commémoratives. Parmi ces dernières, on est frappé par le volume considérable de documents relevant d’une catégorie de production qui peut être qualifiée génériquement d’autobiographique : récits individuels, extraits de journaux intimes, documents ou photos personnels et autres memorabilia ; autant d’éléments regroupés généralement sous un même intitulé : “oral history” – l’histoire orale. Il s’agit souvent d’initiatives locales, s’appuyant sur les réseaux de bibliothèques municipales2, avec la participation d’écoles, d’associations, de la presse et de la radio locale et utilisant diverses archives, souvent iconographiques, pour illustrer les témoignages d’hommes et de femmes ordinaires qui, souvent pour la première fois, restituent publiquement leurs souvenirs de l’évacuation des enfants, du Blitz, du rationnement, de tout ce qui a contribué à forger, dans l’imaginaire de la population britannique, une certaine vision de “the People’s War” qui continue de captiver adultes et enfants.

4Au-delà des lieux communs, qui célèbrent la résistance au quotidien et le caractère modestement indomptable d’un peuple qui, selon les formules galvaudées, s’est résigné à l’inévitable –“doing their bit”, “just getting on with it”, “making do and mending”, ou encore “digging for victory” – cet extraordinaire engouement pour des récits de vie individuels mérite que l’on s’y attarde afin de cerner ce qui est en jeu pour les hommes, et, plus particulièrement encore, pour les femmes qui livrent (souvent à des inconnus) leurs souvenirs pour la postérité.

5De toute évidence, Mass-Observation (M-O) a inauguré un genre, qualifié aujourd’hui de “self life-writing”, qui occupe, depuis, une place particulière dans la constitution du rapport entre un peuple et son histoire en Grande-Bretagne. Ce sera notre point de départ pour dresser rapidement le cadre historique et théorique qui permet d’aborder les enjeux particuliers du récit autobiographique en ce qui concerne les femmes.

Les voix du passé : de Mass-Observation à The BBC People’s War Archive : l’histoire orale en Grande-Bretagne

“Among You Taking Notes”3 : Mass Observation, l’anthropologie du quotidien

  • 3  Titre emprunté à Dorothy Sheridan (ed.), Among you Taking Notes. The Wartime Diary of Naomi Mitchi (...)

6Conçu par ses trois fondateurs comme “an anthropology of ourselves” ce programme unique, mis en place en 1937, devait constituer une vaste collecte de données sur la vie quotidienne des Britanniques, employant une diversité d’outils : observation directe, questionnaires, enquêtes ponctuelles, “personal diaries”, récits, rapports, etc. De fait, les événements lui ont rapidement conféré une autre finalité : recueillir des informations susceptibles d’être utiles pour l’effort de guerre, en particulier de la part des femmes, dont on a progressivement perçu l’importance cruciale pour mener à bien cette « guerre totale » d’un nouveau type, qui a donné lieu, pour la première fois, à leur mobilisation sur tous les fronts. Dès 1939, Tom Harrisson écrivait :

  • 4  Tom Harrisson, ‘Working women in this war’, Industrial and Personnel Management, 1939, 253.

I believe that women are bearing the brunt of this home-fronted war. I believe that the way they react to the strain may largely determine the outcome. And I see everywhere very little sign that the woman’s point of view matters nearly as much as the man’s. This war is being led by men and run by men, mostly old men. They are appallingly ignoring women’s problems4.

7Mass-Observation s’est employé tout au long de la guerre à remédier à cette situation, en auscultant le moral des femmes à travers des enquêtes, des questionnaires, en leur demandant de tenir un journal détaillé le douzième jour de chaque mois, entre autres. Déjà, en 1937, plus de 500 participants bénévoles tenaient le journal de leur vie quotidienne pour M-O ; plus de la moitié d’entre eux étaient des femmes, dont certaines ont continué d’écrire dans les années cinquante. Les propos d’une des participantes illustrent bien ce qu’implique le fait de rendre publique sa vie :

  • 5  Cité dans Dorothy Sheridan, Wartime Women, A Mass-Observation Anthology 1937-45, [1990] London : P (...)

[…] the things I do in the house are monotonous, but on the 12th day are different somehow, letting the dog out, getting up, making the dinner, it makes them important when they have to be remembered and recorded5.

  • 6  Expression de Charles Madge, cité dans Sheridan, 2002, 5.
  • 7  Dorothy Sheridan, Women’s History Review, Volume 3, N° 1,1991, 161-173.

8Certes, la mise en place par le Ministère de l’Information de ces méthodes, qualifiées de “home front espionnage6, a été critiquée dès 1940 ; il n’en reste pas moins que cette entreprise constitue un véritable monument méthodologique, qui continue aujourd’hui de susciter débat, mais dont la grande valeur des vastes archives, encore incomplètement exploitées, qui en résultent, ne fait aucun doute. C’est notamment dans le domaine des récits autobiographiques féminins que celles-ci se sont révélées très riches, donnant lieu à de nombreux travaux et publications, mais aussi alimentant le débat méthodologique sur le genre. Dorothy Sheridan, l’archiviste actuelle, a largement contribué à faire valoir l’intérêt des ressources de M-O pour les études féministes7. Dans l’introduction de l’anthologie Wartime Women, Sheridan décrit l’arrière-plan intellectuel de ce genre de travaux :

  • 8  Sheridan, Wartime Women, A Mass-Observation Anthology 1937-45, op. cit., 5.

Since the end of the nineteen-sixties, an interest in autobiographical writing and ‘people’s history’ has emerged, significantly aided by the influence of feminism, and the merits of such qualitative, subjective material can be placed back on the agenda of social research8.

9L’on se souvient que ce n’est qu’en 1970, après 25 ans d’oubli, que les archives de Mass-Observation ont trouvé un lieu d’accueil à l’Université de Sussex, à l’instigation de l’historien Asa Briggs. Pour comprendre ce regain d’intérêt, et pour dresser plus précisément le contexte esquissé par Sheridan, il faut évoquer l’essor de l’histoire orale à la même époque.

L’histoire vue d’en bas : la mission sociale de l’histoire orale

  • 9  Paul Thompson, The Voice of the Past. Oral History, [1978] Oxford : Oxford University Press, 2000, (...)
  • 10 Ibid., 4.

10Un ouvrage exemplaire de la philosophie qui sous-tend cette approche est sans doute celui de Paul Thompson, publié pour la première fois en 1978. L’auteur souligne d’abord la fonction sociale de tout travail d’historien – “All history depends ultimately on its social purpose”9 – pour rappeler ensuite que les premiers historiens, tels que Michelet en France et Bede en Angleterre, s’appuyaient sur des sources orales, avant de retracer la disparition et la disqualification progressives de l’utilisation de telles sources au profit de la méthode documentaire au cours des XVIIIe et XIXe siècles. Ceci a eu pour effet de privilégier certains types de données, souvent officielles, produites par les instances du pouvoir : “The very power structure worked as a great recording machine shaping the past in its own image”10. C’est cette vision hégémonique et monolithique du passé que l’histoire orale a l’ambition de modifier.

11Les méthodes, d’inspiration sociologique et ethnologique, qui sont propres à l’histoire orale – entretiens et observation – avaient, certes, coexisté avec l’histoire « officielle » au cours du XIXe et du début du XXe siècle, au service d’un projet philanthropique dans la lignée de Booth, de Rowntree, ou des Webb. Mais ce n’est qu’au cours des années 1960 et 1970, dans un contexte social et intellectuel propice, il est vrai, à de telles remises en question des traditions et institutions, que la méthode est revendiquée de manière plus qu’anecdotique par des chercheurs académiques : en Grande-Bretagne The Oral History Society est créée en 1973 (son homonyme américain date de 1948).

  • 11 Ibid., 8.
  • 12 Ibidem.

12Bien plus qu’un outil supplémentaire dans la panoplie du chercheur en histoire, l’histoire orale, telle que la conçoit Thompson, propose un véritable contenu programmatique : « l’histoire vue d’en bas » (“evidence from the underside”11). Il s’agit, en effet, d’une mission sociale assez radicale, qui vise une modification des rapports de domination et de classe existants, grâce à la réappropriation, par les groupes dominés, de leur propre histoire. Les propos de Thompson sont clairs à cet égard : “History becomes, to put it simply, more democratic12. Il explique :

  • 13 Ibid., 7.

Since the nature of most existing records is to reflect the standpoint of authority, it is not surprising that the judgement of history has more often than not vindicated the wisdom of the powers that be. Oral history by contrast makes a much fairer trial possible: witnesses can now also be called from the under-classes, the underprivileged and the defeated. It provides a more realistic and fair reconstruction of the past, a challenge to the established account. In so doing, oral history has a radical implication for the social message of history as a whole13.

  • 14 Ibid., 112.
  • 15  Plus de trente groupes locaux fédérés : Federation of Worker Writers and Community Publishers : Ga (...)
  • 16  Voir son journal semestriel: History Workshop, Oxford University Press.

13Cette citation nous permet de comprendre l’intérêt que la méthode constituait pour tout projet féministe : “[…] witnesses can now be called from the underclasses”. D’ailleurs, Thompson revendique explicitement son utilité à cet égard : “From the start one strong current has been the publication of testimonies in order to bring out the hidden voices of women”14. Cependant, la suite de la phrase – “[…] a more realistic and fair reconstruction of the past” – laisse entrevoir aussi les difficultés épistémologiques soulevées par une telle prise de position. En tout état de cause, l’importance de ce courant ne fait aucun doute. Que ce soit le fait d’amateurs au plan local – la création d’un réseau de « travailleurs écrivains » tel que la Federation of Worker Writers and Community Publishers15 ; d’historiens professionnels – le très influent History Workshop Movement de l’Université d’Oxford16 ; ou encore l’assise institutionnelle que représente l’existence, dans de nombreux musées et bibliothèques nationaux, de collections ou de départements d’archives créés pour être mis au service des historiens de l’oralité, notamment, The National Life-Story Collection à la British Library, ou bienle très riche Departement of Sound Archives de l’Imperial War Museum. Tous ces phénomènes traduisent la même volonté de donner une voix, au sens propre et au sens figuré, à des individus ou à des groupes sociaux qui, au regard de l’Histoire, n’en avaient pas eu jusqu’alors.

La BBC, mémoire d’une nation

14Une importante source d’archives orales, et cela dès ses débuts, est celle de The BBC Sound Archive, les archives sonores de la British Broadcasting Corporation. Cette institution continue de jouer son rôle de gardien national de la mémoire collective puisqu’une des opérations les plus ambitieuses parmi toutes les manifestations commémoratives a été la création d’un site Web, The BBC People’s War Archive. Entre juin 2003 et janvier 2006, une équipe de la BBC a recueilli et mis en ligne 47 000 contributions – récits individuels, extraits de journal, lettres – accompagnées de plus de 15 000 photographies, le tout proposé par plus de 32 000 utilisateurs officiellement enregistrés. Il s’agit, soit de témoignages directs de personnes ayant vécu la guerre, soit d’histoires recueillies et rapportées par des amis ou des membres de leur famille. Cette collecte de témoignages s’est également appuyée sur un réseau dense de “associate centres” ou “outreach partnerships” : musées, bibliothèques et radios locales, dont la participation a permis de toucher un public peu coutumier des nouvelles technologies.

15L’ensemble de documents qui en résulte est impressionnant par son ampleur : un classement thématique a généré soixante-quatre catégories de récit, certaines très familières – The Blitz, Children and Evacuation, D-Day and 1944 – d’autres moins largement médiatisées – Civilian Internment, Conscientious Objectors. L’objectif pédagogique de cette initiative apparaît clairement à travers un dispositif – The Learning Zone – qui propose une panoplie d’outils éducatifs, construits à partir de thèmes d’études, tels que Women at War, et comportant propositions d’activité, documents d’accompagnement, plans de cours (“lesson plans”), avec des précisions quant au niveau scolaire ciblé (“key stage 2, 3”). Un autre objectif, qui place The People’s War Archive fermement dans la tradition démocratique évoquée plus haut, est rendu explicite dans les propos suivants, qui retracent la genèse du projet :

There was much debate on the site over whether or not the BBC should fact-check this content. The wartime generation in particular saw the BBC as a trusted supplier of ‘the truth’, i.e. authenticated content that can stand up to scrutiny. However, the BBC was keen to gather wartime memories precisely because it represented the user’s perception, rather than received historical opinion. The latter, it was felt, could be found on any bookshelf or encyclopaedia. What this site demanded was a record of how the wartime generation remembered those years; testimony in their own words; subjective interpretations that described ‘what it was like’, not what had happened17.

16Or, pour le chercheur, en dépit de son envergure indéniable, le projet égalitaire et généreux de ce type d’approche comporte, comme nous l’avons suggéré plus haut, certaines limites que nous évoquons maintenant pour en arriver à la question qui nous préoccupe plus directement : le caractère problématique des témoignages de femmes dans la construction d’un récit sur leur vécu.

Telling it like it is”: une quête illusoire ?

  • 18  Paul Rabinow, “Representations are Social Facts: Modernity and Post-Modernity in Anthropology”, in(...)
  • 19  Paul Thompson, The Voice of the Past. Oral History, op. cit., 5-6.
  • 20  Peter Berger & Thomas Luckmann, The Social Construction of Reality, Harmondsworth: Penguin, 1967, (...)

17L’anthropologue Paul Rabinow constate qu’il y a parfois de curieux décalages dans la circulation des idées à travers les frontières disciplinaires : “The moment when the historical profession is discovering cultural anthropology […] is just the moment when Geertz is being questioned […]”18. Ce commentaire fait allusion à la remise en cause des fondements épistémologiques de la méthode anthropologique qui ébranlait la discipline au moment même où l’histoire orale s’en emparait en Grande-Bretagne et ailleurs ; les difficultés concernent une certaine naïveté méthodologique et elles sont de plusieurs ordres. Il s’agit premièrement de l’absence de clarté quant au rôle exact du chercheur dans le processus de collecte et de production de données, en particulier lors de l’entretien, qui est une situation de communication comme toute autre, mais dont le caractère socialement situé et intersubjectif a eu tendance à être occulté totalement. Ensuite, la notion même qu’il puisse y avoir un quelconque « réalisme », ou plus grande authenticité ou « pureté » des données obtenues grâce à la méthode (“Once the life experience of people of all kinds can be used as raw material, a new dimension is given to history”19) est battue en brèche à l’ère de la postmodernité et du post-structuralisme, où le rôle primordial accordé au langage, comme organisateur de l’expérience et élément de construction de la réalité sociale20, exclut définitivement l’idée d’une expérience brute qui serait livrée spontanément, libre de toute contingence, notamment du discours qui la met en œuvre.

18On voit bien que ces problèmes ne relèvent pas seulement de la pratique de l’histoire orale (qui comporte la dimension supplémentaire du rôle joué par la mémoire dans la construction du récit), mais concernent toutes les recherches en sciences sociales et humaines dont la méthodologie s’appuie sur l’utilisation d’entretiens et de témoignages individuels. Lorsqu’on aborde la question dans une perspective de « genre », le tableau se complique encore.

La voix des femmes

  • 21  Graphie proposée par Liz Stanley, The Auto/biographical I. The Theory and Practice of Feminist Aut (...)

19Ce sont précisément ces considérations, parmi d’autres, qui ont alimenté la réflexion des chercheurs dans le domaine des Women’s Studies, au point de donner lieu aujourd’hui à un corpus considérable de travaux féministes portant sur l’utilisation de l’histoire orale et des récits auto/biographiques21 plus généralement. Une remarque faite par Thompson, au détour d’une phrase, concernant l’organisation d’un projet de recherche, nous fournit un point de départ :

  • 22  Paul Thompson, The Voice of the Past. Oral History, op. cit., 213.

[Thus] there is always a tendency for projects to record more men than women. This is partly because women tend to be more diffident, and less often believe that their own memories might be of interest. […] Even when this is recognized as a problem, it may prove difficult to solve22.

20Pour les féministes, plutôt qu’un problème annexe à résoudre pour le chercheur, ce relatif silence des femmes, corollaire du silence officiel que le monument de 2005 est censé rectifier, va constituer une problématique centrale, devenant l’objet même de l’analyse. En effet, les deux éléments d’explication proposés par Thompson renvoient à deux dimensions de cette question du silence des femmes, deux champs d’investigation déjà largement investis par les travaux féministes :

  • 23  Deborah Tannen, You Just Don’t Understand ! Men and Women in Conversation, London : Virago Press, (...)
  • 24  Dale Spender, Man Made Language, London : Routledge and Kegan Paul Ltd., 1980.

* “women tend to be more diffident : au-delà du constat d’une organisation sociale où les rapports sociaux de sexe ont favorisé traditionnellement la prise de parole en public par les hommes, des travaux dans le domaine de la sociolinguistique apportent différents éclairages : les genderlects de Deborah Tannen23, qui conclut à l’existence de deux modes communicatifs différents chez les femmes et les hommes, fondés pour les premières sur la collaboration, sur la construction et le maintien de liens intersubjectifs (“rapport talk”) ; pour les derniers sur une vision plus hiérarchique et compétitive de l’interaction (“report talk”). Plus radicalement chez Dale Spender24, le constat de l’inadéquation d’une langue faite par et pour les hommes (“Man Made Language”) pour rendre compte du vécu des femmes, les réduisant ainsi au silence.
* “they less often believe that their own memories might be of interest” : il est possible de lire en toile de fond de cette courte remarque apparemment banale, toute l’hégémonie exercée par la parole rationnelle et masculine depuis le Siècle des Lumières. L’enjeu fondamental dans la réflexion féministe est celui de la production, de la distribution et du statut des savoirs. Sandra Harding, dans de nombreux travaux, explore la question de l’épistémologie et de la dichotomisation entre savoir « objectif » et savoir « subjectif », qui, en accordant un statut prioritaire au premier, a eu pour effet d’ôter sa légitimité aux savoirs féminins :

  • 25  Sandra Harding (ed.), Feminism and Methodology , Milton Keynes : Open University Press, 1987, 3.

An epistemology is a theory of knowledge. It answers questions about who can be a ‘knower’ (can women?) ; what tests beliefs must pass in order to be legitimated as knowledge (only tests against men’s experiences and observations?) ; what kinds of things can be known (can ‘subjective truths’ count as knowledge?), and so forth25.

Parole muette, parole confisquée

  • 26  Shirley Ardener, Perceiving Women, New York : John Wiley and Sons, 1975.

21Face à cette difficulté à s’exprimer constatée chez les femmes, les anthropologues, suivant Shirley Ardener26, ont élaboré un concept pour rendre compte du phénomène qui joue sur les deux significations du verbe “mute” : rendre muet/réduire au silence, mais aussi assourdir/mettre en sourdine. Dans un article consacré à l’utilisation des techniques d’entretien avec les femmes, Kathryn Anderson et Dana Jack s’en inspirent pour suggérer la nécessité d’un mode d’écoute particulier :

  • 27  Kathryn Anderson & Dana Jack, “Learning to Listen: Interview Techniques and Analyses”, in Sherna B (...)

A woman’s discussion of her life may contain two separate, often conflicting, perspectives: one framed in concepts and values that reflect men’s dominant position in the culture, and one informed by the more immediate realities of a woman’s personal experience. Where experience does not ‘fit’ dominant meanings, alternative concepts may not be readily available. Hence, inadvertently, women often mute their own thoughts and feelings when they try to describe their lives in the familiar and publicly acceptable terms of prevailing concepts and conventions27.

  • 28 Idem.

22C’est ce schéma traditionnel que devait venir bousculer le mot d’ordre féministe « le personnel est politique », en restituant sa légitimité à la parole privée et subjective des femmes. Dans ces conditions, il est aisé de comprendre en quoi le projet de l’histoire orale semblait précisément offrir l’occasion de renverser cette asymétrie. C’est pourquoi, dans un premier temps, les chercheuses féministes se sont emparées avec fougue de ces outils. Sherna Berger Gluck et Daphne Patai, co-éditrices de l’ouvrage Women’s Words. The Feminist Practice of Oral History28, rappellent cet engouement initial à l’égard de ce mode de recherche (“research by, about, and for women”), enthousiasme qu’est venu tempérer une prise de conscience progressive de la complexité des problèmes posés :

  • 29 Ibid., 2.

In fact, when examined through the lens of the expanding feminist scholarship of later years, women’s oral history revealed itself to be more problematic than we had imagined. Most striking, in retrospect, were the innocent assumptions that gender united women more powerfully than race and class divided them, and that the mere study of women fulfilled a commitment to do research ‘about’ women29.

  • 30 Ibid., 3.

23Dans les nombreux ouvrages consacrés aux récits autobiographiques de femmes – dont on considère dorénavant que l’histoire orale constitue une variante – il est possible de dégager les éléments de cette nouvelle problématique, très loin de la conception initiale simplificatrice : “[…] oral history as the transparent reporting of experience”30.

  • 31  Liz Stanley, The Auto/biographical I. The Theory and Practice of Feminist Auto/biography, op. cit. (...)
  • 32  Marie-Françoise Chanfrault-Duchet, “Narrative and Socio-Symbolic Analysis”, in Gluck & Patai (eds. (...)

24Un point commun de tous ces travaux est l’interdisciplinarité des approches proposées, ce qui permet d’appréhender dans son ampleur, tout ce qui est en jeu lorsqu’on sollicite à quiconque (homme ou femme) un récit de vie ou une narration. La réflexion qui en découle doit intégrer plusieurs éléments. D’abord les apports théoriques de disciplines telles que l’ethnographie de la communication et la sociolinguistique, qui mettent au premier plan le caractère éminemment social de toute interaction langagière, fournissant des outils pour aborder l’entretien, ou le récit, en tant qu’événement de communication, situé dans un contexte social précis et reposant sur la compréhension qu’en ont les interlocuteurs de sa signification. Ensuite la dimension psychologique et psychosociale, impliquant une meilleure compréhension de l’articulation entre subjectivité et mémoire dans le processus de réminiscence, qui participe de la construction et du maintien de l’identité individuelle. Le regard sociologique nous oblige à tenir compte du caractère contraignant de l’environnement social, mais aussi de la capacité de l’individu à dépasser ou à contester celui-ci. On peut citer Liz Stanley : “[…] individual people are social products through and through. […] If structural analyses do not work at the level of individual lives then they do not work at all”31. Enfin, les théories de la critique littéraire, qui ont contribué à la prise en compte du fait qu’en dépit d’un premier ancrage dans l’oralité, les récits autobiographiques conduisent à la production d’un texte écrit, faisant appel à l’analyse textuelle et aux outils de la narratologie pour les interpréter32.

Mémoire, discours et subjectivité

25Lorsqu’on aborde les récits de femmes, se superposent sur ce premier cadre de compréhension d’autres spécificités, s’articulant autour des notions de subjectivité, intersubjectivité, discours et mémoire.

26La subjectivité :

  • 33  Anthony Giddens, Modernity and Self Identity. Self and Society in the Late Modern Age, Cambridge : (...)
  • 34  Nancy Choderow, The Reproduction of Mothering, Berkeley and Los Angeles : University of California (...)

27L’idée, développée par Anthony Giddens33 et d’autres, qui met la « pensée autobiographique » au cœur de la construction de l’identité du sujet à l’époque moderne, en fait un modèle primordialement masculin. Les analyses féministes, suivant Nancy Chodorow34, soulignent systématiquement la difficulté éprouvée par les femmes à se penser en tant que sujet unifié, puisque leur socialisation en fait, soit des objets, soit des êtres fragmentées et perméables à autrui (Chodorow parle de “self-in-relation”). Or, on peut voir une certaine ironie dans le fait qu’au moment même où le développement de la méthode autobiographique pouvait sembler offrir aux femmes la possibilité de se construire une subjectivité propre, les théories post-structuralistes viennent déconstruire la notion même de sujet. Le commentaire de Waugh à propos des écritures féminines vaut également pour toute narratrice de sa propre vie :

  • 35  Patricia Waugh, Feminine Fictions: Revisiting the Postmodern, London : Routledge, 1989, 6.

As male writers lament its demise, women writers have not yet experienced that subjectivity which will give them a sense of personal autonomy, continuous identity, a history and agency in the world35.

28Par ailleurs, il existe aujourd’hui tout un courant de pensée féministe qui, à l’instar de Judith Butler, en abandonnant la notion du sujet unifié, récuse également l’existence de la catégorie “woman”, indépendamment du discours qui la crée :

  • 36  Judith Butler, Gender Trouble, Feminism and the Subversion of Identity, London, New York : Routled (...)

There is a great deal of material that not only questions the viability of ‘the subject’ as the ultimate candidate for representation or, indeed, liberation, but there is very little agreement after all on what it is that constitutes, or ought to constitute, the category of women36.

29C’est également le sens du commentaire de Gluck et Patai, citées plus haut, pour qui l’emploi de la catégorie universelle “woman” gomme de fait d’autres dimensions identitaires, tout aussi déterminantes, telles que l’ethnicité ou la classe sociale.

  • 37  Tessa Cosslett, Celia Lury, Penny Summerfield, Feminism and Autobiography. Texts, Theories, Method (...)

30Les notions de discours, au sens Foucaldien, et d’intersubjectivité, telles que Tessa Cosslett et al.37les proposent, offrent une modification de perspective qui permet de sortir de l’impasse vers laquelle le postulat de l’instabilité, voire de la disparition du sujet semble mener. Au lieu de considérer le récit comme l’émanation directe d’une subjectivité unique, ou d’essayer d’évaluer son adéquation avec une quelconque réalité extérieure, il s’agit de déplacer le regard pour s’intéresser à la manière dont ce récit se construit : d’une part, l’interpénétration entre la narration individuelle et les récits collectifs dans lesquels l’individu va puiser les éléments pertinents pour son propre discours (une forme d’intertextualité, en somme) ; d’autre part, la relation dialogique entre le sujet narrant et les interlocuteurs auxquels il s’adresse. Néanmoins, cette approche comporte des problèmes spécifiques pour les femmes, car les discours disponibles sont « multiples et contradictoires » :

  • 38  Bronwenn Davies, “Women’s Subjectivity and Feminist Stories”, in C. Ellis et M. G. Flaherty, Inves (...)

The discourses through which the subject position ‘woman’ is constituted are multiple and contradictory. In striving to allocate herself within her allocated gender category, each woman takes on the desires made relevant within those contradictory discourses. She is however never able to achieve unequivocal success at being a woman 38.

  • 39  Graham Dawson, Soldier Heroes, British Adventure, Empire and the Imagining of Masculinities, Londo (...)
  • 40  Par exemple Manchester Wartime Memories, cité ci-dessus, dont la couverture comporte un logo : “Va (...)
  • 41  Penny Summerfield, “Dis/composing the Subject. Intersubjectivities in Oral History”, in Lury Cossl (...)

31Le rôle de la mémoire dans la construction de l’identité a fait l’objet de nombreux travaux, sans que la dimension « sexuée » soit nécessairement prise en compte. Dans un ouvrage sur les identités militaires et masculines, Graham Dawson39 déploie le concept, difficilement traduisible, de “composure” pour explorer le double processus par lequel l’individu « compose » culturellement (c’est-à-dire, construit une narration cohérente de ses expériences à partir des éléments disponibles dans la culture environnante) afin d’atteindre un équilibre psychique (“composure”), en se constituant comme sujet de sa narration. Cette fonction thérapeutique du récit autobiographique est bien comprise aujourd’hui en Grande-Bretagne par les acteurs institutionnels, puisque maisons de retraite, écoles, musées et bibliothèques exploitent très largement ce principe40. Cependant, Penny Summerfield suggère qu’ici encore, le processus peut s’avérer difficile, douloureux même, pour les femmes, du fait de la multiplicité et du caractère contradictoire des cadres de référence auxquels elles doivent faire appel dans ce travail de composition41.

32En conclusion, et pour revenir à notre question initiale, si la complexité des positions théoriques développées ci-dessus nous oblige à nous débarrasser de toute naïveté vis-à-vis de la méthodologie, quelle utilisation légitime peut-on encore faire aujourd’hui des récits autobiographiques de femmes ? Il est vrai que devant un tel enchevêtrement de facteurs en jeu, il serait tentant de conclure à l’impossibilité, pour l’historien(ne) oral(e) cherchant à démêler les fils d’une suite de témoignages individuels, de parvenir à obtenir autre chose qu’une cacophonie de voix individuelles, dissonantes et contradictoires. C’est ce constat qui a conduit Denise Riley, à la suite d’un travail de recherche sur les rôles maternels pendant la Deuxième Guerre en Grande-Bretagne,à renoncer entièrement à l’utilisation des méthodes de l’histoire orale, ainsi qu’au recours à la catégorie « femme » en tant que sujet stable, en faveur d’un travail d’analyse des discours en œuvre dans la construction de cette catégorie. Summerfield rappelle combien cette position a pu alarmer beaucoup de féministes, qui y voyaient la négation de toute possibilité d’action (“agency”) pour les femmes. Il est éclairant de mettre en regard leurs deux points de vue.

La Deuxième Guerre mondiale, emploi et maternité : deux lectures

  • 42  Voir, par exemple, Arthur Marwick, Total War and Social Change, London : Macmillan, 1988.
  • 43  Voir, par exemple, Elizabeth Roberts, Women and Families. An Oral History 1940-1970, Oxford : Blac (...)
  • 44  Voir, par exemple, H.L. Smith, “The Effect of the War on the Status of Women”, dans H. L. Smith (e (...)
  • 45  Denise Riley, War in the Nursery. Theories of Child and Mother, London : Virago, 1983.
  • 46  Penny Summerfield, Reconstructing Women’s Wartime Lives, Manchester : Manchester University Press, (...)

33Une question fondamentale qui sous-tend les recherches sur la situation des femmes lors de ce conflit est celle des éventuels effets émancipateurs de la guerre, notamment en ce qui concerne les rôles familial et professionnel et l’articulation entre les deux. Parmi les très nombreux travaux qui abordent cette question de façon directe ou oblique, on distingue trois positions, privilégiant respectivement les notions de transformation (la guerre a modifié irréversiblement et de façon positive le statut des femmes42), de continuité (la guerre n’a modifié que provisoirement ce statut, puisque l’ordre antérieur a repris ses droits ensuite43), ou de polarisation (loin d’apporter une amélioration au statut des femmes, la guerre a renforcé à terme les rôles sexuels traditionnels44). Les ouvrages de Riley45 et de Summerfield46, publiés à quinze ans d’intervalle, visent chacun à apporter des éléments de réponse à cette même question, en abordant notamment l’articulation entre travail et maternité, mais leurs travaux les conduisent à se positionner de façon très différente quant à la valeur et la pertinence des récits individuels de femmes.

War in the Nursery : la maternité dans l’impasse

  • 47  Riley, War in the Nursery. Theories of Child and Mother, op. cit., 110.

34Comme l’indique le sous-titre de son ouvrage (Theories of the Child and Mother), la problématique centrale de Riley est d’analyser les modalités de l’articulation entre les théories de la psychologie du développement qui prédominaient en Grande-Bretagne à cette période et leur mise en œuvre par l’état. Derrière cette formulation abstraite se pose la question très concrète de savoir pourquoi, et dans quelles conditions, les quelques 1559 crèches, accueillant plus de 70 000 enfants en 1944 (contre 197 en 1941), qui avaient été ouvertes sous l’égide du Ministère de la Santé, face à la nécessité de faire appel à une main-d’œuvre féminine, ont été fermées dès la fin de la guerre. Riley conclut : “The history of war nurseries is an especially entangled example of the interactions of policies and psychologies”47. Dans une analyse subtile et exhaustive, l’auteur tentera de démêler les fils de cette histoire.

35Elle commence par passer en revue les différentes théories en cours avant, pendant et après la guerre, en essayant d’évaluer leur impact auprès du grand public, mais, plus essentiellement, dans la formulation d’une politique d’état. Ses conclusions remettent en cause un des lieux communs véhiculés, notamment par beaucoup d’analyses féministes, sur l’instrumentalisation des thèses concernant la « carence affective » de John Bowlby :

  • 48 Ibid., 11.

Feminist writings […] have often assumed that the return of women to their homes after the last war was intimately linked with, if not positively engineered by, Bowlby’s psychology, whose anti-nursery tenets were in harmony with the government’s drive to get shot of its wartime labour force and reassert its ‘normal’ male one.[…] There was, in fact, no concerted attack48.

36En effet, Riley démontre que le phénomène du “Bowlbyism”, ne s’est fait ressentir qu’à partir des années 50 et n’a pu jouer directement à la fin de la guerre.

  • 49 Ibid., 111 : “[…] the outstanding fact is the constant and considerable increase of respiratory tra (...)

37Elle aborde ensuite les différentes prises de position, souvent ambiguës ou contradictoires, de la part des pouvoirs publics, des services de santé, des syndicats et de divers organismes (dont l’Organisation Mondiale de la Santé), à l’égard du maintien ou de la fermeture des crèches. Ici encore, ses conclusions, après un examen attentif de tous les documents disponibles, vont à l’encontre de certaines idées reçues. Le motif le plus souvent mis en avant pour condamner les crèches n’est pas le souci du bien-être psychique de l’enfant, mais sa vulnérabilité physique49. Parallèlement, les arguments en faveur du maintien des crèches prônaient leur nécessité, non pas en tant que source de mieux-être pour les mères et leurs enfants, mais comme induite, selon les cas, en fonction des besoins de l’industrie. Enfin, un facteur déterminant, mais souvent insuffisamment pris en compte, selon Riley, a été le transfert de la responsabilité financière des crèches du gouvernement central vers les autorités locales.

38Un examen détaillé des conditions réelles de travail des femmes, et plus particulièrement des mères de famille, conduit Riley à souligner à quel point leur participation à la production industrielle a été perçue comme temporaire (“for the duration”), un pis-aller, sans aucune véritable prise en compte de leurs besoins spécifiques. Le leitmotiv de l’absentéisme féminin est récurrent dans les documents et discours de l’époque :

  • 50 Ibid., 129.

It was as if management, whether Ministry of Supply or private industrialists, had been taken by surprise by an outlandish new workforce with incomprehensible needs. […] the absolutely predictable problems for women in trying to combine long hours with responsibility for children and homes had not been predicted and were not met. The results further emphasized the implausibility of women with children as real workers50.

  • 51 Ibid., 142.
  • 52 Ibid., 148.

39Enfin, Riley constate que les rares enquêtes effectuées à l’époque afin de déterminer ce que souhaitaient « vraiment » les femmes – retour au foyer ou maintien d’une activité professionnelle – étaient souvent mal interprétées (“Mass-Observation’s poll of women workers in The Journey Home (1944) is an object lesson in the superficial reading of survey reponses”51). En tout état de cause, elles ne prenaient absolument pas en compte les contraintes et complexités qu’impliquait tout autre choix qu’un retour au foyer pour la plupart des mères de famille (“Indifference to the complexity of work choices is one legacy of the post-war period”52). C’est pourquoi Riley considère comme particulièrement hypocrite le motif mis en avant par le Ministère de la Santé afin de justifier la fermeture progressive des crèches, l’absence de demande de la part des mères de famille :

  • 53 Ibid., 119.

And when it came to justifying the shutting down of war nurseries, the Ministry of Health was unable to argue that children had been harmed by them. […] Instead it set great store by what it presented as working mothers’ apathy: no ‘real demand’ existed – just as no ‘real demand’ had existed at the start of the war53.

40Parmi les nombreux enseignements à tirer du travail de cet auteur deux s’imposent, dont chacun est crucial pour les choix futurs de méthodologie de recherche. Premièrement, la construction de la maternité qui prévalait à l’époque reposait sur une dichotomie irréconciliable entre la mère au foyer et la femme au travail, de telle sorte que toute tentative par les femmes de formuler une demande cohérente visant à concilier les deux, notamment en réclamant le maintien des crèches, eût été inconcevable :

  • 54 Ibid., 139.

For women to have undermined the assumptions behind wartime nursery provision would – if it were possible at all – have required a degree of organisation which the conditions of their employment and their history as employees militated against54.

  • 55  Denise Riley, “Am I that Name? Feminism and the Category of ‘Women’”, in History, London : Macmill (...)

41C’est par ce constat que Riley arrive à conclure à l’impossibilité pour les féministes de déployer le concept de maternité, autrement qu’à des fins conservatrices : “My conviction is that, […] there can be no version of motherhood as such which can be deployed to construct a radical politics”. Par extension, dans ses travaux futurs, elle renoncera de la même façon au recours à la catégorie « femme »55.

  • 56  Riley, War in the Nursery. Theories of Child and Mother, op. cit., 190.
  • 57 Ibid., 190.

42Quant à l’utilisation possible de témoignages individuels afin d’obtenir une quelconque « vérité » de la part des femmes concernant leurs désirs à l’époque, Riley avoue un sentiment de malaise. Face à l’apparente acceptation par les femmes d’un retour au foyer, deux approches s’offraient à elle, une consistant à faire une relecture de leurs propos afin de faire ressortir hésitations et ambiguïtés (“[…] rereading them so as to make them ‘really’ speak as one would prefer”56), l’autre à adopter une approche « matérialiste », en dressant le tableau des conditions matérielles qui entourait ce « choix » afin de le justifier : horaires de travail et salaire ingrats, absence de soutien syndical, absence de soutien domestique etc. Ces deux approches conjuguées auraient pu constituer une méthode, mais que Riley refuse d’adopter, considérant qu’elle fait l’économie de la question essentielle : “[…] why and how people produce particular formulations about what they want”57. Or, pour Riley répondre à cette question relève de l’impossible :

  • 58 Ibid., 191.

But the trouble with the attempt to lay bare the red heart of truth beneath the discolorations and encrustations of thirty-odd years on, is that it assumes a clear space out of which voices can speak – as if, that is, ascertaining ‘consciousness’ stopped at scraping off history. That is not, of course, to discredit what people say as such, or to imply that considering the expression of people’s wants is pointless. The difficulty is that needs and wants are never pure and undetermined in such a way that they could be fully revealed, to shine out with absolute clarity, by stripping away a patina of historical postscripts and rewritings58.

Reconstructing Women’s Wartime Lives : une redéfinition du sujet

43Que Summerfield, quinze ans plus tard, ait jugé nécessaire de revenir longuement sur ces propos, dès les premiers pages de son ouvrage Reconstructing Women’s Wartime Lives, témoigne de leur portée considérable. En effet, d’une certaine manière, le projet de Summerfield est d’apporter une réponse adéquate aux doutes de Riley sur l’utilisation des récits autobiographiques féminins, en développant une théorie et une méthodologie capables de dépasser les difficultés et contradictions inhérentes à cette entreprise. Comme Riley, elle utilise des sources de documentation datant de l’époque de la guerre afin de saisir les contraintes particulières qui pesaient sur les femmes, mais aussi les opportunités nouvelles qui s’offraient à elles. Elle introduit cependant une dimension (difficulté ?) supplémentaire, en s’appuyant sur un corpus nouveau d’entretiens, effectués au début des années 90, dans le but d’évaluer dans quelle mesure la position des femmes sur le marché du travail s’est trouvée modifiée grâce à des compétences acquises pendant la guerre.

  • 59  Jane W. Scott, “Gender: A Useful Category of Historical Analysis”, in J. W. Scott (ed.), Feminism (...)

44Concernant les réserves exprimées par Riley, Summerfield rappelle à quel point sa prise de position avait suscité de l’émoi parmi les historiennes féministes, qui voyaient dans ses travaux, d’inspiration post-structuraliste, comme ceux menés par Jane W. Scott59, l’abandon de leur projet libérateur :

  • 60  Penny Summerfield, Reconstructing Women’s Wartime Lives, op. cit., 10-11.

This approach deeply upset the world of women’s history, because it sounded like a recipe for abandoning the focus on women, individually and collectively, which was so central to the ‘recovery’ of women from and for history in the 1970s. It appeared to recommend the study of discourses about women, produced by powerful institutions, rather than women’s words and women’s actions themselves. […] In short, the aim of women’s history was to discover women’s agency in history. Scott’s theoretical position seemed to deny such an endeavour; it seemed to deny agency60.

45Quant à la deuxième difficulté, cette impossibilité à percevoir avec clarté la « vérité », la voix authentique des femmes, à travers la « patine » de couches successives de signification, de réécriture et de réinterprétation qu’implique la réminiscence (“a clear space out of which voices can speak […] by stripping away a patina of historical postscripts and rewritings”), Summerfield, s’appuyant sur les notions de subjectivité, d’intersubjectivité et de discours évoqués précédemment, suggère que cette patine, plutôt qu’un écran à la lecture, doit constituer l’objet même de cette lecture, soumise au même travail d’interprétation que le récit lui-même.

  • 61  Lury Cosslett, Penny Summerfield, Feminism and Autobiography. Texts, Theories, Methods, op. cit., (...)

46Elle considère en effet qu’un espace théorique possible entre les constructions culturelles et la subjectivité individuelle existe précisément dans la mesure où c’est par le langage que les deux se construisent. C’est le langage qui fournit le cadre de compréhension du monde qui nous entoure, mais qui constitue en même temps l’activité sociale organisatrice de l’expérience par laquelle nous construisons et reconstruisons ce monde. Les deux s’interpénètrent. C’est bien le sens des propos introductifs d’un ouvrage co-édité avec Tess Cosslett et Celia Lury, Feminism and Autobiography : “[…] memories usually have neither an obvious source nor a single owner”61. C’est également la raison pour laquelle Summerfield insiste à son tour sur la naïveté de toute approche fondée sur une distinction entre discours et expérience individuelle :

  • 62  Penny Summerfield, Reconstructing Women’s Wartime Lives, op. cit., 11.

Historians who base their work on ‘lived experience’, claiming that such accounts give access to social reality apart from the social relations in which their subjects are implicated, falsely separate discourse and experience: experience cannot exist outside discourse, agency cannot exist independently of language62.

47Par conséquent, si, pour Summerfield, l’utilisation de récits individuels de femme reste non seulement possible, mais plus que jamais nécessaire, c’est à la condition absolue d’appréhender dans sa globalité l’espace discursif dans lequel le récit se déploie :

  • 63 Idem.

This means that accounts of lived experience, or in Riley’s words of ‘consciousness’ and ‘what people say as such’ should not be considered outside the discursive constructions of the aspects ofwartime life to which that testimony occurs, be it the mother-child relationship, family life, war work, post-war expectations or whatever63.

48Pour chacun des thèmes abordés, Summerfield procède de la même manière, s’employant d’abord à dresser de la manière la plus complète possible le contexte discursif et les représentations à partir desquels, au moment de la guerre, les femmes pouvaient construire leurs récits individuels. Cette première étape lui permet d’établir une typologie des narrations, selon que les femmes privilégient tel ou tel type de récit, tantôt mettant en avant le caractère subi et contraint de leur situation (“stoics”), tantôt sa dimension émancipatrice et exaltante (“heroics”), pour prendre un exemple. Cependant, afin de prendre en compte la modification de perspective qu’implique le travail de réminiscence, Summerfield ne s’arrête pas à cette première lecture, mais passe également en revue les discours et représentations successifs qui ont pu venir se superposer dans la conscience collective et individuelle depuis, donnant lieu, pour certaines femmes, à un réexamen de leur histoire à la lumière de ces nouveaux éléments discursifs.

49C’est dans la discussion du travail féminin et de sa compatibilité ou non avec le rôle maternel que cette méthode se révèle particulièrement productive. Summerfield identifie quatre modèles discursifs qui ont coexisté, ou qui se sont succédés, au cours du vingtième siècle concernant le travail féminin. Ces discours ont, tour à tour, parfois simultanément, présenté celui-ci comme phénomène marginal, comme possibilité, voire nécessité réelle, comme étant compatible ou bien incompatible avec la maternité, enfin, dans une perspective féministe, comme essentiel pour l’épanouissement personnel. Parmi les nombreuses femmes interviewées, le cas d’une d’entre elles, Anne Tomlinson, fournit pour Summerfield une illustration emblématique du difficile travail de reconstruction que doit effectuer toute femme confrontée à ces discours multiples et contradictoires.

  • 64 Ibid., 86.
  • 65 Ibid., 224.
  • 66 Ibid., 227.

50Concernant la description de ses activités pendant la guerre, Tomlinson figure dans la catégorie des “heroics”, tant son récit met en exergue les obstacles franchis, et la fierté et satisfaction éprouvées à effectuer un travail d’homme – elle s’est qualifiée comme électricienne – contribuant ainsi activement à l’effort de guerre (“This was a marvellous moment. You know, you really felt, you really felt just so proud to be able to do this. […] in almost what I would consider a fighting capacity, or at least enabling the fighting to go on”64).Cependant, la suite de son récit, qui retrace son parcours après 1945, se révèle moins univoque. En effet, si son souhait de continuer à se qualifier et de poursuivre une carrière est encore mis en avant, son discours est teinté d’une certaine désillusion quant à la possibilité d’occuper un métier masculin durablement (“We loved the work, enjoyed the life, and we all had romantic notions about going on […] And we did make tentative enquiries about the possibilities and met with very negative responses to that”65). Par ailleurs, la naissance de ses deux enfants et son choix, affiché comme librement consenti, de se consacrer à plein temps à leur éducation avant l’âge scolaire, pour ensuite reprendre une activité, la conduit, lors de ses réminiscences, à vouloir maintenir simultanément deux positions incompatibles : un plaidoyer pour l’importance de la mère au foyer, à l’instar de Bowlby, et la défense du “dual role” mère-travailleuse. De surcroît, Summerfield fait remarquer, qu’un troisième discours, féministe celui-ci, qui se surimpose rétrospectivement pour mettre en cause le modèle de Bowlby, vient déstabiliser l’ensemble, provoquant un certain désarroi (“I hope that I did let them be, and wasn’t a smothering mother […]”66).

51Ce sont de nombreux témoignages comme celui-ci qui révèlent pour l’auteur la non pertinence de la question univoque “Do you think that the war changed you?, posée dans le cadre théorique des éventuels effets émancipateurs de la guerre, et supposant la possibilité d’une réponse univoque. A posteriori, Summerfield prend conscience qu’elle avait formulé cette question comme si elle s’adressait à un sujet distinct, unifié, cohérent et capable d’observer sa propre évolution et d’attribuer celle-ci à une cause identifiable. Or, le témoignage de Tomlinson, construit à partir de multiples discours, met en scène comme une succession de subjectivités.

  • 67  “Dis/composing the Subject. Intersubjectivities in Oral History”, in Lury Cosslett, Summerfield,Fe (...)
  • 68 Ibid., 100.

52Il est intéressant de noter que ces hésitations et contradictions ont conduit Summerfield à revenir plus longuement sur le cas de Tomlinson dans un autre article67, dont le titre (“Dis/composing the subject”) annonce un éclairage moins positif, plus incertain. Si elle ne partage pas le constat d’impuissance de Riley, elle est néanmoins très lucide quant aux limites de la méthodologie de l’histoire orale dans une perspective féministe. En reprenant le concept de “composure” développé par Dawson, elle s’interroge sur les prétendus effets bénéfiques, ou thérapeutiques du travail de mémoire pour les femmes, qui, loin d’atteindre un équilibre psychique en se constituant comme sujet unifié d’une narration, risquent, au contraire, de s’en trouver fragilisées et déstabilisées. C’est en tout cas le constat qu’elle fait par rapport à Tomlinson qui, aux prises avec l’intersubjectivité de la situation d’entretien (une interlocutrice plus jeune, ayant fait d’autres choix familiaux et professionnels), et face à la multiplicité des cadres de référence qui s’offrent à elle pour conférer du sens à son récit (“[…] wrestling with the confusing discursive repertoire available to her, both to express who she was in these phases of her past, and to achieve composure”68), est mise en difficulté. La conclusion de Summerfield est sans ambiguïté :

  • 69 Ibid., 104.

I have argued here that oral history is committed to composure and yet contributes to discomposure – that in the name of returning to women their ‘honest voices’, feminist oral history is particularly likely to produce discomposure, […]69.

Conclusion

53Entre le doute radical de Riley et la mise en garde de Summerfield, le tableau ne semble guère encourageant ; on serait tenté d’éviter à tout prix le terrain miné de l’histoire orale pour se cantonner dans des corpus plus inertes, donc moins risqués. Afin d’éviter que ces questionnements méthodologiques ne deviennent l’arbre qui cache la forêt, il convient sans doute, en guise de conclusion, de replacer ce débat dans le contexte plus large des outils disponibles aux chercheurs en civilisation, en rappelant certaines évidences.

54D’abord, nulle méthodologie n’est entièrement dépourvue de failles ou d’insuffisances. Les querelles d’école en sociologie, entre les défenseurs de méthodes quantitatives et qualitatives, ont caractérisé la discipline dès ses débuts, en opposant le positivisme de Durkheim à l’herméneutique de Weber ; les deux approches ont su cependant coexister avec leurs forces et faiblesses respectives. Par ailleurs, les débats épistémologiques qui ont secoué l’ensemble des sciences humaines au cours du siècle dernier, balayant beaucoup de certitudes et disqualifiant de nombreux grands modèles explicatifs, nous obligent à plus d’humilité ; toute prétention à proposer autre chose qu’une lecture plausible et cohérente de la société qui nous entoure est dorénavant difficilement concevable.

55Cependant, reconnaître le caractère modeste et nécessairement incomplet des connaissances produites ne signifie pas pour autant renoncer à une meilleure compréhension des complexes rapports qui lient hommes, femmes, groupes sociaux et cultures. C’est le même souci – inhérent à l’approche féministe – de cohérence, de transparence, d’honnêteté intellectuelle et de respect pour les femmes qu’elles étudient qui amène Riley et Summerfield à faire état de leurs incertitudes, non pas pour invalider, mais pour garantir la rigueur de leurs travaux. Summerfield fait la démonstration qu’à condition de ne pas gommer la diversité des propos individuels, mais de les inscrire dans un espace discursif plus vaste, il reste non seulement possible, mais indispensable de recueillir les paroles de femmes trop longtemps réduites au silence.

Haut de page

Notes

1  <http ://www.womenswarmemorial.org/monument.html>, consulté le 10/02/2007.

2  Un exemple parmi beaucoup d’autres : Manchester Wartime Memories. A Collection of Oral History Memories Commemorating the 60th Anniversary of the End of the Second World War. Manchester City Council and Archives and Local Studies, Manchester: Manchester Library and Information service, 2006.

3  Titre emprunté à Dorothy Sheridan (ed.), Among you Taking Notes. The Wartime Diary of Naomi Mitchison, 1939-1945, London : Victor Gollancz, 1985.

4  Tom Harrisson, ‘Working women in this war’, Industrial and Personnel Management, 1939, 253.

5  Cité dans Dorothy Sheridan, Wartime Women, A Mass-Observation Anthology 1937-45, [1990] London : Phoenix Press, 2002, 19.

6  Expression de Charles Madge, cité dans Sheridan, 2002, 5.

7  Dorothy Sheridan, Women’s History Review, Volume 3, N° 1,1991, 161-173.

8  Sheridan, Wartime Women, A Mass-Observation Anthology 1937-45, op. cit., 5.

9  Paul Thompson, The Voice of the Past. Oral History, [1978] Oxford : Oxford University Press, 2000, 1.

10 Ibid., 4.

11 Ibid., 8.

12 Ibidem.

13 Ibid., 7.

14 Ibid., 112.

15  Plus de trente groupes locaux fédérés : Federation of Worker Writers and Community Publishers : Gatehouse Project, St Lukes, Sawley Road, Miles Platting, Manchester M10 3LY.

16  Voir son journal semestriel: History Workshop, Oxford University Press.

17  <http://www.bbc.co.uk/print/ww2peopleswar/about/project_15.shtml>, consulté le 07/11/06.

18  Paul Rabinow, “Representations are Social Facts: Modernity and Post-Modernity in Anthropology”, in J. Clifford & G. Marcus (eds.), Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, London : University of California Press, 1986, 234-261, 241.

19  Paul Thompson, The Voice of the Past. Oral History, op. cit., 5-6.

20  Peter Berger & Thomas Luckmann, The Social Construction of Reality, Harmondsworth: Penguin, 1967, 51: “The common objectivations of everyday life are maintained primarily by linguistic signification. Everyday life is, above all, life with and by means of the language I share with my fellow men”.

21  Graphie proposée par Liz Stanley, The Auto/biographical I. The Theory and Practice of Feminist Auto/biography, Manchester: Manchester University Press, 1992, 3: “…showing how the same analytic apparatus is required for engaging with all forms of life writing […] This is not to deny that there are differences between different forms of life writing, but it is to argue that the differences are not generic”.

22  Paul Thompson, The Voice of the Past. Oral History, op. cit., 213.

23  Deborah Tannen, You Just Don’t Understand ! Men and Women in Conversation, London : Virago Press, 1992.

24  Dale Spender, Man Made Language, London : Routledge and Kegan Paul Ltd., 1980.

25  Sandra Harding (ed.), Feminism and Methodology , Milton Keynes : Open University Press, 1987, 3.

26  Shirley Ardener, Perceiving Women, New York : John Wiley and Sons, 1975.

27  Kathryn Anderson & Dana Jack, “Learning to Listen: Interview Techniques and Analyses”, in Sherna Berger Gluck & Daphne Patai (eds.), Women’s Words. The Feminist Practice of Oral History, London, New York : Routledge, 1991.

28 Idem.

29 Ibid., 2.

30 Ibid., 3.

31  Liz Stanley, The Auto/biographical I. The Theory and Practice of Feminist Auto/biography, op. cit., 3

32  Marie-Françoise Chanfrault-Duchet, “Narrative and Socio-Symbolic Analysis”, in Gluck & Patai (eds.), Women’s Words. The Feminist Practice of Oral History, op. cit., 77-92, 79 : “[…] oral historians must have recourse to an interdisciplinary approach that borrows its concepts and methods initially from narratology and contextual analysis”.

33  Anthony Giddens, Modernity and Self Identity. Self and Society in the Late Modern Age, Cambridge : Polity Press, 1991, 52 : “Autobiographical thinking […] in the broad sense of an interpretative self-history by the individual concerned […] is actually the core of self-identity in modern life”.

34  Nancy Choderow, The Reproduction of Mothering, Berkeley and Los Angeles : University of California Press, 1981.

35  Patricia Waugh, Feminine Fictions: Revisiting the Postmodern, London : Routledge, 1989, 6.

36  Judith Butler, Gender Trouble, Feminism and the Subversion of Identity, London, New York : Routledge, 1990, 1.

37  Tessa Cosslett, Celia Lury, Penny Summerfield, Feminism and Autobiography. Texts, Theories, Methods, London : Routledge, 2000.

38  Bronwenn Davies, “Women’s Subjectivity and Feminist Stories”, in C. Ellis et M. G. Flaherty, Investigating Subjectivity. Research on Lived Experience, London : Sage, 1992, 53-76.

39  Graham Dawson, Soldier Heroes, British Adventure, Empire and the Imagining of Masculinities, London : Routledge, 1994.

40  Par exemple Manchester Wartime Memories, cité ci-dessus, dont la couverture comporte un logo : “Valuing Older People in Manchester”.

41  Penny Summerfield, “Dis/composing the Subject. Intersubjectivities in Oral History”, in Lury Cosslett, Penny Summerfield, Feminism and Autobiography. Texts, Theories, Methods, op. cit., 91-106.

42  Voir, par exemple, Arthur Marwick, Total War and Social Change, London : Macmillan, 1988.

43  Voir, par exemple, Elizabeth Roberts, Women and Families. An Oral History 1940-1970, Oxford : Blackwell, 1995.

44  Voir, par exemple, H.L. Smith, “The Effect of the War on the Status of Women”, dans H. L. Smith (ed.), War and Social Change, British Society in the Second World War, Manchester : Manchester University Press, 1986.

45  Denise Riley, War in the Nursery. Theories of Child and Mother, London : Virago, 1983.

46  Penny Summerfield, Reconstructing Women’s Wartime Lives, Manchester : Manchester University Press, 1998.

47  Riley, War in the Nursery. Theories of Child and Mother, op. cit., 110.

48 Ibid., 11.

49 Ibid., 111 : “[…] the outstanding fact is the constant and considerable increase of respiratory tract infection”.

50 Ibid., 129.

51 Ibid., 142.

52 Ibid., 148.

53 Ibid., 119.

54 Ibid., 139.

55  Denise Riley, “Am I that Name? Feminism and the Category of ‘Women’”, in History, London : Macmillan, 1988, 1 : “To put it schematically: ‘women’ is historically, discursively constructed, and always relatively to other categories, which themselves change ; […]”.

56  Riley, War in the Nursery. Theories of Child and Mother, op. cit., 190.

57 Ibid., 190.

58 Ibid., 191.

59  Jane W. Scott, “Gender: A Useful Category of Historical Analysis”, in J. W. Scott (ed.), Feminism and History, Oxford: Oxford University Press, 1996, 152-80.

60  Penny Summerfield, Reconstructing Women’s Wartime Lives, op. cit., 10-11.

61  Lury Cosslett, Penny Summerfield, Feminism and Autobiography. Texts, Theories, Methods, op. cit., 5.

62  Penny Summerfield, Reconstructing Women’s Wartime Lives, op. cit., 11.

63 Idem.

64 Ibid., 86.

65 Ibid., 224.

66 Ibid., 227.

67  “Dis/composing the Subject. Intersubjectivities in Oral History”, in Lury Cosslett, Summerfield,Feminism and Autobiography. Texts, Theories, Methods, op. cit., 91-106.

68 Ibid., 100.

69 Ibid., 104.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karen Meschia, « Récits de femmes, récits de guerre : un genre problématique », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n°4 | 2008, 88-110.

Référence électronique

Karen Meschia, « Récits de femmes, récits de guerre : un genre problématique », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n°4 | 2008, mis en ligne le 17 août 2009, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://lisa.revues.org/1078 ; DOI : 10.4000/lisa.1078

Haut de page

Auteur

Karen Meschia

(Toulouse, France)
Karen Meschia is Senior Lecturer in British Civilisation at the University of Toulouse-Le Mirail, France. She is co-founder, with Elizabeth de Cacqueray, of the « Groupe d’études sur le genre » within the research team « Cultures Anglo-Saxonnes » at this university. Her research, using an anthropological approach, focuses on children and motherhood in Great Britain since 1945. She has published articles comparing the socio-cultural construction of health systems in France and Great Britain. She is currently working on an anthology of women’s autobiographical texts centring on childcare during the Second World War.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses Universitaires de Rennes

Haut de page
  • Revues.org